Aerotécnica AC-14

Rappels

  • Catégorie : Hélicoptère
  • Constructeur : Aerotécnica drapeau du pays
  • Premier vol : 16 juillet 1957
  • Production : 10 appareils construits (cellules neuves)

Historique

L’Aerotécnica AC-14 est un hélicoptère léger monoturbine pouvant transporter jusqu’à cinq personnes, équipé d’un rotor principal quadripale, de patins d’atterrissage, d’une poutre de queue munie d’un système d’éjection des gaz à son extrémité en remplacement du rotor anticouple.

Au début des années 1950, un peu avant de rejoindre Aerotécnica, Jean Cantinieau dessine les plans d’un hélicoptère triplace motorisé par une turbine Turbomeca Artouste I et vend le projet à la SNCAN (Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Nord). Bien que d’une architecture proche de l’AC-11 et l’AC-12 qu’il développe par la suite avec Aerotecnica, les principales différences sont son mode de propulsion et le système anti-couple. En effet, pour gagner en puissance, il a été prévu de d’équiper l’appareil d’une turbine et d’utiliser l’air qu’elle rejette pour remplacer le rotor anticouple. Un système est mis au point pour diminuer la vitesse de ce flux d’air et le canaliser à l'intérieur de la queue de l’hélicoptère où il est expulsé à travers une sorte de grille à son extrémité. Ce système d’éjection des gaz permet d’augmenter la vitesse de l’hélicoptère, de diminuer la signature sonore et d’augmenter la sécurité du personnel au sol. C’est en quelque sorte le précurseur du système NOTAR.

La SNCAN construit deux prototypes désignés Nord N.1750 Norelfe, dont le premier effectue son premier vol le 28 décembre 1954. Mais trop occupée sur d’autres projets, la SNCAN laisse de côté ce nouvel appareil et c’est finalement Aerotécnica qui lui en rachète les droits et les prototypes.

Redésignés AC-13A, ils permettent la mise au point de l’AC-14. La cabine du deuxième prototype est allongée vers l’arrière, lui permettant d’emporter cinq personnes: le pilote à l’avant au centre et les passagers sur deux rangées de deux sièges. Au dessus de la cabine, une sorte de carénage protège la turbine et le système de transmission du rotor de sustentation qui est maintenant équipé de quatre pales. Un empennage terminé par des dérives mobiles est installé à l’extrémité de la poutre de queue, permettant d’améliorer le contrôle anti-couple qui est assuré par le même dispositif d’expulsion des gaz que sur le Norelfe.



Le premier prototype de l’AC-14 effectue son premier vol le 16 juillet 1957.

Une série de dix appareils de pré-production sont construits pour les forces armées espagnoles. Ces dernières, au moment de décider d’une commande à plus grande échelle permettant de lancer une production en série, décident de se fournir en Bell 47 G-2 et G-3 moins chers, provenant directement des surplus de l’US Army après la guerre de Corée.

Les AC-14 sont utilisés durant quelques années au sein des forces espagnoles sous la désignation de Z-4, avant d’être définitivement retirés du service.

Sur la base de l’AC-14, Aerotécnica développe les AC-15 munis d’un moteur différent et l’AC-21, un hélicoptère capable de transporter jusqu’à 14 passagers. Malheureusement, ces appareils ne seront jamais produits en série: le manque de capital oblige Aerotécnica de cesser ses activités en 1962.

Au total, seuls dix AC-14 de présérie sont construits et utilisés au sein des forces armées espagnoles.


Texte de Jericho, avec son aimable autorisation.

Versions

  • Aerotécnica AC-13A : Redésignation des Nord N.1750 Norelfe.
  • Aerotécnica AC-14 : Version de présérie propulsée par une turbine Turbomeca Artouste IIB de 300 kW (408 cv).
  • Aerotécnica Z-4 : Désignation des AC-14 en service au sein des forces armées espagnoles.
  • Nord-Aviation Nord 1750 Norelfe : 2 prototypes conçus et construits en France, précurseurs de l'AC-14.

Sur le forum…

  • Merci Clansman.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Entièrement d'accord.

    Eh bien, ils pourront lire la fiche sur le site désormais
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Jericho a écrit

    [Les forces armées espagnoles], au moment de décider d’une commande à plus grande échelle permettant de lancer une production en série, décident de se fournir en Bell 47 G-2 et G-3 moins chers, provenant directement des surplus de l’US Army après la guerre de Corée.
    […] le manque de capital oblige Aerotécnica de cesser ses activités en 1962.

    C'est une belle illustration de ce qui peut arriver quand on achete du materiel sur étagère au detriment de son industrie nationale. Quasiment au meme moment, en France, on contruisait l'Alouette, un helico d'une classe tres similaire et qui allait assurer a Aerospatiale un enorme succes.

    Les clients europeens du F-35 ne perdraient rien a lire cette fiche… Et nous devrions nous-meme y reflechir, en France, vu nos recents achats de drones sur etageres.
    "En temps de paix, le kamikaze n'a plus de raison de sauter sur quoi que ce soit d'inflammable. Il s'étiole. Le suicide était le seul but de son existence : maintenant qu'il n'a plus de raison de mourir, il n'a plus de raison de vivre.Heureusement, il est possible d'aider le kamikaze à en finir en déclenchant en lui cette irrépressible envie d'exploser sur l'ennemi qui lui valut naguère son immense prestige auprès des gonzesses. Comment? C'est simple : il suffit d'imiter le cri du porte-avions. Regardez bien. Pout, pout, pout, ….Kamikaze : Banzaï !Etonnant, non?"Desproges
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Nico2 a écrit

    Merci pour cette fiche.
    Mais de rien.

    Nico2 a écrit

    Toujours dans les fonds de tiroirs ? :hehe:
    Ouaip, j'ai encore deux ou trois bouts de papiers au fond… ;)
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci pour cette fiche.

    Toujours dans les fonds de tiroirs ? :hehe:
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • L’Aerotécnica AC-14 est un hélicoptère léger monoturbine pouvant transporter jusqu’à cinq personnes, équipé d’un rotor principal quadripale, de patins d’atterrissage, d’une poutre de queue munie d’un système d’éjection des gaz à son extrémité en remplacement du rotor anticouple.

    Au début des années 1950, un peu avant de rejoindre Aerotécnica, Jean Cantinieau dessine les plans d’un hélicoptère triplace motorisé par une turbine Turbomeca Artouste I et vend le projet à la SNCAN (Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Nord). Bien que d’une architecture proche de l’AC-11 et l’AC-12 qu’il développe par la suite avec Aerotecnica, les principales différences sont son mode de propulsion et le système anti-couple. En effet, pour gagner en puissance, il a été prévu de d’équiper l’appareil d’une turbine et d’utiliser l’air qu’elle rejette pour remplacer le rotor anticouple. Un système est mis au point pour diminuer la vitesse de ce flux d’air et le canaliser à l'intérieur de la queue de l’hélicoptère où il est expulsé à travers une sorte de grille à son extrémité. Ce système d’éjection des gaz permet d’augmenter la vitesse de l’hélicoptère, de diminuer la signature sonore et d’augmenter la sécurité du personnel au sol. C’est en quelque sorte le précurseur du système NOTAR.

    La SNCAN construit deux prototypes désignés Nord N.1750 Norelfe, dont le premier effectue son premier vol le 28 décembre 1954. Mais trop occupée sur d’autres projets, la SNCAN laisse de côté ce nouvel appareil et c’est finalement Aerotécnica qui lui en rachète les droits et les prototypes.
    Redésignés AC-13A, ils permettent la mise au point de l’AC-14. La cabine du deuxième prototype est allongée vers l’arrière, lui permettant d’emporter cinq personnes: le pilote à l’avant au centre et les passagers sur deux rangées de deux sièges. Au dessus de la cabine, une sorte de carénage protège la turbine et le système de transmission du rotor de sustentation qui est maintenant équipé de quatre pales. Un empennage terminé par des dérives mobiles est installé à l’extrémité de la poutre de queue, permettant d’améliorer le contrôle anti-couple qui est assuré par le même dispositif d’expulsion des gaz que sur le Norelfe.

    Le premier prototype de l’AC-14 effectue son premier vol le 16 juillet 1957.

    Une série de dix appareils de pré-production sont construits pour les forces armées espagnoles. Ces dernières, au moment de décider d’une commande à plus grande échelle permettant de lancer une production en série, décident de se fournir en Bell 47 G-2 et G-3 moins chers, provenant directement des surplus de l’US Army après la guerre de Corée.
    Les AC-14 sont utilisés durant quelques années au sein des forces espagnoles sous la désignation de Z-4, avant d’être définitivement retirés du service.

    Sur la base de l’AC-14, Aerotécnica développe les AC-15 munis d’un moteur différent et l’AC-21, un hélicoptère capable de transporter jusqu’à 14 passagers. Malheureusement, ces appareils ne seront jamais produits en série: le manque de capital oblige Aerotécnica de cesser ses activités en 1962.

    Au total, seuls dix AC-14 de présérie sont construits et utilisés au sein des forces armées espagnoles.

    Versions :
    Nord N.1750 Norelfe : Dessiné par Jean Cantinieau, la SNCAN en construit deux prototypes, dont un restera incomplet. Le premier vol est effectué le 28 décembre 1954. La structure et le fuselage sont métalliques et la cabine, comportant trois places, est équipée d'une grande verrière. La tête du rotor de sustentation est protégée par une grosse sphère d'où sortent les trois pales. Il est propulsé par une turbine Turbomeca Artouste I. L'air éjecté est par la suite canalisé à l'intérieur de la queue de l’hélicoptère, puis expulsé à travers une sorte de grille à son extrémité. Ce système d’éjection des gaz permet d’augmenter la vitesse de l’hélicoptère, de diminuer la signature sonore et d’augmenter la sécurité du personnel au sol. Ils sont par la suite vendus, ainsi que les droits de production, à Aerotécnica.

    AC-13A : Redésignation des Nord N.1750 Norelfe.

    AC-14 : Version de présérie propulsée par une turbine Turbomeca Artouste IIB de 300kW (408cv).

    Z-4 : Désignation des AC-14 en service au sein des forces armées espagnoles.


    Utilisateurs militaires :
    Espagne : 10 appareils de présérie en service au sein de la force aérienne.


    Caractéristiques AC-14 :
    Equipage : 1
    Passagers : 4
    Longueur du fuselage : 8,13m
    Longueur totale : 11,22m
    Hauteur : 3,10m
    Diamètre du rotor principal : 9,65m
    Surface du rotor principal: 72,35m2
    Diamètre du rotor de queue : sans
    Masse à vide : 650kg
    Masse maximale au décollage : 1’350kg

    Moteur :
    Une turbine Turbomeva Artouste IIB de 300kW (408cv).

    Performances :
    Vitesse max : 180km/h
    Vitesse de croisière : 150km/h
    Vitesse ascensionnelle : 6,99m/s
    Plafond opérationnel : 6’800m
    Endurance : 2h
    Distance franchissable : 300km
    Distance franchissable max (avec réservoirs supplémentaires) : 640km

    Armement :
    Sans.


    * * * * *

    Caractéristiques Nord N.1750 Norelfe :
    Equipage : 1
    Passagers : 2
    Longueur du fuselage : 8,12m
    Longueur totale : 11,22m
    Hauteur : 2,75m
    Diamètre du rotor principal : 9,04m
    Surface du rotor principal: 64,2m2
    Diamètre du rotor de queue : sans
    Masse à vide : 575kg
    Masse maximale au décollage : 880kg

    Moteur :
    Une turbine Turbomeva Artouste I de 191kW (260cv).

    Performances :
    Vitesse max : 150km/h
    Plafond opérationnel : 6’000m

    Armement :
    Sans.


    Liens internet :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Aerot%C3%A9cnica_AC-14

    http://es.wikipedia.org/wiki/Aerot%C3%A9cnica_AC-14

    http://www.aviastar.org/helicopters_eng/aerotecnica_ac-14.php

    http://www.ejercitodelaire.mde.es/ea/pag?idDoc=BD74509197605F82C12570D700464306&idRef=3728271262B08BEDC1257450003285AE

    http://www.ejercitodelaire.mde.es/ea/pag?idDoc=BD74509197605F82C12570D700464306&idRef=A1D7511FBFB778B7C1257450003275E3

    http://www.ejercitodelaire.mde.es/ea/pag?idDoc=BD74509197605F82C12570D700464306&idRef=A90216564750C2F1C125745000327CE6

    http://www.airwar.ru/enc/oh/ac14.html

    http://books.google.de/books?id=xLis8p7uLaUC&pg=PA87&lpg=PA87&dq=aerotecnica+ac+14&source=bl&ots=5DrrdPpM9X&sig=FFgo-akMZExVj8PvkftQ5oxVzEY&hl=en&sa=X&ei=80EpVLfgPIvKaLPAguAO&redir_esc=y#v=onepage&q=aerotecnica%20ac%2014&f=false

    http://notar-helicopters.nl/nord.htm
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer