Potez 540

Rappels

  • Catégorie : Bombardier
  • Constructeur : Potez drapeau du pays
  • Premier vol : 14 novembre 1933
  • Production : 270 appareils construits (cellules neuves)

Historique

Au début des années 1930, les théories du général Douhet sur la guerre aérienne (en particulier le bombardement stratégique à outrance) ont le vent en poupe. C'est ainsi qu'en 1932, l'ancêtre de l'armée de l'air lance le programme BCR (Bombardement, Chasse, Reconnaissance), un multiplace multirôle devant remplacer les biplaces légers de bombardements. Les spécifications définitives furent émises en octobre 1933 : l'appareil devait emporter une tonne de bombes à 350 km/h, à 4000 m d'altitude et à 1300 km. Il devait peser entre 5 et 7 tonnes, emporter 4 à 5 hommes et être équipé de mitrailleuses, d'appareils photographiques et d'une radio.

3 appareils répondirent à ce programme : le Bréguet 460, le Farman 420 et le Bloch MB 130. Potez, lui, avait conçu le Potez 54 sur fonds propres. Le prototype de cet appareil conçu par Louis Coroller fut construit à partir du 25 août 1933. Il prit l'air entre les mains de Labouchère le 14 novembre 1933 et fut présenté au dernier moment.

Le Potez 54 était un monoplan à ailes hautes, avec une structure métallique recouverte de bois et de métal. Le prototype était propulsé par 2 Hispano-Suiza 12Xbrs à 12 cylindre en V de 690 cv. Le train était classique et semi-rétractable, le train principal se logeant dans les nacelles moteurs. 3 tourelles, situées dans le nez, sur le dos et dans le ventre servaient à la défense. 4 avions de présérie motorisés par des Hispano-Suiza 12Xirs furent également construits.

Les essais durèrent du 23 mars au 5 mai 1934, et montrèrent que l'appareil était rapide et maniable, mais sujet à de fortes vibrations. Lors de la mise au point la dérive d'origine, alors double, fut remplacée par une unique dérive afin d'améliorer la stabilité, et l'appareil fut redésigné Potez 540. Des hélices tripales remplacèrent les hélices bipales, et une mitrailleuse MAC 34 de 7,5 mm remplaça le canon Hispano-Suiza de 20 mm en tourelle dorsale. Le Potez 540 fut donc retenu par l'Armée de l'Air, tout comme le Bloch 130.

Le Potez 540 entra en service au sein de l'Armée de l'Air le 25 novembre 1934, avec des moteurs Hispano-Suiza 12Xirs/jrs de 790 cv. Chaque hélice tournait en sens inverse de l'autre. 192 Potez 540 (dont les 4 de présérie) furent construits de mai 1935 à 1937. Ils équipèrent les GR I/54, GR I/33, GR I/55 et le Groupe de Reconnaissance Autonome de Cazaux.

Outre l'Hispano-Suiza 12Xirs, d'autres motorisations furent testées : le Gnome et Rhône 14Kdrs de 860 ch équipa ainsi le Potez 541, qui fut refusé par l'armée de l'air mais servit de base au Potez 543 destiné à l'exportation. La Roumanie commanda 8 Potez 543 (initialement 10 en 1935) qu'elle reçut entre 1936 et 1939 ainsi que le Potez 541. Le Potez 543 vola pour la première fois le 18 septembre 1935.

Le moteur Lorraine Pétrel 12Hdrs/Hers de 720 ch donna naissance au Potez 542, dont le prototype fut commandé en même temps que les premiers Potez 540 de série. Il effectua son vol inaugural le 24 janvier 1935. 66 exemplaires furent construits, et livrés de 1936 à 1937. Le II/33 fut le premier à le recevoir, remplaçant ses Potez 25.



Enfin, le moteur Hispano-Suiza 12Ybrs de 860 ch rééquipa au moins un, peut-être deux, Potez 542 pour donner naissance au Potez 544. Ce dernier voyait son armement défensif supprimé et remplacé par des appareils photographiques supplémentaires. Il fut utilisé pour surveiller la ligne Siegfried et un autre (ou peut-être le même) fut reçu par les républicains espagnols.

On aboutit donc à un total de 270 machines construites : 1 Potez 54 (prototype), 4 Potez 540 de présérie et 188 de série, 1 Potez 541, 67 Potez 542 dont un prototype, et 8 Potez 543.

Le Potez 540 fut engagé pour la première fois au combat par les Républicains espagnols, lors de la guerre civile. Une vingtaine de ces appareils, non livrée à l'Armée de l'Air, était disponible et les 5 premiers furent livrés en août 1936, à l'instigation d'André Malraux. Ils furent codés E,S,P,A,N. L'Espagne républicaine reçut entre 18 et 20 appareils, dont 6 Potez 540, 8 Potez 542 et un Potez 544, qui furent rassemblés dans l'Escuadra Espana.  3 autres appareils reçurent les lettres O,P et B. Confronté à des appareils allemands largement supérieurs, il s'avéra complètement dépassé au point d'être appelé "Ataúd Volante", Cercueil volant. Ils étaient souvent victime de pannes mécaniques et accusaient un faible taux de disponibilité. Ils souffrirent aussi du manque d'escorte. Un de leurs faits d'armes fut tout de même de bombarder l’État-major de Franco le 27 octobre 1936. Malraux, qui participa à la guerre civile dans les rangs des Républicains espagnols, s'inspira du crash de l'un de ces appareils, le N, pour son film (et son livre) "L'Espoir". Ils furent remplacés par les Tupolev SB-2 plus performants.

Dès la fin des années 1930, le Potez 540 fut considéré comme obsolète, remplacé par les Potez 63 et Bréguet 693, et retiré des premières lignes. Il fut alors relégué aux missions de transport et de parachutage de troupes. 5 machines (2 Potez 540 et 3 Potez 542) furent reversées à l'Aéronavale pour l'entraînement des bombardiers et des mitrailleurs. 7 machines furent désarmées et servirent au transport de VIP.

En septembre 1939, la centaine d'exemplaires encore en service (85 en première ligne) était alors largement déployée en Afrique du Nord. Mais même alors, la faiblesse de son armement défensif et sa vulnérabilité face aux chasseurs ennemis le rendaient inaptes à remplir ces missions secondaires. Le Potez 540 ne participa donc pas à la bataille de France.

Après la défaite de la France, 71 survivants continuèrent à servir la France vichyste, toujours en Afrique du Nord et quelques uns en Indochine, où 6 Potez 542 servirent lors du conflit avec la Thaïlande fin 1940-début 1941. Certains auraient été cédés à la Regia Aeronautica italienne, d'autres se seraient échappés en Grande-Bretagne. 2 Potez 540 furent utilisés pour acheminer de l'aide aux rebelles irakiens en 1941. Aucun Potez 540 ne fut utilisé en novembre 1942 lors de l'opération Torch. La quasi-totalité de ces machines furent retirées du service ou détruites en 1943.

Versions

  • Potez 54 : Prototype, un exemplaire. Dérive double
  • Potez 540 : 1ere version de série, dérive unique. 4 appareils de présérie et 188 exemplaires de série.
  • Potez 541 : Moteurs Gnome et Rhône 14Kdrs de 860 cv. 1 exemplaire.
  • Potez 542 : 2e version de série, 67 exemplaires dont un prototype.
  • Potez 543 : Version destinée à la Roumanie, basée sur le Potez 541. 8 exemplaires.
  • Potez 544 : Version entièrement dédiée à la reconnaissance, Potez 542 modifiés. Au moins un exemplaire.

Sur le forum…

  • :) merci onc' JFF
    moi je suis la fougère et lui l'oiseau de fer
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La cocotte rouge est l'insigne de tradition de la BR11.
    Crée comme 11 escadrille en 1913, d'abord doté de Caudron G 4, elle finit la 1ere guerre mondiale sur Breguet 14 (d'où son nom de tradition de BR11). Après guerre elle est intégrée comme 13 escadrille au 33 Régiment Aérien Miste, puis comme 1er groupe de la 33 escadre de reconnaissance. Dans la seconde moitiée des années 30' elle est dotée de Potez 540 et 542.

    Après la seconde guerre mondiale, la BR11 est recrée comme 1/33 Moselle, puis 3/33 Moselle, et à la dissolution de celui ci, elle intègre le 2/33 Savoie. Elle a volé sur F/RF 84G, RF 84F, Mirage IIIR/RD, et finalement sur F 1CR.

    L'insigne de la cocotte rouge a été rendu celebre par le General Vuillement (ancien commandant de la BR11), lors de ses raids dans les années 1930, et notamment la "croisière noire"

    Je pense que cet insigne sur un P 540 républicain est plutot l'insigne transposé par un ancien de la I/33, servant dans les rang de l'escadrille internationale républicaine.

    JFF
    L
      Lien   Revenir ici   Citer
  • oh merci, c'est passionnant toutes ces histoires anciennes :)
    moi je suis la fougère et lui l'oiseau de fer
      Lien   Revenir ici   Citer
  • A y'est CDLP, j'ai trouvé un début de réponse ici :

    http://www.aeromovies.fr/articles.php?lng=fr&pg=184&prt=1


    (Y'avait un autre site, mais il a disparu depuis : Erreur 404)

    Donc en gros, ce Potez a servi au tournage du film "Espoir", et la cocotte était temporaire, en effet en hommage à notre Armée de l'Air.

    Je crois que j'ai précisé Potez 540 plutôt qu'avion, ou un truc du genre.
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • j'ai fait un saut cette nuit en 1936, j'étais avec des républicains espagnols pour tenter de trouver l'origine de cette cocotte. J'ai pas trouvé..

    bon: avion/cocotte/républicain espagnol, vaz-y mon Google, cherches..


    j'ai trouvé des Potez 63.7 chez l'escadrille 11 française.. mais à partir de 1939.

    j'ai lu un journal de révolutionnaires socialistes, fait un tour à l'aérodrome de Tours et fini dans un bar de Perpignan avec un comité d'intellectuels anti-fascistes.

    et bien à l'époque, les intellos ça mettait les mains dans le cambouis pour aider les camarades, j'ai fait un chouet voyage dans le temps.

    citation:
    "En neuf mois à raison de 2 convois par semaine, le Comité (de Perpignan) a fait passer 1700 à 1800 camions Renault de 5T contenant de 7 à 8000 tonnes de matériel militaire ou stratégique.
    Nous avons passé trois prototypes de Potez 62 en pièces détachées. Nous avons du en remonter un à Paris parce qu'un comité de contrôle voulait le voir, il y avait eu des fuites. L'avion fut maquillé deux fois pour être présenté à la commission."

    j'ai touvé des avions Air France amenés par leurs équipages aux espagnols en 36, et des avions d'entraînement volés à Milhau, passionnant, beaucoup de cocos rouge comme cette cocotte que je n'ai pas retrouvée,
    moi je suis la fougère et lui l'oiseau de fer
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci pour cette belle fiche, pour cet appareil qui lui est nettement moins beau. :mrgreen:
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • et pourtant je suis allée au lycée à Aire sur l'Adour où se trouve un atelier Potez, des gens de mon village y travaillaient, mais je ne savais pas qu'il s'agissait d'appareils volants en fait.
    je me rappelle que je regardais déjà beaucoup des planeurs vers là-bas, sur le trajet en car, avec les Pyrénées à l'horizon..
    à l'époque les Landes étaient traversées par des lignes de bidasses surchargés et les avions pétaient le mur du son constamment, mais c'est maintenant que je m'en rappelle.
    dans mes projets farfelus, un circuit touristique SudOuest/Appareils Volants/Bonne Bouffe et Bonne Zique, y'aurait de quoi faire..

    30 ans plus tard, je crois que c'est moi qui ai publié LA PREMIERE (après le photographe..) sur Faysse-bouque une somptueuse photo du magnifique F1 décoré pour le centenaire de la Cocotte, et je l'ai contemplé très beaucoup.

    entre les deux dates, une ellipse, deux ellipses, cent ellipses, milles ellipses et leurs vortex, dont sûrement des Potez. Alors, oui :hehe: ça entre un peu, la culture aéronautique.



    blabla bla, oui mais et la Cocotte alors? un rapport avec l'armée française?
    moi je suis la fougère et lui l'oiseau de fer
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Jericho a écrit

    Clansman a écrit

    Il est tellement moche qu'il explique à lui seul la défaite de 1940.
    J'aime beaucoup ton objectivité sur les causes de la défaite de 1940 : même "Guerre & Histoire" n'avait pas osé! :lol:


    Zut, c'est pas de bol: les premières phrases de ton texte n'apparaissent pas sur la fiche du site… :mrgreen:

    :mrgreen:


    tiens sur une de ses photos sur la fiche, il y a une cocotte (républicains espagnol)?

    Exact, c'est d'ailleurs marqué en légende : Potez 540 républicain espagnol. Et il a été en effet utilisé par les républicains espagnols.

    Mais je vois que ça entre, la culture aéronautique. :D
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • il n'est pas moche ni vilain, il est… différend.

    tiens sur une de ses photos sur la fiche, il y a une cocotte (républicains espagnol)?
    moi je suis la fougère et lui l'oiseau de fer
      Lien   Revenir ici   Citer
  • C'est clair qu'il est bien vilain avec son nez carré !
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer