Miles M.57 Aerovan

Rappels

  • Catégorie : Avion de ligne
  • Constructeur : Miles drapeau du pays
  • Premier vol : 26 janvier 1945
  • Production : 52 appareils construits (cellules neuves)

Historique

Le Miles 57 Aerovan est un avion de transport léger bimoteur ADAC capable de transporter jusqu’à 10 passagers, muni d’ailes hautes, d’un train d’atterrissage tricycle fixe et d’un empennage tri-dérive à l’extrémité d’une poutre de queue.

C’est dans au début des années 1940 que l’Aerovan est mis au point par le constructeur aéronautique britannique Miles Aircraft. Cet appareil, bien que possédant une structure construite en partie avec des pièces métalliques et en bois d’épicéa, est principalement constituée de contreplaqué de bois imprégnéde plastique. Ces matériaux permettent de diminuer sa masse, augmenter sa résistance et proposer un avion de transport bon marché.
Le premier prototype est construit à l’usine de Miles Aircraft de Woodley, où il effectue son premier vol le 26 janvier 1945, piloté par Tommy Rose. Désigné Aerovan MkI, l’appareil montre tout de suite d’excellentes capacités de décollages et d’atterrissages courts.
Le second prototype, désigné Aerovan MkII, possède un fuselage plus long. Les premiers avions de série MkIII sont semblable ce deuxième prototype.
Le Miles 57 Aerovan a une forme générale assez particulière, très en rondeurs. Le poste de pilotage est muni d’une grande verrière, y compris sur le dessus, permettant une bonne visibilité et beaucoup de luminosité. Son fuselage est large et haut, avec une vaste cabine permettant d’y transporter à choix 10 passagers, une automobile ou… un cheval. Des fenêtres rondes, voire carrées pour certains modèles, sont installées de chaque côté de la cabine. Pour y accéder, l’arrière du fuselage s’ouvre en pivotant sur la droite, offrant ainsi une large porte qui permet le chargement et le déchargement de charge volumineuse. Sur le fuselage, au-dessus de cette porte, est fixée la poutre de queue avec, à son extrémité, l’empennage. Ce dernier est constitué d’un stabilisateur horizontal, muni d’une dérive en son milieu et de deux autres dérives situées à ses extrémités. Les deux moteurs à cylindres en ligne actionnent des hélices bipales et sont situés dans des nacelles installées sous les ailes. Ces dernières sont en position haute et arrondies à leurs extrémités. Le train d’atterrissage, tricycle, est fixe.



La production en série débute en 1946 pour se terminer à la fin de l’année 1947, après la construction de 52 appareils. Six versions différentes sont construites, dont deux sont les prototypes. Les principales différences se situent sur des détails et la motorisation.
Une licence de production accordée à une entreprise française ne débouche sur aucune construction d’appareil supplémentaire.
Certains Aerovan sont convertis en épandeurs à engrais ou comme cellule de base pour différents tests, entre autre pour des essais de nacelle du turbopropulseur Armstrong Siddeley Mamba qui équipera plus tard le Miles Marathon, ou pour de nouvelles ailes.

C’est à bord d’un Miles 57 que la première pilote de la RAF, Jean Lennox Bird, s’est tuée au décollage le 29 avril 1957 à Manchester.

Seuls Israël et la Nouvelle-Zélande ont utilisés des Aerovan au sein de leurs forces aériennes, mais leur carrière fut plutôt brève. Au sein de la RNZAF, les deux appareils ne semblent pas avoir été beaucoup utilisés après leurs évaluations. En Israël, le seul Aerovan en service a effectué un atterrissage forcé le 17 juillet 1948 au sud de Tel-Aviv et a été ensuite détruit par des Palestiniens.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Versions

  • Hurel-Dubois HDM.105 : Aerovan Mk.VI muni d’une aile à grand allongement Hurel-Dubois.
  • Hurel-Dubois-Miles HDM.106 : Version semblable au HDM.105, motorisée par des Lycoming de 190cv. Cette version n’a finalement jamais été construite.
  • Miles Aerovan I : Premier prototype.
  • Miles Aerovan II : Second prototype, allongé.
  • Miles Aerovan III : Première version de série, 7 exemplaires.
  • Miles Aerovan IV : Seconde version de série, 43 exemplaires.
  • Miles Aerovan V : Moteurs de Havilland Gipsy Major 10. 1 appareil construit et 2 exemplaires modifiés.
  • Miles Aerovan VI : Moteurs Avco Lycoming O-435-4A. 2 appareils construits.

Sur le forum…

  • Moi je lui trouve un petit air sympathique, avec ses formes rondes, sans prétention.

    Par contre, 2630 kg de masse max au décollage, avec seulement 2x 150 cv, ça fait un peu (beaucoup) léger.
    L'Aerovan devait être sérieusement sous-motorisé, et la panne d'un moteur, surtout au décollage, et par temps chaud, devait mal se terminer.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Et ça a volé. :hehe: (quand je vois la forme du zinc !)
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le Miles 57 Aerovan est un avion de transport léger bimoteur ADAC capable de transporter jusqu’à 10 passagers, muni d’ailes hautes, d’un train d’atterrissage tricycle fixe et d’un empennage tri-dérive à l’extrémité d’une poutre de queue.

    C’est dans au début des années 1940 que l’Aerovan est mis au point par le constructeur aéronautique britannique Miles Aircraft. Cet appareil, bien que possédant une structure construite en partie avec des pièces métalliques et en bois d’épicéa, est principalement constituée de contreplaqué de bois imprégnéde plastique. Ces matériaux permettent de diminuer sa masse, augmenter sa résistance et proposer un avion de transport bon marché.
    Le premier prototype est construit à l’usine de Miles Aircraft de Woodley, où il effectue son premier vol le 26 janvier 1945, piloté par Tommy Rose. Désigné Aerovan MkI, l’appareil montre tout de suite d’excellentes capacités de décollages et d’atterrissages courts.
    Le second prototype, désigné Aerovan MkII, possède un fuselage plus long. Les premiers avions de série MkIII sont semblable ce deuxième prototype.
    Le Miles 57 Aerovan a une forme générale assez particulière, très en rondeurs. Le poste de pilotage est muni d’une grande verrière, y compris sur le dessus, permettant une bonne visibilité et beaucoup de luminosité. Son fuselage est large et haut, avec une vaste cabine permettant d’y transporter à choix 10 passagers, une automobile ou… un cheval. Des fenêtres rondes, voire carrées pour certains modèles, sont installées de chaque côté de la cabine. Pour y accéder, l’arrière du fuselage s’ouvre en pivotant sur la droite, offrant ainsi une large porte qui permet le chargement et le déchargement de charge volumineuse. Sur le fuselage, au-dessus de cette porte, est fixée la poutre de queue avec, à son extrémité, l’empennage. Ce dernier est constitué d’un stabilisateur horizontal, muni d’une dérive en son milieu et de deux autres dérives situées à ses extrémités. Les deux moteurs à cylindres en ligne actionnent des hélices bipales et sont situés dans des nacelles installées sous les ailes. Ces dernières sont en position haute et arrondies à leurs extrémités. Le train d’atterrissage, tricycle, est fixe.

    La production en série débute en 1946 pour se terminer à la fin de l’année 1947, après la construction de 52 appareils. Six versions différentes sont construites, dont deux sont les prototypes. Les principales différences se situent sur des détails et la motorisation.
    Une licence de production accordée à une entreprise française ne débouche sur aucune construction d’appareil supplémentaire.
    Certains Aerovan sont convertis en épandeurs à engrais ou comme cellule de base pour différents tests, entre autre pour des essais de nacelle du turbopropulseur Armstrong Siddeley Mamba qui équipera plus tard le Miles Marathon, ou pour de nouvelles ailes.

    C’est à bord d’un Miles 57 que la première pilote de la RAF, Jean Lennox Bird, s’est tuée au décollage le 29 avril 1957 à Manchester.

    Seuls Israël et la Nouvelle-Zélande ont utilisés des Aerovan au sein de leurs forces aériennes, mais leur carrière fut plutôt brève. Au sein de la RNZAF, les deux appareils ne semblent pas avoir été beaucoup utilisés après leurs évaluations. En Israël, le seul Aerovan en service a effectué un atterrissage forcé le 17 juillet 1948 au sud de Tel-Aviv et a été ensuite détruit par des Palestiniens.


    Versions :
    Aerovan Mk.I : Premier prototype, il est muni de quatre fenêtres rectangulaires de chaque côté de la cabine et il est motorisé par deux moteurs Blackburn Cirrus Major III de 112kW (152cv).

    Aerovan Mk.II : Second prototype au fuselage allongé de 45cm par rapport au premier et ses dérives extérieures sont modifiées. Il est motorisé par deux moteurs Blackburn Cirrus Major III de 112kW (152cv) et est muni de cinq fenêtres circulaires de chaque côté de la cabine.

    Aerovan Mk.III : Première version de série, semblable au Mk.II, elle est motorisée par deux moteurs Blackburn Cirrus Major III de 112kW (152cv). 7 appareils construits.

    Aerovan Mk.IV : Seconde version de série, se différenciant de la version Mk.III par quelques détails, comme les quatre fenêtres latérales. Egalement motorisée par deux moteurs Blackburn Cirrus Major III de 112kW (152cv), elle a été construite à 43 exemplaires. Un de ces appareils est un Mk.III modifié, deux autres sont vendus à la RNZAF qui les revendra sur le marché civil quelque temps plus tard, et deux sont modifiés en Mk.V.

    Aerovan Mk.V : Version semblable au Mk.IV, mais motorisée avec deux de Havilland Gipsy Major 10 de 108kW (147cv). Un appareil construit, deux autres sont des Mk.IV remotorisés.

    Aerovan Mk.VI : Version motorisée avec deux Avco Lycoming O-435-4A de 145kW (197cv) et munie de dérives extérieures agrandies. Le premier de ces appareils sera utilisé en Italie jusqu’en 1968. Le second est redésigné HDM.105 pour effectuer des tests avec des ailes à grand allongement.

    HDM.105 : Aerovan Mk.VI muni d’une aile à grand allongement Hurel-Dubois.
    La co-entreprise nommée HDM, créée par la Société des Avions Hurel-Dubois et Miles Aircraft, a travaillé sur l’intégration d’ailes à grand allongement sur un avion de transport léger. Pour ce faire, c’est la seconde cellule de Mk.VI qui en est équipée. L’allongement de cette nouvelle voilure construite par Hurel-Dubois est de 20,5:1. D’une surface équivalente à l’originale, son envergure est de 22,96 mètres. Le premier vol est effectué en mars 1957, mais il décroche à l’atterrissage le 28 juin 1958. L’appareil est passablement endommagé, les ailes sont démontées et stockées, tandis que la cellule est démantelée.

    HDM.106 : Version semblable au HDM.105, motorisée par des Lycoming de 190cv. Cette version n’a finalement jamais été construite.


    Utilisateurs militaires :
    Israël : Un appareil dans la force aérienne de 1947 au 17 juillet 1948.

    Nouvelle-Zélande : Deux appareils dans la RNZAF (missions de recherche et développement), plus en service.


    Caractéristiques :
    Equipage : 2
    Passagers : 10
    Longueur : 10,97m
    Envergure : 15,24m
    Hauteur : 4,10m
    Surface alaire : 36,2m2
    Masse à vide : 1’360kg
    Masse maximale au décollage : 2’630kg
    Points d’attache : 0

    Moteurs :
    Deux moteurs à pistons en ligne Blackburn Cirrus Major IIA de 112kW (152cv) chacun.

    Performances :
    Vitesse max : 204km/h
    Vitesse de croisière : 180km/h
    Vitesse d’atterrissage : 64km/h
    Vitesse ascensionnelle : 3,1m/s
    Plafond opérationnel : 4’040m
    Distance franchissable : 645km

    Armement :
    Sans.


    Liens internet :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Miles_Aerovan

    http://www.aviastar.org/air/england/miles_m-57.php

    http://gb.trapletshop.com/miles-m57-aerovan

    http://simanaitissays.com/2014/04/27/miles-aircraft-ltd-and-its-m-57-aerovan/

    http://www.flightglobal.com/FlightPDFArchive/1945/1945%20-%201106.PDF

    http://www.airwar.ru/enc/craft/m57.html

    http://www.flightglobal.com/pdfarchive/view/1958/1958%20-%200760.html

    http://www.flightglobal.com/FlightPDFArchive/1957/1957%20-%200502.PDF
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer