Max Holste MH-1521 Broussard

Rappels

  • Catégorie : Avion utilitaire
  • Constructeur : Max Holste drapeau du pays
  • Premier vol : 17 novembre 1952
  • Production : 396 appareils construits (cellules neuves)

Historique

A la fin de la seconde guerre mondiale, Max Holste dessine un biplace de tourisme à moteur Renault, le MH-52.
Aux allures modernes avec son aile basse, son train tricycle et son empennage bi-dérive, il vole pour la première fois en août 1945 et fait l’objet d’une construction en série en 1947.

Ce succès, plus technique que commercial, encourage Max Holste à entreprendre en 1950 l'étude d'un avion à tout faire sous tous les climats, de conception simple et de fabrication aisée, dont l'issue donna naissance au MH.150.
Le but visé est d’assurer en quelque sorte la succession du Morane MS-500 « Criquet » (ex Fi 156 « Storch »).

L'Armée de Terre manifesta son intérêt pour un appareil destiné à l'observation d'artillerie, et le constructeur adapta sa réalisation au cahier des charges exigé, en créant le MH.152, doté d'un moteur Salmson-Argus de 220 Ch. Bien que sous-motorisé, l'engin était prometteur, et l'état-major de l'ALAT demanda avec insistance le développement d'un avion national de servitude multi-rôles , plus "musclé", plus "personnel" et donc bien distinct de la référence communément admise à l’époque, le De Havilland Canada DHC-2 Beaver.

De son côté l'état-major de l'Armée manifesta à nouveau son intérêt pour ce type de machine et envisagea une commande de 400 exemplaires qui pourraient satisfaire ses besoins, notamment en Indochine. .

En fonction des divers critères formulés, la firme mit au point un monomoteur entièrement métallique, à aile haute mâtée, à double dérive –disposition inhabituelle à l'époque sur ce type d'appareil – et train d'atterrissage classique fixe particulièrement robuste, qui permettait un pilotage à la fois précis à vitesse réduite et sans grande difficulté pour se poser, même sur une piste non aménagée ou pour un personnel peu qualifié. Il fut équipé d'un ancien moteur Pratt & Whitney R. 985 radial à refroidissement par air de 450 Ch, conçu dans les années 30, que la firme américaine remit en fabrication spécialement pour la circonstance.



Désigné MH.1521 "Avion de brousse", le prototype vola pour la première fois le 17 novembre 1952 à Reims-St Léonard, aux mains du pilote Pierre Henry et de Max Holste, et acquit alors son véritable surnom de « Broussard ».

La série porta sur un total de 366 exemplaires, sans compter les prototypes et préséries, dont 47 M.H 1521C (civils). En dehors de l'Armée de l'Air, de l'Aéronavale et de l'ALAT , le Broussard a été en service dans une quinzaine de pays essentiellement africains, à titre militaire et chez plus d'une vingtaine d'utilisateurs civils, français comme étrangers.

Les différentes configurations du MH1521 :

L’avion peut être aménagé dans diverses configurations :

- liaison, comprenant 6 sièges.
- poste de commandement volant avec équipement radio.
- observation avec appareils photos embarqués.
- sanitaire avec 1 ou 2 civières
- "gunship" avec une mitrailleuse AA.52 de calibre 7,5mm.
- lance-grenades (fumigènes).
- parachutistes (6 paras max par rotation)

La vie opérationnelle :

L'Armée de l'Air a utilisé le Broussard de 1956 à 1987, l'ALAT de 1957 à 1993, toutes deux au sein de nombreuses unités, en Afrique du Nord, en Afrique noire et en métropole (Le MH 1521 arriva trop tard pour la guerre d’Indochine).

Aux côtés d'avions célèbres comme les T.6 américains ou les MS-733 français, les qualités du MH-1521 lui valurent d'être employé dans des opérations de lutte anti-guérilla par les armées de l'Air comme de Terre - Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT) où 46 appareils furent employés.

La Marine en a mis en oeuvre 3 appareils essentiellement pour la liaison de 1957 à 1970.
La DCAN (DGA) en employa quelques uns à partir de 1968 et en fut le dernier utilisateur d'Etat.
De nombreux exemplaires connurent une nouvelle vie dans le civil, notamment pour une version agricole. Sa faible vitesse de vol en fait également un bon moyen pour l’épandage ou le largage pour le parachutisme civil.



Les exportations :

Après le retrait des derniers appareils en France, une cinquantaine de Broussard furent « légués » à des états comme le Dahomey (Bénin), le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la République populaire du Congo, le Gabon, la Côte d'Ivoire, la Mauritanie, le Maroc, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo et la Haute-Volta (Burkina-Faso).


Texte de Foxkilo2, avec son aimable autorisation.

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Max Holste MH-152 : Prototype, moteur Salmson 8 As.04.
  • Max Holste MH-1521 : Prototypes et appareils de présérie, 26 exemplaires.
  • Max Holste MH-1521C : Version civile, 47 exemplaires.
  • Max Holste MH-1521M : Version militaire, 318 exemplaires.

Sur le forum…

  • Ok, ok Stanak, je m'incline … :mrgreen:
    "Pro patria et humanitate"
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Image
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par stanak le Sept. 7, 2016, 12:23 p.m.
  • Une photo du Broussard n°251 exposé à l'EALAT du Luc, prise il y a 1 mois environ.
    Image
    "Pro patria et humanitate"
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    Une fiche pour le tracteur

    Beau travail, FK. ;)

    Tout pareil , mazette !!!!! :costaud:
    Le journalisme mène à tout , a condition d'en sortir ! SIR WINSTON CHURCHILL En attendant : :arrow: http://photos.aviationsmilitaires.net/main.php
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Une fiche pour le tracteur

    Beau travail, FK. ;)
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci à tous pour vos retours. J'ai édité mon "tableau" et intégré vos remarques ;)
    "Pro patria et humanitate"
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Bonjour,
    Juste quelques mots en marge de cet article pour vous signaler une image peu connue de deux Broussards survolant un des premiers défilé d'indépendance de la Haute-Volta (photo d'avant 1963) sur le site "Images du passé en Afrique de l'Ouest" [idpao.com], rubrique "Haute-Volta" et photo légendée "Ouagadougou fête l'indépendance de la Haute-Volta au début des années 1960".
    Mais aussi un beau livre sur le sujet (Broussard de Thierry Gibaud aux éditions ETAI) actuellement bradé à 18 euros par le soldeur de livre "Mona lisait" à Paire rue St Martin.
    Cordialement.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Si j'en crois ce site de passionnés:

    - au Gabon, sur l'aéroport de Libreville, le numéro 101 est immatriculé TR-KAB
    - à Madagascar, sur l'aéroport d'Ivato, on trouve un appareil, numéro 243
    - au Sénégal, le 209 est réduit à l'état d'épave. Il se trouve sur l'aéroport de Dakar

    L'Argentine a acheté en 1958 10 appareils, retirés du service au milieu des années 1990. Le Portugal en a aussi acquis quelques uns.
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci Polo pour ces informations.
    Maintenant si tu avais les CN associés, ce serait parfait :mrgreen:
    J'en ai profité pour mettre à jour quelques MH supplémentaires trouvés ça et là sur le Net.
    "Pro patria et humanitate"
      Lien   Revenir ici   Citer
  • foxkilo02 a écrit

    :arrow: Haute-Volta (Burkina Faso) : 3 appareils (de 1965 à 1998)


    MH.1521 M Broussard (XT-MAC), livré le 22 Janvier 1965, retiré en 1998
    MH.1521 M Broussard (XT-MAE), livré le 22 Janvier 1965, retiré en 1998
    MH.1521 M Broussard (XT-MAF), livré en 1967, retiré en 1998

    ;)
      Lien   Revenir ici   Citer