Fairey Gannet

Rappels

  • Catégorie : Avion embarqué
  • Constructeur : Fairey drapeau du pays
  • Premier vol : 19 septembre 1949
  • Production : 349 appareils construits (cellules neuves)

Historique

La menace qu’avaient fait peser sur le Royaume-Uni les sous-marins de la Kriegsmarine et de la marine impériale japonaise durant la Seconde Guerre Mondiale incita ce pays, dès la fin de la guerre, à lancer la conception d’un nouvel appareil dédié à la lutte anti-sous-marine et équipé d’un radar moderne. Deux constructeurs britanniques, Fairey et Blackburn proposèrent leurs prototypes à la Royal Navy, et ce fut Fairey qui l’emporta. Son Type Q (également connu sous le nom Fairey 17) effectua son premier vol en novembre 1949, mais il fallut encore attendre quatre années pour que le modèle définitif, rebaptisé Gannet, entre en service.

Le Gannet était un appareil d’une conception très particulière, qui répondait toutefois parfaitement aux besoins britanniques. Doté d’une voilure droite et d’une aile en mouette (moins prononcée toutefois que sur le Vought F-4U Corsair), ainsi que d’un train d’atterrissage tricycle (dont le train avant est orientable), le Fairey ressemble à bon nombre d’appareils embarqués de son temps. Il dispose ainsi d’ailleurs d’ailes pouvant se replier en quatre endroits, sans gêner l’accès à la partie arrière du fuselage et aux tuyères d’éjection. Sous le fuselage, les ingénieurs britanniques ont logé une vaste soute à bombes, capable d’emporter près d’une tonne d’armement, et un radar de détection à l’arrière, placé dans un radôme rétractable. Mais c’était par son système de propulsion que le Gannet se distinguait davantage. Un unique turbopropulseur actionnait une hélice contrarotative, par le biais de deux circuits indépendants. Un de ces deux circuits pouvait être coupés durant le vol, sans porter atteinte à l’appareil, ce qui accroissait sensiblement l’autonomie du Fairey. Par ailleurs, ce moteur, baptisé Twin Mamba, pouvait être alimenté aussi bien par du kérosène que par du gasoil, le même utilisé par les navires de la Royal Navy.

Le Fairey Gannet AEW Mk.3 se distinguait de tous les autres types de Gannet, car il était le seul à avoir été conçu spécifiquement pour la détection aérienne. Entré en service au tout-début des années 1960, au moment où la Royal Navy retirait ses Gannet de lutte anti-sous-marine pour les remplacer par des hélicoptères Westland Wirlwind, le Mk.3 possédait un moteur plus puissant et surtout un nouveau fuselage. Celui-ci, dépourvu de soute à bombes, accueillait à l’arrière une cabine pour deux opérateurs radar, chargés de servir un système AN/APS-20, ce dernier abrité dans un imposant radar ventral. Ce radar avait d’ailleurs également obligé les ingénieurs à agrandir la queue du Gannet, afin que le fuselage supporte son poids. Ainsi modifié, le Gannet s’avéra extrêmement utile à la marine britannique. Toutefois, cela ne l’empêcha pas de faire partie de la longue liste des victimes des coupes budgétaires de la fin des années 1970, qui le poussa plus rapidement que prévu à la retraite. Son retrait priva la Royal Navy de toute capacité d’alerte aérienne avancée, ce qui se fit très amèrement sentir quelques années plus tard, lors de la guerre des Malouines (1982).



Au total, 349 exemplaires ont été produits. Il en reste une petite dizaine, préservés pour des musées, y compris hors du Royaume-Uni. En effet, le Gannet fut exporté dans trois autres pays : l’Allemagne de l’Ouest (qui le mit en oeuvre dans les années 1960), l’Australie et l’Indonésie.


Texte de Ciders, avec son aimable autorisation.

Versions

  • Fairey Gannet AEW.3 : Version destinée à la détection radar, ayant servie au sein du Squadron 849 de la Royal Navy.
  • Fairey Gannet AEW.7 : Version proposée comme refonte majeure du Gannet AEW3, en vain.
  • Fairey Gannet AS.1 : Version triplace d’origine, destinée à la lutte anti-sous-marine.
  • Fairey Gannet AS.4 : Nouvelle version triplace destinée à la lutte anti-sous-marine, munie d’un moteur plus puissant.
  • Fairey Gannet COD.4 : 6 Gannet AS.4 modifiés pour les liaisons avec les porte-avions.
  • Fairey Gannet ECM.6 : Version de guerre électronique.
  • Fairey Gannet T.2 : Version destinée à l’entraînement, issue du Mk.1, entrée en service au milieu des années 1950.
  • Fairey Gannet T.5 : Version destinée à l’entraînement, issue du Mk.4.

Sur le forum…

  • Nico2 a écrit

    Ah la besace de stanak, on ne s'en lasse pas :) .
    Ouaip! Une vraie besace de magicien :merlin: : même avec un Fairey Gannet dessus, la photo est superbe! :top:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ah la besace de stanak, on ne s'en lasse pas :) .
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par stanak le Aug. 18, 2018, 6:04 p.m.
  • Bon petit. :mrgreen:

    Merci ! 8-)
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Yes sir.

    - Fleet Air Arm : 181 AS Mk.1 + 44 AEW Mk.3
    - Royal Australian Navy : 33 AS Mk.1 + 3 T Mk.2
    - Marineflieger : 15 AS Mk.4 + 1 T Mk.5
    - Indonésie : 16 AS Mk.4 + 2 T Mk.5
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site

    En fait, il est pas si moche que ça, juste ventripotent.

    Tu as des précisions sur le nombre d'exemplaires employés par chaque force aérienne ?
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La preuve vivante qu'on peut avoir un démultiplicateur de puissance très laid, mais très efficace. Et également qu'on peut faire beaucoup avec peu d'argent. :merlin:



    La menace qu’avaient fait peser sur le Royaume-Uni les sous-marins de la Kriegsmarine et de la marine impériale japonaise durant la Seconde Guerre Mondiale incita ce pays, dès la fin de la guerre, à lancer la conception d’un nouvel appareil dédié à la lutte anti-sous-marine et équipé d’un radar moderne. Deux constructeurs britanniques, Fairey et Blackburn proposèrent leurs prototypes à la Royal Navy, et ce fut Fairey qui l’emporta. Son Type Q (également connu sous le nom Fairey 17) effectua son premier vol en novembre 1949, mais il fallut encore attendre quatre années pour que le modèle définitif, rebaptisé Gannet, entre en service.

    Le Gannet était un appareil d’une conception très particulière, qui répondait toutefois parfaitement aux besoins britanniques. Doté d’une voilure droite et d’une aile en mouette (moins prononcée toutefois que sur le Vought F-4U Corsair), ainsi que d’un train d’atterrissage tricycle (dont le train avant est orientable), le Fairey ressemble à bon nombre d’appareils embarqués de son temps. Il dispose ainsi d’ailleurs d’ailes pouvant se replier en quatre endroits, sans gêner l’accès à la partie arrière du fuselage et aux tuyères d’éjection.

    Sous le fuselage, les ingénieurs britanniques ont logé une vaste soute à bombes, capable d’emporter près d’une tonne d’armement, et un radar de détection à l’arrière, placé dans un raaôme rétractable. Mais c’était par son système de propulsion que le Gannet se distinguait davantage. Un unique turbopropulseur actionnait une hélice contrarotative, par le biais de deux circuits indépendants. Un de ces deux circuits pouvait être coupés durant le vol, sans porter atteinte à l’appareil, ce qui accroissait sensiblement l’autonomie du Fairey. Par ailleurs, ce moteur, baptisé Twin Mamba, pouvait être alimenté aussi bien par du kérosène que par du gasoil, le même utilisé par les navires de la Royal Navy.

    Versions principales :

    - Fairey Gannet AS Mk.1 : version triplace d’origine, destinée à la lutte anti-sous-marine ; environ 180 exemplaires produits
    - Fairey Gannet T Mk.2 : version destinée à l’entraînement, issue du Mk.1, entrée en service au milieu des années 1950
    - Fairey Gannet AEW Mk.3 : version destinée à la détection radar ; environ 44 exemplaires produits, ayant tous servi au sein du Squadron 849 de la Royal Navy
    - Fairey Gannet AS Mk.4 : nouvelle version triplace destinée à la lutte anti-sous-marine, munie d’un moteur plus puissant ; environ 82 exemplaires produits
    - Fairey Gannet T Mk.5 : version destinée à l’entraînement, issue du Mk.4
    - Fairey Gannet ECM Mk.6 : version destinée à l'entraînement aux missions de guerre électronique

    Le Fairey Gannet AEW Mk.3 se distinguait de tous les autres types de Gannet, car il était le seul à avoir été conçu spécifiquement pour la détection aérienne. Entré en service au tout-début des années 1960, au moment où la Royal Navy retirait ses Gannet de lutte anti-sous-marine pour les remplacer par des hélicoptères Westland Wirlwind, le Mk.3 possédait un moteur plus puissant et surtout un nouveau fuselage. Celui-ci, dépourvu de soute à bombes, accueillait à l’arrière une cabine pour deux opérateurs radar, chargés de servir un système AN/APS-20, ce dernier abrité dans un imposant radar ventral. Ce radar avait d’ailleurs également obligé les ingénieurs à agrandir la queue du Gannet, afin que le fuselage supporte son poids. Ainsi modifié, le Gannet s’avéra extrêmement utile à la marine britannique. Toutefois, cela ne l’empêcha pas de faire partie de la longue liste des victimes des coupes budgétaires de la fin des années 1970, qui le poussa plus rapidement que prévu à la retraite. Son retrait priva la Royal Navy de toute capacité d’alerte aérienne avancée, ce qui se fit très amèrement sentir quelques années plus tard, lors de la guerre des Malouines (1982).

    Au total, 349 exemplaires ont été produits. Il en reste une petite dizaine, préservés pour des musées, y compris hors du Royaume-Uni. En effet, le Gannet fut exporté dans trois autres pays : l’Allemagne de l’Ouest (qui le mit en oeuvre dans les années 1960), l’Australie et l’Indonésie.



    Caractéristiques :

    Nota : ce sont celles du Fairey Gannet AEW Mk.3

    Type :

    Appareil d'alerte aérienne avancée embarqué

    Equipage :

    3 (1 pilote, 2 observateurs radar)

    Motorisation :

    1 turbopropulseur couplé Bristol Siddeley Double Mamba 102, d'une puissance de 3875 ch, entraînant deux hélices quadripales contrarotatives

    Poids :

    Masse à vide : 7 421 kg
    Masse maximale : 11 340 kg

    Performances :

    Plafond pratique : 7 700 m
    Distance franchissable : 1 127 km
    Vitesse maximale : 417 km/h

    Dimensions :

    Envergure : 16,61 m
    Longueur du fuselage : 13,41 m
    Hauteur au sol : 5,13 m
    Surface alaire : 44,90 m²

    Armement :

    Aucun
    Ah que je destroye tout ! Ou pas. :pSur AMN : Ciders, commandeur suprême, 10872 messages, inscrit le 02 septembre 2006, à 22 h 18
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par ciders le July 9, 2011, 12:08 p.m.