Les drones : un usage en plein essor.

  • Cinétic a écrit

    Non, ils n'en n'ont jamais eu le droit! C'est plutôt que c'était secret et que le premier qui caftait allait droit en prison pour avoir révélé un secret d'état.
    Euh, oui, j'aurais dû dire « ils en avaient la possibilité ».

    Là, c'est la peine de mort légale, mais sans procès…

    Jericho a écrit

    d9pouces a écrit

    c'est curieux que des documents secrets représentent une base légale, non ?
    Des lois secrêtes… c'est pratique. :hehe:


    Après, si quelqu'un te dit que nul n'est censé ignorer la loi… :roll:
    J'avais lu que cette phrase n'était pas à comprendre au sens « nul n'a le droit de ne pas connaître la loi », mais au sens « ignorer sciemment un ordre ».
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • d9pouces a écrit

    J'avais lu que cette phrase n'était pas à comprendre au sens « nul n'a le droit de ne pas connaître la loi », mais au sens « ignorer sciemment un ordre ».
    Juste, je l'ai dit plus par provocation. :oui:
    Lorsque je me suis renseigné (en Suisse), on m'a répondu la même chose que ce que tu viens de dire et que de toutes façons on ne pourrait pas demander à tout le monde de connaitre toutes les lois alors que même les avocats ou les juges doivent vérifier dans leurs livres… ;)
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je vous recommande la lecture de cet excellent article traduit par Courrier International et issu de The Atlantic :

    ÉTATS-UNIS • Une base de drones en Arabie Saoudite, quelle mauvaise idée !

    John Brennan, le "monsieur drone" du gouvernement Obama, pourrait prendre la tête de la CIA, alors même que les frappes de drones sont très critiquées. Ces opérations menées notamment à partir du royaume wahhabite exposent les Américains à des représailles terroristes, estime The Atlantic.

    (…)

    Si Oussama Ben Laden s'est lancé dans une croisade contre les Etats-Unis, c'est avant tout parce qu'il ne supportait pas la présence de troupes américaines sur le sol de son pays natal. La présence militaire américaine y a débuté pendant la Guerre du Golfe, alors que les Américains étaient à la tête d'une coalition destinée à repousser Saddam Hussein hors du Koweït.

    "Ben Laden, comme de nombreux musulmans, considère que la présence de ces infidèles armés en Arabie saoudite constitue une profanation des lieux saints", expliquait le journaliste David Plotz, dans un article publié sur le site internet Slate, le 14 septembre 2001. Et c'est pour cette raison qu'il a soutenu les attentats sur les sites militaires américains en Arabie saoudite …

    (…)

    En 2003, après l'invasion de l'Irak, les Etats-Unis ont annoncé qu'ils allaient retirer le gros de leurs troupes d'Arabie Saoudite. En janvier 2009 dans un sondage réalisé par Gallup, 60% des Egyptiens déclaraient qu'ils auraient une meilleure opinions des Etats-Unis si le pays retirait toutes ses troupes d'Arabie Saoudite. 40% des Syriens, 39% des Jordaniens, 52% des Saoudiens, 40% des Palestiniens, 55% des Tunisiens, 40% des Libanais et 30% des Algériens, pensaient la même chose.

    (…)

    Le New York Times nous en dit plus sur le déroulement des évènements :

    "La première frappe au Yémen commanditée par le gouvernement Obama en décembre 2009 a été un véritable désastre : les missiles de croisière américains chargés de bombes à sous munitions ont tué des dizaines de civils, notamment des femmes et des enfants. Une autre frappe, six mois plus tard, a entraîné la mort d'un vice-gouverneur très populaire, ce qui a donné lieu à des manifestations de colère dans le pays ainsi qu'à un attentat qui a mis hors service un pipeline.

    Peu de temps après, la CIA commençait discrètement à construire une base de drones en Arabie Saoudite afin de relancer les frappes au Yémen. D'après la Maison-Blanche, c'est en septembre 2011 que la CIA a utilisé la base saoudienne pour la première fois dans le cadre de l'opération destinée à tuer Anwar al-Awlaki [un des leaders de la filière yéménite d'Al-Qaida] ."

    (…)

    Je ne peux que réitérer ma position :

    Poursuivre l'utilisation de drones pour des frappes ciblées, mais en les ciblant vraiment.

    Ça a l'air anodin, mais ça ne l'est pas du tout.

    Chaque bavure sanglante est une balle que les USA et l'Occident se tirent dans le pied.

    Ainsi que cela est sommairement rappelé dans l'article mis en lien ci-dessus, la présence américaine en Arabie Saoudite, ainsi que les relations très imbriquées (pour ne pas dire incestueuses) des USA avec le régime saoudien, ont été de gros facteurs moteur de l'islamisme radical.

    Il me semble donc nécessaire de veiller à ne pas en rajouter dans le même genre, sinon en effet on viendra au choc frontal.
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • http://www.opex360.com/2013/02/14/une-medaille-pour-reconnaitre-les-merites-des-pilotes-de-drones-et-des-cyber-operateurs/


    Une médaille pour les opérateurs de drones :)
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Et bien, sacré innovation.

    Merci beaucoup pour le lien menant vers l'article associé, très intéressant, et qui insiste bien sur les réelles contraintes auxquelles sont soumises les pilotes de drones.

    Ce métier de pilote de drone semble promis à un bel avenir, l'administration Obama semblant très attachée à l'usage intensif des drones.
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Révélation sur l'existence (présente ou future) de 64 bases sur le sol américain

    Intéressant article (en anglais).

    Il s'agit de drones basés aux US (ce qui diffère donc des drones pilotés depuis les US, mais basés physiquement ailleurs).
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • L'administration Obama n'utilisera pas de drones aux Etats-Unis

    (…) Pour obtenir l'accord de la commission du renseignement du Sénat américain à la nomination de John Brennan comme directeur de la CIA, la Maison Blanche a accepté de fournir aux sénateurs tous les mémorandums du département de la justice concernant le programme secret d'assassinats ciblés par drones et justifiant leur utilisation contre des ressortissants américains.

    (… )

    "Le gouvernement américain n'a pas lancé de frappes par drones aux États-Unis et n'a pas l'intention de le faire", précise Eric Holder, l'Attorney général [ministre de la justice] dans une lettre au sénateur Rand Paul.

    (…)

    La question de l'usage des drones en territoire américain serait donc évacuée…

    "La question que vous avez posée est entièrement hypothétique, ne se produira très probablement pas, et c'est une question à laquelle j'espère qu'aucun président ne sera confronté. Il est possible, je suppose, d'imaginer une circonstance extraordinaire dans laquelle il serait nécessaire et approprié, dans le respect de la Constitution et du droit américain, que le président autorise l'armée à utiliser la force létale à l'intérieur du territoire des Etats-Unis", poursuit-il.

    A titre d'exemples de ces circonstances exceptionnelles, le ministre évoque l'attaque par le Japon des forces américaines basées à Pearl Harbor, en décembre 1941, et les attentats du 11 septembre 2001.

    Ah et bien non en fait.

    :mrgreen:
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je ne comprends pas ces problèmes légaux posés par les drones. Ce sont des armes, sont utilisés par les militaires, et elles sont soumises aux mêmes lois que les autres.
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • d9pouces a écrit

    Je ne comprends pas ces problèmes légaux posés par les drones. Ce sont des armes, sont utilisés par les militaires, et elles sont soumises aux mêmes lois que les autres.

    Justement, non, elle ne sont pas soumises aux memes lois que les autres armes. Aucune autre arme n'est legalement autorisee a abbattre des gens sans jugement, dans un pays tiers sans declaration de guerre. Encore moins dans un pays officiellement allie (Pakistan vis a vis des USA).

    Bien sur, les services secrets organisent de temps en temps des operations en territoire etranger, mais elles sont illegales et doivent donc rester cachees. Quand la France a essaye de couler un bateau illegalement en Australie (affaire du Rainbow Warrior) et que le pot aux roses a ete decouvert, ca a conduit a un gros scandale, l'arrestation des agents francais, et la demission d'un ministre.

    Mais au Pakistan, les USA operent illegalement a visage decouvert, sans excuses, sans scandale, de facon repetee depuis plusieurs annees… C'est la que le bat blesse, et qu'on ne peut pas dire que les drones operent selon les memes regles que les autres armes.
    "En temps de paix, le kamikaze n'a plus de raison de sauter sur quoi que ce soit d'inflammable. Il s'étiole. Le suicide était le seul but de son existence : maintenant qu'il n'a plus de raison de mourir, il n'a plus de raison de vivre.Heureusement, il est possible d'aider le kamikaze à en finir en déclenchant en lui cette irrépressible envie d'exploser sur l'ennemi qui lui valut naguère son immense prestige auprès des gonzesses. Comment? C'est simple : il suffit d'imiter le cri du porte-avions. Regardez bien. Pout, pout, pout, ….Kamikaze : Banzaï !Etonnant, non?"Desproges
      Lien   Revenir ici   Citer
  • d9pouces a écrit

    Je ne comprends pas ces problèmes légaux posés par les drones. Ce sont des armes, sont utilisés par les militaires, et elles sont soumises aux mêmes lois que les autres.

    Finalement, il y a deux aspects légaux :

    - le plan du droit international,

    - le respect des lois américaines et de la Constitution des États-Unis.

    * Sur le premier point, ainsi que nous l'avions relevé lors de précédents échanges, les actions opérées par les USA au Pakistan, au Yémen, et tout autre pays sans mandat de l'ONU sont illégales du point de vue du droit international.

    Incluons donc l'Irak de jusque décembre 2011, la résolution 1441 étant une base un peu juste pour procéder à de telles actions.

    L’Afghanistan n'est pas concerné par cette illégalité, puisqu'il y a eu un blanc-seing de l'ONU avec la résolution n°1333. Seule la question du respect de la loi Afghane se pose, d'autant que la résolution 1333 visait Ben Laden qui est décédé depuis bientôt deux ans…

    * Sur le second point, avec le cas emblématique d'Anouar Al-Aulaqi, imam à tendance terroriste très prononcée, de nationalité américaine et né aux États-Unis, son élimination ciblée par un drone US le 30 septembre 2011 est à mon avis une bonne chose d'un point de vue pragmatique.

    Mais juridiquement, c'est une hérésie, et le gouvernement US est dans l'illégalité à mon avis.

    Le gouvernement US étant le garant de la Constitution américaine et des lois, et leurs représentants ; on voit mal comment justifier de telles actions d'un point de vue juridique.

    Sauf à invoquer l'équivalent de l'état de nécessité aux US, en démontrant que les cibles détentrices de la nationalité américaine étaient un danger avéré pour la Nation, pour le présent ou le futur.

    En substance, on voit bien qu'il y a tout de même des risques de dérapage, mais depuis le 11 septembre 2011, les américains ont décidé de ne pas réitérer leurs erreurs, et préfèrent anticiper sur la menace.

    Pour ma part, je ne vous cache pas que j'arrive à comprendre ce positionnement, et que je l'approuve (le droit étant un outil, et non pas une fin).

    Le seul bémol, ce qui me heurte, et je l'avais évoqué précédemment, c'est lorsque que les cibles éliminées ne sont pas les bonnes, mais se révèlent être des civils de tous âges, de tout sexe, ce parce que le renseignement n'a pas fait correctement son travail.

    Là, je désapprouve, d'autant que ça sape les efforts de réhabilitation de l'image américaine (et occidentale en général) dans les pays concernés.
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Comme beaucoup ici, qu'on aille aimablement aider quelqu'un à se suicider ne me choque pas plus que ça. Certes, on pourra toujours dire que c'est mal, toussa, mais il faut reconnaître que ça peut aider à régler efficacement certains problèmes.

    En revanche, il y a un aspect « industriel » qui est à mon avis très mauvais et pousse aux erreurs de jugements (dommages collatéraux, mais aussi cibles non terroristes mais simplement gênantes pour certains). Il y a également comme tu disais le côté « j'en ai rien à faire des lois internationales » qui est très mauvais pour l'image des États-Unis, qui se disaient encore il y a peu les PCMax du monde.
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • d9pouces a écrit

    Je ne comprends pas ces problèmes légaux posés par les drones. Ce sont des armes, sont utilisés par les militaires, et elles sont soumises aux mêmes lois que les autres.

    en fait tu as raison sur le plan juridique, il n'y a pas de différence entre un hellfire tiré par un drone ou par un avion. La seule différence c'est que les USA "se permettent" des choses avec les drones qu'ils ne feraient pas avec des avions ou hélicoptères notamment au Pakistan ou l'usage des drones est très intense.
    Après le second problème sur le plan international est que dans l'ordre juridique international, le pouvoir de sanction n'est pas centralisé mais décentralisé (hors cas des sanctions du conseil de sécurité qui s'agissant des USA ne peuvent être adoptées). Il appartient à chaque Etat de réagir à une violation à son encontre du droit international et certains Etats sont tellement dépendants des USA qu'ils ne peuvent adopter aucune sanction. :?
    J'y suis j'y reste (MacMahon)
      Lien   Revenir ici   Citer
  • d9pouces a écrit

    Comme beaucoup ici, qu'on aille aimablement aider quelqu'un à se suicider ne me choque pas plus que ça. Certes, on pourra toujours dire que c'est mal, toussa, mais il faut reconnaître que ça peut aider à régler efficacement certains problèmes.

