Iliouchine Il-38 (OTAN : May)

Rappels

  • Catégorie : Avion de patrouille maritime
  • Constructeur : Iliouchine drapeau du pays
  • Premier vol : 27 septembre 1961
  • Production : 65 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : Iliouchine Il-18 (OTAN : Coot)

Historique

L'arrivée des "Polaris" A-3 à plus longue portée à la fin des années 1950, fit que les SNLE américains pouvaient les lancer de beaucoup plus loin, hors de portée des Be-12 "Mail". Ces derniers étant dépassés, il fallut donc réfléchir à un successeur, qui fit l'objet d'une demande formelle du gouvernement le 18 juin 1960, le prototype devant être prêt pour le printemps 1962. L'Il-18V "Coot", qui volait depuis 1957, sembla une excellente base de départ. Cela donna l'Il-38, sa version dédiée à la lutte contre les sous-marins.

Le prototype effectua son vol inaugural le 27 ou 28 septembre 1961 avec Vladimir Kokkinaki et 2 autres membres d'équipage aux commandes. Les tests furent effectués dans le plus grand secret, dans le Kamtchaka. La mise au point des systèmes anti-sous marins fut particulièrement longue, et le radar ne fut essayé que le 10 mars 1963. Le premier vol avec le radar embarqué aura lieu en octobre 1965. Le premier appareil de série ne vola qu'en septembre 1967, pour une entrée en service au sein de l'AV-MF le 17 janvier 1969. L'OTAN le surnomma "May" en 1964.

Par rapport à l'Il-18, son fuselage est allongé de 4 mètres. Il est équipé d'un MAD APM-73 et d'un radar "Berkut" (qui a une capacité météorologique, en plus de la recherche et du pistage, et est appelé Wet Eye par l'OTAN) placé dans un radôme à l'avant, ce dernier ayant été testé sur l'Il-18SL. Il est motorisé par 4 turbopropulseurs AI-20M. Seule la cabine des pilotes et le compartiment des opérateurs sont pressurisés.

Il dispose de 2 soutes d'armement, placée dans le fuselage en avant et en arrière des ailes. Celles-ci ont été reculées de 3 mètres afin de rétablir le centre de gravité. La soute avant contient les bouées sonores et la soute arrière l'armement, tel que charges de profondeur (y compris nucléaires), mines, bombes FAB-250, et torpilles. Ces soutes sont chauffées afin de protéger l'équipement du froid. Une tourelle de queue et des points d'emport sous les ailes, afin d'emporter des missiles anti-navires, furent demandés par les militaires. Mais il s'avéra que la première serait trop lourde et que les ailes étaient trop fragiles pour supporter des missiles. Il emporte 8000 kg de charge utile et 33820 litres de carburant, pour des missions pouvant durer entre 10 et 14 heures.



L'AV-MF prévoyait d'en acquérir 250 exemplaires en 1962. Mais seuls 65 exemplaires furent construits jusqu'en 1972, dans la même usine à Khodynka qui construisit les Il-18. Il est vrai que le Tu-142, plus grand et polyvalent, était lui aussi entré en service. Réputé pour sa fiabilité, sa sécurité et sa bonne tenue en vol, il fut populaire auprès de ses équipages. Il connut un seul accident, un appareil étant perdu dans une tempête dans le Pacifique. Entre 1969 et 1981, la flotte d'Il-38 accomplit 4095 missions en 24570 heures de vol, et pista 172 sous-marins étrangers.

Les Il-38 furent déployés dans des pays amis, comme la Libye, la Syrie, le Yemen du sud, l'Egypte et l'Ethiopie. Des Il-38 portèrent des marquages égyptiens, mais furent en réalité pilotés par des Soviétiques, entre mars 1968 et 1972. En 1984, des insurgés éthiopiens détruisirent 2 Il-38.

Certains Il-38 eurent en plus de leurs équipements habituels des équipements destinés à la recherche et au sauvetage en mer, placé dans un deuxième radôme en arrière du premier. A partir de 1975, le radar Berkut fut amélioré et l'Il-38 fut équipé du système COMINT Vishnaya, doté de 4 antennes couvrant 360°.

Dans les années 1970, on testa l'Il-38 en ravitailleur en vol, avec un Il-38M doté d'une perche de ravitaillement en vol, et un Il-38MZ équipé de surcroit d'un panier de ravitaillement en vol. Les tests furent très concluants, mais il semble que la marine n'ait pas voulu investir davantage.

Dans les années 1980, certains appareils reçurent de nouvelles bouées, ainsi qu'un radar plus performant Izumrud, bien que l'ancien radar soit conservé.

A la fin des années 1990, un Il-38 fut converti à un usage civil, destiné à remplir des missions scientifiques et plus particulièrement géophysiques.

Enfin, en 2000, l'avionique fut modernisée au standard Morsky Zmey (dragon de mer) et un système ELINT ainsi qu'un FLIR furent installés : cela donna l'Il-38N (pour Novella) ou Il-38SD (Sea Dragon) pour l'export. Le nouveau système, entièrement numérisé et compatible GLONASS, améliorer considérablement les performances de l'appareil. Il se caractérise par une antenne en forme de plate-forme au-dessus du cockpit.



Il resterait 36 exemplaires en service, vieillissants, dont 16 unités dans le Pacifique et 20 à Mourmansk. Son remplaçant devait être l'A-40 Albatross, mais des restrictions budgétaires jettent une ombre sur ce programme.

La Marine Indienne acheta 5 Il-38 en 1975, dont 3 furent livrés le 1er octobre 1977, 2 en 1983, et mis en service par le squadron 315 à Dabolim. Il s'agissait d'anciens appareils de l'AV-MF. Ils ont été équipés de pylones sous voilure, leur permettant d'employer le missile anti-navires Sea Eagle. 2 d'entre eux, les 302 et 304, furent perdus dans une collision en vol en 2002, et remplacés gratuitement en 2008.

La Marine Indienne demanda leur mise au standard Il-38SD en 2001, afin de leur permettre de rester en service 15 ans supplémentaires. Les 2 premiers appareils, arrivés en Russie en 2002 pour être améliorés, sont revenus en 2006, et le 3e en 2008. Mais la pratique opérationnelle des nouveaux systèmes s'est avérée plus complexe que prévu, et en 2010 les 2 derniers appareils n'avaient pas été livrés. Les Il-38SD indiens pourraient également déployer le missile BrahMos, installé sous des points d'emport sous voilure, si l'on en croit des maquettes exposées.

Pays utilisateurs

Ancien pays utilisateur

Versions

  • Iliouchine Il-38 : Version de base. 65 exemplaires.
  • Iliouchine Il-38M : Projet de version améliorée dotée du radar de recherche Korshun-M.
  • Iliouchine Il-38MZ : Version de ravitaillement en vol. 1 exemplaire modifié.
  • Iliouchine Il-38N : Version modernisée de l'Il-38 destinée à la marine russe.
  • Iliouchine Il-38SD Sea Dragon : Version export de l'Il-38N. 7 exemplaires.

Sur le forum…

  • C'est très vrai, je l'admets.
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ansierra117 a écrit

    C'est quand même de la belle perfusion, parce qu'à côté il y a 0 commande export ou extra-étatique.

    D'accord avec toi, mais remets les choses dans le contexte aussi. L'IL-96, hors tentative IL-96M (merci l'EXIM Bank), a avant toute chose été conçu avec le marché national en tête.

    La présence de trois personnes dans le cockpit tue toute possibilité d'export de l'appareil et les Russes en sont parfaitement conscient.

    Donc le maintien de l'appareil, comme indiqué plus haut, ne répond pas à une logique économique "pure". Les Russes maintiennent une capacité de production et un savoir-faire tout en répondant à leurs besoins internes. Même dans une optique ultra-optimiste de production d'appareils pour le remplacement des IL-86VKP, de tankers (disons les 30 dont il est parfois question) plus quelques uns pour d'autres usages en matière de transport et/ou de guerre électronique: on peut espérer 30 à 40 appareils supplémentaires avec une poursuite de la production pour 10 années de plus.

    Ca collerait parfaitement avec la capacité de production et le timing de l'arrivée du nouvel appareil long-courrier Sino-Russe.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • ciders a écrit

    Bien sur qu'il s'agit de perfusion. Les Américains font la même chose avec leurs commandes de F-15 et de F/A-18, même si l'urgence n'est pas la même.

    Enfin la différence c'est que les américains ont acheté et vendu plusieurs centaines de ces appareils (et qu'ils continuent)
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Bien sur qu'il s'agit de perfusion. Les Américains font la même chose avec leurs commandes de F-15 et de F/A-18, même si l'urgence n'est pas la même.
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • C'est quand même de la belle perfusion, parce qu'à côté il y a 0 commande export ou extra-étatique.
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    Y'a pas beaucoup de cellules non plus : 30 exemplaires…

    L'appareil est en production, VASO en produit 2/année et a déjà fait savoir qu'ils pouvaient monter à plus si besoin (6/année).

    Les 6 prochains appareils (outre la conversion des deux tankers) sont déjà commandés et les Russes ont fait savoir qu'il était hors de question d'abandonner la production de l'appareil vu que ses capacités "long courrier" sont nécessaires pour leurs besoins.

    Le maintien de la production cadre aussi avec la politique industrielle russe: conserver certaines usines actives et conserver leur expertise pour des projets futurs. On l'a bien vu avec Aviastar SP notamment.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La mode en Russie paraissant être le redémarrage de la production de certains modèles (y compris l'Il-76), ça pourrait sans doute se faire.
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • mais il y a aussi l'option Il-96 (plus gros, plus cher).

    Y'a pas beaucoup de cellules non plus : 30 exemplaires…
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ansierra117 a écrit

    C'est pas plus mal qu'ils choisissent le Tu-204/214 pour de l'ASW, de l'EW ou des missions comme cela, mais il y a aussi l'option Il-96 (plus gros, plus cher). Dans tous les cas il y a un processus de rationalisation des plateformes qui est engagé.

    L'IL-96 est trop gros pour certaines missions et pas adapté (ASW notamment) mais il convient parfaitement pour devenir un ravitailleur; ce qui est déjà - en partie - le cas avec le futur IL-96-400TZ.

    On va finir par se retrouver lentement - on parle de la Russie quand même - avec une plate-forme "long-courrier" qui servira, en partie, pour le ravitaillement, le transport et "l'avion de la fin du monde" et une plate-forme plus légère "moyen-courrier" qui fera le transport, la guerre électronique, le brouillage et la lutte anti sous-marine.

    Avec la modernisation de l'IL-96-400M et une éventuelle remotorisation sur base de PD-18: on peut s'attendre à une actualité intéressante dans les années à venir.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • C'est pas plus mal qu'ils choisissent le Tu-204/214 pour de l'ASW, de l'EW ou des missions comme cela, mais il y a aussi l'option Il-96 (plus gros, plus cher). Dans tous les cas il y a un processus de rationalisation des plateformes qui est engagé.
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer