Hawker Siddeley HS-1182 Hawk

Rappels

Historique

En 1964, la Royal Air Force lança un appel d’offres pour un appareil d’entraînement, destiné à remplacer dans ce rôle le Folland Gnat et le SEPECAT Jaguar un temps envisagé mais jugé comme trop complexe pour les missions d’entraînement avancé et réorienté vers des missions d’attaque. 

Quatre années plus tard, la firme Hawker Siddeley proposa un prototype, le HS 1182, qui parut si efficace et performant qu’il remporta le marché en 1971. Il fut alors renommé Tercel, puis Hawk, ce dernier nom ayant été préféré par les équipages britanniques. Il est intéressant de noter qu’un seul prototype fut produit par Hawker Siddeley, le premier essai s’étant avéré plus que concluant.

A son arrivée sur le créneau des appareils d’entraînement avancé, le Hawk représentait un énorme progrès par rapport à ses concurrents. Les ingénieurs britanniques le dotèrent d’ailes basses, dans une configuration en flèche peu prononcée. Mais cet aspect assez classique cachait de grandes innovations. En premier lieu, la configuration du cockpit, avec deux sièges en tandem mais l’un plus bas que l’autre. Ainsi, l’instructeur en place arrière disposait-il d’une visibilité aussi bonne que le pilote à l’avant. 

La motorisation choisie était elle aussi très intéressante : le Hawk T.1 reçut un turbofan Rolls-Royce sobre et performant, réduisant ainsi les coûts d’entretien. Enfin, la maniabilité fut dès le départ un des points forts du nouvel avion, ce qui le rapprochait du comportement des chasseurs les plus modernes et en faisait un substitut potentiel pour mener des missions de défense aérienne en cas de conflit (il est à noter que les appareils de la patrouille acrobatique des Red Arrows sont eux aussi prévus pour ce genre de situation). De fait, l’armement du Hawk fut prévu assez rapidement (dès la version T.1A) et est nettement renforcé sur les dernières versions. Le Hawk a d'ailleurs été engagé au combat, notamment durant les évènements dans l'ancien Zaïre, où plusieurs appareils du Zimbabwé menèrent des opérations d'attaque au sol.



Conçu pour le marché britannique, le Hawk le fut aussi pour l’exportation. Il s’y tailla un succès respectable, dans les anciennes colonies britanniques mais pas uniquement. La Royal Air Force fit à elle seule l’acquisition de 175 appareils sur les 900 environ qui furent produits.

Il faut également citer un dérivé du Hawk, le T-45 Hawk, produit à hauteur de 200 exemplaires pour les besoins de l’US Navy. Pour répondre à la concurrence de plus en plus sévère et permettre une modernisation progressive de son produit, Hawker Siddeley (devenue par la suite BAe) lance périodiquement de nouvelles versions, elles aussi bien vendues à l’exportation. Toutefois, le Hawk commence à avouer son âge face à des appareils extrêmement récents et compétitifs, comme l’Aermacchi M-346 italien (et son cousin russe le Yak-130), le T-50 sud-coréen ou encore le JL-8 sino-pakistanais. C’est ainsi que très récemment les Emirats Arabes Unis, pourtant déjà possesseurs de Hawk, ont commandé des M-346.

On compte parmi les principales versions du type :

- Hawk T.1 : première version, livrée à la RAF à partir de l’été 1976

- Hawk T.1A : 88 appareils britanniques modifiés entre 1983 et 1986, doté de deux points d’emport pour deux AIM-9 Sidewinder et un pod ventral pour un canon de 30 mm

- Hawk 50 : version initialement destinée à l’exportation, pourvue d’une capacité d’attaque limitée ; équipe la Finlande, l’Indonésie et le Kenya

- Hawk 60 : version export remotorisée (Rolls-Royce Adour amélioré) ; équipe l’Arabie Saoudite, la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis (Abu Dhabi et Dubaï), le Koweit, la Suisse (20 Hawk 66, revendus par la suite à la Finlande) et le Zimbabwé ; le T-45 Goshawk en est dérivé

- Hawk 100 : biplace d’entraînement avancé et d’attaque au sol, premier vol en octobre 1987 ; doté de sept points d’emport, d’une capacité air-air longue portée et air-surface (missiles Skyflash et Sea Eagle) et d’une nouvelle avionique ; équipe l’Afrique du Sud, l’Australie, Bahreïn, le Canada, les Emirats Arabes Unis (Abu Dhabi), l’Inde, la Malaisie, Oman



- Hawk 200 : monoplace d’attaque, premier vol en mai 1986 ; équipe l’Arabie Saoudite, l’Indonésie la Malaisie et Oman


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions

  • BAe Hawk Mk 63 : Version du Hawk 60 destinée à l'Emirat d'Abu Dhabi. 16 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 51A : Version du Hawk 50 avec des modifications structurelles et destinée à la Finlande. 7 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 100 : Version biplace d’entraînement avancé à l'avionique améliorée et à l'aile redessinée. 68 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 51 : Version du Hawk 50 destinée à la Finlande. 50 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 63C : Désignation de quatre Hawk 63A livrés neuf à l'Emirat d'Abu Dhabi.
  • BAe Hawk Mk 60 : Version export remotorisée et désignation des appareils destinés au Zimbabwe. 8 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 63A : Version du Hawk 63 avec des modifications structurelles et destinée à l'Emirat d'Abu Dhabi. 15 exemplaires modifiés.
  • BAe Hawk T.1 : Version de série initiale destinée à la RAF. 175 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 64 : Version du Hawk 60 destinée au Koweït. 12 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 53 : Version du Hawk 50 destinée à l'Indonésie. 20 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 129 : Version du Hawk 100 destinée au Bahreïn. 6 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 63B : Désignation d'un Hawk 63 d'attrition livré à l'Emirat d'Abu Dhabi.
  • BAe Hawk Mk 200 : Version monoplace multirôle de combat.
  • BAe Hawk Mk 102 : Version du Hawk 100 destinée à l'Emirat d'Abu Dhabi. 18 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 103A : Désignation d'un Hawk 115 canadien livré à Oman.
  • BAe Hawk Mk 108 : Version du Hawk 100 destinée à la Malaisie. 10 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 109 : Version du Hawk 100 destinée à l'Indonésie. 8 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 115 : Version du Hawk 100 destinée au Canada.
  • BAe Hawk Mk 208 : Version du Hawk 200 destinée à la Malaisie. 18 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 205 : Version du Hawk 200 proposée à l'Arabie Saoudite.
  • BAE Systems Hawk Mk 128 : Version du Hawk AJT destinée à la RAF.
  • BAe Hawk Mk 61 : Version du Hawk 60 destinée à l'Emirat de Dubaï. 9 exemplaires.
  • BAe Hawk T.1A : Version du Hawk T.1 capable d'emporter des armements. 89 exemplaires modifiés.
  • BAe Hawk Mk 103 : Version du Hawk 100 destinée à Oman. 4 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 203 : Version du Hawk 200 destinée à Oman. 12 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 209 : Version du Hawk 200 destinée à l'Indonésie. 36 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 52 : Version du Hawk 50 destinée au Kenya. 12 exemplaires.
  • BAE Systems Hawk Mk 166 : Version du Hawk AJT destinée à Oman. 8 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 65 : Version du Hawk 60 destinée à l'Arabie Saoudite. 30 exemplaires.
  • BAE Systems Hawk LIFT : Version modernisée totalement remotorisée, à l'aile et au fuselage redessinés.
  • Hawker Siddeley HS.1183 : Projet de version agrandie du P.1182 propulsée par deux Rolls-Royce Viper.
  • Hawker Siddeley P.1225 : Projet dérivé du Hawk 200, probablement motorisé par un réacteur Rolls-Royce RB.199.
  • BAE Systems Hawk Mk 132 : Version du Hawk AJT destinée à l'Inde. 123 exemplaires.
  • BAe CT-155 Hawk : Désignation canadienne du Hawk 115. 22 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 66 : Version du Hawk 60 destinée à la Suisse.
  • BAE Systems Hawk T.2 : Désignation britannique du Hawk 128 AJT. 28 exemplaires.
  • HAL Hawk i : Version localement améliorée du Hawk 132. 1 exemplaire modifié.
  • BAe Hawk Mk 65A : Version améliorée du Hawk 60 destinée à l'Arabie Saoudite. 20 exemplaires.
  • BAE Systems Hawk Mk 127 : Version du Hawk LIFT destinée à l'Australie. 33 exemplaires.
  • BAE Systems Hawk AJT : Version d'entraînement avancé lourdement améliorée dérivée du Hawk LIFT.
  • BAe Hawk T.1W : Version armée comme le T.1A mais dépourvue de Sidewinder.
  • BAe Hawk Mk 60A : Version du Hawk 60 désignant le second lot destiné au Zimbabwe. 5 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 67 : Version à l'avionique améliorée du Hawk 60 destinée à la Corée du Sud. 20 exemplaires.
  • BAE Systems Hawk Mk 165 : Version du Hawk AJT destinée à l'Arabie Saoudite. 44 exemplaires.
  • BAE Systems Hawk Mk 120 : Version du Hawk LIFT destinée à l'Afrique du Sud. 24 exemplaires.
  • BAe Hawk Mk 50 : Version export de base dotée de capacités d'attaque limitées.

Sur le forum…

  • Je vois qu'il manque la version du Hawk T1W
    Image
    c'est un T1 qui a reçu le câblage d'armement du T1A
    sans l'option Sidewinder
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • stanak a écrit

    Finnish Air Force
    Hawk 66 (ex Suisse)
    Image
    Ouaip, ils ne seront pas restés longtemps, chez nous… :(
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Finnish Air Force
    Hawk 51
    Image

    Hawk 51A
    Image

    Hawk 66 (ex Suisse)
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Hawk 129
    Image RBAF
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci de l'exclu Stanak ! Un certain nombre de grosses acquisitions se profilent donc pour les EAU
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ce qui signifierait qu'ils remplaceraient presque nombre pour nombre les Casa C-101.

    Mk.63 oui, potentiellement ex-émiratis. Ce qui libèrerait la voie aux Aermacchi M-346.
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • en exclusivité mondiale ! :bonnet:

    Hawk 63
    Image RJAF
    Image
    probablement ex EAU
    d'après les serials 12 appareils (à confirmer)
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ansierra117 a écrit

    Rectification : "essaye de construire"
    Pourquoi, ils ont aussi des problèmes avec les Hawk construits sur place?
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Jericho a écrit

    Je pense que son avenir est déjà très incertain depuis que HAL construit des Hawk 132 sous licence pour sa force aérienne et sa marine. :?

    Rectification : "essaye de construire"
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    Sur ce coup-là, c'est le programme HJT-36 Sitara qui va prendre, à mon avis.
    Le Sitara, un avion d'entrainement dont l'étude a commencé il y a 18 ans et qui n'est toujours pas construit en série…
    Je pense que son avenir est déjà très incertain depuis que HAL construit des Hawk 132 sous licence pour sa force aérienne et sa marine. :?
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer