Boeing 747 Jumbo Jet

Rappels

  • Catégorie : Avion de ligne
  • Constructeur : Boeing drapeau du pays
  • Premier vol : 9 février 1969
  • Production : 1458 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : Boeing YAL-1 Airborne Laser

Historique

En 1963, l'USAF lança le programme CX-HLS (Heavy Logistics System), afin de se procurer le plus gros avion de transport de tous les temps, plus gros encore que le C-141 dont elle venait de se doter. Boeing, Douglas, General Dynamics, Lockheed et Martin Marietta proposèrent des projets, et même si Lockheed remporta l'appel d'offres avec son C-5, celui de Boeing allait connaître le succès sur le marché civil, et devenir le Boeing 747. Le dessin du nez, avec son cockpit surélevé, était déjà présent.

Dans le même temps, Juan Trippe, le patron de Pan Am, réclamait à Boeing un appareil dont la capacité serait le double de celle du Boeing 707. Le transport aérien avait monté en flèche et Juan Trippe estimait qu'il fallait bien un tel appareil pour répondre à la demande.

En 1965, donc, Joe Sutter, un ingénieur jusque-là affecté à l'étude du futur Boeing 737, fut chargé de plancher sur le Boeing 747 et entama l'étude de concert avec Pan Am et d'autres compagnies. Dans le cas où il serait dépassé par les futurs avions de ligne supersoniques, il fut prévu que l'appareil serait facilement convertible en cargo.

En 1966, Pan Am passait commande de 25 Boeing 747-100, tandis qu'un contrat fut signé avec Pratt & Whitney afin de développer son futur moteur, le JT9D. L'appareil devait être livré sous 28 mois, soit les 2/3 du temps habituel. Cela semblait, même pour l'époque, un défi difficile à relever. Il fallut également créer une nouvelle usine, et Everret, à 50 km au nord de Seattle, fut choisie comme site parmi 50 autres prétendants.

Le prototype, appelé City of Everett, effectua sa sortie d'usine le 30 septembre 1968, devant les représentants de la presse et des 26 compagnies qui avaient alors déjà commandé l'appareil. Il effectua son vol inaugural le 9 février 1969, avec Jack Waddell et Brien Wygle aux commandes. Contrairement au 707 et à d'autres avions de lignes à réaction de première génération, il n'était pas sensible au roulis hollandais. En revanche, ses ailes étaient soumises à des oscillations sous certaines conditions de vol et ses moteurs avaient des ennuis de jeunesse à corriger. Il obtint sa certification en décembre 1969. La construction de l'usine et le 747 coutèrent tellement chers à Boeing qu'il dut massivement emprunter, au point de risquer la faillite.



Le 747 se présente donc comme un avion de ligne bicouloir, quadrimoteur, avec une aile en flèche de 37,5°. La vitesse de croisière, selon les versions, varie entre Mach 0.84 et 0.88. Bien sûr, sa bosse dorsale, contenant un 2e pont, le caractérise et le rend immédiatement reconnaissable par les passagers. Son train d'atterrissage principale se compose de 4 boggies de 4 roues, afin de mieux répartir le poids au sol. Son équipage est de 3 personnes, un pilote, un copilote et un mécanicien. Il dispose d'un système hydraulique à quadruple redondance.

Le premier appareil, baptisé par Lady Nixon, fut mis en service par la Pan-Am le 22 janvier 1970. La plupart des compagnies furent plus séduites par sa capacité intercontinentale que par sa capacité en passagers. Mais en 1973, avec la crise pétrolière, un problème de taille apparut : la consommation de l'appareil ne changeait que très peu quelque soit le nombre de passagers, et il fallait le remplir au maximum afin de le rentabiliser. Hors, l'appareil était rarement rempli, et l'appareil vit sa carrière écourtée plusieurs compagnies dans les années 1980, ou relégué au transport de fret, voire provoquer la faillite de certaines. Seules les lignes au-dessus de l'Océan Pacifique continuèrent à l'exploiter.

Des versions civiles furent envisagées, mais non développées. Notons un 747 raccourci et triréacteur, afin de répondre au L-1011 Tristar et au DC-10. Le 747SP, puis le Boeing 777, furent finalement développés à la place. Les 747-500, 600 et 700, annoncés à Farnborough en 1996, ne virent jamais le jour. Ils reprenaient le fuselage du 747 et l'aile du 777. Le 600 était plus long que le 500, et le 700 plus large. Mais les compagnies ne furent pas intéressées.

Une version lanceuse de missile de croisière (50 à 100 AGM-86) nommée 747CMCA, fut proposée, mais rejetée en faveur de bombardiers conventionnels. Un 747 AAC capable de servir de porte-avions aériens (10 petits chasseurs) fut également rejeté. Une version AWACS fut aussi brièvement envisagée.



Au final, près de 1500 exemplaires ont été construits, et même s'il a finit par se montrer surdimensionné pour certaines compagnies aériennes, il reste un des avions les plus emblématiques.

Versions

  • Boeing 747 LCF : Version spéciale pour le transport de charges lourdes.
  • Boeing 747-8 : Nouvelle version du 747.
  • Boeing 747-100 : Version de série initiale. 167 exemplaires.
  • Boeing 747-200 : Version plus puissante, 393 exemplaires.
  • Boeing 747-300 : Version dont le pont dorsal a été rallongé. 81 exemplaires.
  • Boeing 747-400 : Version modernisée, actuellement en service. 694 exemplaires.
  • Boeing 747SP : Version raccourcie, à long rayon d'action. 45 exemplaires.
  • Boeing E-4A Nightwach : Version servant de PC volant, 3 exemplaires.
  • Boeing E-4B : Version actuelle du PC volant, 3 E-4A transformés et un exemplaire neuf.
  • Boeing VC-25A Air Force One : Version destinée au transport du président des Etats-Unis, 2 exemplaires.

Sur le forum…

  • Un appareil qui aura marqué un certain nombre de générations, autant les voyageurs que les pilotes, je pense.

    Mais d'ailleurs, combien de temps encore sera-t-il produit à votre avis ?
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Un bon anniversaire à lui et ses équipages. Quel engin, quel bruit, quelle bestiole, quelle classe!.
    moi je suis la fougère et lui l'oiseau de fer
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Un anniversaire marquant : déjà 50 ans pour le Boeing 747 !

    Boeing célèbre les 50 ans du 747 (Air & Cosmos)

    Le 9 février 1969, le premier Boeing 747 d'essai réalisait son tout premier vol. Un 50e anniversaire que Boeing célèbre avec un site dédié. L'occasion pour Air & Cosmos d'ouvrir les colonnes de son site web à l'historien de Boeing, Michael Lombardi.

    (…)

    Tout change en 1969 lorsqu’une incroyable invention est révélée au monde entier. Le 9 février décolle pour la première fois le « Super Jet » Boeing 747, rapidement rebaptisé « Jumbo Jet » par la presse. Pour tous ceux qui l’aiment depuis 50 ans, le 747 est le « Roi du ciel ». Cet appareil est l’œuvre de centaines d’employés de Boeing, brillants ingénieurs ou mécaniciens hautement qualifiés, qui ont déployé des trésors d’imagination, de courage, d’abnégation, de dévouement, et surtout une passion sans limite, travaillant sans compter pour réaliser ce que personne ne croyait possible.

    (…)

    Le 30 septembre 1968, le premier Super Jet sort des hangars de la toute nouvelle usine d’Everett, située au nord de Seattle (État de Washington). Construite pendant qu’était assemblé le premier 747, cette usine est aujourd’hui encore le plus grand bâtiment au monde.

    (…)

    Le 747 ne tarde pas à imprimer sa marque sur le transport aérien. Fleuron incontournable des compagnies aériennes du monde entier, il séduit par son luxe et des prestations conçues pour répondre aux attentes des passagers. Mais c’est par sa taille, son rayon d’action planétaire, ses capacités hors pair et ses performances économiques que le Jumbo Jet aura un impact décisif sur la société, permettant à l’humanité toute entière d’accéder aux plaisirs du voyage en avion.

    En donnant au plus grand nombre la possibilité de rallier rapidement tout point de la planète, le 747 marque l’histoire de son empreinte. Dès juillet 1970, un million de passagers ont pris place à bord du Roi du ciel, l’avion qui rétrécit le monde. Premier avion bicouloir de l’histoire, le 747 devient rapidement le symbole de l’aviation commerciale. En général, les passagers ignorent à bord de quel avion ils se trouvent. Mais par sa taille et sa bosse caractéristique, cet avion ne peut être confondu avec aucun autre. (…)
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Chacun des Boeing 747-200 (VC-25A) Air Force One valait 1,1 milliard de dollars à la construction, soit l'avion de transport de passagers le plus cher du monde.

    Pour la nouvelle commande, pas encore annulée, il devait y avoir non pas deux mais trois Boeing 747-800.

    A suivre.
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ansierra117 a écrit

    Faut dire que 3 à 4 milliards pour deux avions…ça fait quand même cher…si j'entends que les moyens de communication et les capacités d'auto-défense sont avancées, quand même
    3.5 milliards pour 2 avions, ça fait seulement… environ 12 fois le prix unitaire d'un avion ravitailleur KC-46 (également équipé de communications sécurisées et de systèmes d'autodéfense, de plus entièrement recâblé). Certes, avion plus gros, pas les mêmes systèmes… Mais quand même, 12 fois…
    "En temps de paix, le kamikaze n'a plus de raison de sauter sur quoi que ce soit d'inflammable. Il s'étiole. Le suicide était le seul but de son existence : maintenant qu'il n'a plus de raison de mourir, il n'a plus de raison de vivre.Heureusement, il est possible d'aider le kamikaze à en finir en déclenchant en lui cette irrépressible envie d'exploser sur l'ennemi qui lui valut naguère son immense prestige auprès des gonzesses. Comment? C'est simple : il suffit d'imiter le cri du porte-avions. Regardez bien. Pout, pout, pout, ….Kamikaze : Banzaï !Etonnant, non?"Desproges
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Faut dire que 3 à 4 milliards pour deux avions…ça fait quand même cher…si j'entends que les moyens de communication et les capacités d'auto-défense sont avancées, quand même
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Trump annonce l'annulation de la commande des 2 B747 "Air Force One" commandés pour le transport présidentiel. Ce qui, si cela se concrétise (avec Trump, le doute est permis), fera 2 B747 de moins sur les chaines de montage.

    Source: Flightglobal

    Heureusement pour Boeing, UPS a signé il y a un peu plus d'un mois pour 14 B747 neufs en version cargo, ce qui va peut-être sauver les chaines de montage. (Source : Air Journal)
    "En temps de paix, le kamikaze n'a plus de raison de sauter sur quoi que ce soit d'inflammable. Il s'étiole. Le suicide était le seul but de son existence : maintenant qu'il n'a plus de raison de mourir, il n'a plus de raison de vivre.Heureusement, il est possible d'aider le kamikaze à en finir en déclenchant en lui cette irrépressible envie d'exploser sur l'ennemi qui lui valut naguère son immense prestige auprès des gonzesses. Comment? C'est simple : il suffit d'imiter le cri du porte-avions. Regardez bien. Pout, pout, pout, ….Kamikaze : Banzaï !Etonnant, non?"Desproges
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Paxwax a écrit

    Boeing annonce aux investisseurs qu'il est "raisonnablement possible que nous décidions la fin de la production du 747".

    Source: AviationWeek

    Autre article, en libre accès (Les Echos) :

    Le mythique Boeing 747 en passe d’être définitivement enterré.

    L’avionneur américain revoit à la baisse ses cadences de production du superjumbo.Si les commandes ne repartent pas, il fera une croix sur son programme mythique. (…)

    L'heure de la fin est donc proche : Boeing vient de renoncer à son idée de passer à une fabrication d'un superjumbo par mois, pour se ­contenter plutôt d'une unité tous les deux mois, dès septembre. Dont les deux commandés pour servir en tant qu'Air Force One, l'appareil réservé au futur président américain à partir de 2023. Mais si les commandes ne repartent pas - ce qui ressemble largement à un voeu pieu - il est « raisonnablement possible que nous décidions d'arrêter la production du 747 », a annoncé Boeing mercredi aux autorités boursières.
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Paxwax a écrit

    Du coup, au même prix du siège/km, les compagnies préfèrent de plus petits avions qu'elles peuvent plus facilement replacer sur d'autres lignes, augmenter en nombre, ou diminuer si la fréquentation baisse.
    C'est juste. On l'observe avec certaines compagnies lowcost: le même modèle d'appareil pour toutes les destinations et selon le nombre de passagers, elles diminuent ou augmentent la fréquence, quitte à faire plusieurs aller-retour quotidien si nécessaire.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • D'après ce que j'ai pu voir au fil de mes lectures, ce n'est pas tant que les bi-réacteurs soient plus économiques: un B747-8I ou un A380 ne coûtent pas significativement plus chers en terme de coût au siège/km que des gros biréacteurs comme l'A350 ou le B777, y compris en incluant la maintenance. Par contre, ils ne coûtent pas non plus moins chers… et il est impératif de les remplir! Du coup, au même prix du siège/km, les compagnies préfèrent de plus petits avions qu'elles peuvent plus facilement replacer sur d'autres lignes, augmenter en nombre, ou diminuer si la fréquentation baisse.

    Les 2 exceptions à ça sont:
    - Les très gros aéroports avec des taxes d'aéroports très élevées (mieux vaut alors faire atterrir 1 seul avion que 2). Sauf que la différence entre un A380 et un B777-9X, c'est 550 passagers vs. 450 (configurations standards, 3 classes). Il ne s'agit donc pas de 1 avion au lieu de 2, mais de 1 au lieu de 1,2… Significatif, mais pas énorme.
    - Et les compagnies qui ont du mal à obtenir des slots en nombre suffisant pour leurs clients dans les gros aéroports (Emirates, typiquement).

    Il faut espérer que cela sera suffisant pour relancer les ventes de deux jumbo-jets…
    "En temps de paix, le kamikaze n'a plus de raison de sauter sur quoi que ce soit d'inflammable. Il s'étiole. Le suicide était le seul but de son existence : maintenant qu'il n'a plus de raison de mourir, il n'a plus de raison de vivre.Heureusement, il est possible d'aider le kamikaze à en finir en déclenchant en lui cette irrépressible envie d'exploser sur l'ennemi qui lui valut naguère son immense prestige auprès des gonzesses. Comment? C'est simple : il suffit d'imiter le cri du porte-avions. Regardez bien. Pout, pout, pout, ….Kamikaze : Banzaï !Etonnant, non?"Desproges
      Lien   Revenir ici   Citer