Morane-Saulnier MS.760 Paris

Rappels

Historique

Le 26 janvier 1953, Morane-Saulnier fit voler son prototype du MS 755 "Fleuret", un biplace d'entraînement à réaction. Malheureusement l’Etat Français choisit son concurrent le « Fouga Magister ». La firme ne baissa pourtant pas les bras et proposa le « Fleuret II » baptisé plus tard MS 760 "Paris", appareil quadriplace de liaison rapide en modifiant le prototype n°2 du MS 755.

Le premier vol du prototype 01 eu lieu le 29 juillet 1954. Deux autres prototypes seront construits en 1954, les MS-760 02 et 03. Très vite le Morane-Saulnier « Paris » se fait remarquer pour ses bonnes qualités de vol et sa sécurité d’emploi. Pouvant embarquer quatre personnes à 520 km/h en vitesse de croisière sur 1 500 kilomètres avec un coût de l’heure de vol, à l’époque, réduit et pratiquement meilleur qu’avec des moteurs à pistons, pour des performances nettement supérieures, le « Paris » possèdent de nombreux atouts.

L’armée de l’Air est rapidement intéressée et passe commande, dès 1955, de 26 exemplaires du « Paris » (en plus du prototype n°3) comme appareil de liaison. Les appareils commandés en 1955 firent le bonheur d’un grand nombre d’unité. Le CEAM de Mont-de-Marsan fut le premier utilisateur, puis on trouve le MS760 au GAEL (Groupement Aérien d'Entrainement et de Liaison) à Villacoublay, dans les Escadrilles de Liaison Aérienne 41, 55, 43, dans les Sections de Liaison et de Vol Sans Visibilité de plusieurs Escadres de Chasse, sur des bases et groupements écoles et au CEV. En 1969, l’armée de l’air échangera 7 CM170 « fouga magister » contre 22 MS760 brésiliens afin de renforcer sa flotte.

Cependant, à la fin des années 80, le parc de « PARIS » décroit progressivement. Il est remplacé par le TBM 700 de SOCATA, appareil moins gourmand que les 2 réacteurs Marboré du MS760 avec cependant des capacités similaires.
L’ENOSA de Francazal contribua à maintenir un certain nombre de MS760 en ligne pour la formation des navigateurs et ce, de 1993 jusqu’en 2001. Ils seront remplacés peu à peu par des Alpha Jet, plus adaptés.
Les missions principales des MS760 « Paris » de l’armée de l’air furent :



• La liaison aérienne et servitude aux escadrilles.

• La formation avancée au vol de nuit des pilotes.

La Marine nationale en fait autant en 1956, avec 14 exemplaires. Après un passage au CEPA (Commission d'Études Pratiques Aéronautiques) tous les appareils sont assignés à la flottille 11S du 9 février 1959 au 01 février 1969. Basé sur la BAN de Dugny-Le Bourget les 14 MS760 assureront essentiellement un rôle de liaison.

La flottille 11S est ensuite dissoute et devient la Section de Liaison de Dugny (SLD).
A partir de 1970, les 12 MS.760 restants sont affectés à la 2.S sur la BAN de Lann-Bihoué. En mai 1972, ils sont envoyés à la Section Réacteur de Landivisiau (SRL). Le 1er septembre 1981, la SRL devient l’escadrille 57S. Elle se composera de 8 MS760 et 3 Falcon 10 MER. Après 40 ans de bons et loyaux services, le Morane Saulnier 760 prendra sa retraite en octobre 1997.
Leurs missions pour la Marine Nationale ont principalement été :

• L’entraînement au vol sans visibilité des pilotes de Super-Étendard et de F-8 « Crusader ».

• L’entraînement complémentaire des jeunes pilotes.

• La servitude et l’assistance aux flottilles.

• Les liaisons aériennes de la Ière et IIème Région Maritime.

Le Centre des Essais en Vol (CEV) en commande également 9 exemplaires.

La Fuerza Aérea Argentina commandera à la fin 1957, 48 MS-760 dont 36 seront assemblés localement. En septembre 1957, lorsque le premier prototype du MS-760 arrive à Buenos Aires pour être présenté à l’ensemble de l’Amérique latine, les autorités argentines sont immédiatement impressionnées par son potentiel à la fois comme jet d'entraînement moderne mais également comme appareil d'attaque léger.

Après des négociations rapides, un contrat d'achat de 48 MS-760 est signé : 12 seront livrés par la France, le reste sera assemblé en Argentine par la DINFIA (Dirección Nacional de Fabricaciones e Investigaciones Aeronáuticas).
Les premiers appareils commencèrent à être immatriculés « A-xx » pour indiquer leur fonction première d’appareil d’attaque. Cependant dès 1960, ils prirent l’immatriculation en « E -» pour entrainement (de E-201 à E-248).



Présents au « grupo 1 » de chasseur-bombardier de 1959 à 1972 et au « grupo 4 » de chasseurs de 1972 à 2007, le MS760 eut pour rôles essentiels :

- Attaque et appui rapproché.

- Instruction avancée (vols aux instruments, vol en formation, navigation tactique, pratique du bombardement, vol acrobatique, entrainement au combat air-air).

- Remorqueur de cibles (en fin de carrière et pour un petit nombre d’appareils : E-202, E-205, E 241 et E-242)

Lors de la guerre des Malouines, les MS760 argentins eurent un rôle non négligeable. Principalement utilisés pour des vols de reconnaissance depuis la base de Mar del Plata (missions de patrouille le long du plateau continental et identification des navires approchant de la côte argentine), les Paris argentins servirent aussi comme réserve tactique de la défense des forces terrestres stationnées sur la côte.

A noter également que, de 1964 à 1968, la patrouille acrobatique « Condor » de l’école de l’air utilisa de 5 et à 7 MS760 dans ses représentations.
En 2007, après 48 années de service, la Force aérienne argentine a mis à la retraite ses derniers « Paris » affectés à la IV Air Brigade "El Plumerillo" de la province de Mendoza.
7 appareils sont alloués aux différentes cellules d’instructions.
Cependant, devant le peu de disponibilité des Puccara, 3 MS760 doivent reprendre du service pour des missions d’entrainement. Pour l’instant, seul l’E-232 serait opérationnel.

Enfin, la Força Aérea Brasileira commandera 30 exemplaires du Paris début 1959. La force aérienne brésilienne commanda en 1959, 30 exemplaires du MS760A qu’elle désigna « C-41 ». Elle l’utilisa de 1960 à 1974, essentiellement comme appareil de liaison rapide, idéal pour les grandes étendues brésiliennes. Le MS760 brésilien servit également à la formation avancée des pilotes, a la reconnaissance photographique et dans la patrouille acrobatique "Escadrilha da Fumaça". En 1969, la flotte diminua sensiblement du fait d’un échange avec l’armée de l’air française de 7 Fouga Magister CM.170R contre 22 « Paris ». En 1974, le C-41 fut définitivement retiré du service et remplacé par le Hawker Siddeley HS-125.



La configuration « armée » pour l’armée de l’air française ne fut jamais installé de série. Elle se composait néanmoins de deux mitrailleuses de 7,5 mm modèle MAC 39 dans le nez et de deux bombes de 50 kg de type 50 DT2, ou quatre roquettes aériennes T10 de 90mm accrochées sous les ailes.
Pour une éventuelle mission d'appui léger, il aurait été possible d'armer l'appareil d'un canon de 30 mm (DEFA 552), de deux mitrailleuses de 7,5 mm et de huit bombes de 50 kg.

Au contraire, l’Argentine fit des modifications significatives pour permettre l'installation de 2 mitrailleuses de 7,62 mm dans la partie avant du fuselage. En fait, l’ensemble de l’équipement de communication fut déplacé à la place du siège arrière droit ce qui fit des MS760 argentins des triplaces au lieu de quadriplaces.

La FAB utilisa ses MS760 dans une configuration sans armement.

La Fuerza Aérea Paraguaya aurait récupéré un unique MS-760 (ex-FAB ?) entre 1972 et 1984 mais aucune source, ni image ne le confirme.

Le marché civil s’intéressa également au Paris comme avion d'affaire à réaction et comme appareil d’entrainement des pilotes de lignes avec des commandes s’élevant à 27 appareils. Au total, 159 biréacteurs MS-760 seront finalement produits entre 1955 et 1960. L’audace et la persévérance auront donc payé. On peut d’ailleurs considérer le « Paris » comme le premier jet d’affaire au monde et comme le premier avion à réaction de transport militaire.

Principalement présent sur le marché militaire, le « Paris » fut aussi présent sur le marché civil comme avion d'affaire à réaction ou destiné à la formation des pilotes de lignes.

En France, le Service de Formation Aéronautique, absorbé aujourd’hui par l’ENAC, a utilisé 4 MS760 pour la formation des nouveaux pilotes.
A l'étranger, 7 exemplaires (n°102, 103, 104, 105, 106, 107 et 108) seront reçus en 1962 par la Rijks Luchtvaart School (Enac hollandaise).
Le « Paris » intéressa des clients célèbres comme le Shah de Perse (Iran) qui reçu le N°2 avec l’immatriculation « EP-HIM » ou encore l’ex roi du Maroc Hassan II qui utilisa le n°50 immatriculé « CN-MAJ » jusqu‘en 1971.
Le n°99 immatriculé « I-SNAP », fut la propriété du patron de la Société Nationale des Hydrocarbures italien, Enrico Mattei. Ce dernier s’écrasera avec son appareil en approche de Milan-Linate le 27 Octobre 1962. La rumeur persistante d’un attentat déboucha sur un film : L'affaire Mattéi (1972).



A propos de film, le MS760 n°69 immatriculé « HB-PAA » participa au tournage d’un James Bond dans « Au service secret de sa majesté » (1969).

En octobre 2009, la société « Aviation Holdings SAS », filiale de JetSet International Ltd, à acquis auprès de la société française Daher-Socata le certificat et les titres de propriété du MS 760 Paris.

JetSet International a ensuite délégué la production à la société MS 760 Corporation basée en Floride. Cette dernière à acquis l’outillage, des lots de pièces détachées et une flotte de plus de trente MS 760 auprès de la France, de l’Argentine et de propriétaires civils. Les nouveaux MS 760 ont une avionique rénovée et sont équipés de moteurs neufs. Le prix d’appel pour un MS 760 standard, avec programme d’entraînement au pilotage inclus, tourne autour des 550 000 dollars. Les prix d’un appareil « ready to fly » oscille entre 350 000 et 850 000 dollars suivant la configuration. De plus, depuis 2010, une patrouille acrobatique composée de deux MS 760, fait la promotion du Paris rénové, essentiellement sur le continent américain.


Texte de Foxkilo02, avec son aimable autorisation.

Versions

  • Morane-Saulnier C-41 : Désignation brésilienne du MS.760A.
  • Morane-Saulnier MS.760 Paris I : Version de série initiale.
  • Morane-Saulnier MS.760A Paris I : Version motorisée par des Marboré VI C, C1 ou C2 de 480kp.
  • Morane-Saulnier MS.760A Paris IR : Désignation des MS.760A ex-brésiliens remotorisés avec des Marboré VI J.
  • Morane-Saulnier MS.760B Paris II : Version motorisée par des Marboré IV de 480kp, dotée de réservoirs en bout d'ailes, d'air conditionné et d'un compartiment bagages agrandi.
  • Morane-Saulnier MS.760B Paris IIR : Désignation des MS.760B remotorisés avec des Marboré VI J.
  • Morane-Saulnier MS.760C Paris III : Version allongée à 6 places. 1 exemplaire.

Sur le forum…

  • Nico2 a écrit

    Un grand merci pour ce partage de photos. :)
    +1

    Excellentes, merci. :top:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Un grand merci pour ce partage de photos. :)
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Comme promis, voici des photos du MS 760 PARIS à l'ENOSA 00-316 (ces photos sont prises entre 1993 et 2000. A noter l'antenne spécifique jaune qui permettait de connecter un système de type GPS pour le élèves navigateurs.

    http://albisson.wix.com/abisite#!MS-760-Paris-ENOSA-en-voljpg/zoom/c3c1/imagecwj
    http://albisson.wix.com/abisite#!PARIS-Parking-2jpg/zoom/c3c1/image1pj7
    http://albisson.wix.com/abisite#!PARIS-53jpg/zoom/c3c1/image1lg8
    http://albisson.wix.com/abisite#!PARIS-92jpg/zoom/c3c1/image1smu
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Oui, avec grand plaisir ! :)
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci Mermoz30. On attends les images avec impatience ! :oui:
    "Pro patria et humanitate"
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Bonjour,

    Pour info voici quelques PARIS utilisés par l'Armée de l'Air à l'ENOSA 00-316 sur la base de Toulouse Francazal avant sa dissolution.
    N°45 - 316 DI
    N°53 - 316 DK
    N°57 - 316 DJ
    N°59 - 316 DP
    N°91 - 316 DM
    N°92 - 316 DL
    Pour certaines photos, il faudra que je scanne
      Lien   Revenir ici   Citer
  • A Moron… mais près de quel hangar ? :mrgreen:

    Pour les appareils en service, c'est un pis-aller en attendant la remise en service de Pampa modernisés ?
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • ciders a écrit

    Je peux pinailler ? :mrgreen:
    Mais je t'en prie … :bonnet:

    Je rajouterai qu'aujourd'hui au moins un Paris (l'E-232) à repris du service pour la formation des pilotes. A termes, 2 autres devraient rejoindre.

    Et puis pinaillons encore: la cérémonie d'adieu des Paris à eu lieu le 28 avril 2007 sur la base de Moron.
    "Pro patria et humanitate"
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je peux pinailler ? :mrgreen:

    Pour les appareils argentins (source : Latin American Fighters, rédigé par Inigo Guevara) :

    - 10 appareils livrés en 1959 (codes tactiques A-01 à A-10, puis E-201 à E-210)
    - 2 appareils livrés en 1960 (A-11 et A-12, modifiés en E-211 et E-212)
    - 13 appareils livrés en 1961 (E-213 à E-225)
    - 15 appareils livrés en 1962 (E-226 à E-240)
    - 8 appareils livrés en 1963 (E-241 à E-248)

    Le contrat est signé pour fournir un appareil d'entraînement avancé aux Argentins (et aussi un peu pour faire de l'attaque au sol, comme signifié par Foxkilo au niveau des codes tactiques). Les appareils fournis par la France sont affectés en septembre 1959 à l'EAM (Escuela de Aviacion Militar). Un appareil (E-210) est effectivement perdu assez vite (Guevara annonce octobre 1959).

    Les Paris argentins sont quant à eux livrés au 2è escadron de chasse-bombardement, dépendant de la 4è Brigade Aérienne, ainsi qu'à un escadron de la 7è Brigade Aérienne. On équipe ces appareils de mitrailleuses de calibre 7,5 mm en pod GPMG, et de paniers lance-roquettes. La première utilisation opérationnelle des MS-760 a lieu le 21 septembre 1962 : un groupe de Gloster Meteor est envoyé bombarder la base aéronavale de Punta Indio, alors occupée par des mutins, sous couverture de plusieurs F-86F. Les quatre MS-760 engagés à cette occasio servirent alors de contrôleurs aériens avancés.

    En 1968, la flotte de MS-760 dépassa les 15 000 heures de vol dans l'année, ce qui constitue le record d'utilisation pour le MS-760 en Argentine. La flotte est alors aussi bien utilisée pour l'entraînement en vol et au tir, que pour le remorquage de cibles ou l'attaque au sol. Les Paris sont ainsi ventilés sur plusieurs terrains près de la frontière chilienne, à l'occasion des tensions autour de zones disputées dans le canal de Beagle, dans les années 1970. En cas de guerre, ils auraient été employés à attaquer les aérodromes chiliens et les personnels au sol.

    Le remplaçant du Paris (le IA-63 Pampa) étant finalement sujet à de gros problèmes et les finances argentines souffrant terriblement des crises successives dans les années 1980, le MS-760 est conservé. On remplace les moteurs en 1979 et on les équipe de deux mitrailleuses calibre 7,62 mm supplémentaires dans le nez.

    Lors de la Guerre des Malouines, on les utilise effectivement pour patrouiller les eaux argentines et protéger (enfin essayer) le territoire national. Après-guerre, les appareils survivants sont tous transférés à la 4è Brigade Aérienne, et reçoivent quelques modifications, dont un nouvel IFF et des équipements de communication supplémentaires.

    En 1990, il reste 30 appareils valides (d'autres sources évoquent 17 appareils). Quelques-uns reçoivent des équipements nouveaux durant les années 1990, dont un système GPS. La flotte s'étiole cependant rapidement et il ne reste plus que 10 appareils en état de vol en 2007, tous regroupés au sein du 1er escadron de la 4è Brigade Aérienne, à Mendoza. Ils sont officiellement mis à la retraite le 14 mars 2007, après 48 ans de service actif.
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site

    Bravo et merci à toi, Fox !
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer