Lockheed-Martin F-22 Raptor

Rappels

  • Catégorie : Avion de combat
  • Constructeur : Lockheed-Martin drapeau du pays
  • Premier vol : 29 septembre 1990
  • Production : 197 appareils construits (cellules neuves)

Historique

Dès la fin des années 1970, la nécessité se fait sentir de trouver un appareil à la fois capable de remplacer le F-15 et d'affronter les derniers prototypes de MiG et de Sukhoï. C'est pourquoi en 1981, le programme Advanced Tactical Fighter (ATF) est politiquement lancé, même s'il faut attendre septembre 1985 pour que l'appel d'offre soit notifié. Il concerne un appareil biréacteur, capable de supercroisière (sans utilisation de la post-combustion) jusqu'à Mach 1,5, de décoller et atterrir sur 600 m, au rayon d'action supérieur à 1000 km, à la masse maximale au décollage de 22 tonnes et doté d'une furtivité radar et infrarouge…le tout pour un coût unitaire n'excédant pas les 40 millions de dollars (de l'époque). Il est alors prévu d'en commander 750 exemplaires.

Dès septembre 1983, 7 constructeurs sont approchés, ainsi que 2 motoristes, Pratt & Whitney et General Electric. En octobre 1986, les projets de Lockheed et de Northrop sont sélectionnés comme finalistes. L'USAF leur commande à chacun 2 prototypes, devant être propulsés par un moteur différent. Dans le cadre de l'appel d'offre, Lockheed-Martin s'est associé avec General Dynamics et Boeing pour présenter son YF-22, sous la direction de Paul W. Martin, vice-président exécutif des Skunk Works de l'avionneur.

L'appareil se distingue par une aile dite "en diamant", ou trapézoïdale, avec une double dérive et de grands ailerons. Il a alors peu ou prou les dimensions du F-15 Eagle.

Le premier prototype YF-22, propulsé par le moteur General Electric YF12O-GE-100, effectue son vol inaugural le 29 septembre 1990 aux mains du pilote d'essais Dave Ferguson. Le second prototype, propulsé lui par le Pratt & Whitney YF119-PW-100, réalise son baptême de l'air le 30 octobre 1990. Les essais se déroulent sans problème particulier et soulignent les capacités exceptionnelles de supercroisière du YF-22, celui-ci atteignant près de Mach 2 sans post-combustion. Au total, 74 vols sont menés, soit 91 heures de vol.



Le 23 avril 1991, la combinaison YF-22 et F119 est déclarée vainqueur du concours par l'USAF, qui passe dans la foulée commande de 11 avions de présérie, dont 2 réservés aux essais statiques et 2 biplaces. Les 2 prototypes continuent quant à eux leurs essais sans relâche jusqu'à être reformés. Le premier est envoyé dans le musée de l'Air Force de Dayton (Ohio), tandis que le second est impliqué dans un accident le 26 mai 1992. À ce moment-là, le premier vol d'un avion de série est prévu en 1996, pour une entrée en service en 2003. 

Cependant, contraintes budgétaires obligent, seuls 9 appareils destinés aux essais en vol (engineering, manufacturing and development aicrafts, EMD), tous monoplaces, sont construits sous la désignation F-22A.

Ce premier exemplaire de présérie dispose d'un fuselage raccourci mais à l'envergure augmentée. La surface des ailes et des ailerons est également agrandie. En revanche, les dérives sont raccourcies. Le nez est redessiné et les entrées d'air reculées. Le F-22A, déjà désigné Raptor, effectue son vol inaugural le 7 septembre 1997 aux mains de Paul Metz. Entre-temps, les difficultés techniques, la chute de l'URSS ralentissent considérablement le programme, tandis que les coûts s'envolent au point que le prix unitaire double. Ceci à pour conséquence une forte réduction de la cible finale des livraisons et l'abandon de la version biplace F-22B en juillet 1996. De plus, on exige de l'appareil des capacités air-sol, d'où sa re-désignation en F/A-22 en septembre 2002 par l’US Air Force. Celles-ci nécessitent de nouvelles fonctions pour le radar, l'emport de 2 bombes JDAM de 450 kg, et plus tard, de 8 bombes GBU-39 SDB (Small Diameter Bomb) de 113 kg.

Le F/A-22 aurait une signature radar 100 fois inférieure à celle du F-15. Cela est dû à la fois à ses formes, où l'on a respecté le parallélisme des plans, à sa peinture absorbant les ondes radars, aux surfaces conçues afin d'éviter le maximum d'aspérités telles que les rivets, à son armement emporté en soute et à son canon masqué par une trappe, à ses antennes noyées dans le fuselage et à un système de refroidissement sophistiqué. Il utilise également la poussée vectorielle, avec un débattement de plus ou moins 20°, afin d'augmenter sa manœuvrabilité. Cependant, ce système alourdit l'appareil et augmente son coût.



Enfin, son radar est un AN/APG-77 à balayage électronique (son antenne reste fixe, mais le faisceau d'ondes est orienté) plus discret que ses congénères et moins sensible au brouillage. Il est dit Low Probability of Interception (LPI). Il emporte également un AN/ALR-94, un système passif d'alerte radar très évolué, ainsi qu'un détecteur d'alerte missile AN/AAR 56. En plus d'un système HOTAS et d'un viseur tête haute, son cockpit est entièrement numérique (écrans multifonctions en couleurs). Par ailleurs, l'appareil est équipé de la Liaison 16.

Il est à noter que la poussée maximale de ses réacteurs, sa vitesse maximale en supercroisière et sa vitesse maximale avec PC restent classifiées.

Les premiers F-22 sont tout d'abord livrés au 43rd Fighter Squadron de la base aérienne de Tyndall (Floride), afin d'entraîner les pilotes au nouvel appareil. Néanmoins, le 15 décembre 2005, le 27th Figther Squadron devient la première unité véritablement opérationnelle sur ce type d'avion. Plus tard, les 94th et 71th FS du 1st Fighter Wing, ainsi que le 3rd Fighter Wing basé en Alaska en sont également équipés.

Au total, seuls 187 exemplaires de série sont commandés en lieu et place des 750 prévus au début du programme. La production s'est d'ailleurs achevée en décembre 2011. Il est à noter que Lockheed conserve les machines-outils dans l'optique d'une reprise très incertaine de la production de l'appareil. L'intérêt très marqué de pays tels que l'Australie, Israël ou encore le Japon n'a jamais réussi à faire fléchir le Congrès qui s'est opposé à toute exportation et a voté la fin du programme le 21 juillet 2009. En effet, les parlementaires américains estiment que le F-22, de supériorité aérienne par essence, n'est pas adapté aux menaces actuelles.

Outre la version biplace passée aux oubliettes de l'histoire, une version navalisée du Raptor, projetée dans le cadre du programme Naval Advanced Tactical Fighter (NATF), est également envisagée avant d'être abandonnée en 1993. Une version de bombardement désignée FB-22 est quant à elle annulée en 2006 : cet appareil dérivé du F-22 devait disposer d'une aile rappelant la forme delta. Il aurait dû pouvoir emporter 30 GBU-39 sur une distance deux fois plus importante.  Enfin, le X-44 MANTA, une version expérimentale, est abandonnée en 2000.



Le 22 septembre 2014, le F-22 est engagé pour la première fois au combat. Il participe alors au début de la campagne de bombardement contre l'Etat Islamique, au-dessus de la Syrie.


Texte de Clansman, avec son aimable autorisation

Versions

  • Lockheed-Martin F-22A : Version de série. 9 appareils de tests + 186 exemplaires.
  • Lockheed-Martin F-22B : Projet de version biplace.
  • Lockheed-Martin F/A-22 : Désignation du F-22A entre 2002 et 2005.
  • Lockheed-Martin FB-22 Strike Raptor : Projet de version de bombardement.
  • Lockheed-Martin Naval F-22 : Projet de version navalisée destinée à remplacer le F-14 dans le cadre du programme NATF.
  • Lockheed-Martin YF-22 : Prototypes. 2 exemplaires.

Sur le forum…

  • Je ne suis pas spécialise des peintures absorbantes, mais je crois que la majorité repose sur un principe de multicouches.
    Si les antennes sont noyées dans la première couche, elles voient les ondes incidentes mais ces onde se font absorber dans les couches suivantes.

    Si c'est un truc comme ça, ça doit être bien m###ique pour ne pas avoir un bruit de fou sur ces antennes ni que les antennes annulent complètement l'effet de la peinture…
    «Il y a des moments où il est bon d'écouter sa peur et d'autres où il est plus sage de faire comme si elle n'existait pas.»George S. PattonLa page de ma "boite" : RiumMon blog : Certaines idées
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Jericho a écrit

    On nous dit qu'il est recouvert de peinture absorbant les ondes radar et que la plupart de ses antennes de détection sont noyées dans le revêtement…
    Pour moi, ca veut dire que les antennes sont sous une mince couche de revêtement, et donc de peinture. Quant à savoir si la peinture absorbe les ondes émises/reçues par les antennes hors radar, ça me semble peu probable: à part le radar lui-même, les autres antennes ne reçoivent probablement pas d'ondes de longueur d'onde similaire à des ondes radar, donc la peinture n'interfère pas.
    Par contre, j'avoue que la question se pose pour le radar… J'imagine qu'il faut renoncer à la peinture absorbante sur le cône de nez :?:
    A moins, mais là c'est pure spéculation, que la peinture ne soit polarisable, ou autrement "désactivable" électroniquement au-moment où on allume le radar?

    Jericho a écrit

    Je sais que c'est un peu stupide, mais je n'y avais jamais pensé avant…
    Si ça c'est stupide, alors je dois être une sacrée buse… Non non, ne répondez pas.
    "En temps de paix, le kamikaze n'a plus de raison de sauter sur quoi que ce soit d'inflammable. Il s'étiole. Le suicide était le seul but de son existence : maintenant qu'il n'a plus de raison de mourir, il n'a plus de raison de vivre.Heureusement, il est possible d'aider le kamikaze à en finir en déclenchant en lui cette irrépressible envie d'exploser sur l'ennemi qui lui valut naguère son immense prestige auprès des gonzesses. Comment? C'est simple : il suffit d'imiter le cri du porte-avions. Regardez bien. Pout, pout, pout, ….Kamikaze : Banzaï !Etonnant, non?"Desproges
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Deux F-22 et un KC-135 de l'USAF sont arrivés sur la base aérienne d’Èiauliai en Lituanie. Ces appareils ont effectué une mission de formation précédemment en Roumanie. Puis, les F-22 iront se positionner jusqu’à la fin du mois de mai en Angleterre.

    En fait, je me posais une question sur le F-22…
    On nous dit qu'il est recouvert de peinture absorbant les ondes radar et que la plupart de ses antennes de détection sont noyées dans le revêtement…
    Cela veut dire que ses antennes sont visibles aux radars, ou qu'elles absorbes également les ondes radar adverses (et quel que soit la longueur d'onde), ou qu'elles sont recouvertes de peinture absorbante (ce qui diminuerait les capacités de ses antennes)? :interr:

    Je sais que c'est un peu stupide, mais je n'y avais jamais pensé avant… :?
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci Ansierra pour ce topo. C'est vrai qu'à l'époque je n'avais pas pris ce projet comme vraiment au sérieux, et du coup je ne l'avais pas vraiment suivi.

    Ansierra117 a écrit

    Surtout qu'il n'en a absolument pas les caractéristiques. Je soupçonne que le mec ait fait un peu trop de vulgarisation
    Et tu as bien fait de t'en distancer dans ton texte. ;)
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • d9pouces a écrit

    Merci =) j'avais déjà entendu parler de cette version (et vu quelques illustrations), mais je ne connaissais pas tous les détails.

    Je trouve étrange de le promouvoir comme plate-forme de référence pour le CAS, alors que c'est une des missions primaires du F-35.

    Surtout qu'il n'en a absolument pas les caractéristiques. Je soupçonne que le mec ait fait un peu trop de vulgarisation
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci =) j'avais déjà entendu parler de cette version (et vu quelques illustrations), mais je ne connaissais pas tous les détails.

    Je trouve étrange de le promouvoir comme plate-forme de référence pour le CAS, alors que c'est une des missions primaires du F-35.
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Mini fiche sur un projet dont au final on ne sait pas grand chose :


    :arrow: FB-22 Strike Raptor


    En 2002 il est rapporté que Lockheed-Martin débute des études préliminaires en vue de développer une version modifiée du F/A-22. En réalité ces travaux correspondent à un besoin exprimé par l'US Air Force de se doter d'une version de bombardement du Raptor.

    Cette version, appelée FB-22 Strike Raptor, vise à augmenter considérablement les capacités air-sol de l'appareil. Le design original est d'abord retravaillé afin de doubler le rayon d'action du F/A-22 (certains évoquent 2600km) et augmenter significativement sa charge utile en soute. Ainsi le FB-22 présente des ailes delta et voit son fuselage allongé pour améliorer ses possibilités d'emport en carburant. De plus l'appareil serait désormais en mesure d'emporter jusqu'à 30 GBU-39 SDB (Small-Diameter Bomb) de 113kg. La vitesse maximale du Strike Raptor est alors donnée pour Mach 1,92.

    Le projet suscite dans un premier temps l'enthousiasme des pontes de l'arme aérienne. En juillet 2002 James Roche, Secrétaire Général de l'USAF, considère que le FB-22 doit devenir la plateforme de référence pour le Close Air Support (CAS). En 2003, il annonce lors d'une audition devant le Congrès que jusqu'à 150 FB-22 pourraient être livrés tandis que la date d'entrée en service est prévue pour 2018. D'autres appuient le projet en qualifiant l'appareil de "bombardier moyen" seul capable de combler le fossé existant entre la génération actuelle et celle devant entrer en service en 2037. Le 29 avril 2004 l'USAF exprime une demande officielle d'informations concernant les technologies devant servir au développement d'un bombardier moyen. Néanmoins loin sont tous les officiels américains à partager le même avis. Ainsi pour Pete Aldridge, Directeur des Acquisitions de l'USAF, le besoin réel repose plus dans le développement de munitions guidées que dans celui d'une nouvelle plateforme.

    In fine les fonds nécessaires à la poursuite du développement du FB-22 Strike Raptor ne seront jamais débloqués, la Quadriennal Defence Review de 2006 venant doucher les derniers espoirs de voir une version de bombardement du F/A-22 en privilégiant un bombardier à long rayon d'action.
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Attend de voir combien de temps il faudra attendre pour voir le F-35 partir en mission. :mrgreen: :S
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Nico2 a écrit

    Pour l'instant, le cas du F-22 est tout de même bien plus satisfaisant que celui du F-35 ! :)
    C'est sûr ; cependant le F-22 aura quand même mis beaucoup de temps à partir en mission…
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Pour l'instant, le cas du F-22 est tout de même bien plus satisfaisant que celui du F-35 ! :)
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer

Actualités

favicon  Let’s Have A Look At The U.S. F-22 Raptors Returning Home Earlier This Month From Short-Notice Deployment to Qatar, 1 month, 1 week ago sur The Aviationist

Lire la suite… Traduction française (Google)