Short SA.6 Sealand

Rappels

  • Catégorie : Hydravion
  • Constructeur : Short drapeau du pays
  • Premier vol : 22 janvier 1948
  • Production : 25 appareils construits (cellules neuves)

Historique

Le Short Sealand est un hydravion de transport léger, bimoteur à ailes hautes, muni d’un fuselage constitué d’une coque de bateau, de flotteurs sous les ailes, d’un train d’atterrissage classique escamotable et pouvant transporter jusqu’à sept passagers.

À la fin de la seconde guerre mondiale, le constructeur britannique Short Brothers met au point un hydravion léger de transport destiné aux régions peu accessibles par manque d’aérodrome, mais accessibles par la mer.
Trois jours après avoir été mis à l’eau à Belfast Lough, en Irlande, le premier prototype prend l’air le 22 janvier 1948 piloté par Harold Piper, pilote d’essai en chef de l’entreprise.

Le Sealand se présente comme un hydravion de conception assez classique, construit entièrement en métal. Le dessous de son fuselage est constitué d’une coque, semblable à celle d’un bateau. Dans le cockpit, deux sièges côte-à-côte permettent à un ou deux pilotes de prendre place. La cabine peut accueillir jusqu’à cinq ou sept passagers, un huitième pouvant éventuellement prendre place à côté du pilote. Les ailes, cantilevers en position haute, sont droites et supportent des flotteurs en balancelle et les nacelles-moteurs. Ces dernières abritent des moteurs de Havilland Gipsy Queen 70-3, munis de pistons en ligne, de 254kW (345cv) actionnant des hélices tripales. L’empennage horizontal est installé au bas de la dérive. Le train d’atterrissage, de type classique, est escamotable. Le train principal se replie et prend place sur les côté du fuselage et la roulette de queue, située à l’arrière de la coque, bascule vers le haut. Ces appareils peuvent décoller et atterrir à partir de pistes préparée, mais également sur des rivières, des lacs ou la mer, pour autant qu’il n’y ait pas trop de vagues.

Quatre avions de présérie sont construits, le premier étant utilisé pour des vols de démonstrations. Il semble qu’il se soit écrasé en Norvège, à cause du brouillard, tuant les trois passagers, dont le pilote et le représentant des ventes. Les autres sont vendus à des clients étrangers en Norvège et à Bornéo.
Une première série de 10 appareils est ensuite construite, puis vendues à différents clients.



En 1952, la Marine indienne commande 10 Sealand munis de doubles commandes, d’un moteur plus puissant et de réservoirs de carburant plus volumineux. Ces appareils sont livrés en 1953 et resteront en service jusqu’en 1965.

Au total, 25 Sealand sont construits, dont 13 sont utilisés par des forces armées : un en Arabie Saoudite (pour des missions de recherche et de sauvetage), dix en Inde et deux en Yougoslavie.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Anciens pays utilisateurs

Versions

Sur le forum…

  • Merci Clansman!
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le Short Sealand est un hydravion de transport léger, bimoteur à ailes hautes, muni d’un fuselage constitué d’une coque de bateau, de flotteurs sous les ailes, d’un train d’atterrissage classique escamotable et pouvant transporter jusqu’à sept passagers.

    À la fin de la seconde guerre mondiale, le constructeur britannique Short Brothers met au point un hydravion léger de transport destiné aux régions peu accessibles par manque d’aérodrome, mais accessibles par la mer.
    Trois jours après avoir été mis à l’eau à Belfast Lough, en Irlande, le premier prototype prend l’air le 22 janvier 1948 piloté par Harold Piper, pilote d’essai en chef de l’entreprise.

    Le Sealand se présente comme un hydravion de conception assez classique, construit entièrement en métal. Le dessous de son fuselage est constitué d’une coque, semblable à celle d’un bateau. Dans le cockpit, deux sièges côte-à-côte permettent à un ou deux pilotes de prendre place. La cabine peut accueillir jusqu’à cinq ou sept passagers, un huitième pouvant éventuellement prendre place à côté du pilote. Les ailes, cantilevers en position haute, sont droites et supportent des flotteurs en balancelle et les nacelles-moteurs. Ces dernières abritent des moteurs de Havilland Gipsy Queen 70-3, munis de pistons en ligne, de 254kW (345cv) actionnant des hélices tripales. L’empennage horizontal est installé au bas de la dérive. Le train d’atterrissage, de type classique, est escamotable. Le train principal se replie et prend place sur les côté du fuselage et la roulette de queue, située à l’arrière de la coque, bascule vers le haut. Ces appareils peuvent décoller et atterrir à partir de pistes préparée, mais également sur des rivières, des lacs ou la mer, pour autant qu’il n’y ait pas trop de vagues.

    Quatre avions de présérie sont construits, le premier étant utilisé pour des vols de démonstrations. Il semble qu’il se soit écrasé en Norvège, à cause du brouillard, tuant les trois passagers, dont le pilote et le représentant des ventes. Les autres sont vendus à des clients étrangers en Norvège et à Bornéo.
    Une première série de 10 appareils est ensuite construite, puis vendues à différents clients.

    En 1952, la Marine indienne commande 10 Sealand munis de doubles commandes, d’un moteur plus puissant et de réservoirs de carburant plus volumineux. Ces appareils sont livrés en 1953 et resteront en service jusqu’en 1965.

    Au total, 25 Sealand sont construits, dont 13 sont utilisés par des forces armées : un en Arabie Saoudite, dix en Inde et deux en Yougoslavie.


    Versions :
    SA.6 Sealand : Version de base, pouvant transporter 5 passagers, éventuellement jusqu’à sept. Il en existe plusieurs sous-versions, différant principalement par leurs équipements internes.

    SA.6 Sealand II : Second prototype, inachevé. Il est finalement modifié selon les caractéristiques du Sealand I et devient le premier appareil de présérie.

    SB.7 Sealand III : Version plus longue capable de transporter jusqu’à sept passagers, avec une envergure augmentée, une dérive plus grande et une coque renforcée.


    Utilisateurs militaires :
    Arabie Saoudite : 1 Sealand en service dans la force aérienne pour des missions de recherche et sauvetage.

    Inde : 10 Sealand I en service entre janvier 1953 et 1965 au sein de la Marine.

    Yougoslavie : 2 Sealand I en service dans la force aérienne, puis transféré chez Jat Airways.


    Caractéristiques Sealand I :
    Equipage : 1 ou 2
    Passagers : 5 à 7
    Longueur : 12,86m
    Envergure : 17,99m
    Hauteur : 4,57m
    Surface alaire : 32,8m2
    Masse à vide : 3’190kg
    Masse maximale au décollage : 4’130kg
    Points d’attache : 0

    Moteurs :
    Deux moteurs de Havilland Gipsy Queen 70-3, munis de pistons en ligne, de 254kW (345cv).

    Performances :
    Vitesse max : 300km/h
    Vitesse de croisière : 282km/h
    Vitesse ascensionnelle : 4,5m/s
    Plafond opérationnel : 6’280m
    Distance franchissable : 1’063km

    Armement :
    Sans.


    Liens internet :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Short_Sealand

    http://www.aviastar.org/air/england/short_sealand.php

    http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_shorts_sealand_en.php

    http://www.flightglobal.com/FlightPDFArchive/1953/1953%20-%201149.PDF

    http://theaviationanorak.blogspot.de/2012/04/short-sa.html
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer