Yakovlev Yak-52

Rappels

  • Catégorie : Avion d'entraînement de base
  • Constructeur : Yakovlev drapeau du pays
  • Premier vol : 1976
  • Production : 1800 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : Yakovlev Yak-50

Historique

Le Yak-52 est un avion d'entraînement de base soviétique des années 1950.

Il s'agit en réalité d'une version biplace du Yak-50. Il n'est pas à proprement parler un avion militaire, car il fut utilisé en Union Soviétique par la DOSAAF, qui servait à entraîner les jeunes soviétiques à l'utilisation de tout types de machines. Cependant, dans les faits, tous les pilotes soviétiques sont passés par la DOSAAF, qui avait tout de même un rôle patriotique voire paramilitaire. De plus, le Yak-52 est utilisé par plusieurs forces aériennes en tant que tel.

Le Yak-52 vola pour la première fois en 1976. C'est un appareil de construction entièrement métallique, propulsé par un Vedeneyev M14P à 9 cylindres en étoile d'une puissance de 360 cv. Un système d'injection de carburant lui permet de voler sur le dos pendant 2 minutes. Son hélice, bipale, est en bois. Sa cellule, à la sortie d'usine, est censée avoir une durée de vie de 500 heures (dans des conditions acrobatiques), mais il est possible de l'allonger de 100 heures.

Son train est tricycle et semi-rétractable, ce qui le fait ressembler à son prédécesseur le Yak-18. Il s'en distingue cependant par une dérive plus arrondie. Sa légèreté et la solidité de sa structure lui permet d'accomplir des acrobaties, avec des facteurs de charge compris entre +7 et -5G et un taux de roulis de 180°/s (en particulier sur la droite). Il a été conçu pour opérer dans des environnements difficiles avec un minimum de maintenance et s'avère facile à piloter.

Il entra en service en 1979 au sein de la DOSAAF. Il semble que la force aérienne soviétique l'a tout de même adopté. Entre 1982 et 1986, ses facteurs de charge furent limités à +5/-3G, le temps que Yakovlev renforce la structure de l'aile et introduise la modification sur les appareils construits en série.

Il a été vendu à la Bulgarie, à la Hongrie (12 exemplaires depuis 1987), à la Roumanie (27 exemplaires depuis 1986) et au Vietnam (36 exemplaires). Après la chute du communisme, des pays issus de l'ex-URSS en ont récupéré des exemplaires : l'Arménie (16 exemplaires), la Géorgie (10 exemplaires) et la Lituanie (2 exemplaires), peut-être aussi le Bélarus, la Lettonie et le Turkménistan. Il est toujours en service aujourd'hui.



L'Union soviétique étudia une version d'attaque au sol, le Yak-52B. Celle-ci est armée de 2 paniers de roquettes UB-32-57, emportant chacun 32 roquettes S-5. Un exemplaire, codé 7 jaune, est visible au musée de Monino. Il est fort possible que cette version n'ait jamais dépassée le stade de prototype.

A partir de 2003, Yakovlev étudia une version modernisée, le Yak-52M. Elle est propulsée par un Vedeneyev M-14Kh plus moderne actionnant une hélice tripale MTV-9, et dispose d'une avionique moderne lui permettant de voler de nuit. Elle se distingue par une nouvelle verrière, et dispose d'un système СКС-94МЯ permettant d'évacuer les pilotes. Elle vola pour la première fois le 16 avril 2004. Ses ailes sont plus aérodynamiques, sa dérive agrandie et son autonomie passe à 900 km. Elle est surtout proposée au marché civil.

Le Yak-52 est toujours produit, par la firme roumaine Aerostar à Bacau sous la désignation Iak-52. En fait, le Yak-52 rencontre le succès auprès des collectionneurs de warbirds et Aerostar en propose des versions occidentalisées. Elle propose par exemple d'installer un moteur Lycoming O-540 (Aerostar Condor), M-14PF de 400 cv ou M-14Kh, avec une avionique occidentale (Iak-52W), voire d'installer un train classique entièrement rétractable au lieu du train tricycle (Iak-52TW). Cette dernière version, outre un moteur plus moderne et une avionique occidentale, emporte davantage de carburant. 2 réservoirs placés dans les ailes permettent d'emporter 120 litres supplémentaires, faisant passer le total à 280 litres.

Plus de 1800 exemplaires ont été construits, et plus de 1200 sont toujours en état de vol aujourd'hui, dont 300 appartiennent à des collectionneurs privés des États-Unis, du Royaume-Uni, d'Australie ou de Nouvelle-Zélande. Outre sa facilité de pilotage, sa robustesse et ses qualités acrobatiques, il coûte bien moins cher que ses équivalents occidentaux.

Pays utilisateurs

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Aerostar Iak-52 : Désignation des Yak-52 construits en Roumanie par Aerostar.
  • Aerostar Iak-52TW : Désignation des Yak-52 construits en Roumanie et dotés d'un train classique rétractable.
  • Aerostar Iak-52W : Désignation des Yak-52 construits en Roumanie dotée d'une avionique et motorisation occidentales.
  • Yakovlev Yak-52 : Version biplace d'entraînement.
  • Yakovlev Yak-52B : Projet de version d'attaque au sol avec 2 paniers de roquettes.
  • Yakovlev Yak-52M : Version modernisée du Yak-52.
  • Yakovlev Yak-52TD : Version pourvue d'un train d'atterrissage rétractable.

Sur le forum…

  • Yak-52TD
    Image
    specs : http://www.termikas.com/aircraft/YAK-52td/Yak-52TD%20Data.html
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Yak-52
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • je ne connais pas d'autres avions avec un train comme ça. Peut-être que ça joue avec un gros facteur de charge ?
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • en fait, c'est quand tu cherches dans les avions de la FAR qu'il est en voltige

    en passant, les An-26 sont retirés du service
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Cela s'explique par le fait que le Yak-52 est un dérivé du Yak-50, qui est lui un avion de voltige. C'est la catégorie de la version d'origine qui prime dans ces cas-là (un peu comme les dérivés d'avion de ligne qui servent à la veille aérienne ou au ravitaillement en vol).

    J'en avais d'ailleurs parlé plus haut, mais personne n'avait vraiment relevé à l'époque, à part Jéricho… :)

    Finalement, j'ai fait 2 fiches distinctes. Voilà le Yak-52
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • c'était une remarque d'étonnement :hehe:
    je veux dire que c'est un avion d'entrainement de base
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • C'est vrai, pourtant en Russie il sert aussi à l'entraînement
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Image
    Roumanie air force
    iak-52 (12 en service)
    Image

    sur le site, il est en catégorie voltige !?
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Tyreann a écrit

    Le DC-3, ça compte ?
    Nan!

    En fait, le train du Yak-52 est juste replié, mais reste entièrement à l'extérieur, contrairement à la plupart des autres avions. Même le DC-3 a son train principal en grande partie escamoté, ou du moins protégé, dans les nacelles-moteur.

    Je me demande si ça vaut vraiment la peine: un train fixe aurait été plus léger, peut-être même que pour le même poids on arrive à diminuer la trainée et protéger les roues avec un carénage aérodynamique.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le DC-3, ça compte ?
    Entre la culture des perles finesEt ceux qui perlent l'incultureUn point commun domine :C'est le QI de l'huître(JBX)
      Lien   Revenir ici   Citer