Et après le pétrole ?

  • Lors d'une discussion avec un collègue, il m'a demandé quelles étaient les solutions pour les avions à une pénurie de pétrole (il y a des chances que ça arrive un jour, même si on ne sait pas quand).

    Autant pour les voitures, on peut envisager avec sérénité des voitures électriques, autant pour les avions ça risque d'être plus compliqué.

    Il me semble qu'il y a des projets de moteurs à hydrogène, mais son énergie massique est plus faible que celle du pétrole. Valable pour un avion de transport, plus compliqué pour un avion de combat.
    Pour le biocarburant, je ne sais pas trop ce que ça donne, même si c'est également une piste explorée (y a eu des vols de B-52 au biocarburant).

    D'autres idées ?
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je veux qu'il y en a des idées !

    Si le monde manquait un jour de pétrole et que cette crise touche le monde entier, y'aura pas vraiment de problème étant donné que tout le monde en manquera.

    C'est à dire :
    a) les motoristes devront s'ingénier à faire tourner les chars au jus de carotte (ou betterave). Les panneaux solaires sont trop sensibles aux missiles.
    b) les aviateurs et radaristes devront passer une formation de conducteur de char ou devenir fantassin ('tain Outlaw, t'es dans la me.. e!) :mrgreen:
    c) l'invasion des pays convoités se fera en bus (bio carburant).
    Mais… y'aura peut être plus de guerre puisqu'il n'y aura plus de pétrole ! Chui bête ! :interr:

    Allez… je dégage ! Excellent sujet où l'on va, j'en suis sûr, assister à un bon gros débat. ;)
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini , Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • En Algérie on a une phrase qu'on aime répéter, quand il y aura plus de pétrole , on laissera place à l'intelligence :mrgreen:

    Sinon une question que je me suis toujours posé , les biocarburants ont ils le même rendement que le carburant tiré du pétrole ?
    En Algérie on a l'expérience des véhicules qui roulent au gaz naturel mais si tu veux faire des courses-poursuites l'essence c'est beaucoup mieux. Pour les avions de chasse ça donnerai quoi ?
    "Vous êtes marié, comme moi ; vous savez que la monstruosité peut prendre des formes très diverses" Leodagan Kaamelott.MiG-21 1 : "Vite ! Furtivité Plasma !"MiG-21 2 : "Ah ! Il ne nous retrouvera pas!"MiG-21 1 : "Oh non! Fatalité! Le mien tombe en panne!" MiG-21 2 : "Zut !"
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je suis tout à fait d'accord avec cette phrase, et à vrai dire, je ne me fais pas trop de souci. Le pétrole apporte pas mal de facilités, mais est tout de même remplaçable dans la plupart des cas.
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je suis très sceptique sur ce qui est de la motorisation proprement électrique, tel que le solar impulse. Panneaux solaires + batteries forment un ensemble au rapport poids/puissance négligeable. Certes ce type d'appareil peut rester de façon autonome et quasi indéterminée en vol et trouve sans doute sa seule limite d'autnomie dans le pilote. Le solar impulse dispose néanmoins d'une envergure équivalente à celle d'un A380 pour une charge utile de l'ordre d'un humain. Sans parler de la vitesse extrêmement réduite d'environ 70km/h. À mes yeux ce type d'appareil ne dépassera jamais le statut de démonstrateur technologique ou bien de petit ULM à titre personnel pour ce promener les wknd sans vent. Cette technologie ne pourra pas, à mes yeux, suffire à remplacer le pétrole, tout du moins pas dans un avenir suffisamment proche.


    Cependant je suis bien plus porté à croire que les biocarburants(algues, jatropha, camelina, graisses animales) et les moteurs à hydrogène(thermiques, pile à combustible) feront parti d'un futur très proche (quelques années à quelques décennies) et dépasseront très largement l'emploi du pétrole.

    Commençons par les biocarburants. Le créneaux est déjà occupé, notamment par l'US Air Force, l'US Navy ainsi que les membres de SAFUG Sustainable Aviation Fuel Users Group, groupe qui rassemble parmi les plus importantes compagnies aériennes de la sphère, ainsi que les constructeurs Airbus et Boeing.
    L'US Air Force, première consommatrice de pétrole au monde, et l,US Navy souhaite alimenter d'ici l'horizon 2020, 50% de leur flotte à l'aide de biocarburants basés sur des algues. Le premier objectif pour l'US Navy est dalimenter la totalité d'un groupe aéronaval d'ici 2016 (c'est à dire porte-avions, navires escortes et aéronefs) uniquement en biocarburants, ce qui représente une quantité phénoménale. L'objectif principal est notamment de se rendre indépendant vis à vis des pays détenteurs de pétrole (Moyen et Proche Orient,Algérie, Lybie, Russie, Chine…) qui ont des situations politiques relativement instables et qui de plus ne trouvent pas toujours( et souvent de moins en moins grâce à leur richesse accrue) leurs intérêt dans ceux des USA.
    Le prix de ces biocarburants, au début exorbitant, n'a de cesse de diminuer. Il serait passé de 424$/USGal (3,8L) en 2010 à 26,67$/USGal fin 2011. Ceci reste toujours nettement plus cher que le pétrole standard (environ 4$/USGal) mais il y a fort à espérer quant à une continuité dans la baisse de prix, leur emploi se répandant de plus en plus, et donc avec je suppose, leurs producteurs.
    Green Air online
    US Air Force and US Navy want biofuel
    US Navy plan "Green Great" bio fuels fleet

    Concernant l'emploi de l'hydrogène pour motoriser des aéronefs, je pense qu'il s'agit là de l'avenir de l'aviation civile qu'il s'agisse d'aviation d'affaire ou commerciale. Les appareils reposeraient sans doute sur une combinaison de biofuel ( assurant décollage et atterrissages) et d'hydrogène (pile à combusitible ou alors directement en moteur thermique type moteur fusée) et permettraient de transporter énormément de passagers sur de grandes distances en peu de temps comme l'indique le projet lancé il y a quelques année par Airbus et qui devrait aboutir à l'horizon 2050, reliant Paris à Tokyo en un grosse paire d'heure pour une centaine de passagers. Il y a dans un Air&Cosmos me semble t'il (très récemment) un article au sujet justement des nouveautés sur ce créneau là, notamment l'aile volante de Boeing et la nouvelle version de l'appareil stratosphérique par Airbus.
    Il pourrait même s'agir d'appareils motorisé uniquement grâce à de l'hydrogène et ne faisant jamais appel à une combinaison Hydrogène/Biofuels.
    EADS planche sur un avion-fusée qui relierait Paris à Tokyo en 2h30
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fin du pétrole ne signifera pas la fin des guerres, et je crois même que ce soit bien pire si on se dirige vers l'emploi à grande échelle du bio carburant.
    Les pays pauvres vont se lancer à fond dans la manne, oubliant la production de nourriture, faisant monter le prix des denrée essentielles. Ceux qui en profiteront deviendront plus riches, les autres plus pauvres. Sachant que les pays dans lesquel on trouve beaucoup de pétrole, notamment en afrique subsaharienne et au moyen orient n'ont pas beaucoup de surfaces exploitable agricolement parlant, surtout à cause d'un manque d'accès à l'eau, les richesses vont se déplacer, avec leur lots de réfugiés, créant des désordre.
    Si on rajoute à cela le problème déjà existant de la gestion de l'eau, mais qui sera démultiplié dans les années à venir à cause des biocarburants, la guerre du pétrole va se décaler vers une guerre d'accès à l'eau.
    http://portail-aviation.blogspot.com, le blog de l'actualité aéronautique commentée et décryptée
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Vision pessimiste mais intéressante et certainement crédible, voire juste… :S
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • d9pouces a écrit

    Lors d'une discussion avec un collègue, il m'a demandé quelles étaient les solutions pour les avions à une pénurie de pétrole (il y a des chances que ça arrive un jour, même si on ne sait pas quand).
    …………………..
    Pour le biocarburant, je ne sais pas trop ce que ça donne, même si c'est également une piste explorée (y a eu des vols de B-52 au biocarburant).

    D'autres idées ?

    Les brésiliens (Embraer et le CTA de São José dos Campos) ont fait voler des avions à pistons uniquement avec des biocarburants obtenus à partir de la canne à sucre.
    Outre quelques problèmes techniques maintenant parfaitement maitrisés (grace à des transfert de technologie depuis l'industrie automobile) comme carburation et corrosions, les points négatifs sont au nombres de 2 :
    - plus faible puissance massique (de l'ordre de 65 à 70% de l'essence aviation)
    - disponibilité de l'alcool de canne pouvant être aléatoire (car dépend non seulement des conditions climatiques, mais aussi des cours mondiaux du sucre, les canniers pouvant préférer vendre du sucre, plutot que de l'alcool). C'est un vrai problème, car, dans le domaine automobile, lorsque les subvention du Proalcool se sont asséchées début des années 90, la production d'alcool anhydre est vite tombée à zéro, et tous les automobilistes ayant une voiture alcool se sont retrouvés le bec dans l'eau.
    De nombreux EMB 200 Ipanema de travail agricole volent au Brésil avec un mix essence aviation - alcool de canne. Par contre, ces mélanges ne sont pas autorisés pour le transport de passagers

    Les brésiliens s'orientent plutot vers la certification de mélanges avec des proportions variables d'alcool, mais toujours inférieures à 1/4. Des recherches sont également menées avec des diester, comme additifs au Jet A1.

    Ce ne sont pas des produits de substitution, donc, mais plutot des ersatz destinés à faire durer.
    Autre piste, dans la même optique, la carbochimie, qui permettra aussi de faire durer (Non, il ne s'agit pas d'avoir des avions à gazogène, …. mais de produire des pétroles par cracking du charbon).

    On se rend vite compte que les produits pétroliers vont être difficiles à remplacer, du fait notamment de leur facilité de mise en oeuvre (stockage, transport, approvisionnement, stabilité dans le temps, peu de sensibilité aux températures, peu de sensibilité aux accélérations), et de leur bonne puissance massique.
    Pour des avions, j'ai du mal à voir ce qui pourrait les remplacer, tant pour les avions des combat, que pour des avions de passagers.

    Donc, il faut économiser, faire durer, et espérer que, lorsqu'on n'en aura plus, la télé transportation sera au point. :bonnet:
    Sinon, on reconstruira des Clippers :marin:
      Lien   Revenir ici   Citer
  • on peu motoriser un a380 avec des turbines électriques, remplacer la compressions faite par les brûleurs au seins de la turbine haute pression par de l'injection de plasma, et pour la génération de l'électricité nécessaire, faire pédaler les voyageurs !
    C'est économique, écologique, et les voyageurs payent pour une séance de sport qui les transporte.

    Pour en revenir au sujet, l'électrique pourrait revenir sur le devant de la scène une fois que l'on maîtrisera le stockage de cette énergie, qui n'en ai aujourd'hui qu'à ses balbutiements.
    http://portail-aviation.blogspot.com, le blog de l'actualité aéronautique commentée et décryptée
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fin du pétrole déjà, j'y crois pas trop.
    A la rigueur, une pénurie par le prix, mais pas par manque de ressources.
    Pourquoi?
    Simplement, pense à toutes les réserves qui peux exister encore, mais qui ne sont pas exploités car non rentable.
    L'exemple le plus connu est le schiste bitumineux, relativement abondant, mais le raffinage est si important qu'en obtenir de l'essence coute 2 ou 3 fois plus cher que sur un puis de pétrole standard.
    A ce prix là, il était invendable car les puis traditionnels fournissaient assez pour tout le monde.
    Avec la demande, qui augmente, la limite presque atteinte de production actuelle, les prix montent et les gisements non exploités car considérés non rentables auparavant le redeviennent.
    Mieux vaut poser une question et avoir l' air idiot 5 minutes que de se taire et de le rester.Le meilleur bretteur au monde ne craint point son dauphin, il craint le pire bretteur au monde, parce ce qu' il est incapable de deviner ce que cet imbécile va faire.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • bubzy a écrit

    …………………………………

    Pour en revenir au sujet, l'électrique pourrait revenir sur le devant de la scène une fois que l'on maîtrisera le stockage de cette énergie, qui n'en ai aujourd'hui qu'à ses balbutiements.

    oui, bien sur :lol:
    c'est ce qu'on disait déjà il y a 15 ans avec la voiture électrique :bonnet:
    J'avais fait parti d'un groupe de réflexion sur ce sujet dans les années 95-98, et les constructeurs nous promettaient ça pour dans 10 ans.
    Heureusement qu'on ne les a pas cru :mrgreen:
      Lien   Revenir ici   Citer
  • bha quoi ? Ayé ça existe déjà! ça coute la peau des fesses pour pas aller très loin mais ça existe!
    http://portail-aviation.blogspot.com, le blog de l'actualité aéronautique commentée et décryptée
      Lien   Revenir ici   Citer
  • bubzy a écrit

    La fin du pétrole ne signifera pas la fin des guerres, et je crois même que ce soit bien pire si on se dirige vers l'emploi à grande échelle du bio carburant.
    Les pays pauvres vont se lancer à fond dans la manne, oubliant la production de nourriture, faisant monter le prix des denrée essentielles.

    Ceux qui en profiteront deviendront plus riches, les autres plus pauvres. Sachant que les pays dans lesquel on trouve beaucoup de pétrole, notamment en afrique subsaharienne et au moyen orient n'ont pas beaucoup de surfaces exploitable agricolement parlant, surtout à cause d'un manque d'accès à l'eau, les richesses vont se déplacer, avec leur lots de réfugiés, créant des désordre.
    Si on rajoute à cela le problème déjà existant de la gestion de l'eau, mais qui sera démultiplié dans les années à venir à cause des biocarburants, la guerre du pétrole va se décaler vers une guerre d'accès à l'eau.


    Je rajouterais "et à la nourriture", mais cela transparaît dans ton message.

    C'est un vaste débat la fin du pétrole.

    Le post très détaillé de Flavien a retenu toute mon attention, en ce qui concerne le proche avenir.

    A terme, le pétrole finira bien par disparaître complètement, mais d'ici là nous ne serons plus là, en tout cas je le souhaite en ce qui me concerne parce que cela ne sera pas beau à voir.

    L'environnement sera très dégradé (cf. l'exploitation des schistes bitumineux), et les ressources rares et difficiles d'accès, alors que la planète sera fortement peuplée.

    Un cauchemar absolu.

    Avant d'en arriver à cette perspective réjouissante, il y aura bien sur une période difficile avec une demande forte, et une production bon marché déclinante, avec ensuite un déclin de la production tout court.

    Les réserves de gaz et de charbon étant abondantes, il sera possible également de s'appuyer sur ces deux palliatifs, étant précisé de surcroît que du pétrole de synthèse peut être produit à partir de charbon comme vous le savez.

    Les USA auront sans doute annexé à terme l'Irak, l'Iran, ou autres contrées pétrolifères, ce afin de vainement maintenir leur mode de vie.

    Vaste débat, très important & très actuel, qui me passionne depuis longtemps, tout en me terrifiant en même temps.

    Il paraît que les dirigeants des majors du pétrole rigolent lorsqu'on leur pose la question de savoir quand la Chine atteindra le même niveau de vie que les USA … :mrgreen:

    Et il paraît aussi que l'Office of Net Assessment , organisme dépendant du Pentagone, se penche sur le sujet depuis longtemps, avec de larges plans de riposte face à ce qui risque d'être un contexte très difficile.
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Tout change vite ceci dit :mrgreen: :

    Le gaz de schiste, sauveur des Etats-Unis

    En exploitant leur gaz et leur pétrole de schiste, les Américains ont assuré leur renaissance industrielle. L'AIE estime que les Etats-Unis seront même le plus gros producteur d'or noir au monde d'ici 2017. (…)

    Autre article :

    Les Etats-Unis vont devenir le 1er producteur mondial de pétrole d'ici 5 ans

    Les hydrocarbures de schiste vont permettre aux Etats-Unis de doubler rapidement l'Arabie Saoudite. L'Amérique deviendrait même exportatrice nette de brut vers 2030, augmentant ainsi considérablement son degré d'indépendance énergétique. (…)

    Qui a dit que l'actualité était morose ? :)
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Moi je veux bien les laisser prendre des risques, tant en ce qui concerne les pollutions (principalement des eaux) qui accompagnent en général les forages et les exploitations, qu'en ce qui concerne les risques sismiques. Mais c'est vrai que les Etats-Unis n'ont rien à craindre de tout celà…
    Cela a au moins l'avantage de repousser de quelques années le besoin en nouvelles technologies de remplacement des énergies fossiles.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer