Fairchild-Swearingen Merlin

Rappels

Historique

Ed Swearingen est un ingénieur américain qui travailla notamment pour Piper (on lui doit le PA-30 et le Pa-42) et qui accomplit un certain nombre de remotorisations d'avions existants, tels que le Twin Bonanza (Excalibur 800) et Queen Air (Queenaire). En 1958, il fondit sa propre société, Swearingen Aircraft, à San Antonio au Texas.

L'expérience acquise sur les transformations du Twin Bonanza ou du Queen Air lui permet de concevoir son propre bimoteur d'affaires pressurisé. Celui-ci reprend les ailes et les empennages horizontaux du Queen Air, le train d'atterrissage du Twin Bonanza, le tout associé à un nouveau fuselage et une nouvelle dérive. Le nouvel appareil, qui s'approche d'un Excalibur pressurisé et motorisé par des Lycoming TIGO-540, prend la désignation SA26 Merlin. Un moteur plus puissant est cependant nécessaire et Swearingen choisit le turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-20, et le prototype SA26 est modifié en SA26-T Merlin II.

Le prototype Merlin II prit l'air pour la première fois le 13 avril 1965, 15 mois après son concurrent le Beech King Air. Seuls 33 exemplaires de la version de série, le Merlin IIA, sont construits. Un accord est alors passé avec Garrett AiResearch, qui propose son moteur TPE-331-1 et prend en charge la commercialisation de l'appareil. La nouvelle version est le Merlin IIB, dont 87 exemplaires sont construits jusqu'en février 1972. Cependant, le Merlin II reste très proche visuellement du Queen Air.

Le Merlin III est un appareil différent, avec deux moteurs TPE331-3U-303G. Le fuselage, les ailes, le train d'atterrissage, la queue, les nacelles moteurs et le nez allongé pour contenir un compartiment bagages viennent du Metro, alors en développement. Le Merlin III fut certifié le 27 juillet 1970. Le Merlin III est remplacé en 1972 par le Merlin IIIA, qui comporte des hublots supplémentaires. A cette époque, 90% des actifs de la société de Swearingen appartiennent à Fairchild, depuis fin 1971. Le Merlin IIIA, qui fut construit jusqu'en janvier 1979, fut commandé par l'Argentine et la Belgique pour leurs armées. 92 Merlin III et IIIA furent construits.



Ils furent suivis par le Merlin IIIB (nouveaux moteurs) et le Merlin IIIC (structure interne modifiée). 56 Merlin IIIB et C furent construits. Le Merlin 300, qui apparut à la fin de la production, était équipé de winglets. 10 Merlin 300 furent construits. Les Merlin III furent fabriqués jusqu'en 1983.

La famille du Merlin IV était la version d'affaires du Metroliner, elle-même une variante allongée du Merlin et qui le concurrença. Ainsi, le Merlin IVA était la version VIP du Metro II et le Merlin IVC (certifié en 1980) celle du Metro III, avec une masse maximale plus importante. Un unique Merlin IVC, d'occasion d'ailleurs, fut utilisé par l'US Army sous la désignation UC-26C. La Suède employa un Merlin IVC sous la désignation Tp 88B de 1986 à 1993.

La production des Merlin IV prit fin en 1987. 120 Merlin II, 158 Merlin III et 77 Merlin IV furent construits, soit 355 exemplaires au total. Cet appareil souffrit de la concurrence, non seulement de Beech mais aussi de sa version allongée, le Metroliner. Le Merlin fut également utilisé par l'Afrique du Sud et la Thaïlande. Seule l'armée de terre argentine l'emploie encore à l'heure actuelle.

Pays utilisateur

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Fairchild-Swearingen SA26 Merlin : Prototype, moteurs à pistons. 1 exemplaire.
  • Fairchild-Swearingen SA26-T Merlin II : Prototype remotorisé avec des turbopropulseurs PT6A.
  • Fairchild-Swearingen SA26-T Merlin IIA : Version de série du Merlin II, 33 exemplaires.
  • Fairchild-Swearingen SA26-T Merlin IIB : Moteurs Garrett AiResearch TPE331-1-151G, 87 exemplaires.
  • Fairchild-Swearingen SA226-AT Merlin IVA : Version d'affaires du Metro II. 56 exemplaires.
  • Fairchild-Swearingen SA226-T Merlin III : Refonte majeure de la cellule.
  • Fairchild-Swearingen SA226-T Merlin IIIA : Hublots supplémentaires.
  • Fairchild-Swearingen SA226-TB Merlin IIIB : Moteurs TPE331-10U-503G, hélices quadripales, air conditionné.
  • Fairchild-Swearingen SA227-AT Merlin IVC : Version d'affaires du Metro III. 21 exemplaires.
  • Fairchild-Swearingen SA227-TP Merlin IIID : Merlin IIIC avec des moteurs PT6A, jamais construit.
  • Fairchild-Swearingen SA227-TT Merlin 300 : 10 Merlin IIIC dotés de winglets.
  • Fairchild-Swearingen SA227-TT Merlin IIIC : Structure interne modifiés pour satisfaire aux normes SFAR-41.
  • Fairchild-Swearingen Tp 88B : Désignation du Merlin IVC en Suéde, un exemplaire.
  • Fairchild-Swearingen UC-26C : Désignation du Merlin IVC au sein de l'US Army, un exemplaire.

Sur le forum…

  • Le Fairchild Merlin sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ed Swearingen est un ingénieur américain qui travailla notamment pour Piper (on lui doit le PA-30 et le Pa-42) et qui accomplit un certain nombre de remotorisations d'avions existants, tels que le Twin Bonanza (Excalibur 800) et Queen Air (Queenaire). En 1958, il fondit sa propre société, Swearingen Aircraft, à San Antonio au Texas (ville qui a aussi donnée son nom au héros de Frédéric Dard, c'est la minute culturelle du jour).

    L'expérience acquise sur les transformations du Twin Bonanza ou du Queen Air lui permet de concevoir son propre bimoteur d'affaires pressurisé. Celui-ci reprend les ailes et les empennages horizontaux du Queen Air, le train d'atterrissage du Twin Bonanza, le tout associé à un nouveau fuselage et une nouvelle dérive. Le nouvel appareil, qui s'approche d'un Excalibur pressurisé et motorisé par des Lycoming TIGO-540, prend la désignation SA26 Merlin. Un moteur plus puissant est cependant nécessaire et Swearingen choisit le turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-20, et le prototype SA26 est modifié en SA26-T Merlin II.

    Le prototype Merlin II prit l'air pour la première fois le 13 avril 1965, 15 mois après son concurrent le Beech King Air. Seuls 33 exemplaires de la version de série, le Merlin IIA, sont construits. Un accord est alors passé avec Garrett AiResearch, qui propose son moteur TPE-331-1 et prend en charge la commercialisation de l'appareil. La nouvelle version est le Merlin IIB, dont 87 exemplaires sont construits jusqu'en février 1972. Cependant, le Merlin II reste très proche visuellement du Queen Air.

    Le Merlin III est un appareil différent, avec deux moteurs TPE331-3U-303G. Le fuselage, les ailes, le train d'atterrissage, la queue, les nacelles moteurs et le nez allongé pour contenir un compartiment bagages viennent du Metro, alors en développement. Le Merlin III fut certifié le 27 juillet 1970. Le Merlin III est remplacé en 1972 par le Merlin IIIA, qui comporte des hublots supplémentaires. A cette époque, 90% des actifs de la société de Swearingen appartiennent à Fairchild, depuis fin 1971. Le Merlin IIIA, qui fut construit jusqu'en janvier 1979, fut commandé par l'Argentine et la Belgique pour leurs armées. 92 Merlin III et IIIA furent construits.

    Ils furent suivis par le Merlin IIIB (nouveaux moteurs) et le Merlin IIIC (structure interne modifiée). 56 Merlin IIIB et C furent construits. Le Merlin 300, qui apparut à la fin de la production, était équipé de winglets. 10 Merlin 300 furent construits. Les Merlin III furent fabriqués jusqu'en 1983.

    La famille du Merlin IV était la version d'affaires du Metroliner, elle-même une variante allongée du Merlin et qui le concurrença. Ainsi, le Merlin IVA était la version VIP du Metro II et le Merlin IVC (certifié en 1980) celle du Metro III, avec une masse maximale plus importante. Un unique Merlin IVC, d'occasion d'ailleurs, fut utilisé par l'US Army sous la désignation UC-26C. La Suède employa un Merlin IVC sous la désignation Tp 88B de 1986 à 1993.

    La production des Merlin IV prit fin en 1987. 120 Merlin II, 158 Merlin III et 77 Merlin IV furent construits, soit 355 exemplaires au total. Cet appareil souffrit de la concurrence, non seulement de Beech mais aussi de sa version allongée, le Metroliner. Le Merlin fut également utilisé par l'Afrique du Sud et la Thaïlande. Seule l'armée de terre argentine l'emploie encore à l'heure actuelle.


    Versions :

    SA26 Merlin : Prototype, moteurs à pistons. 1 exemplaire.

    SA26-T Merlin II : Prototype remotorisé avec des turbopropulseurs PT6A.

    SA26-T Merlin IIA : Version de série du Merlin II, 33 exemplaires.

    SA26-T Merlin IIB : Moteurs Garrett AiResearch TPE331-1-151G, 87 exemplaires.

    SA226-T Merlin III : Refonte majeure de la cellule.

    SA226-T Merlin IIIA : Hublots supplémentaires.

    SA226-TB Merlin IIIB : Moteurs TPE331-10U-503G, hélices quadripales, air conditionné.

    SA227-TT Merlin IIIC : Structure interne modifiés pour satisfaire aux normes SFAR-41.

    SA227-TP Merlin IIID : Merlin IIIC avec des moteurs PT6A, jamais construit.

    SA227-TT Merlin 300 : 10 Merlin IIIC dotés de winglets.

    SA226-AT Merlin IVA : Version d'affaires du Metro II. 56 exemplaires.

    SA227-AT Merlin IVC : Version d'affaires du Metro III. 21 exemplaires.

    UC-26C : Désignation du Merlin IVC au sein de l'US Army, un exemplaire.

    Tp 88B : Désignation du Merlin IVC en Suéde, un exemplaire.




    http://www.lesavions.net/index.php?option=com_content&task=view&id=68&Itemid=1


    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ed_Swearingen


    http://en.wikipedia.org/wiki/Swearingen_Merlin


    http://www.airliners.net/aircraft-data/stats.main?id=210


    http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_sa26tmerlin_en.php


    http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_sa226merlin_en.php


    http://jetphotos.net/showphotos.php?aircraft=Swearingen%20SA226-T%20Merlin%20IIIB
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer