pcmax

  • Capitaine Grade : Capitaine
  • Messages : 2,711
  • Photos : 22
  • Sujets : 24
  • Emplacement : L'Hérault... le soleil... la mer... les vignes... le vin...la sieste etc.
  • Date d'inscription : April 8, 2010, 10:58 p.m.
  • Anniversaire : Sept. 11, 1952
  • medal medal medal medal medal medal medal
Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois

Derniers messages

  • Merci à vous les gars (et fille). :D
    Je suis un peu à la bourre mais j'ai des excuses…et puis c'est ma page donc…
    De news ?
    Allez…
    Bon, je pense souvent à vous tous et je passe quelquefois jeter un oeil sur le site. Sans prendre le temps de faire coucou c'est vrai.
    Au niveau zavions, je suis administrateur d'un groupe FB qui se nomme MIRAGE III FOR EVER et qui marche à donf. Presque 5000 membres et pas mal d'anciens de l'AA que je réunis une fois par an lors de WE mémorables. Ca prend du temps.
    Je suis aussi bénévole au musée de la 5ème E/C à Orange ou nous entretenons une quarantaine d'avions divers.
    Je gère en privé la restauration d'un très beau Mirage 5 Belge (le BA-33) au château de Bosc sur al commune de DOMAZAN (30).
    Tout ça pour dire aussi que j'ai quitté l Hérault en…2015 pour me rapprocher de mes filles sur le secteur d'AVIGNON. J'avais quelques "petits" problèmes de santé et je me sentais un peu seul dans le 34.
    Voilà…la vie continue…avec des zavions partout.
    Je pense bien à vous de temps à autres et je souris aussi en revivant quelques bons souvenirs.
    Je vous embrasse bien en vous souhaitant une bonne santé et autant de bonheur que moi !
    Je repasserai…promis.
    La bise les mecs.
    Grosse bise à "ma pote qui partage sa vie avec les renards, les chevreuils, les lapins, les écureuils et les avions qui lui passent sur la tête et qu'elle doit connaitre depuis le temps". :D
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • cachée dans les pins a écrit

    je sais chuis débutante, mais que touches-tu presque tout le temps avec la main droite?
    Il me semble qu'il manoeuvre, à l'approche du grain, le dégivrage carbu puis il cale son VOR (aiguille de balise).

    Tiens… au passage :biz:
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Meilleurs voeux de bonne année à vous tous. Que les jours à venir vous apportent ce dont vous rêvez mais surtout la santé.

    Bons vols à vous ! :bieres:
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Cinétic a écrit

    MAVERICKdu13 a écrit

    cà serait marrant que ce soit Flavien dans un des des Xingu ! Tiens quelqu'un a de ses nouvelles , au fait ? Le TIC ( ex ) de la Grande Bleue , peut-être ? :megaph:

    Si je ne me trompe pas, il était présent à la dernière édition du meeting de Rennes. Son avion était resté en statique. Mais j'étais un peu trop occupé à promener mon neveu de 9ans de stand à stand pour réellement taper la discute avec lui. Je voulais remettre ça (en solo cette fois) pour le dimanche mais ça n'a pas pu se faire. Rien de nouveau depuis.

    Salut les gars.

    Je suis toujours en contact avec notre ami Flavien et il va bien…très bien même.
    Il est toujours sur Xingus et passe son temps dans les airs à gaspiller le gas-oil (ouais…lui il a choisi "diesel"). :tomcat:
    Il est parfois en France et souvent à l'étranger. Il est en instance de passer Commandant de Bord et commence à se la péter… je suis obligé de lui rappeler qui il est…j'en sais des choses ! :recon:
    Quand il me rappelle qu'il est pilote et officier… je lui rappelle qu'il est pilote… de Xingus et que de ses barrettes… je m'en tape ! :drill:

    Sinon, je pense que nous allons passer quelques jours ensemble dans peu de temps :bourre: . Je ne prends pas de risques en vos passant son bonjour.

    Quant à moi… je poursuis mes occupations de retraité et je m'y fais très bien. Je passe pas beaucoup je sais…mais j'suis passé ce soir alors…

    La bise les mecs ! ;)
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Et tu devrais en avoir quelques unes l'ami Niko. ;)
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci à vous !
    J'offre donc mon verre aux gouttes de pluie, attendant qu'un de ces trois chevreuils entre dans ma ligne de mire, protégé par le bruyant brassage d'un écureuil azur.
    Quelle image !
    Portez vous bien…moi…ça va !!! ;)
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • En espérant que le soleil soit au rendez-vous.
    http://www.aerovfr.com/2015/07/la-feria-de-lair-a-nimes/
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Au oui…j'avais oublié !
    T'as quand même une mémoire bien sélective ! ;)
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Il fait chaud !
    Je nettoie un peu mon ordi…la clim me refroidit le dos.
    Et je trouve ce texte. Ces mots qui sont partis et que j'avais écrits juste quelques mois après mon arrivée.
    J'ai du le transformer, juste un peu, pour l'actualiser.
    Et puis je me suis dit : et si tu le postais ?"

    Alors… le re voilà.
    Certains anciens s'y retrouveront et reconnaîtront. J'espère seulement que les nouveaux au moins apprécieront.


    Derrière la façade

    La façade était sobre.
    Juste au dessus des vitres, que l'on devinait doublées d'épais rideaux, un vieux coucou d’avant tentait avec beaucoup de peine de shotter celui qui devant lui cherchait à s’échapper. Entre ces deux époques et avions prestigieux quelques mots, écrits en bleu, " aviationsmilitaire.net" annonçait clairement leur passion.
    Le brouhaha, qui parvenait dans la rue déserte à cette heure tardive, m'invita à entrer.

    Je poussai la porte, presque timidement et, franchissant le perron, pénétrai dans ce lieu jusque là inconnu.
    La lumière était faible, l'ambiance était feutrée et doucement une odeur de vieux cuir me parvint aux narines. Sans même suspendre leur discussion, la plupart de ces membres tournèrent la tête vers moi. Je me sentis tout à coup dévisagé, balayé de bas en haut par des dizaines d'yeux que je ne connaissais pas.
    A peine intimidé mais attiré par cette ambiance inconnue et un peu irréelle, je restai debout où j'étais, et du regard, balayai à mon tour ce qui s'offrait à moi.

    Soigneusement alignés, de gros posters d'avions tapissaient tous les murs sur lesquels la vieille moquette couleur chocolat passait au second plan. Quelques étagères au milieu du décor pliaient sous les maquettes d'acier, de bois et de plastique.
    Et puis partout des portraits d'hommes et de femmes en tenue de vol.
    La lumière un peu faible m'obligea une approche.

    Dans de vieux cadres en bois, mélangés sans ordre ni préférence, les portraits des anciens, ces héros qui furent, à bord de leurs avions ou engins de passion, pionniers de leur époque.
    Parfois un cliché plus récent comme celui de cet homme qui d'après l'inscription tremblante "Bouba sur Rafale - Décembre 2007." avait depuis peu rejoint les autres aux cieux, invitait au respect.

    Et puis, dans des rares espaces encore vides, comme des potstits géants, des messages personnels écrits par dizaines sans trop d'application mais comportant tous au moins le mot "amitié", "salut" ou "bienvenue" adressés aux nouveaux, à ceux qui comme moi avaient un jour osé.

    Deux gros ventilateurs aux pales de bois verni brassaient l'air, doucement, juste au dessus des têtes.

    De joyeux éclats de rire parvinrent à moi.
    Je me tournai et vis, un peu à l'écart dans un coin de la salle, qu'un grand comptoir en zing cabossé mais brillant accueillait les bavards.
    Les discussions s'y croisaient s'y mêlaient et s'y chevauchaient, cela dans la plus totale courtoisie, et tous les sujets y étaient abordés.
    Je parvins à comprendre qu'il s'y parlait de tout. Du petit dernier né de l'un, du temps à l'étranger de l'autre, des vacances, du boulot, des passions, des loisirs et surtout de nous tous.
    Je vis bien quelques jeunes yeux se lever gentiment vers le blanc du plafond lorsque que l'un des anciens, la pipe entre les mains, racontait, avec des mots choisis emprunts de nostalgie, les morceaux de sa vie, provenant d’un passé qui n'était pourtant pas si loin.
    Jamais la moquerie ne fut prise en défaut par mon regard curieux.
    J'étais tout simplement entré dans un cercle de ce qui semblait être celui de passionnés.

    Au détour du comptoir, je perçus tout à coup quelques bonnes boutades. Là, quelques jeunots tentaient, avec des théories choisies et surtout par provocante camaraderie, de persuader l'un d'eux qu'ils traitaient gentiment de cosaque que son zing préféré n'était qu'un vieux "fagot".
    Ce dernier répliquait bec pour bec sans attendre, et tentait de convaincre ces gentils assaillants que « ses » pays de l'Est, étaient, à son avis, bien au dessus du lot.
    Dans ce clan de piailleurs, l'ambiance était bruyante mais chaque phrase était accompagnée d'un complice clin d'œil ou de mots d’amitié.
    Les rires y fusaient, les regards se croisaient et les mains se serraient lorsque l'un s'écartait du groupe ou qu'un nouveau à son tour s'y joignait.

    Dans un coin, vers l'entrée, je saisissais enfin d’où provenait le bruit perçu depuis la rue.
    Un groupe de passionnés semblait faire la pause.
    Comme si l'heure de la récré avait soudain sonné, nos joyeux s'échangeaient les meilleures des leurs blagues, les perles de l'un d'eux ou d’un nouveau venu.
    De grands éclats de rire explosaient tout à coup.
    On se tapait l'épaule, se soutenait le ventre et buvait un bon coup.
    De temps à autre, comme dans un roulement organisé, l'un d'eux quittait ce coin d'humour. Il libérait sa place et se fondait au milieu d’un groupe débattant cette fois, mais plus sérieusement, de bateaux, de très gros porte-avions de fusées de missiles mais aussi de canons, d’engins de tous les genres, civils ou militaires, des essais et de nombreux projets, comme s’ils y étaient.
    Chacun avait sa part et sa spécialité et lorsqu'il abordait son sujet préféré, quel qu'en soit l'orateur, il était respecté.

    Entre deux panneaux de photos et d'affiches jaunies, de vieilles étagères pliaient elles aussi sous le poids de bouquins, odorant d’une bonne odeur de vieux papier encré.
    De vieux manuels de vols, poussiéreux, côtoyaient le dernier fascicule des fans d'aviation et les bandes dessinées se mêlaient aux ouvrages. Tout était fait pour lire, et beaucoup le lisaient.
    Sur des carrés de marbre, récupérés sûrement dans un troquet perdu, quelques acharnés, penchés dans le halo de lampes de lecture, ingéraient des données, les dernières nouveautés, les actualités. Dans l'angle de la table, sur de petits papiers, le tout était noté, étudié et plus tard commenté.
    Ce besoin de fouiller et bien sur de trouver n'avait pourtant qu'un but. Celui de partager et de communiquer.

    D'autres, plus téméraires, présentaient leur profil et épinglaient au mur le cliché de dimanche pris "tout à fait par hasard" mais destiné en fait à compléter l'album de tous ces passionnés.

    Plus au centre du bar, un groupe de ceux-ci discutait avec passion de sujets plus sérieux.
    En passant devant eux, je cru comprendre qu'il se débattait d'actualité, d'évènements récents, des forces dans le monde, de conflits actuels mais aussi de ceux, trop nombreux, qui se préparaient.

    Sur la longue planche posée sur des tréteaux, une longue piste y était dessinée et quelques belles maquettes y étaient déposées, prêts à un décollage vers des cieux inconnus.
    Quelques passionnés y restaient penchés, regardant en détail tous les moindres détails, comme s’ils apprenaient.
    L'un d'eux, amoureux du Rafale, n’écoutait plus, et depuis bien des temps, les gentilles boutades de ses camarades répétant, pour le faire marcher, qu'il était bien trop cher pour tous les étrangers.

    Quelques uns d’entre eux se distinguaient par leur rôle qui semblait bien précis.
    En plus de discuter, animer les débats, corriger les erreurs, orienter les rêveurs, ils ouvraient grands les yeux et veillaient que tout se passe bien. On disait d’eux qu’ils étaient des modos. Je ne connaissais pas ce mot et ça me fît penser à mes jeunes années, celles de la colo.

    La gente féminine était représentée, timidement certes, mais dans la qualité. L’une était armée d’un beau décolleté, l’autre y paradait, un fusil à la main, une autre maniait le stylo comme un vrai écrivain et ses armes préférées n’étaient constituées que de pages et de livres qu’elles faisaient aimer.
    Certaines y passaient, venaient y rigoler, se faisaient charrier et puis disparaissaient.
    L’ambiance y était gaie.

    Les heures avaient passé. La salle se vidait, le silence tombait comme au dehors cette nuit étoilée.
    Je me retrouvai seul. Il était déjà tard et malgré ma récente venue dans ce bar parmi eux, je m'aperçus qu’ils me laissaient fermer, éteindre les lumières et bien ranger la clé.

    Je sortis dans la rue et je me retournai.
    Dans la ruelle, la façade brillait et en haut de la porte, dans ce grand bandeau bleu, deux avions de légende côte à côte volaient.

    Ps : Je laisse le soin a un Green men de s'occuper des index. J'ai oublié. ;)
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • MAVERICKdu13 a écrit

    Bonjour ,

    Si PCmax veut bien nous rassurer !….http://r.orange.fr/r?ref=actu_url_desktop-hp_slider_3&url=http%3A%2F%2Factu.orange.fr%2Ffaits-divers%2Fun-mort-dans-l-accident-d-un-petit-avion-dans-l-aude-afp_CNT000000bE94N.html

    Je viens vous rassurer. Les journalistes ne sont pas bien informés.

    C'est bien un PIPER PA-28 mais il ne fait pas 6 m de long sur 4 de large mais 9 sur 7 !
    J'te jure ! :drill:
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • 113 victimes exactement. Pas de survivant. :(
    http://www.midilibre.fr/2015/06/30/indonesie-crash-d-un-avion-militaire-avec-113-personnes-a-bord,1183440.php
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • outlaw a écrit

    Merci pour vos compliments (ce qui m'a laissé voir un bref aperçu de Papy)
    Dis…huit mots en un seul message c'est un 'bref aperçu' pour toi ? :drill:

    Bon, t'as pas dis "entrevoir un bref aperçu"… ça passe. :mrgreen:

    ;)
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • L'a pas perdu la main l'ancien !
    Un régal…
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Jericho a écrit

    Dans la série, "j'ai pas oublié les gosses, ni ma femme, ni le chien, ni la glacière, et pourtant…" :interr:

    Qu'est-ce que ça fait, lorsque le pilote d'un avion de tourisme oublie de sortir le train d'atterrissage lorsqu'il se pose? :fou: Un drôle de bruit et … on repart un second tour! :bourre:

    Tiens, la aussi ça a fait…un drôle de bruit. Et il n'a fait qu'un tour ! :D

    https://www.youtube.com/watch?v=yizMpXYHHrk
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je dirais que l'équivalent de l'Acadiane serait le Junker JU52.
    Utilitaire à souhait, increvable, pas rapide mais solide et puis… ces deux bestiaux ont un point commun : la tôle ondulée ! :)

    Heu.. Un tuyau. Si tu casses (ou déboites) un cardan avec cette bagnole, t es pas en panne ! Tu peux rentrer en basculant la transmission sur une seule des roues avant. Pour ça, tu bloques à la main le petit papillon en bronze du réglage du frein à main du côté opposé à la casse. L'avantage des freins disposés a la sortie de la boite et non aux roues. Je l'ai tenté il y a….boudiii… longtemps ! :)
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer

Dernières galeries photo

  • Merci aux avions de nos étés.

    Merci aux avions de nos étés. 1 : DSC_0268 Merci aux avions de nos étés. 1 : DSC_0210 Merci aux avions de nos étés. 1 : DSC_0706 Merci aux avions de nos étés. 1 : DSC_0730 Merci aux avions de nos étés. 1 : DSC_0330
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
     Modifier  Ajouter des images  Supprimer