    Oui :S .

    Après l'échec retentissant du 11 septembre 2001, les gouvernements américains successifs auront à coeur de prévenir à tout prix une réédition, quitte à s'assoir sur le droit international, et au prix de dommages collatéraux non négligeables, entre les bavures sur des civils et autres loupés.

    d9pouces a écrit

    En revanche, il y a un aspect « industriel » qui est à mon avis très mauvais et pousse aux erreurs de jugements (dommages collatéraux, mais aussi cibles non terroristes mais simplement gênantes pour certains).

    L'aspect industriel ne rebute pas le gouvernement US, qui préfère bien sur les inconvénients posés par cette pratique d'attaques de drones, au lieu d'envoyer des soldats en chair et en os risquant de voir rentrer au pays mutilés, ou dans un cercueil enveloppé dans la bannière étoilée… :S

    d9pouces a écrit

    Il y a également comme tu disais le côté « j'en ai rien à faire des lois internationales » qui est très mauvais pour l'image des États-Unis, qui se disaient encore il y a peu les PCMax du monde.

    Oui.

    J'adore ta formule … "PCMax" du monde :bonnet: .

    Vraiment excellent ;) .


    Vizira a écrit

    Après le second problème sur le plan international est que dans l'ordre juridique international, le pouvoir de sanction n'est pas centralisé mais décentralisé (hors cas des sanctions du conseil de sécurité qui s'agissant des USA ne peuvent être adoptées). Il appartient à chaque Etat de réagir à une violation à son encontre du droit international et certains Etats sont tellement dépendants des USA qu'ils ne peuvent adopter aucune sanction. :?

    Je rajouterais que les États-Unis ne sont pas signataires du traité de Rome du 17.07.1998 ayant institué la Cour Pénale Internationale.

    Plus exactement, le Président Bill Clinton l'a signé, mais le Congrès US ne l'a jamais ratifié.

    De ce fait, je crois pouvoir affirmer que la légalité internationale n'intéresse guère la plupart des responsables américains… :S
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Nico2 a écrit

    d9pouces a écrit

    Il y a également comme tu disais le côté « j'en ai rien à faire des lois internationales » qui est très mauvais pour l'image des États-Unis, qui se disaient encore il y a peu les PCMax du monde.
    J'adore ta formule … "PCMax" du monde :bonnet: .
    Vraiment excellent ;) .[
    Ouais… :drill:



















    moi aussi. :mrgreen:
    Escaladant le bleu brûlant du vaste ciel J'ai survolé les cimes battues par les vents Et sous la coupole sainte de l'espace infini , Tendant la main, j'ai touché la face de Dieu.1/13 Artois
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Vizira a écrit

    d9pouces a écrit

    Je ne comprends pas ces problèmes légaux posés par les drones. Ce sont des armes, sont utilisés par les militaires, et elles sont soumises aux mêmes lois que les autres.

    en fait tu as raison sur le plan juridique, il n'y a pas de différence entre un hellfire tiré par un drone ou par un avion.
    Tu me rassures !

    La seule différence c'est que les USA "se permettent" des choses avec les drones qu'ils ne feraient pas avec des avions ou hélicoptères notamment au Pakistan ou l'usage des drones est très intense.
    On est bien d'accord, en cas de crash, il n'y a pas de Gary Powers en cadeau.

    Après le second problème sur le plan international est que dans l'ordre juridique international, le pouvoir de sanction n'est pas centralisé mais décentralisé (hors cas des sanctions du conseil de sécurité qui s'agissant des USA ne peuvent être adoptées). Il appartient à chaque Etat de réagir à une violation à son encontre du droit international et certains Etats sont tellement dépendants des USA qu'ils ne peuvent adopter aucune sanction. :?
    Certes. Mais sur le long terme, je ne pense pas que ça soit une bonne idée pour les USA.
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer