Caproni-450hp Ca.33 Ca.3

Rappels

  • Catégorie : Bombardier
  • Constructeur : Caproni drapeau du pays
  • Premier vol : 1917
  • Lancement du projet : 1917
  • Production : 270 appareils construits (cellules neuves)
  • Missions : Attaque au sol, Bombardement, Reconnaissance

Historique

Vers les années 1910, Giovanni Battista Caproni est le second concepteur, après le russe Sikorsky, à développer un avion équipé de plusieurs moteurs : nombreux étaient ceux qui craignaient une perte totale du contrôle de l’avion en cas de panne d’un des moteurs. Le gouvernement et les responsables militaires italiens ne s’intéressent pas à son projet, mais le commandant du bataillon d'aviateurs italien Giulio Douhet, qui sera parmi les premiers théoriciens du bombardement stratégique, l’aide à le mener à bien.

Un second biplan est développé, très proche du premier, mais avec trois moteurs FIAT A.10 de 100ch, ce qui explique la désignation d’usine "Caproni 300 hp". Plus de 160 exemplaires entrent en service dans les unités de bombardement du Corpo Aeronautico Militare sous la désignation de Ca.1. Ils seront redésignés Ca.32 après le conflit.

Bien que le Corpo Aeronautico Militare semble satisfait, Gianni Caproni est certain de pouvoir améliorer les performances du C.1 en remplaçant le moteur FIAT central par un Isotta-Fraschini V.4B de 150ch. Son entreprise étant nationalisée, il doit attendre plusieurs mois avant de recevoir le moteur désiré. Dès les premiers vols d’essais en mai 1915, le Caproni 350hp montre des vitesses horizontale et ascensionnelle plus importantes. Alors qu’une petite série de 9 exemplaires est construite et incorporée sous la désignation de Ca.2 par le Corpo Aeronautico Militare.

Les responsables militaires italiens, surpris par l’amélioration des performances apportée par cette remotorisation partielle, commandent 150 appareils motorisés par trois de ces moteurs. Si le remplacement du moteur central FIAT A.10 par un Isotta-Fraschini V.4B n’a pas posé beaucoup de problèmes, le remplacement des deux autres moteurs installés sur les longerons du plan inférieur est plus complexe. En effet, s’ils sont plus puissants, les nouveaux moteurs pèsent chacun près de 75kg de plus, ce qui pose certains problèmes d’équilibrage et oblige à renforcer les longerons.



Par conséquent, ce n’est qu’en février 1917 que la fabrication des premiers exemplaires peut enfin commencer. Ces appareils, désignés Caproni 450hp, reçoivent la désignation militaire Ca.3 et seront renommés Ca.33 par Caproni au début des années 1920.

Une seconde commande de 100 autres appareils est passée en juin, lorsque les premiers exemplaires entrent en service. Les 250 C.3 sont tous livrés au cours de l'année et, en novembre 1917, 20 autres exemplaires sont commandés, ils sont livrés en février de 1918. Entre-temps, la production de 83 Caproni 450hp sous licence par la société Robert Esnault-Pelterie (REP) débute en France.

La configuration générale du Caproni 450hp reste, dans les grandes lignes, semblable aux Caproni 300hp et Caproni 350hp. Il garde les deux poutres de queue terminées par l’empennage horizontal surmonté de trois dérives. Le train d’atterrissage tricycle fixe est complété par des patins en bouts d’ailes et sous les poutres de queue pour éviter de toucher le sol quand il opère depuis un terrain peu préparé. Les deux pilotes sont installés côte-à-côte au centre de la nacelle, avec un observateur/mitrailleur dans la partie avant du cockpit disposant d'une ou deux mitrailleuses Revelli de 7,7mm. Une mitrailleur arrière est placé sur une sorte de piédestal équipée d’une barrière circulaire placé au niveau du plan supérieur, ce qui lui permet de tirer par-dessus le disque de l’hélice propulsive avec sa (ou ses) mitrailleuses Revelli de 7,7mm. Les mitrailleuses situées à l’avant sont parfois remplacées par un canon de 25 mm, sur affût, installé juste devant le bord d’attaque du plan supérieur. Une version transport de blessés est également construite aves des carénages fermés les poutres de queue peuvent accueillir jusqu’à quatre blessés graves sur civière et deux blessés légers dans le fuselage central.

270 exemplaires, des différentes versions, sont construits entre 1916 et 1918 par Caproni pour équiper douze escadrilles du Corpo Aeronautica Militare et une escadrille navale italienne en Albanie à partir de 1917. La société Robert Esnault-Pelterie (REP) acquière une licence et construit 83 exemplaires en France, de différentes versions également.



En décembre 1917, à la demande du commandement suprême français, le groupe de bombardement XVIII est formé, formé par les 3a, 14a e 15a Squadriglia, destiné à opérer sur le front franco-allemand. En février 1918, le groupe s'installe en France. Les unités françaises et italiennes sont souvent associées, principalement dans des rôles stratégiques. En effet, de nombreux bombardements sont conduits en pénétrant profondément au-dessus du territoire allemand avec des raids de jour comme de nuit dans de nombreuses villes, notamment Cologne, Stuttgart et même Friedrichshafen, au bord du lac de Constance. Ce dernier avait obligé les équipages à voler plus de 600km au-dessus du territoire ennemis.

Après l'entrée en guerre des États-Unis, des pilotes américains sont envoyés se former en France, au Royaume-Uni et en Italie, où deux centres de formation existaient déjà. L'un de ces centres, situé à Foggia, est destiné aux pilotes de l’AEF (American Expeditionary Force) de l’Air Service. Formés au bombardement, ils volent sur Caproni 450hp. Environ 500 candidats pilotes passent par ce centre de formation avant de servir sur le front français dans les départements de l'AEF, tandis que 75 d'entre eux sont regroupés dans des unités sur le front autrichien. Le trimoteur Caproni a rapidement gagné les faveurs des pilotes américains pour sa maniabilité et sa robustesse. Parmi ses admirateurs, on trouve également le major Fiorello La Guardia, député du Congrès des États-Unis et maire de New York à trois reprises depuis 1934, qui commande l'état-major de l'AEF en Italie.

On remarquera également que dans un premier temps, c’est avec deux Ca.3 que Gabriele d’Annunzio prévoit effectuer son "vol fou" au-dessus de Vienne. Alors que deux appareils modifiés avec des réservoirs supplémentaires pour leur permettre une autonomie de 900km étaient prêts, le haut commandement interdit d’effectuer ce vol. Ce sera donc plus tard, avec des Ansaldo S.V.A. qu’il réalisera ce raid au-dessus de la capitale autrichienne.



Les derniers Ca.3 en service, dans leur version Ca.36, ont pris leur retraite en 1929.

Anciens pays utilisateurs

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 3 800 kg (8 378 lbs)
  • Masse à vide : 2 300 kg (5 071 lbs)
  • Surface alaire : 95,6 m² (1 029,03 sq. ft)
  • Hauteur : 3,71 m (12,172 ft)
  • Envergure : 22,74 m (74,606 ft)
  • Longueur : 11,05 m (36,253 ft)

Équipage

  • Équipage : 4

Performances

  • Endurance maximale : 4,75 h
  • Rayon d'action : 599 km (372 mi, 323 nm)
  • Plafond opérationnel : 4 844 m (15 892 ft)
  • Vitesse ascensionnelle : 2,08 m/s (6,824 ft/s)
  • Vitesse maximale BA : 137 km/h (85 mph, 74 kts)
  • Rapport puissance/masse maxi au décollage : 0.09 kW/kg
  • Charge alaire maxi au décollage : 39.75 kg/m²
  • Rapport puissance/masse à vide : 0.15 kW/kg
  • Charge alaire à vide : 24.06 kg/m²

Motorisation

Charge utile

  • Charge utile : 450 kg (992 lbs) de bombes diverses

Armement

Armement fixe

Versions

  • Caproni 350hp Ca.2 : Amélioration du Caproni 300hp avec un moteur Isotta-Fraschini V.4B de 150ch en position centrale, permettant de meilleures performances. 9 exemplaires construits.
  • Caproni Ca.3 Cannoncino : Désignation militaire d’une version équipée d’un canon de 25 mm sur un affût à l’avant.
  • Caproni Ca.3 RM : Version marine capable d’emporter des charges de profondeur.
  • Caproni Ca.3 Silurante : Désignation militaire d’une version torpilleur, deux prototypes construits.
  • Caproni Ca.33 : Nouvelle désignation du Caproni 450hp, motorisé par des moteurs Isotta-Fraschini V.4B, version construite à environ 170 exemplaires par Caproni.
  • Caproni Ca.34 : Nouvelle désignation d’une version du Caproni 450hp démuni du train avant.
  • Caproni Ca.35 : Nouvelle désignation d’une version du Caproni 450hp munie d’une nacelle centrale ovale avec les deux pilotes installés en tandem, probablement jamais construit en série.
  • Caproni Ca.36 : Nouvelle désignation d’une version du Caproni 450hp dont les sections extérieures d'ailes sont démontables pour faciliter le stockage et éventuellement le transport par bateau ou par train.
  • Caproni Ca.36M : Version simplifiée et allégée construite après la première guerre mondiale, 153 exemplaires fabriqués dont 144 livrés à la nouvelle Regia Aeronautica.
  • Caproni Ca.37 : Nouvelle désignation d’une version du Caproni 450hp munie d’ailes à l'envergure réduite et équipée de seulement deux dérives.
  • Caproni Ca.38 : Version dérivée du Ca.37, équipée de poutres de section ovale et d’une nacelle modifiée.
  • Caproni Ca.39 : Nouvelle désignation d’un projet d'hydravion dont la cellule est celle du Caproni 450hp muni d’un énorme flotteur sous le fuselage central.
  • Caproni Ca.56a : Version de transport, capable d’embarquer jusqu’à six passagers.
  • Caproni CAP.2 BN.2 : Désignation au sein de l’Armée de l’air française des 44 Caproni 450hp construits par Caproni.
  • Caproni-Ca.36S Ca.3 Aerombulanza : Désignation militaire d’une version avion-ambulance pouvant emporter jusqu’à 6 blessés, dont quatre sur civières.
  • Caproni-R.E.P. CAP.2 BN.2 : Caproni HP450 construits par la société Robert Esnault-Pelterie,

Sur le forum…