Questions techniques générales

  • Autre suggestion, l'UDMH pourrait être synthétisé à partir d'un heptyle ? Ce dernier étant la matière première, c'est ce nom que les ingénieurs retiendraient…

    Une idée comme une autre, qui n'est pas fondée sur quoi que ce soit.
    Entre la culture des perles finesEt ceux qui perlent l'incultureUn point commun domine :C'est le QI de l'huître(JBX)
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Tyreann a écrit

    Autre suggestion, l'UDMH pourrait être synthétisé à partir d'un heptyle ? Ce dernier étant la matière première, c'est ce nom que les ingénieurs retiendraient…
    Pour faire de la 1,1-dimethylhydrazine? Faudrait être tordu…

    En plus, ça ne semble pas correspondre à des lettres cyrilliques qui pourraient dire autre chose…
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Il faut le demander aux Russes. :D

    http://en.tengrinews.kz/environment/Hundreds-of-tons-of-heptyl-is-a-chemical-attack-expert-20746/


    Et encore une aujourd'hui et avec un satellite européen qui plus est. :S .

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/05/16/une-fusee-russe-transportant-un-satellite-europeen-s-ecrase-apres-son-decollage_4419709_3214.html


    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/accident/une-fusee-russe-proton-retombe-sur-terre-apres-son-decollage_601417.html
    On peut défier le ciel, mais il ne faut pas se moquer de lui.J-M Saget
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par sharky 125 le May 16, 2014, 6:29 p.m.
  • Jericho a écrit

    Tyreann a écrit

    Autre suggestion, l'UDMH pourrait être synthétisé à partir d'un heptyle ? Ce dernier étant la matière première, c'est ce nom que les ingénieurs retiendraient…
    Pour faire de la 1,1-dimethylhydrazine? Faudrait être tordu…

    Comme la chimie organique, à mes yeux… :bonnet:
    Jusqu'à 1,1-dimethyl, je comprends, mais alors "hydrazine", ça me dépasse, donc je suis bien incapable de deviner si mon hypothèse tient chimiquement la route ^^.
    Entre la culture des perles finesEt ceux qui perlent l'incultureUn point commun domine :C'est le QI de l'huître(JBX)
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Jericho a écrit

    Serait-ce un nom donné, durant la Guerre froide par exemple, pour ne pas attirer l'attention de l'"adversaire", pour ne pas dire l'ennemi?
    Tiens, peut-etre en effet!

    Tyreann a écrit

    Autre suggestion, l'UDMH pourrait être synthétisé à partir d'un heptyle ? Ce dernier étant la matière première, c'est ce nom que les ingénieurs retiendraient…
    Non, comme le dit Jericho, l'heptyl/heptane et la 1,1-dimethylhydrazine sont 2 molecules si peu semblables et chimiquement si eloignees l'une de l'autre, qu'il parait invraisemblable d'obtenir l'une a partir de l'autre. Mais ta remarque me fait penser que l'heptane etait peut-etre utilise comme solvant, en revanche, pour transporter l'hydrazine sous forme diluee, et stable? Les ingenieurs russes recevant alors la solution heptylique, a charge pour eux d'isoler l'hydrazine sur place?
    Enfin, bref, c'est aussi une pure supposition, peut-etre farfelue :interr: .

    Sharky 125 a écrit

    Il faut le demander aux Russes.
    Oui, bonne idee, ils ont une telle reputation de transparence :bonnet: !

    Merci pour les suggestions, en tout cas :) !
    "En temps de paix, le kamikaze n'a plus de raison de sauter sur quoi que ce soit d'inflammable. Il s'étiole. Le suicide était le seul but de son existence : maintenant qu'il n'a plus de raison de mourir, il n'a plus de raison de vivre.Heureusement, il est possible d'aider le kamikaze à en finir en déclenchant en lui cette irrépressible envie d'exploser sur l'ennemi qui lui valut naguère son immense prestige auprès des gonzesses. Comment? C'est simple : il suffit d'imiter le cri du porte-avions. Regardez bien. Pout, pout, pout, ….Kamikaze : Banzaï !Etonnant, non?"Desproges
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Source Wiki: http://fr.wikipedia.org/wiki/1,1-dim%C3%A9thylhydrazine


    Production et synthèse.

    Il existe deux grandes voies de synthèse pour la production de ce composé chimique:

    la route via la chloramine et la diméthylamine :
    NH2Cl + HN(CH3)2 → H2N–N(CH3)2 + HCl.

    L'alkylation réductive à l'aide d'un catalyseur de l'acétohydrazide avec de l'hydrogène et du formaldéhyde :
    On peut défier le ciel, mais il ne faut pas se moquer de lui.J-M Saget
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci Sharky.

    J'aurai appris quelque chose ce soir… mais j'avoue que ça ne m'aide pas forcément pour élucider cet "Heptyl". :hehe:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Au moins, grâce à vous, j'aurai compris pourquoi j'ai arrêté la chimie :bonnet:


    Sinon, pour revenir à la question de Tyreann : petit résumé des méthodes existantes de guidage :
    toute l'intelligence se trouve dans le lanceur et le missile ne fait qu'exécuter des ordres :
    * guidage « manuel » : il y a une connexion (radio ou filiaire) entre le missile et le lanceur, et le pilote/tireur doit piloter le missile vers la cible -> plutôt pour les missiles anti-char (TOW/Milan/HOT)

    guidage sur une cible mouvante :
    * laser semi-actif : un rayon laser est émis sur une fréquence précise (par l'avion tireur, un autre avion, ou quelqu'un qui s'est dévoué au sol), réfléchi par la cible et capté par la bombe -> bombes, roquettes, missiles air-sol
    * radar passif : le missile se guide sur les émissions du radar à détruire (il faut un radar allumé en face, mais c'est tire-et-oublie — mais contre les radars au sol, on détruit seulement l'antenne) -> quelques rares missiles air-air, missiles air-sol
    * radar semi-actif : même principe que le laser semi-actif, mais avec des ondes radar -> surtout missiles air-air, quelques missiles anti-navires
    * radar actif : le radar est embarqué sur le missile (plus coûteux, mais tire-et-oublie) -> missiles air-air et anti-navire
    * infrarouge (sur une source de chaleur, qui peut donc se présenter sous différents aspects) -> missiles air-air, air-sol, bombes
    * TV (une image de la cible est captée au moment du tir, et le missile essaie de la garder au centre de sa tête chercheuse en se basant sur les zones de contraste) -> bombes, missiles air-sol

    guidage sur une cible à coordonnées connues :
    * GPS/GLONASS -> bombes, missiles de croisière, missiles air-sol (de plus en plus utilisé car peu cher, mais peut être brouillé)
    * guidage inertiel -> moins précis que le GPS, mais impossible à brouiller -> missiles de croisière, missiles balistiques, potentiellement tout missile dans la première partie du vol
    * reconnaissance du terrain, par exemple grâce à un altimètre -> missiles de croisière (Tomahawk)
    * guidage codé « en dur » (« après 2km , tourner à gauche sur 3km »), comme les V2 allemands (abandonné)
    * guidage stellaire (si j'ai bien compris, une petite caméra fixe une étoile donnée :shock:) -> premiers missiles balistiques ou de croisière

    En pratique, tu as bien souvent une combinaison de tout ça.


    Tyreann a écrit

    Bonsoir ! Je remonte ce topic pour quelques questions qui me travaillent quant au guidage de bombes.
    Quels sont les différents principes existants et les bases de leur fonctionnement ?

    Je suppose que certaines bombes ne sont pas guidées, on estime le point d'impact en fonction de l'altitude et la vitesse de l'avion et la température de l'air. Ça existe encore ce principe là ? Peut-être couplé à une centrale inertielle ?

    Ou bien les bombes sont-elles toutes guidées en permanence ?
    Et dans ce cas, comment ça se passe ?

    Il y a le guidage laser, je sais ; mais qu'est-ce qui illumine la cible ? Toujours un pod emporté en nacelle, ou bien le désignateur peut-il être intégré à l'avion tireur ?

    Les bombes guidées par les ondes EM du radar du tireur, comme les missiles Fox 3, ça existe ?

    Et guidées par IR ? Et dans ce cas, la bombe est autonome dans son guidage ou faut-il toujours un avion pour désigner la cible ?

    Et je suppose qu'il y a des bombes guidées par GPS également ?

    Je suis plein de questions ^^
    Je me rends compte qu'il y a encore bien trop de choses relativement élémentaires que j'ignore…

    Un grand merci à qui prendra le temps de répondre ! =D
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • D9pouces > je me suis toujours demandé, quand on parle de missile filoguidé comme le TOW, il y a sérieusement un fil qui relie le lanceur au missile? Je ne vois pas un fil suivre un missile sur 4 kilomètre!? Enfin c'est pour ça que je pose la question :)
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • J'en avais oublié ma question.
    Ok, merci pour les infos. Pour le air-air, pas de souci, mais le air-sol était plus flou pour moi.

    Ce qui se fait le plus aujourd'hui, c'est du guidage laser, non ?

    Et par rapport au pod damoclès… Pourquoi diable faut-il un pod ?
    Je veux dire ; le 2000D a quand même été conçu comme un pur bombardier ; il n'était pas possible d'inclure le système de visée à l'avion dès sa conception, qui n'est alors plus dépendant de la disponibilité du pod et qui dispose également d'un point d'emport supplémentaire (et pas des moindres s'il s'agit du ventral !).

    Existe-t-il des avions capables d'assurer des guidages lasers par eux-mêmes, ou nécessitent-ils tous un désignateur externe (au sol, en pod, ou avion voisin) ou de passer à un autre mode de guidage ?
    Entre la culture des perles finesEt ceux qui perlent l'incultureUn point commun domine :C'est le QI de l'huître(JBX)
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Oui, le guidage laser est aujourd'hui le + répandu comme système de guidage des bombes.

    Le 2000D est conçu sur la base d'un chasseur/intercepteur qui n'a nul besoin des capacités d'un pod. Généralement, si il y a un système d'illumination laser, il est dans le nez de l'appareil, hors pour le 2000D il y a le radar Antilope V qui permet d'utiliser le suivi de terrain.
    Vu qu'il n'y a même pas la place pour un canon, c'est qu'il n'y a vraisemblablement pas de place pour un désignateur. Tu remarqueras peut-être que le F-15E ou le Tornado IDS ont eux aussi besoin du pod.
    De plus, le pod fait aussi office de FLIR (caméra infrarouge) et ne se trouve PAS sur le point d'emport central, il est avancé et légèrement décalé ce qui permet l'emport d' un bidon ou d'un lance-bombes double.

    Comme ici

    Le F-117 avait un désignateur laser intégré.
    Mieux vaut poser une question et avoir l' air idiot 5 minutes que de se taire et de le rester.Le meilleur bretteur au monde ne craint point son dauphin, il craint le pire bretteur au monde, parce ce qu' il est incapable de deviner ce que cet imbécile va faire.
      Lien   Revenir ici   Citer modifié 2 fois par cinétic le May 17, 2014, 8:09 p.m.
  • Ansierra117 a écrit

    D9pouces > je me suis toujours demandé, quand on parle de missile filoguidé comme le TOW, il y a sérieusement un fil qui relie le lanceur au missile? Je ne vois pas un fil suivre un missile sur 4 kilomètre!? Enfin c'est pour ça que je pose la question :)
    D'après ce que j'ai compris, si, si c'est le cas (j'ai toujours eu la même interrogation que toi)
    On le voit un peu sur ces photos :
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/34/ATGM_Stryker_firing_a_TOW_misile.jpg

    http://www.probertencyclopaedia.com/cgi-bin/res.pl?keyword=Acronym

    http://militaryphotos.deviantart.com/art/M220-TOW-Missile-178259130



    Tyreann a écrit

    J'en avais oublié ma question.
    Ok, merci pour les infos. Pour le air-air, pas de souci, mais le air-sol était plus flou pour moi.

    Ce qui se fait le plus aujourd'hui, c'est du guidage laser, non ?
    Oui, mais le GPS est en train de prendre l'ascendant (moins cher, et fonctionne même quand il y a des nuages).
    Et par rapport au pod damoclès… Pourquoi diable faut-il un pod ?
    Je veux dire ; le 2000D a quand même été conçu comme un pur bombardier ; il n'était pas possible d'inclure le système de visée à l'avion dès sa conception, qui n'est alors plus dépendant de la disponibilité du pod et qui dispose également d'un point d'emport supplémentaire (et pas des moindres s'il s'agit du ventral !).
    Je vois trois problèmes :
    * place dans le fuselage
    * tarif de la nacelle
    * la boule doit pouvoir beaucoup bouger pour continuer à désigner la cible même quand l'avion a fait demi-tour : du coup, c'est dur à intégrer dans le fuselage.

    Existe-t-il des avions capables d'assurer des guidages lasers par eux-mêmes,
    Oui, mais c'est assez rare : Su-25TM, B-1B (pas sûr), Su-24.
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ansierra117 a écrit

    D9pouces > je me suis toujours demandé, quand on parle de missile filoguidé comme le TOW, il y a sérieusement un fil qui relie le lanceur au missile? Je ne vois pas un fil suivre un missile sur 4 kilomètre!? Enfin c'est pour ça que je pose la question :)

    Sur le Polyphem, le filoguidage devait tenir de 60km :hehe: et sinon ça existe sur les torpilles depuis la fin de la 2nde Guerre Mondiale du filoguidage de plusieurs km même si je conçois que sous l'eau c'est plus simple vu les vitesses employées.
    Mieux vaut poser une question et avoir l' air idiot 5 minutes que de se taire et de le rester.Le meilleur bretteur au monde ne craint point son dauphin, il craint le pire bretteur au monde, parce ce qu' il est incapable de deviner ce que cet imbécile va faire.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci pour vos réponses, tout ceci tient debout, même s'il est fou de constater la complexité et le volume d'un « simple » désignateur laser.

    (L'image du tir filoguidé est saisissante !)
    Entre la culture des perles finesEt ceux qui perlent l'incultureUn point commun domine :C'est le QI de l'huître(JBX)
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Si les désignateurs laser sont en pod, c'est qu'il y a une bonne raison. Le désignateur a besoin d'être en dehors du gabarit de l'avion et exempt de tout masquage. Un pod interne frontal désigne tout aussi bien l'objectif mais implique que l'avion reste dans l'axe de la cible tant que la bombe n'a pas impacté et donc de se rapprocher dangereusement de l'objectif. En pod ou en tourelle le désignateur peut tourner sur deux axes ce qui permet à l'avion de faire une manœuvre d'évasive tout en conservant le désignateur verrouillé sur la cible sitôt que la ou les bombes sont parties.
    Sur Jaguar DA et Thomson avaient dans les années 80 développé le pod Elias, il s'agissait d'un désignateur Atlis intégré dans la pointe avant d'un réservoir RP 36 de 1250 litres. Le réservoir perdait une partie de sa capacité en kéro, mais si l'Atlis était monté tout seul c'était pas de kéro du tout en ventral. Ce système n'a pas dépassé le stade des essais pour raisons budgétaires, comme d'hab.
    On peut défier le ciel, mais il ne faut pas se moquer de lui.J-M Saget
      Lien   Revenir ici   Citer modifié 2 fois par sharky 125 le May 17, 2014, 10:54 p.m.