Sukhoï Su-7 (OTAN : Fitter, Moujik)

Rappels

  • Catégorie : Avion de combat
  • Constructeur : Sukhoï drapeau du pays
  • Premier vol : 7 septembre 1955
  • Production : 1 847 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : Sukhoï Su-17 (OTAN : Fitter)
Sukhoï Su-7 (OTAN : Fitter, Moujik)

Historique

La construction aéronautique soviétique n'était pas qu'affaire d'ingénieurs et de techniciens. Elle était aussi une affaire éminemment politique. Pour imposer ses vues et ses modèles, et pour donner le premier rôle à ses appareils, chaque bureau d'études devait se mêler de politique et se trouver des appuis haut placés. Certains, tel MiG ou Tupolev y réussirent mieux que d'autres, un temps mieux placés puis oubliés. Le bureau Sukhoï oscilla entre les deux tendances. Pavel Osipovitch Sukhoï avait connu la faveur des dirigeants soviétiques dans les années 1930, avant de tomber en disgrâce dans les années 1940.

La mort de Staline, en 1953, lui permit de revenir en grâce. Sa première tâche fut de développer, au profit des VVS soviétiques, un chasseur destiné à opérer près du front, en tirant partie du nouveau réacteur Al-7F conçu par le motoriste Lyulka. De ses travaux allaient naître deux appareils aux fonctions très différentes : l'intercepteur Sukhoï Su-9 (code OTAN : Fishpot), destiné à la PVO, et le Sukhoï Su-7 (code OTAN : Fitter).

Le Fitter fut développé initialement sous la forme d'un unique prototype, baptisé S-1 (la lettre S désignant un appareil à voilure en flèche, strelovidniy). Celui-ci effectua son premier vol en septembre 1955. Il se révéla suffisamment intéressant (battant notamment un record de vitesse en avril 1956, en atteignant la vitesse de 2 170 km/h) pour qu'on en poursuive le développement. La production d'appareils de présérie fut autorisée dans la foulée.

Le 24 juin 1956, le S-1 fut dévoilé au public lors de la Journée de l'Aviation de Tsushino. Malheureusement, il s'écrasa quelques mois plus tard, victime du manque de fiabilité de son moteur.
Plusieurs modifications menèrent à une amélioration du S-1, le S-2. Une vingtaine de Su-7 servirent à mener des tests supplémentaires, les ingénieurs soviétiques ayant découvert une série de nouveaux problèmes techniques, qu'ils avaient tâché de résoudre au mieux. Les premiers appareils de série entrèrent en service en 1959.



C'est à ce moment-là que la carrière du Su-7 connut un virage serré. En effet, il fut alors décidé que le Su-7 serait remplacé par le MiG-21 en tant que chasseur tactique dans l'aviation de front (FA). A la place, la FA demanda à Sukhoï de convertir son Su-7 en avion d'attaque au sol, en vue notamment de remplacer les Iliouchine Il-10 désormais complètement obsolètes. Il en résulta un nouveau prototype, baptisé S-22, et un nouvel appareil, le Su-7B. Celui-ci obtint sa qualification initiale (IOC) en juin 1960. La première unité qui en fut dotée fut le 642è GvBAP (régiment de bombardement de la Garde), dans le district militaire d'Odessa.

Le Sukhoï Su-7 possédait de nombreuses caractéristiques de la production soviétique de son époque. Sa conception était très simple. L’appareil était pourvu d’une voilure en flèche à 63 degrés et d’une unique entrée d’air dans le nez, avec un cône central légèrement visible. Il disposait d'un train d’atterrissage tricycle, rétractable grâce à un système hydraulique. Le pilote disposait d'un siège éjectable, même si les premiers modèles ne fonctionnaient qu'à partir de 100 mètres d'altitude.

Si le Fitter était un appareil robuste, les pilotes soviétiques s'aperçurent à l'usage qu'il ne pouvait pas servir à partir de pistes sommaires et qu'il lui fallait aussi des pistes relativement longues, ce qui limitait ses capacités tactiques au plus près du front. Toutefois, il se révéla assez maniable à basse altitude et d’un entretien très facile. Ses problèmes de jeunesse éliminés, le Su-7 devint un appareil populaire auprès de ses pilotes. Cependant, il souffrait de défauts assez gênants.

L’unique réacteur du Fitter était un Lyulka AL-7F doté d'un système de postcombustion. Ce moteur consommait énormément de carburant, ce qui limitait de manière conséquente le rayon d’action, mais aussi la charge utile. De plus, malgré sa robustesse, il se révéla assez vulnérable aux tirs ennemis. Si l’impossibilité (au départ) d’utiliser des pistes courtes (il fallait au moins 2 400 m de piste à pleine charge) fut supprimée par la suite, l’armement demeura limité. Ses deux canons de calibre 30 mm, 1 dans chaque racine d’aile (le Su-7B n'avait qu'un seul canon), n’emportaient qu’un nombre réduit d’obus.



Pour le reste, le Fitter ne pouvait emporter que deux tonnes d’armement, essentiellement des paniers lance-roquettes UB-16U-57 de calibre 57 mm et des bombes non-guidées de 250 ou 500 kilos, sur 4 (puis 6) points d'emport. Cette charge se réduisait à une tonne si l’on remplaçait les bombes ou lance-roquettes des points d’emport ventraux par deux bidons de carburant supplémentaires. L'avionique était réduite, comportant essentiellement un système d'identification IFF SRO-2 Khrom (désignation OTAN : Odd Rods), un radar d'alerte Sirena-2 placé dans la queue de l'appareil et un détecteur d'alerte radar.

Pour remédier à toutes ces difficultés, les Soviétiques produisirent plusieurs versions améliorées, toutes désignées par l’OTAN sous la désignation Fitter-A, à l'exception des biplaces d'entraînement.

Versions principales :

- Su-7 : chasseur tactique ; première variante de production, destinée surtout aux essais ; environ une centaine d'exemplaires produits entre 1957 et 1960 ; retirés du service avant 1965

- Su-7B : seconde variante, destinée à l'attaque au sol ; emportait un unique canon et 2 tonnes de charge extérieure, en plus de 3,4 tonnes de carburant en interne ; 431 exemplaires produits

- Su-7BM : variante améliorée ; disposait notamment d'un réacteur Al-7F-1-150 plus puissant, d'un nouveau siège éjectable, d'une capacité de carburant interne de 3,7 tonnes et de deux points d'emport "humides", chacun pouvant porter un réservoir auxiliaire de 620 litres ; environ 290 exemplaires produits

- Su-7BKL : variante encore améliorée, notamment par l'adjonction de parachutes de freinage, de provisions pour l'usage de fusées de décollage (JATO) et de deux points d'emport sous voilure supplémentaires (ajoutés à beaucoup de Fitter plus anciens par la suite) ; 267 exemplaires produits

- Su-7BMK : variante du Su-7BKL destinée à l'exportation



Il fut aussi développé des variantes biplaces du Su-7, les Su-7U et Su-7UMK  (désignation OTAN : Moujik). Le Su-7U était développé à partir du Su-7BM, le Su-7UMK étant destiné à l'exportation. Le Su-7U avait un fuselage modifié pour permettre l'emport d'un instructeur (et une moindre capacité en carburant) et un train d'atterrissage renforcé, mais conservait ses canons. Le pilote et l'instructeur disposaient chacun d'un siège éjectable. Ces variantes furent produites respectivement à 367 et 44 exemplaires.

Les Su-7 formaient le cœur des unités d'attaque au sol de l'Union Soviétique durant les années 1960. Ils équipèrent de nombreuses formations de l'aviation de front, essentiellement dans la partie ouest du pays, mais aussi près de la frontière chinoise. Ils furent généralement remplacés dans le courant des années 1970 par le Su-17 plus moderne, qui apparurent pour la première fois au sein du 523è IBAP (régiment indépendant de bombardement) en 1971. L’URSS retira ses derniers exemplaires en 1989.

Le Sukhoï Su-7 connut un grand succès à l'exportation. Il fut utilisé au combat à plusieurs reprises : par l'Égypte durant la Guerre des Six Jours (1967), la Guerre d’Attrition (1967-1970) et la Guerre du Kippour (1973), mais aussi par l’Inde en 1971 contre le Pakistan. A cette occasion, les Su-7 indiens auraient effectué près de 1 500 sorties : deux appareils furent atteints par des missiles air-air, mais purent revenir à leur base. Malgré leurs défauts, les Su-7 s’acquittèrent plutôt honorablement de leur tâche, menant notamment de nombreuses attaques à basse altitude lors des conflits au Proche-Orient.

Près de 1 900 exemplaires furent construits, un peu moins de 700 d’entre eux exportés. Parmi les opérateurs connus, on compte l’Afghanistan (une centaine d'exemplaires), la Tchécoslovaquie (un peu moins d'une centaine, retirés en 1990), l’Inde (160), la Pologne (46) ou encore la Syrie.  Il semble à l’heure actuelle que seule la Corée du Nord dispose encore d’appareils en service, au nombre de 18, mais leur état est sujet à caution.



La plupart des utilisateurs ont remplacé le Su-7 par des versions améliorées du Fitter, et notamment par le Su-17/22.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation

Pays utilisateur

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Sukhoï S-23 : Banc d'essai volant pour l'utilisation de skis à la place des roues.
  • Sukhoï S-25 : Banc d'essai en soufflerie pour tester le contrôle de la couche limite.
  • Sukhoï S-25T : Banc d'essai en soufflerie pour tester le contrôle de la couche limite.
  • Sukhoï S-26 : Prototype équipé de skis, de fusées JATO et de deux parachutes de frein. 1 exemplaire.
  • Sukhoï S-41 : Banc d'essai aérodynamique au fuselage élargi pour tester la loi des aires.
  • Sukhoï Su 100LDU : Su-7U modifié pour tester des CDVE et des plans canards.
  • Sukhoï Su-7 (OTAN : Fitter-A) : Version initiale de production. 132 exemplaires.
  • Sukhoï Su-7B (OTAN : Fitter-A) : Version d'attaque au sol. 431 exemplaires.
  • Sukhoï Su-7BKL (OTAN : Fitter-A) : Version du Su-7BM conçue pour décoller depuis des terrains non-préparés. 267 exemplaires.
  • Sukhoï Su-7BM (OTAN : Fitter-A) : Version du Su-7B à l'autonomie rallongée et capable de frappes nucléaires. 290 exemplaires.
  • Sukhoï Su-7BMK (OTAN : Fitter-A) : Version d'export du Su-7BM à l'avionique dégradée. 441 exemplaires.
  • Sukhoï Su-7U (OTAN : Moujik) : Version biplace d'entraînement du Su-7B.
  • Sukhoï Su-7UM (OTAN : Moujik) : Version biplace d'entraînement du Su-7BM.
  • Sukhoï Su-7UMK (OTAN : Moujik) : Version biplace d'entraînement du Su-7BMK. 44 exemplaires.
Longueur Envergure Hauteur Surface alaire Masse à vide Masse normale au décollage Masse maxi au décollage Facteur de charge maximal Distance d'atterrissage Vitesse d'atterrissage Distance de décollage Vitesse de décollage Vitesse maximale HA Vitesse maximale BA Vitesse ascensionnelle Plafond opérationnel Vitesse maximum Distance de convoyage Distance franchissable Nombre de points d'emport Charge militaire Équipage Carburant (masse)
Sukhoï Su-7BM (OTAN : Fitter-A)16,607 m (54,485 ft)9,309 m (30,541 ft)4,99 m (16,371 ft)8 370 kg (18 453 lbs)11 730 kg (25 860 lbs)13 830 kg (30 490 lbs)8 G900 m (2 953 ft)280 km/h (174 mph, 151 kts)1 350 m (4 429 ft)385 km/h (239 mph, 208 kts)2 120 km/h (1 317 mph, 1 145 kts)1 200 km/h (746 mph, 648 kts)18 500 m (60 696 ft)1 135 km (705 mi, 613 nm)4 2 000 kg (4 409 lbs)1 3 000 kg (6 614 lbs)
Sukhoï Su-7BKL (OTAN : Fitter-A)16,6 m (54,462 ft)9,31 m (30,545 ft)4,99 m (16,371 ft)34 m² (366 sq. ft)8 937 kg (19 703 lbs)12 550 kg (27 668 lbs)15 210 kg (33 532 lbs)7 G700 m (2 297 ft)950 m (3 117 ft)2 150 km/h (1 336 mph, 1 161 kts)1 150 km/h (715 mph, 621 kts)160 m/s (525 ft/s)17 600 m (57 743 ft)1 650 km (1 025 mi, 891 nm)6 2 000 kg (4 410 lbs)1 3 221 kg (7 100 lbs)
Sukhoï Su-7B (OTAN : Fitter-A)16,607 m (54,485 ft)9,309 m (30,541 ft)5,157 m (16,919 ft)7 765 kg (17 119 lbs)10 839 kg (23 896 lbs)13 043 kg (28 755 lbs)8 G900 m (2 953 ft)270 km/h (168 mph, 146 kts)1 350 m (4 429 ft)360 km/h (224 mph, 194 kts)2 120 km/h (1 317 mph, 1 145 kts)1 200 km/h (746 mph, 648 kts)19 500 m (63 976 ft)1 130 km (702 mi, 610 nm)4 1 2 760 kg (6 085 lbs)
Sukhoï S-251
Sukhoï Su-7 (OTAN : Fitter-A)16,508 m (54,16 ft)9,309 m (30,541 ft)7 145 kg (15 752 lbs)9 245 kg (20 382 lbs)10 859 kg (23 940 lbs)8 G1 250 km/h (777 mph, 675 kts)18 750 m (61 516 ft)1 1 850 kg (4 079 lbs)
Sukhoï Su-7U (OTAN : Moujik)17,004 m (55,787 ft)9,309 m (30,541 ft)4,99 m (16,371 ft)9 950 kg (21 936 lbs)12 990 kg (28 638 lbs)15 210 kg (33 532 lbs)6,25 G1 650 m (5 413 ft)325 km/h (202 mph, 175 kts)1 550 m (5 085 ft)365 km/h (227 mph, 197 kts)2 070 km/h (1 286 mph, 1 118 kts)1 150 km/h (715 mph, 621 kts)17 000 m (55 774 ft)820 km (510 mi, 443 nm)2 3 010 kg (6 636 lbs)
Sukhoï Su 100LDU16,81 m (55,151 ft)9,31 m (30,545 ft)4,99 m (16,371 ft)13 890 kg (30 622 lbs)17 250 m (56 594 ft)2 070 km/h (1 286 mph, 1 118 kts)1 430 km (889 mi, 772 nm)820 km (510 mi, 443 nm)2
Sukhoï S-231

Sur le forum…

  • Faut être courageux pour encaisser 10G/-6G dans ce genre d'appareils, quand même

    J'sais pas si c'était voulu, les sources ne m'ont pas donné cette impression…
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Su-7BM
    ex Soviet AF
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci pour la fiche sur le 100LDU =)
    Je ne savais pas qu'il avait été utilisé pour le Su-27, je ne connaissais que son apport pour le T4.

    Faut être courageux pour encaisser 10G/-6G dans ce genre d'appareils, quand même :shock:
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Su-17M3
    ex Soviet AF
    Image

    Su-20
    ex Ukraine AF
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Gloups.
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    Lis ça comme un su-10-0. :mrgreen:
    Ah ben là, je suis d'accord! :mrgreen:


    Clansman a écrit

    Moi non plus je le connaissais pas. Je suis tombé dessus par hasard en faisant d'autres fiches…
    C'est ça le bonheur de faire des fiches d'avions expérimentaux, c'est pareil pour moi: je fais une fiche et je découvre des évolutions dérivées et des concurrents qui ne sont pas répertoriés… du coup j'en ai quatre ou cinq de plus à faire. :shock:

    Le côté positif, c'est qu'on avance… malgré le but qui s'éloigne. :bonnet:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Lis ça comme un su-10-0. :mrgreen:

    Moi non plus je le connaissais pas. Je suis tombé dessus par hasard en faisant d'autres fiches…
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Et Clans', tu es sûr que ton Su 100 est bien à sa place dans ce topic nommé "du Sukhoï Su-7 au Sukhoï Su-22"… :p :bonnet:

    Sérieusement, merci pour cette fiche, encore un avion expérimental que je ne connaissais pas… ça devient désespérant! :mrgreen:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le Su 100LDU :

    A la fin des années 1960, Sukhoï était impliqué dans un projet ambitieux, l'avion "100" plus connu sous le nom de T-4. Cet appareil devait être un bombardier supersonique, rien moins que la réponse soviétique au XB-70.

    Sukhoï utilisa des bancs d'essais pour certains composants du futur appareil. Un Su-7U de série (biplace donc) fut ainsi mis à contribution pour tester les commandes de vol électro-hydrauliques. Baptisé Su 100LDU (acronyme russe pour Véhicule à Contrôles Configurés), il fut également doté de plans canards delta et d'un système destiné à accroître automatiquement la stabilité longitudinale.

    En interne, il était également désigné S-22PDS. L'exemplaire était codé 08 et avait pour numéro de série 0408 (8e exemplaire du 4e lot de production).

    Il vola pour la première fois en 1968 et fut testé jusqu'en 1972 par Igor Volk, pilote du centre d'essais en vol de Gromov et futur cosmonaute. Le T-4 fut annulé le 22 janvier 1974. A cette date, depuis 1973 en fait, le Su 100LDU servait déjà à expérimenter les commandes de vol électriques du futur Su-27, et à tester les plans canards de façon plus générale. L'apport au programme T-4 avait de toute façon été marginale. Dès 1974, il fut cloué au sol, la cellule ayant supporté de forts facteurs de charge (jusqu'à 10,5 G et -6G).


    http://prototypes.free.fr/t6/t6-8.htm


    https://en.wikipedia.org/wiki/Sukhoi_Su-7#Variants


    http://www.ussr-airspace.com/index.php?main_page=product_info&cPath=28_39_38_97&products_id=1536


    http://ourairports.biz/?p=6512


    http://www.sukhoi.org/eng/planes/museum/su7/


    https://issuu.com/jeanlulu/docs/-aviation--soviet-x-planes--yefim-gordon---bill-gu/174


    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=cs&u=http://ruslet.webnode.cz/technika/ruska-technika/letecka-technika/p-o-suchoj/a100ldu/&prev=search


    http://q-zon-fighterplanes.com/fighter-jets-in-action/fighters-ussrrussia/ussr-russia-v/
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer