Dornier Do 27

Rappels

  • Catégorie : Avion utilitaire
  • Constructeur : Dornier drapeau du pays
  • Premier vol : 27 juin 1955
  • Production : 628 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : Dornier Do 25

Historique

Durant la Seconde Guerre Mondiale, la logistique militaire devint un outil indispensable aux armées des belligérants. Une grande partie des flux d’approvisionnements arrivait toujours par des moyens de transport lourds. Mais le conflit révéla des besoins nouveaux, plus légers et souvent plus urgents. De nombreuses batailles se jouèrent sur la capacité d’une des forces en présence à fournir assez de matériel et de renforts aux troupes engagées, en temps et en heure.

L’aviation joua un rôle très important dans ce domaine. Dès avant la guerre, des flottes d’appareils légers étaient prêtes à entrer en action, dans le cadre de missions très diverses : le Fieseler Storch ou le Bf 108 allemands, le Westland Lysander britannique, le Polikarpov Po-2 soviétique ou le Piper Cub américain servaient aussi bien d’appareils de liaison que de postes d’observation volants ou de relais de communications. Mais ils avaient aussi en commun la possibilité de transporter quelques passagers ou une quantité équivalente de fret.

Après la guerre, le développement de l’aviation légère, la multiplication des besoins civils et militaires donnèrent un nouvel élan à ce type d’appareils, alors que les hélicoptères n’en étaient qu’à leurs débuts. Cela eut pour conséquences l’apparition de nouveaux modèles, tels le DHC-2 Beaver, l’Antonov An-2 ou le Dornier Do 27.

Au tout début des années 1950, l’Espagne de Franco était largement équipée en appareils militaires de fabrication allemande. Aussi, quand elle lança un appel d’offres en vue d’acquérir un avion léger, destiné à des missions de liaison et de transport léger, des firmes allemandes y participèrent. Claudius Dornier, plus connu pour ses hydravions, se mit au travail et proposa un modèle, baptisé Do-25.

Deux prototypes (Do 25 P-1 et Do 25 P-2) furent construits en Espagne, le premier avec un moteur de 150 ch, le second avec un Continental 0-470-J de 230 ch. Les essais se poursuivirent jusqu’en 1957. Entretemps, le Do 25 avait évolué vers le Do 27, plus lourd et désormais équipé d’un moteur Lycoming de 270 ch. Quelques modifications sur la structure (notamment sur les portes) avaient aussi été faites. Présenté en 1957 au Salon du Bourget, le Do 27 avait déjà suscité des commandes, en Espagne, mais aussi en Suisse et surtout en Allemagne de l’Ouest, où la commande initiale de 469 unités avait été réduite à 428. La production se termina en 1965 ; elle porta aussi bien sur des appareils militaires que sur des appareils civils.



Le Do 27 était un appareil monomoteur. Il disposait d’une aile haute unique, largement pourvue en volets de bord d’attaque et en volets hypersustentateurs, qui lui donnaient des capacités STOL de décollage et d’atterrissage court, ainsi que la possibilité de voler à basse vitesse dans de bonnes conditions. Le train d’atterrissage fixe était constitué de deux jambes robustes, chacune portant une roue, en plus d’une roulette de queue.

La motorisation était assurée par un Lycoming GO-480 B1A6 (sauf sur les Do 27H2, qui étaient propulsés par un GS0-480 B1B6 de 340 ch), entraînant une hélice bipale (tripale sur les H2). Robuste et fiable, le Do-27 constituait un excellent appareil de brousse, pouvant se poser sur des terrains peu aménagés, et à partir de pistes très courtes. La cabine, haute de 1,40 mètre et longue de 3,50 mètre, pouvait accueillir en plus du pilote, trois à cinq passagers. Relativement lent, le Do 27 n’en répondait pas moins aux espoirs de son constructeur.

On peut citer plusieurs versions majeures :

- Do 27A1 : version militaire entrée initialement en production

- Do 27A2 à A5 : versions militaires

- Do 27B1 : version destinée à l’entraînement, munie de doubles commandes

- Do 27Q1 à Q5 : versions civiles ; le Do 27Q5 avait la particularité de pouvoir transporter six passagers

- Casa C-127 : Do 27A1 produits sous licence, en Espagne

Le Do 27 trouva rapidement une clientèle en Europe et dans le reste du monde. Bien que confronté à une forte concurrence et à l’arrivée des hélicoptères de transport, Dornier put produire 627 exemplaires de son appareil. 428 échurent donc à l’Allemagne de l’Ouest, qui les alloua à la Bundeswehr et à la Luftwaffe. L’Espagne, qui était partie prenante du projet au départ, produisit de son côté 50 Casa C-217.

La Belgique et le Portugal reçurent chacun de leur côté une douzaine d'appareils (respectivement dénommés Do 27J et Do 27K), basés sur le Do 27A-4. Les autres pays utilisateurs se situent en majorité sur le continent africain. On peut signaler aussi que la compagnie Air America, très liée à la CIA et opérant en Asie du Sud-Est, utilisa une poignée de Do 27. La production cessa en 1966. En 1980, l’Allemagne raya des effectifs ses appareils survivants, et les proposa sur le marché de l’occasion, avec succès dans les domaines civils et militaires. Au début des années 2000, au moins 40 Do 27 civils étaient encore immatriculés en Allemagne.




Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • CASA C-127 : Version construite sous licence en Espagne, 50 exemplaires.
  • Dornier Do 27 : Prototypes, 2 ou 3 exemplaires.
  • Dornier Do 27A-1 : 1ere version militaire de série.
  • Dornier Do 27A-2 : Do 27A-1 avec des modifications mineures, 2 exemplaires.
  • Dornier Do 27A-3 : Do 27A-1 avec une masse maximale au décollage plus importante.
  • Dornier Do 27A-4 : Version au train d'atterrissage plus large.
  • Dornier Do 27B-1 : Version destinée à l’entraînement, munie de doubles commandes.
  • Dornier Do 27B-2 : Modifications mineures par rapport au Do 27B-1.
  • Dornier Do 27B-3 : Do 27B-2 avec une masse maximale augmentée.
  • Dornier Do 27B-5 : Do 27B-3 modifiés en Do 27A-3.
  • Dornier Do 27H-1 : Do 27B-2 remotorisé avec unAvco Lycoming GSO-480 de 340 hp. 1 exemplaire.
  • Dornier Do 27H-2 : Do 27H-1 destiné à la Suisse.
  • Dornier Do 27J-1 : Variante pour la Belgique, basée sur le Do-27A-4.
  • Dornier Do 27K-1 : Version portuguaise, basée sur le Do-27A-4.
  • Dornier Do 27K-2 : Do 27K-1 avec des modifications mineures, destiné au Portugal.
  • Dornier Do 27Q-1 : Version civile (6 passagers). 16 exemplaires.
  • Dornier Do 27Q-3 : Version quadriplace civile, moteur Continental O-470K de 230 hp. 1 exemplaire.
  • Dornier Do 27Q-4 : Do 27Q-1 avec plus de carburant, 34 exemplaires.
  • Dornier Do 27Q-5 : Do 27Q-4 avec des améliorations internes, 12 exemplaires.
  • Dornier Do 27Q-6 : Variante du Do 27Q-5 pour la Guinée-Bissau et le Brésil, 2 exemplaires.
  • Dornier Do 27S-1 : Version hydravion, un exemplaire.
  • Dornier Do 27T : Un Do 27Q-4 doté d'un turbopropulseurTurbomeca Astazou II.

Sur le forum…

  • CASA C.127
    ex Spanish AF
    Image
    50 exemplaires utilisés de 1960 à ?

    Do-27B-5
    ex Spanish AF
    Image
    26 Do-27 furent livrés par l'Allemagne en 1973.
    15 d'entre eux ont été confiés au Secrétariat de l'aviation civile (date?)
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Do 27A-4
    Luftwaffe colors
    Image

    Do 27B-1
    Luftwaffe colors
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Joli ! :)

    Index maj.
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Do27B-1 Dror
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par stanak le Feb. 24, 2017, 7:33 a.m.
  • Il a des airs des famille avec le Storch d'ailleurs !

    J'aime bien ce petit avion.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Un petit coucou méconnu, comme les Allemands ont toujours su en concevoir.

    ………………………………………………………………………………………

    Historique :

    Durant la Seconde Guerre Mondiale, la logistique militaire devint un outil indispensable aux armées des belligérants. Une grande partie des flux d’approvisionnements arrivait toujours par des moyens de transport lourds. Mais le conflit révéla des besoins nouveaux, plus légers et souvent plus urgents. De nombreuses batailles se jouèrent sur la capacité d’une des forces en présence à fournir assez de matériel et de renforts aux troupes engagées, en temps et en heure.

    L’aviation joua un rôle très important dans ce domaine. Dès avant la guerre, des flottes d’appareils légers étaient prêtes à entrer en action, dans le cadre de missions très diverses : le Fieseler Storch ou le Bf108 allemands, le Westland Lysander britannique, le Polikarpov Po-2 soviétique ou le Piper Cub américain servaient aussi bien d’appareils de liaison que de postes d’observation volants ou de relais de communications. Mais ils avaient aussi en commun la possibilité de transporter quelques passagers ou une quantité équivalente de fret.

    Après la guerre, le développement de l’aviation légère, la multiplication des besoins civils et militaires donnèrent un nouvel élan à ce type d’appareils, alors que les hélicoptères n’en étaient qu’à leurs débuts. Cela eut pour conséquences l’apparition de nouveaux modèles, tels le DHC-2 Beaver, l’Antonov An-2 ou le Dornier Do-27.

    Au tout début des années 1950, l’Espagne de Franco était largement équipée en appareils militaires de fabrication allemande. Aussi, quand elle lança un appel d’offres en vue d’acquérir un avion léger, destiné à des missions de liaison et de transport léger, des firmes allemandes y participèrent. Claudius Dornier, plus connu pour ses hydravions, se mit au travail et proposa un modèle, baptisé Do-25.

    Deux prototypes (Do-25 P-1 et Do-25 P-2) furent construits en Espagne, le premier avec un moteur de 150 ch, le second avec un Continental 0-470-J de 230 ch. Les essais se poursuivirent jusqu’en 1957. Entretemps, le Do-25 avait évolué vers le Do-27, plus lourd et désormais équipé d’un moteur Lycoming de 270 ch. Quelques modifications sur la structure (notamment sur les portes) avaient aussi été faites. Présenté en 1957 au Salon du Bourget, le Do-27 avait déjà suscité des commandes, en Espagne, mais aussi en Suisse et surtout en Allemagne de l’Ouest, où la commande initiale de 469 unités avait été réduite à 428. La production se termina en 1965 ; elle porta aussi bien sur des appareils militaires que sur des appareils civils.

    Le Do-27 était un appareil monomoteur. Il disposait d’une aile haute unique, largement pourvue en volets de bord d’attaque et en volets hypersustentateurs, qui lui donnaient des capacités STOL de décollage et d’atterrissage court, ainsi que la possibilité de voler à basse vitesse dans de bonnes conditions. Le train d’atterrissage fixe était constitué de deux jambes robustes, chacune portant une roue, en plus d’une roulette de queue.

    La motorisation était assurée par un Lycoming GO-480 B1A6 (sauf sur les Do-27H2, qui étaient propulsés par un GS0-480 B1B6 de 340 ch), entraînant une hélice bipale (tripale sur les H2). Robuste et fiable, le Do-27 constituait un excellent appareil de brousse, pouvant se poser sur des terrains peu aménagés, et à partir de pistes très courtes. La cabine, haute de 1,40 mètre et longue de 3,50 mètre, pouvait accueillir en plus du pilote, trois à cinq passagers. Relativement lent, le Do-27 n’en répondait pas moins aux espoirs de son constructeur.

    Versions principales :

    - Do-27A1 : version militaire entrée initialement en production
    - Do-27A2 à A5 : versions militaires
    - Do-27B1 : version destinée à l’entraînement, munie de doubles commandes
    - Do-27Q1 à Q5 : versions civiles ; le Do-27Q5 avait la particularité de pouvoir transporter six passagers
    - Casa C-127 : Do-27A1 produits sous licence, en Espagne

    Le Do-27 trouva rapidement une clientèle en Europe et dans le reste du monde. Bien que confronté à une forte concurrence et à l’arrivée des hélicoptères de transport, Dornier put produire 627 exemplaires de son appareil. 428 échurent donc à l’Allemagne de l’Ouest, qui les alloua à la Bundeswehr et à la Luftwaffe. L’Espagne, qui était partie prenante du projet au départ, produisit de son côté 50 Casa C-217.

    La Belgique et le Portugal reçurent chacun de leur côté une douzaine d'appareils (respectivement dénommés Do-27K et Do-27J), basés sur le Do-27A-4. Les autres pays utilisateurs se situent en majorité sur le continent africain. On peut signaler aussi que la compagnie Air America, très liée à la CIA et opérant en Asie du Sud-Est, utilisa une poignée de Do-27. La production cessa en 1966. En 1980, l’Allemagne raya des effectifs ses appareils survivants, et les proposa sur le marché de l’occasion, avec succès dans les domaines civils et militaires. Au début des années 2000, au moins 40 Do-27 civils étaient encore immatriculés en Allemagne.

    ………………………………………………………………………………………

    Caractéristiques :

    Version :

    Dornier Do-27A

    Type :

    Appareil léger polyvalent

    Motorisation :

    1 Lycoming GO-480 B1A6 à 6 cylindres à plat, d'une puissance de 270 ch

    Equipage :

    1 pilote

    Performances :

    Vitesse maximale : 180 km/h
    Vitesse de croisière : 130 km/h
    Plafond pratique : 3 400 m
    Distance franchissable maximale : 840 km

    Poids :

    Masse à vide : 997 kg
    Masse maximale : 1 570 kg

    Dimensions :

    Envergure : 12 m
    Longueur du fuselage : 9,60 m
    Hauteur au sol : 3,50 m
    Surface alaire : 19,4 m²

    Armement :

    Aucun

    Pays utilisateurs :

    Angola, Allemagne, Belize, Burundi, Congo, Espagne, Guinée-Bissau, Israël, Mozambique, Nigéria, Portugal, Rwanda, Soudan, Suède, Suisse, Turquie.

    ………………………………………………………………………………………

    Sources :

    Outre le Wikipédia anglophone, et le site de chez EADS que je ne suis pas allé voir, le site que j'ai le plus travaillé est un site de fans du Do-27. On doit aussi citer, toujours, Vectorsite.
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer modifié 3 fois par ciders le June 23, 2012, 4:01 p.m.