Saunders-Roe Skeeter

Rappels

  • Catégorie : Hélicoptère
  • Constructeur : Saunders-Roe drapeau du pays
  • Premier vol : 8 octobre 1948
  • Production : 90 appareils construits (cellules neuves)
Saunders-Roe Skeeter

Historique

Le Saunders-Roe (ou Saro) "Skeeter" est un hélicoptère biplace d'observation, de reconnaissance et d’entrainement.

C’est en 1948, que la société Cierva Autogiro a conçu le W.14 "Skeeter", un hélicoptère léger biplace. Son premier vol a lieu le 8 octobre 1948, malheureusement, le moteur n’est pas assez puissant (145cv) pour que l’appareil puisse avoir des performances raisonnables. Le "Skeeter 2" avec un moteur de 180 cv prend son envol le 15 octobre 1949. Durant les essais, l’appareil a de grands problèmes de résonnance au sol, ne permettant pas de lancer sa production.
Le "Skeeter 3" est ensuite développé et deux appareils, propulsés par un moteur Blackburns Cirrus Bombardier 702 de 180cv, sont construits.

L’entreprise Saunders-Roe rachète Cierva en janvier 1951 et reprend le programme du "Skeeter".

Les premiers vols des "Skeeter 3" sont réalisés en 1951 et ils seront testés jusqu’au printemps 1953. On observe de nets progrès, tant dans les performances qu’en ce qui concerne les problèmes de résonnance. Mais pas assez pour intéresser l’armée britannique.

Le "Skeeter 4", avec un moteur Blackburns Cirrus Bombardier 704, fait son premier vol le 15 avril 1952. Prévue pour la Royal Navy, cette version a été rejetée pour causes de résonnance et de manque de puissance.

Saunders-Roe propose au marché civil le "Skeeter 5", similaire au "Skeeter 4", mais personne ne s’y intéresse.

Un moteur Gipsy Major de 200cv est installé, de nouvelles modifications sont faites afin de limiter les problèmes de résonnance et le "Skeeter 6" prend son envol. Quatre prototypes sont produits en 1956, propulsés par des moteurs de Havilland Gipsy Major 201 de 200cv. Trois de ces appareils, désignés "Skeeter 6A", sont configurés en appareils d’observation désignés «Air Observation Post 10». Le quatrième appareil, désigné "Skeeter 6B", est muni de doubles commandes et livré en tant que «Trainer 11» à l’armée britannique.



En 1958, l’armée allemande commande 15 "Skeeter 6".
Onze appareils sont fournis à l’armée de terre (Heeresfliegertruppe) et sont désignés "Skeeter MK.50".
Quatre appareils, désignés "Skeeter MK.51", sont livrés à la marine (Deutsche Marine).
Les appareils allemands seront revendus aux forces aériennes portugaises en 1961, excepté un appareil qui a été modifié pour tester un turbomoteur Turmo 603 à la place de son moteur à piston…

Le Saro "Skeeter 7", propulsé par un moteur Gipsy Major 140 de 215cv, prend son envol début 1958. Cette version intéresse (enfin) l’armée britannique qui en commande 64 exemplaires, désignés AOP.12 "Skeeter" (AOP : plateforme d’observation aérienne). Les premiers exemplaires entrent en service en juin dans le British Army Air Corps, mais à ce moment là, il est déjà dépassé par de nouveaux appareils de conception plus récente.

Quelques "Skeeter 7" de formation, avec double commandes, entrent en service au sein de la RAF sous l’appellation de "Skeeter" T.13.


Une version équipée d’une turbine est prévue, mais lorsque Westland rachète Saunders-Roe, le projet est abandonné.

Un autre projet pour améliorer les performances de l’appareil en environnement chaud a aussi été abandonné : un "Skeeter" équipé d’un système Napier NRE.19. Cela consistait en un petit réservoir de peroxyde d’hydrogène monté sur la tête du rotor principal relié à des buses à l’extrémité des pales. Le contenu du réservoir était décomposé lentement, formant ainsi un mélange gazeux d’oxygène et de vapeur d’eau qui, sortant en bouts de pales, donnait une force ascensionnelle supplémentaire.

Le "Skeeter" servira par la suite au développement du P.531, qui deviendra plus tard les Westland Scout et Wasp.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Saunders-Roe P.502 : Divers projets de développement de l’hélicoptère Skeeter.
  • Saunders-Roe P.534 : Projet étudié en 1960, afin d’équiper le Skeeter avec des patins.
  • Saunders-Roe P.537 : Projet étudié entre 1959 et 1960 afin de motoriser le Skeeter avec une turbine Turmo.
  • Saunders-Roe Skeeter 1 : Un seul appareil produit, propulsé par un moteur Jameson FF-1 de 106 cv.
  • Saunders-Roe Skeeter 2 : Un seul appareil construit, propulsé par un moteur Gipsy Major 10 de 145 cv.
  • Saunders-Roe Skeeter 3B : Deux appareils construits, propulsés par des moteurs Blackburns Cirrus Bombardier 702 de 180 cv.
  • Saunders-Roe Skeeter 4 : Similaire au Skeeter 3 avec un moteur Blackburns Cirrus Bombardier 704.
  • Saunders-Roe Skeeter 5 : Version civile similaire à la version 4, un appareil produit, pas de commandes.
  • Saunders-Roe Skeeter 6 : Quatre prototypes produits en 1956, propulsés par des moteurs de Havilland Gipsy Major 201 de 200 cv.
  • Saunders-Roe Skeeter 6A : 3 "Skeeter 6" d'évaluation construits pour le British Army Air Corps.
  • Saunders-Roe Skeeter 6B : "Skeeter 6" à double commande, pour la formation dans le British Army Air Corps, désignée «T.11», un appareil fabriqué.
  • Saunders-Roe Skeeter 7 : Version de base proposée à partir de 1958, propulsée par un moteur Gipsy Major 140 de 215 cv.
  • Saunders-Roe Skeeter 7A : Version d’observation commandée à 64 exemplaires par le British Army Air Corps où il fut désigné AOP.12.
  • Saunders-Roe Skeeter 7B : Version à double commande commandée à quelques exemplaires pour la RAF et désignée «T.13», peu d’exemplaires produits.
  • Saunders-Roe Skeeter 8 : Version commerciale civile de la version "Skeeter 7", trois appareils ont été construits, mais aucune commande n’a été faite.
  • Saunders-Roe Skeeter AOP.10 : Désignation militaire du Skeeter 6A.
  • Saunders-Roe Skeeter AOP.12 : Désignation militaire du Skeeter 7A.
  • Saunders-Roe Skeeter Mk 50 : Version d’exportation du "Skeeter 6".
  • Saunders-Roe Skeeter Mk 51 : Version d’exportation du "Skeeter 6" destinée à la marine allemande (Deutsche Marine). Quatre appareils livrés.
  • Saunders-Roe Skeeter T.11 : Désignation militaire du Skeeter 6B.
  • Saunders-Roe Skeeter T.13 : Désignation militaire du Skeeter 7B.

Sur le forum…

  • … et la fiche sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ben voici un appareil extrêmement connu, mais de très peu de monde…

    Si j'en fait la fiche, c'est qu'il est un peu le grand-père des Westland "Wasp" et "Scout"… Et que tant qu'à faire, autant passer un moment à chercher quelques infos pour le faire connaître:


    Le Saro "Skeeter" est un hélicoptère biplace de reconnaissance et d’entrainement.

    C’est en 1948, que la société Cierva Autogiro a conçu le W.14 "Skeeter", un hélicoptère léger biplace. Son premier vol a lieu le 8 octobre 1948, malheureusement, le moteur n’est pas assez puissant (145cv) pour que l’appareil puisse avoir des performances raisonnables. Le "Skeeter 2" avec un moteur de 180cv prend son envol le 15 octobre 1949. Durant les essais, l’appareil a de grands problèmes de résonnance au sol, ne permettant pas de lancer sa production.
    Le "Skeeter 3" est ensuite développé et deux appareils, propulsés par un moteur Blackburns Cirrus Bombardier 702 de 180cv, sont construits.

    L’entreprise Saunders-Roe rachète Cierva en janvier 1951 et reprend le programme du "Skeeter".

    Les premiers vols des "Skeeter 3" sont réalisés en 1951 et ils seront testés jusqu’au printemps 1953. On observe de nets progrès, tant dans les performances qu’en ce qui concerne les problèmes de résonnance. Mais pas assez pour intéresser l’armée britannique.

    Le "Skeeter 4", avec un moteur Blackburns Cirrus Bombardier 704, fait son premier vol le 15 avril 1952. Prévue pour la Royal Navy, cette version a été rejetée pour causes de résonnance et de manque de puissance.

    Saunders-Roe propose au marché civil le "Skeeter 5", similaire au "Skeeter 4", mais personne ne s’y intéresse.

    Un moteur Gipsy Major de 200cv est installé, de nouvelles modifications sont faites afin de limiter les problèmes de résonnance et le "Skeeter 6" prend son envol. Quatre prototypes sont produits en 1956, propulsés par des moteurs de Havilland Gipsy Major 201 de 200cv. Trois de ces appareils, désignés "Skeeter 6A", sont configurés en appareils d’observation désignés «Air Observation Post 10». Le quatrième appareil, désigné "Skeeter 6B", est muni de doubles commandes et livré en tant que «Trainer 11» à l’armée britannique.

    En 1958, l’armée allemande commande 15 "Skeeter 6".
    Onze appareils sont fournis à l’armée de terre (Heeresfliegertruppe) et sont désignés "Skeeter MK.50".
    Quatre appareils, désignés "Skeeter MK.51", sont livrés à la marine (Deutsche Marine).
    Les appareils allemands seront revendus aux forces aériennes portugaises en 1961, excepté un appareil qui a été modifié pour tester un turbomoteur Turmo 603 à la place de son moteur à piston…

    Le Saro "Skeeter 7", propulsé par un moteur Gipsy Major 140 de 215cv, prend son envol début 1958. Cette version intéresse (enfin) l’armée britannique qui en commande 64 exemplaires, désignés AOP.12 "Skeeter" (AOP : plateforme d’observation aérienne). Les premiers exemplaires entrent en service en juin dans le British Army Air Corps, mais à ce moment là, il est déjà dépassé par de nouveaux appareils de conception plus récente.

    Quelques "Skeeter 7" de formation, avec double commandes, entrent en service au sein de la RAF sous l’appellation de "Skeeter" T.13.

    Cet hélicoptère servira par la suite au développement du P.531, qui deviendra plus tard les Westland "Scout" et "Wasp".

    Une version équipée d’une turbine est prévue, mais lorsque Westland rachète Saunders-Roe, le projet est abandonné.

    Un autre projet pour améliorer les performances de l’appareil en environnement chaud a aussi été abandonné : un "Skeeter" équipé d’un système Napier NRE.19. Cela consistait en un petit réservoir de peroxyde d’hydrogène monté sur la tête du rotor principal relié à des buses à l’extrémité des pales. Le contenu du réservoir était décomposé lentement, formant ainsi un mélange gazeux d’oxygène et de vapeur d’eau qui, sortant en bouts de pales, donnait une force ascensionnelle supplémentaire.


    Versions :
    W14 Cierva "Skeeter 1" : Un seul appareil produit, propulsé par un moteur Jameson FF-1 de 106cv. Le premier vol a eu lieu le 8 octobre 1948. La section de sa poutre de queue est triangulaire.

    W14 Cierva "Skeeter 2" : Un seul appareil construit, propulsé par un moteur Gipsy Major 10 de 145cv. La section de la poutre de queue était circulaire, comme les versions suivantes.

    Saro "Skeeter 3B" : Deux appareils construits, propulsés par des moteurs Blackburns Cirrus Bombardier 702 de 180cv. Premiers vols en 1951. Pas de commande.

    Saro "Skeeter 4" : Similaire au Skeeter3 avec un moteur Blackburns Cirrus Bombardier 704. Un seul appareil construit, qui fait son premier vol le 15 avril 1952.

    Saro "Skeeter 5" : Version civile similaire à la version 4, un appareil produit, pas de commandes.

    Saro "Skeeter 6" : Quatre prototypes produits en 1956, propulsés par des moteurs de Havilland ipsy Major 201 de 200cv.

    Saro "Skeeter 6A" : Version pour l’observation. Trois avions d'évaluation ont été construits pour le British Army Air Corps, désignée «AOP.10».

    Saro "Skeeter 6B" : Version à double commande, pour la formation dans le British Army Air Corps, désignée «T.11», un appareil fabriqué.

    Saro "Skeeter MK.50" : Version d’exportation du "Skeeter 6". Onze appareils livrés à l’armée de terre allemande (Heeresfliegertruppe). Une de ces machines a été équipée d’une turbine Turmo 603 pour des essais.

    Saro "Skeeter MK.51" : Version d’exportation du «Skeeter 6» destinée à la marine allemande (Deutsche Marine). Quatre appareils livrés.

    Saro "Skeeter 7" : Version de base proposée à partir de 1958, propulsée par un moteur Gipsy Major 140 de 215cv.

    Saro "Skeeter 7A" : Version d’observation commandée à 64 exemplaires par le British Army Air Corps (AOP.12).

    Saro "Skeeter 7B" : Version à double commande commandée à quelques exemplaires pour la RAF et désignée «T.13».

    Saro "Skeeter AOP.12" : Appellation des Skeeter7A d’observation aérienne au sein du British Army Air Corps.

    Saro "Skeeter T.13" : Appellation des Skeeter7B de formation avec double commandes au sein de la RAF, peu d’exemplaires produits.

    Saro «Skeeter serie 8» : Version commerciale civile de la version "Skeeter 7", trois appareils ont été construits, mais aucune commande n’a été faite.


    Pays utilisateurs militaires :

    Allemagne : 11 "Skeeter Mk50" pour l’armée de terre et 4 "Skeeter Mk51" pour la marine.

    Grande-Bretagne : 3 "Skeeter 6A" (AOP.10), 1 "Skeeter 6B" (T.11) ; 64 "Skeeter 7A" (AOP.12) ont été utilisés par le British Army Air Corps et quelques "Skeeter 7B" (T.13) par la RAF.

    Portugal : 20 appareils achetés, dont 6 provenant de l’Armée de terre allemande (Mk.50) et 4 de la Marine allemande (Mk.51). Peu utilisés, car il manquait des pièces de rechange et il était difficile dans ce cas de les entretenir.


    Caractéristiques :
    Diamètre du rotor principal : 9,76m
    Diamètre du rotor de queue : 1,83m
    Longueur de la cellule : 8,66m
    Hauteur : 2,99m
    Masse maximale au décollage : 1000kg


    Performances :
    Vitesse maximale : 170km/h
    Plafond pratique : 3550m
    Distance franchissable : 380km


    Armement :
    Sans


    Saunders Roe Skeeter

    Operators, Versions and serials of the Saunders Roe Skeeter helicopter

     Lien vérifié par Google SafeBrowsing.



    http://www.ukserials.com/prodlists.php?type=1008

    http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_skeeter_en.php

    http://www.aeroflight.co.uk/waf/uk/army/types/skeeter12.htm
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par jericho le March 9, 2020, 6:04 p.m.