Tactiques d'infanterie.

  • d9pouces a écrit

    Au niveau des GTIA, si j'ai bien compris, on prélève quelques soldats un peu partout et on en fait une unité unique (:D) déployée sur le terrain.
    Mais du coup, cela ne risque-t-il pas de poser des problèmes de cohérence sur le terrain ? (les soldats sont moins habitués à manœuvrer ensemble, par exemple)
    C'est exactement ça d9pouces.
    Cependant la cohérence tactique est parfaitement assurée. Je m'explique.
    Un GTIA est projeté en OPEX mais les unités élémentaires (compagnies, escadrons, batteries, etc…) qui le composent ont effectué leur MCP (Mise en condition avant Projection) ensemble. De plus, un GTIA (dans la plupart des cas) est composé d'unités venant de régiment d'une même brigade.
    Exemple: le GTIA Vercors sous commandement opérationnel du 7e BCA projeté au Mali lors de Serval 4 était composé des unités suivantes:
    - 2e Cie du 7e BCA
    - EAE (Escadron d'Aide à l'Engagement devenu aujourd'hui Escadron de Reconnaissance et d'Intervention) du 4e RCh
    - 1 section de génie combat du 2e REG
    - 1 équipe EO du 93e RAM
    - CCL du 7e BCA
    - EMT du 7e BCA
    Toutes ces unités proviennent de la 27e BIM.
    La cie du 7e BCA constituait un 1er S-GTIA (sous groupement tactique interarmes) et l'EAE du 4e RCh le 2e SGTIA.
    Bien entendu, en fonction de la mission, on pouvait constituer des DIA (détachement interarmes) qui sont des "minis" GTIA mais qui ne vivent que le temps d'une ou quelques missions.

    glwpatton a écrit

    On en vient à posre une question :
    Pourquoi ne pas former des GTIA permanents y compris en métropole ?
    Vu que l'on ne déploie que ça, ou presque.

    Bonne question mais c'est absolument impossible. En voici les raisons.

    Premièrement comme je l'ai dit plus haut, la formation des GTIA répond à une nécessité opérationnelle des conflits de ces derniers temps. Si la capacité d'adaptation est louable et nécessaire, il ne faut pas en faire une règle. Les principes de la guerre et la tactique ou la stratégie conventionnelle doivent absolument perdurer comme fondement de notre entrainement et de notre réflexion tactique. Les conflits asymétriques sont certes une forme de conflit mais ils ne font pas loi unique. A titre d'exemple, un régiment de cavalerie doit savoir manœuvrer en tant que tel car en cas de conflit "classique" avec engagement massif des forces, les brigades seraient (et sont déjà en réalité) à leur niveau des GTIA.

    Deuxièmement, un GTIA regroupe des unités aux compétences et spécificités très nombreuses. Il serait impossible en terme de formation, d'entrainement et surtout de logistique de créer des GTIA permanents. Les besoins sont très différents car les "métiers" sont très différents. Pour caricaturer, ne serait ce qu'en terme de parc de véhicule et de matériels, voici ce que ça donnerait:
    VAB, VBL, VBCI, AMX10RC, poste de tir MILAN, ERYX, CAESAR, MO120, LGI, FR 12,7, JAVELIN, etc….. donc autant de formations à organiser (très consommateur en cadres), de créneaux de tir et d'entrainement à trouver, etc, et à chaque fois pour un nombre très réduit de personnel… impossible!!
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci de la réponse :)

    Mais je ne pensais pas à remplacer les régiments par des GTIA mais à avoir par exemple 3 GTIA toujours complet dans un cycle classique MCP - alerte - récup'. Ils pourrait venir en complément de l'alerte guépard.

    Enfin l'idée est peut être génératrice que de complexité supplémentaire !
    «Il y a des moments où il est bon d'écouter sa peur et d'autres où il est plus sage de faire comme si elle n'existait pas.»George S. PattonLa page de ma "boite" : RiumMon blog : Certaines idées
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ah ok je comprends mieux ce que tu voulais dire.
    Cependant je pense que cela serait en effet générateur de complexité supplémentaire. Comme je l'évoquais un peu plus haut, les régiments (et donc les unités qui le composent) ont des cycles d'entrainement et d'activités très divers. A cela va aussi s'ajouter les questions de RH propre à chacun. Même en le voulant très fort cela ne serait pas tenable dans la durée.
    Je pense que l'alerte Guépard est ce que l'on peut faire de mieux.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • À propos des tactiques d'infanterie, je suis tombé sur ce message du Col. Goya : http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2012/02/la-section-dinfanterie-comme-priorite_14.html


    Il propose des améliorations pour augmenter l'efficacité de la section d'infanterie. Ça paraît intéressant, mais je suis totalement incapable de juger si c'est vraiment le cas.
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Ca à l'air stupéfiant !
    "Un avion c'est une cible, deux avions c'est une arme" Werner Mölders
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci D9pouces pour ce texte très intéressant (ce qui n'est pas étonnant, connaissant l'auteur grâce à certaines publications).
    Je viens d'apprendre plein de choses, par exemple qu'à l'époque ou je faisais mon service militaire, on était plutôt bien organisés (même si je ne sais pas exactement comment ça a évolué depuis). :hehe:

    Les magasins (chargeurs) transparents, c'est vrai que c'est pratique: un coup d'oeil et tu sais immédiatement où tu en es, c'est un gros plus. Par contre, nous n'avions que des modèles contenant 20 cartouches, en général "clipsé" deux par deux.

    En ce qui concerne la Minimi dans les unités d'infanterie, nous n'en avions pas (l'appuis était effectué par des équipes faisant partie de sections équipées de bonnes vieilles mitrailleuses de 7,5mm). Je sais qu'elles ont été introduites en 2006, mais je ne sais pas si c'est au sein des groupes. C'est une arme pratique et efficace, quand à privilégier le calibre 7.62 plus efficace dans la plupart des cas, il faut également prendre en compte qu'elle est nettement plus lourde (c'est surtout la différence de poids de la munition qui se fait sentir: avec 200 cartouches il faudrait compter près de 15kg, au lieu de 10kg pour la 5,56mm), ce qui n'est pas toujours pratique pour les progressions sur le terrain. Je verrai plus des unités armées de Minimi en 7,62mm, un peu en retrait, pour assurer la couverture sans avoir à crapahuter sous le feu avec ces armes (mais c'est peut-être un a priori en rapport avec ce que j'ai vécu).

    Je suis curieux d'avoir des réactions d'autres personnes. :)
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer