Vought OS2U Kingfisher

Rappels

  • Catégorie : Hydravion
  • Constructeur : Vought drapeau du pays
  • Premier vol : 1er mars 1938
  • Production : 1519 appareils construits (cellules neuves)

Historique

A la fin des années 1930, la marine américaine souhaita remplacer sa flotte d'hydravions embarqués à bord de ses navires. A cette époque, de très nombreux croiseurs et cuirassés disposaient d'un ou de plusieurs hydravions à leur bord. Ils étaient destinés à accroître les capacités de détection de ces navires (qui ne disposaient pas encore de radar), mais aussi à régler le tir de leurs batteries d'artillerie ou à faciliter l'arrivée d'officiers de haut rang à leur bord.

L'US Navy disposait alors d'un peu moins de trois cents Curtiss SOC Seagull biplans, entrés en service entre 1935 et 1938. Vought plancha sur un prototype monoplan, travaillant en collaboration avec la Naval Aircraft Factory de Philadelphie, un établissement dépendant de la marine. Les premières études menèrent à un prototype baptisé VS.310 dont le premier vol, en version terrestre, se déroula le 1er mars 1938. Un second vol, mené le 19 mai, permit de valider la configuration hydravion. Vought reçut une première commande dans la foulée, l'appareil devenant le XOS2U.

L'OS2U était un hydravion monoplan embarqué, avec une voilure implantée en position médiane. Sa cellule était recouverte de panneaux métalliques soudés par points, ce qui en faisait le premier appareil militaire à être construit selon cette méthode. Seuls les bords de fuite des ailes et les gouvernes étaient entoilées. Dans sa version terrestre, l'avion disposait d'un train d'atterrissage fixe à deux roues et d'une roulette de queue non amovible. Pour opérer à partir de plans d'eau, ce système était remplacé par un gros flotteur central de type EDO complété par deux stabilisateurs sous la voilure.

L'habitacle spacieux accueillait deux membres d'équipage, qui bénéficiaient d'une bonne visibilité. La partie arrière de l'habitacle disposait d'une grande verrière, partiellement rabattable vers l'avant pour faciliter l'observation mais aussi la défense. L'avant du fuselage abritait le moteur, un Pratt & Whitney R-985 en étoile d'une puissance de 450 ch, entraînant une hélice bipale. La fiabilité de ce moteur était cependant contrebalancée par ses faibles performances. Avec une vitesse de pointe de 264 km/h, l'OS2U rendait presque 100 km/h à ses homologues japonais, l'Aichi E3A (code allié : Jake) et le Mitsubishi F1M (code allié : Pete).



L'armement était limité à deux mitrailleuses de calibre 7,62 mm, une tirant en chasse et l'autre monté sur un affût orientable à l'arrière de l'habitacle. Deux points d'emport sous voilure pouvaient supporter des bombes ou des grenades sous-marines pour un poids total de 295 kilos.

L'US Navy prit possession de ses cinquante-quatre premiers avions en août 1940. Les premiers OS2U-1 furent affectés sur le cuirassé USS Colorado, les autres envoyés sur les bases aéronavales de Pearl Harbor et de Pensacola. Les six hydravions de Pearl Harbor furent les premiers à être exposés au feu adverse, plusieurs d'entre eux étant détruits au sol lors de l'attaque aérienne japonaise. En 1942, de nouvelles commandes furent passées portant sur cent-cinquante huit O2SU-2 (quasiment identiques aux OS2U-1) et sur mille six OS2U-3 (se distinguant par un blindage renforcé pour l'équipage et des réservoirs auto-obturants).

Outre leur embarquement à bord des grands navires américains, les OS2U furent déployés dans des unités de patrouille, les Inshore Patrol Squadrons. Ils furent employés dans toute une série de tâches que leurs concepteurs n'avaient pas forcément imaginé au départ : entraînement des équipages d'hydravions et des observateurs, liaison entre les bâtiments en mer et la côte, lutte anti-sous-marine, photographie aérienne, etc. Plusieurs sous-marins allemands furent attaqués avec succès par ces appareils (notamment le U-576, le 15 juillet 1942). Durant la reconquête des Îles Aléoutiennes (été 1943), des OS2U menèrent même des missions de bombardement en piqué contre des positions japonaises.

Les OS2U prirent également une part importante aux missions de recherche et de sauvetage en mer. Le 13 novembre 1942, un OS2U-3 parvint à sauver l'équipage d'un bombardier B-17D qui comptait parmi ses membres Eddie Rickenbacker et qui avait passé vingt-quatre jours sur des canots de sauvetage. Un autre équipage d'OS2U sauva dix aviateurs américains tombés avec leurs avions dans le lagon de Truk, en avril 1944, sous le feu ennemi. Dans ces deux cas, les pilotes, incapables de redécoller, durent canoter sur des distances importantes pour atteindre un navire ou une île et débarquer leurs passagers.



D'autres forces aériennes utilisèrent ce type d'hydravion. Dès 1941, la commission d'achats britannique passa commande de cent OS2U-3, rebaptisés Kingfisher Mk.I. Ces appareils furent affectés à la Fleet Air Arm et utilisés depuis des plans d'eau et des navires marchands armés. Les Pays-Bas obtinrent vingt-quatre exemplaires destinés à leurs forces défendant les Indes Néerlandaises. Cependant, ils furent finalement récupérés par la RAAF australienne après la conquête de ces colonies par le Japon. Ils furent alors affectés au Squadron 107. Plusieurs pays sud-américains furent enfin équipés par Vought. Les appareils cubains contribuèrent à la protection des eaux du golfe du Mexique contre les sous-marins allemands. Quelques exemplaires atterrirent en Union Soviétique.

Au total, près de 1 500 exemplaires furent produits. Trois cents d'entre eux (désignés OS2N-1) sortirent des chaînes de production de la Naval Aircraft Factory, Vought étant chargé de produire prioritairement le chasseur F4U Corsair. Les exemplaires britanniques furent retirés du service en 1947, les appareils cubains seulement en 1959. Au sein de l'US Navy, les difficultés de Curtiss autour de son SC-1 Seahawk ralentirent la sortie de service de l'OS2U.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions

  • Naval Aircraft Factory OS2N-1 : 300 OS2U-3 construits par Naval Aircraft Factory.
  • Vought OS2U-1 : Version initiale de série, moteur Pratt & Whitney R-985-48 de 450 hp. 54 exemplaires.
  • Vought OS2U-2 : Version quasiment identique à l'OS2U-1. Moteur Pratt & Whitney R-985-50 de 450 hp.
  • Vought OS2U-3 Kingfisher Mk I : Principale version de série, blindage renforcé pour l'équipage et réservoirs auto-obturants.
  • Vought OS2U-4 : 2 appareils modifiés avec une nouvelle aile. Cette version ne fut pas développée.
  • Vought VS.310 : Prototype, un exemplaire. Désigné plus tard XOS2U-1 par l'US Navy.

Sur le forum…

  • Jericho a écrit

    Oh ben c'est ballot, Ciders vient juste de la faire… :mrgreen:

    La sous-traitance, il n'y a que cela de vrai. :mrgreen:

    Merci Ciders, beau boulot ! :)
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • ciders a écrit

    Pour les honoraires, je prends les francs suisses. :mrgreen:
    Nico2 est averti et te les transmettra directement… :D
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Pour les honoraires, je prends les francs suisses. :mrgreen:
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Nico2 a écrit

    Jericho a écrit


    Magnifique cet appareil, vivement une fiche pour en savoir encore un peu plus sur lui!

    Merci d'avance Jericho. :mrgreen:
    Oh ben c'est ballot, Ciders vient juste de la faire… :mrgreen:


    Merci Ciders! :top:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • J'ai ça, pour l'Argentine

    L'info est reprise dans Scramble.

    EDIT :

    La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Quatre avec celle de Stanak. ;)
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • trois photos, mais elles sont super
    moi je suis la fougère et lui l'oiseau de fer
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Historique :

    A la fin des années 1930, la marine américaine souhaita remplacer sa flotte d'hydravions embarqués à bord de ses navires. A cette époque, de très nombreux croiseurs et cuirassés disposaient d'un ou de plusieurs hydravions à leur bord. Ils étaient destinés à accroître les capacités de détection de ces navires (qui ne disposaient pas encore de radar), mais aussi à régler le tir de leurs batteries d'artillerie ou à faciliter l'arrivée d'officiers de haut rang à leur bord.

    L'US Navy disposait alors d'un peu moins de trois cents Curtiss SOC Seagull biplans, entrés en service entre 1935 et 1938. Vought plancha sur un prototype monoplan, travaillant en collaboration avec la Naval Aircraft Factory de Philadelphie, un établissement dépendant de la marine. Les premières études menèrent à un prototype baptisé VS.310 dont le premier vol, en version terrestre, se déroula le 1er mars 1938. Un second vol, mené le 19 mai, permit de valider la configuration hydravion. Vought reçut une première commande dans la foulée, l'appareil devenant le XOS2U.

    L'OS2U était un hydravion monoplan embarqué, avec une voilure implantée en position médiane. Sa cellule était recouverte de panneaux métalliques soudés par points, ce qui en faisait le premier appareil militaire à être construit selon cette méthode. Seuls les bords de fuite des ailes et les gouvernes étaient entoilées. Dans sa version terrestre, l'avion disposait d'un train d'atterrissage fixe à deux roues et d'une roulette de queue non amovible. Pour opérer à partir de plans d'eau, ce système était remplacé par un gros flotteur central de type EDO complété par deux stabilisateurs sous la voilure.

    L'habitacle spacieux accueillait deux membres d'équipage, qui bénéficiaient d'une bonne visibilité. La partie arrière de l'habitacle disposait d'une grande verrière, partiellement rabattable vers l'avant pour faciliter l'observation mais aussi la défense. L'avant du fuselage abritait le moteur, un Pratt & Whitney R-985 en étoile d'une puissance de 450 ch, entraînant une hélice bipale. La fiabilité de ce moteur était cependant contrebalancée par ses faibles performances. Avec une vitesse de pointe de 264 km/h, l'OS2U rendait presque 100 km/h à ses homologues japonais, l'Aichi E3A (code allié : Jake) et le Mitsubishi F1M (code allié : Pete).

    L'armement était limité à deux mitrailleuses de calibre 7,62 mm, une tirant en chasse et l'autre monté sur un affût orientable à l'arrière de l'habitacle. Deux points d'emport sous voilure pouvaient supporter des bombes ou des grenades sous-marines pour un poids total de 295 kilos.

    L'US Navy prit possession de ses cinquante-quatre premiers avions en août 1940. Les premiers OS2U-1 furent affectés sur le cuirassé USS Colorado, les autres envoyés sur les bases aéronavales de Pearl Harbor et de Pensacola. Les six hydravions de Pearl Harbor furent les premiers à être exposés au feu adverse, plusieurs d'entre eux étant détruits au sol lors de l'attaque aérienne japonaise. En 1942, de nouvelles commandes furent passées portant sur cent-cinquante huit O2SU-2 (quasiment identiques aux OS2U-1) et sur mille six OS2U-3 (se distinguant par un blindage renforcé pour l'équipage et des réservoirs auto-obturants).

    Outre leur embarquement à bord des grands navires américains, les OS2U furent déployés dans des unités de patrouille, les Inshore Patrol Squadrons. Ils furent employés dans toute une série de tâches que leurs concepteurs n'avaient pas forcément imaginé au départ : entraînement des équipages d'hydravions et des observateurs, liaison entre les bâtiments en mer et la côte, lutte anti-sous-marine, photographie aérienne, etc. Plusieurs sous-marins allemands furent attaqués avec succès par ces appareils (notamment le U-576, le 15 juillet 1942). Durant la reconquête des Îles Aléoutiennes (été 1943), des OS2U menèrent même des missions de bombardement en piqué contre des positions japonaises.

    Les OS2U prirent également une part importante aux missions de recherche et de sauvetage en mer. Le 13 novembre 1942, un OS2U-3 parvint à sauver l'équipage d'un bombardier B-17D qui comptait parmi ses membres Eddie Rickenbacker et qui avait passé vingt-quatre jours sur des canots de sauvetage. Un autre équipage d'OS2U sauva dix aviateurs américains tombés avec leurs avions dans le lagon de Truk, en avril 1944, sous le feu ennemi. Dans ces deux cas, les pilotes, incapables de redécoller, durent canoter sur des distances importantes pour atteindre un navire ou une île et débarquer leurs passagers.

    D'autres forces aériennes utilisèrent ce type d'hydravion. Dès 1941, la commission d'achats britannique passa commande de cent OS2U-3, rebaptisés Kingfisher Mk.I. Ces appareils furent affectés à la Fleet Air Arm et utilisés depuis des plans d'eau et des navires marchands armés. Les Pays-Bas obtinrent vingt-quatre exemplaires destinés à leurs forces défendant les Indes Néerlandaises. Cependant, ils furent finalement récupérés par la RAAF australienne après la conquête de ces colonies par le Japon. Ils furent alors affectés au Squadron 107. Plusieurs pays sud-américains furent enfin équipés par Vought. Les appareils cubains contribuèrent à la protection des eaux du golfe du Mexique contre les sous-marins allemands. Quelques exemplaires atterrirent en Union Soviétique.

    Au total, près de 1 500 exemplaires furent produits. Trois cents d'entre eux (désignés OS2N-1) sortirent des chaînes de production de la Naval Aircraft Factory, Vought étant chargé de produire prioritairement le chasseur F4U Corsair. Les exemplaires britanniques furent retirés du service en 1947, les appareils cubains seulement en 1959. Au sein de l'US Navy, les difficultés de Curtiss autour de son SC-1 Seahawk ralentirent la sortie de service de l'OS2U.

    ………………………………………………………………………………………

    Caractéristiques :

    Version :


    Vought OS2U-3

    Type :

    Hydravion d'observation à flotteurs embarqué

    Équipage :

    2 hommes

    Motorisation :

    1 Pratt & Whitney R-985-AN-2 à 9 cylindres en étoile, à refroidissement par air, d'une puissance de 450 ch

    Poids :

    Masse à vide : 1 870 kg
    Masse maximale au décollage : 2 720 kg

    Performances :

    Vitesse maximale : 265 km/h à 1 675 m
    Vitesse ascensionnelle : 1 525 m en 12 mn
    Plafond pratique : 3 960 m
    Distance franchissable maximale : 1 300 km

    Dimensions :

    Envergure : 10,95 m
    Hauteur : 4,60 m
    Longueur : 10,36 m
    Surface alaire : 24,34 mètres carrés

    Armement :

    1 mitrailleuse Browning M1919 calibre 7,62 mm, tirant vers l'avant
    1 mitrailleuse Browning M1919 calibre 7,62 mm, sur affût dans l'arrière de l'habitacle

    Charge extérieure : jusqu'à 294 kg de bombes

    Pays utilisateurs :

    Argentine (non confirmé), Australie, Chili, Cuba, États-Unis (US Coast Guard, US Marine Corps, US Navy), Mexique, République Dominicaine, Royaume-Uni (Fleet Air Arm), Union Soviétique, Uruguay

    ………………………………………………………………………………………

    Sources :

    - Classic Military Aircraft, Amber Books, 2010
    - Encyclopédie des Armes, Volume 11, Editions Atlas, 1986
    - L'Univers des avions, 1939/1945, Gründ, 2006
    - http://en.wikipedia.org/wiki/Vought_OS2U_Kingfisher

    - http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=377

    - http://jn.passieux.free.fr/html/Kingfisher.php

    - http://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/vought-os2u-kingfisher/

    - https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=10&cad=rja&uact=8&ved=0CG0QFjAJ&url=https%3A%2F%2Fwww.uscg.mil%2Fhistory%2Fwebaircraft%2FVought_OS2U.pdf&ei=j_KWVKHBPIbqUpLFgogB&usg=AFQjCNFMpaMtGcKspuO1MVmfIHUBQqxMVQ&sig2=g9hCnr-qyP98CqMvrwp8tg


    ………………………………………………………………………………………

    Images :

    :arrow: Vought OS2U sur sa catapulte
    :arrow: OS2U-3 sur la plage
    :arrow: OS2U en train d'être récupéré par un navire
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci stanak :) .

    Jericho a écrit

    Dis-donc, sur cette image on dirait une version autobus qui pouvait transporter au quatre ou cinq passagers les uns derrière les autres! :D

    Magnifique cet appareil, vivement une fiche pour en savoir encore un peu plus sur lui!

    Merci d'avance Jericho. :mrgreen:
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Magnifique cet appareil, vivement une fiche pour en savoir encore un peu plus sur lui!

    Ouaip ! Mais perso, je voudrai en finir avec les drones une bonne fois pour toutes, parce qu'après ce sera libératoire. :D
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer