Westland WS.51 Dragonfly

Rappels

  • Catégorie : Hélicoptère
  • Constructeur : Westland drapeau du pays
  • Premier vol : 5 octobre 1948
  • Production : 133 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : Sikorsky H-5 Horse

Historique

Le Westland-Sikorky S-51 est un hélicoptère léger tripale dont le modèle d’origine a été mis au point au début des années 1940. Il est équipé d’un moteur à piston et d’un train d’atterrissage à roues.

Le premier modèle d’hélicoptère fabriqué en grande quantité est le Sikorsky R-5 et ses différentes versions. Cet appareil, dont le premier vol a eu lieu le 18 août 1943, est à l’origine un biplace en tandem équipé d’un moteur radial Wasp Junior de 450cv.
Les versions suivantes, sans cesse améliorées, ont permis à Sikorsky d’obtenir une version plus puissante grâce à un nouveau rotor principal au diamètre plus important : le S-51. Cet appareil, qui fait son premier vol le 16 février 1946, peut emporter jusqu’à trois passagers en plus du pilote, et il a trouvé acheteur tant dans le domaine civil que militaire.

En 1947, la Grande-Bretagne achète 6 Sikorsky S-51 afin de les tester. Les résultats étant satisfaisants, Westland demande une licence de production de cet hélicoptère pour tous les pays du Royaume-Uni et d’Europe, ce qui lui est accordé.
Le premier appareil fabriqué par Westland (immatriculé G-AKTW) fait son premier vol le 5 octobre 1948. Il est équipé d’un moteur radial Alvis Leonides de 500cv.

La conception du WS-51/ Dragonfly, en grande partie identique au S-51, est classique pour un hélicoptère de première génération. Le fuselage est formé de trois sections principales : la cabine, la section centrale et la poutre de queue qui sont boulonnées ensemble.
La cabine et la poutre de queue sont de structure monocoque, alors que la partie centrale est faite de tubes d’acier soudés.
L’accès au poste de pilotage se fait par une porte coulissante située à droite de la cabine, alors que les passagers ont accès à une banquette par une seconde porte se situant sur le côté gauche.
Le siège du pilote et le tableau de bord se situent sur l’axe de l’appareil. Les vitres en Plexiglas permettent d’avoir une bonne visibilité.

Les WS-51, comme les H-5/S-51, ont toujours eu des soucis concernant le centre de gravité. Pour cela, ils sont équipés de contrepoids qui sont placés à certains endroits de la cellule afin d’équilibrer l’appareil, selon si le pilote est seul ou s’il transporte 1, 2, 3 passagers ou du fret. Sans cela, le pilote ne doit pas dépasser les 46km/h (25 nœuds).



Dans la section centrale, il y a le système de transmission et le moteur. Si le prototype est muni d’un moteur Alvis Leonides de 500cv, les versions de série sont motorisées avec une version plus puissante, l’Alvis Leonides 50, qui donne une puissance maximale au décollage de 540ch. Le compartiment moteur est séparé de la cabine et de la poutre de queue par deux parois anti-feu en métal. Les deux réservoirs de carburant, d’une capacité totale de 379 litres, sont situés de part et d’autre du moteur, également séparés de ce dernier par des parois anti-feu. Les bouchons des réservoirs sont accessibles depuis le côté droit du fuselage. Le réservoir d’huile, d’une capacité de 30 litres est situé à l’arrière du fuselage, dans le cône de support de queue. C’est également à cet endroit que se trouve le « compartiment bagages ».
Les pales du rotor principal des premières versions sont formées de trois couches superposées : acier, contreplaqué laminé et toile renforcée. À partir de la version HC.3, elles sont entièrement métalliques, ce qui a encore amélioré les performances et le confort de pilotage.
Les WS-51 Dragonfly ne sont pas équipés de dispositif pour protéger le rotor de queue et ne possèdent ni stabilisateurs verticaux, ni stabilisateurs horizontaux.
Le train d’atterrissage est de type tricycle, avec une roulette de nez orientable.

Jusqu’en 1953, Westland en fabriquera 149, dont 51 pour des clients civils. Ces appareils, fabriqués en Grande-Bretagne seront appelés WS-51 pour les versions civiles et nommées « Dragonfly » pour les versions militaires. Un dérivé de cet appareil, avec une cellule modifiée pour accueillir 4 passagers en plus du pilote, sera appelé « Widgeon ».

Les Dragonfly entrent en service au sein de la Royal Navy en 1950 pour le sauvetage en mer. Un certain nombre est aussi utilisé par la Royal Air Force pour les évacuations sanitaires en cas de catastrophe.

Il sera par la suite remplacé dans ces différents rôles au sein des diverses forces armées britanniques par le Westland « Whirlwind », un autre appareil conçu par Sikorsky et fabriqué sous licence par Westland.



Un WS.51 Dragonfly est exposé aux couleurs de la marine néerlandaise. En réalité, celle-ci utilisa un S.51 américain provenant du marché civil.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Westland Dragonfly HC.2 : Version EVASAN destinée à la RAF, 3 exemplaires.
  • Westland Dragonfly HC.4 : Version EVASAN pour la RAF, 12 exemplaires.
  • Westland Dragonfly HR.1 : Version SAR pour la Royal Navy, 13 exemplaires.
  • Westland Dragonfly HR.3 : Version SAR destinée à la Royal Navy, 58 exemplaires.
  • Westland Dragonfly HR.5 : Dragonfly HR.1 et .3 remis à niveau.
  • Westland Dragonfly Mk IA : Version civile motorisée par un Alvis Leonides 521/1 de 520 hp. 36 exemplaires.
  • Westland Dragonfly Mk IB : Version civile motorisée par un Pratt & Whitney R-985 Wasp Junior B4 de 450 hp. 15 exemplaires.
  • Westland Widgeon : Version améliorée avec rotors du Whirlwind et une nouvelle cellule pouvant transporter 4 passagers en plus du pilote.
  • Westland WS-51 : Prototype, muni d’un moteur radial Alvis Leonides 50, de 540cv (403kW). Testé afin de comparer ses performances et ses qualités de vols avec les S-51 achetés à Sikorsky.
  • Westland WS-51 Mk.1A : Version civile de transport équipé d’un moteur radial Alvis Leonides 521/1 de 520cv (388kW).
  • Westland WS-51 Mk.1B : Version civile de transport équipé d’un moteur radial Pratt & Whitney R-985 Wasp Junior de 450cv (336kW).

Sur le forum…

  • De l'herbe à CDLP. :mrgreen:
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    C'est Garfield ! :mrgreen:

    Tu le remercieras de ma part!

    Mais au fait, tu lui mets quoi dans ses lasagnes?!? :bonnet:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • C'est Garfield ! :mrgreen:
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site.

    Kêseksa?
    Des photos étaient déjà sur la fiche avant même qu'elle n'existe?!? :o

    Là, vous faites forts les gars! :D
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le Westland-Sikorky S-51 est un hélicoptère léger tripale dont le modèle d’origine a été mis au point au début des années 1940. Il est équipé d’un moteur à piston et d’un train d’atterrissage à roues.

    Le premier modèle d’hélicoptère fabriqué en grande quantité est le Sikorsky R-5 et ses différentes versions. Cet appareil, dont le premier vol a eu lieu le 18 août 1943, est à l’origine un biplace en tandem équipé d’un moteur radial Wasp Junior de 450cv.
    Les versions suivantes, sans cesse améliorées, ont permis à Sikorsky d’obtenir une version plus puissante grâce à un nouveau rotor principal au diamètre plus important : le S-51. Cet appareil, qui fait son premier vol le 16 février 1946, peut emporter jusqu’à trois passagers en plus du pilote, et il a trouvé acheteur tant dans le domaine civil que militaire.

    En 1947, la Grande-Bretagne achète 6 Sikorsky S-51 afin de les tester. Les résultats étant satisfaisants, Westland demande une licence de production de cet hélicoptère pour tous les pays du Royaume-Uni et d’Europe, ce qui lui est accordé.
    Le premier appareil fabriqué par Westland (immatriculé G-AKTW) fait son premier vol le 5 octobre 1948. Il est équipé d’un moteur radial Alvis Leonides de 500cv.

    La conception du WS-51/ Dragonfly, en grande partie identique au S-51, est classique pour un hélicoptère de première génération. Le fuselage est formé de trois sections principales : la cabine, la section centrale et la poutre de queue qui sont boulonnées ensemble.
    La cabine et la poutre de queue sont de structure monocoque, alors que la partie centrale est faite de tubes d’acier soudés.
    L’accès au poste de pilotage se fait par une porte coulissante située à droite de la cabine, alors que les passagers ont accès à une banquette par une seconde porte se situant sur le côté gauche.
    Le siège du pilote et le tableau de bord se situent sur l’axe de l’appareil. Les vitres en Plexiglas permettent d’avoir une bonne visibilité.

    Les WS-51, comme les H-5/S-51, ont toujours eu des soucis concernant le centre de gravité. Pour cela, ils sont équipés de contrepoids qui sont placés à certains endroits de la cellule afin d’équilibrer l’appareil, selon si le pilote est seul ou s’il transporte 1, 2, 3 passagers ou du fret. Sans cela, le pilote ne doit pas dépasser les 46km/h (25 nœuds).

    Dans la section centrale, il y a le système de transmission et le moteur. Si le prototype est muni d’un moteur Alvis Leonides de 500cv, les versions de série sont motorisées avec une version plus puissante, l’Alvis Leonides 50, qui donne une puissance maximale au décollage de 540ch. Le compartiment moteur est séparé de la cabine et de la poutre de queue par deux parois anti-feu en métal. Les deux réservoirs de carburant, d’une capacité totale de 379 litres, sont situés de part et d’autre du moteur, également séparés de ce dernier par des parois anti-feu. Les bouchons des réservoirs sont accessibles depuis le côté droit du fuselage. Le réservoir d’huile, d’une capacité de 30 litres est situé à l’arrière du fuselage, dans le cône de support de queue. C’est également à cet endroit que se trouve le « compartiment bagages ».
    Les pales du rotor principal des premières versions sont formées de trois couches superposées : acier, contreplaqué laminé et toile renforcée. À partir de la version HC.3, elles sont entièrement métalliques, ce qui a encore amélioré les performances et le confort de pilotage.
    Les WS-51 Dragonfly ne sont pas équipés de dispositif pour protéger le rotor de queue et ne possèdent ni stabilisateurs verticaux, ni stabilisateurs horizontaux.
    Le train d’atterrissage est de type tricycle, avec une roulette de nez orientable.

    Jusqu’en 1953, Westland en fabriquera 149, dont 51 pour des clients civils. Ces appareils, fabriqués en Grande-Bretagne seront appelés WS-51 pour les versions civiles et nommées « Dragonfly » pour les versions militaires. Un dérivé de cet appareil, avec une cellule modifiée pour accueillir 4 passagers en plus du pilote, sera appelé « Widgeon ».

    Les Dragonfly entrent en service au sein de la Royal Navy en 1950 pour le sauvetage en mer. Un certain nombre est aussi utilisé par la Royal Air Force pour les évacuations sanitaires en cas de catastrophe.

    Il sera par la suite remplacé dans ces différents rôles au sein des diverses forces armées britanniques par le Westland « Whirlwind », un autre appareil conçu par Sikorsky et fabriqué sous licence par Westland.


    Versions du Westland-Sikorsky WS-51 Dragonfly :

    WS-51: Prototype, muni d’un moteur radial Alvis Leonides 50, de 540cv (403kW). Testé afin de comparer ses performances et ses qualités de vols avec les S-51 achetés à Sikorsky.

    Dragonfly HR.1: Version de recherche et sauvetage en mer en service dans la Royal Navy. Ces appareils sont équipés d’un moteur radial Alvis Leonides 50, de 540cv (403kW). 13 appareils fabriqués, la plupart sont transformés par la suite en HR.5.

    Dragonfly HC.2 : version pour la Royal Air Force utilisée pour les évacuations sanitaires ou autres, principalement en cas de catastrophe. 3 exemplaires de cette version semblable aux WS-51 Mk.1A sont produits.

    Dragonfly HR.3: Version de recherche et sauvetage en mer dans la Royal Navy, semblable au HR.1, mais avec des pales de rotor entièrement métalliques. 58 appareils fabriqués, la plupart sont transformés par la suite en HR.5.

    Dragonfly HC.4 : version pour la Royal Air Force utilisée pour les évacuations sanitaires, identique à la version HC.2, mais avec des pales de rotor entièrement métalliques. 12 exemplaires produits.

    Dragonfly HR.5 : version de recherche et sauvetage en mer dans la Royal Navy, consistant à une remise à niveau des versions HR.1 et HR.3.

    Westland-Sikorsky WS-51 Mk.1A : version civile de transport équipé d’un moteur radial Alvis Leonides 521/1 de 520cv (388kW).

    Westland-Sikorsky WS-51 Mk.1B : version civile de transport équipé d’un moteur radial Pratt & Whitney R-985 Wasp Junior de 450cv (336kW).


    Utilisateurs militaires :

    Egypte : Al-Qūwāt al-Gawwīyä al-Miṣrīyä (Forces aériennes), 2 appareils pour les transports VIP.

    France : Armée de l’Air, 9 appareils utilisés entre 1952 et 1959, principalement en Indo-Chine.

    Iraq : Al Quwwa al Jawwiya al Iraqiya (Forces aériennes), deux appareils.

    Italie : Aeronautica Militare Italiana, trois appareils.

    Ceylan (Sri Lanka) : Royal Ceylon Air Force, deux appareils de 1955 à ?

    Japon : Japan Air Self Defense Force, trois appareils.

    Thaïlande : Royal Thai Air Force, quatre appareils entre 1953 et 1972.

    Royaumes-Unis : 16 appareils pour la RAF entre 1950 et 1958 ; et 71 pour la Fleet Air Arms (Royal Navy) entre 1950 et 1967.

    Yougoslavie : SFR Yugoslav Air Force, 10 appareils, de 1954 à …


    Caractéristiques Dragonfly HR.1:
    Equipage: 1 pilote
    Capacité d’emport: 3 passagers
    Longueur : 17,54m
    Diamètre du rotor principal : 14,64m
    Surface du rotor principal : 168,11m2
    Hauteur : 3,95m
    Masse à vide : 1987kg
    Masse en charge : 2663kg
    Motorisation : un moteur à piston de type radial Alvis Leonides 50 de 540cv (403kW).


    Performances Dragonfly HR.1:
    Vitesse maximale : 153km/h
    Distance franchissable : 483km
    Plafond opérationnel : 3’780m


    http://www.heli-archive.ch/en/helicopters/focus-on-the/sikorsky-s-51/

    http://www.helis.com/database/model/122/

    http://en.wikipedia.org/wiki/Westland_Dragonfly

    http://de.wikipedia.org/wiki/Alvis_Leonides
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer