Sukhoï T-3 (OTAN : Fishpot-A)

Rappels

  • Catégorie : Prototype
  • Constructeur : Sukhoï drapeau du pays
  • Premier vol : 26 mai 1956
  • Production : 4 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : Sukhoï T-37

Historique

Le 14 novembre 1949, Staline prit prétexte "d'une réorganisation" des bureaux d'études pour faire fermer celui de Pavel Sukhoï, dont aucun appareil n'avait atteint le stade de la production en série. La mort de Staline eut pour conséquence, en mai 1953, la réouverture du bureau d'études de Sukhoï.

Cependant, MiG semblait n'avoir aucun concurrent valable comme concepteur d'avions de combat en URSS : les MiG-15 et MiG-17 étaient construits à des milliers d'exemplaires, le MiG-19 commençait ses essais en vol et le futur MiG-21 déjà à l'étude.

La première mission de Sukhoï fut de concevoir un nouveau chasseur tactique pour les VVS et un nouvel intercepteur pour la PVO, tous deux propulsés par un réacteur Lyulka AL-7F. Le TsaGi à l'époque proposait deux formes d'ailes différentes pour franchir le mur du son : soit une aile dotée d'une aile très prononcée, soit une aile delta.

Sukhoï fit comme MiG pour son futur MiG-21 : il décida de tester les deux.

Le prototype doté d'une aile en flèche fut désigné S-1 (S pour strelovidniy, pointe de flèche) et celui d'une aile delta T-1 (T pour treugolniy, triangulaire). Sukhoï allait garder ces désignations en S et T pour tous ses prototypes, jusqu'au T-50 actuel.

Le S-1, destiné à être proposé comme chasseur tactique, allait devenir le Su-7 "Fitter". La désignation Su-7 avait déjà été utilisée pour un prototype d'intercepteur à propulsion mixte de la seconde guerre mondiale, mais comme il n'avait pas été produit en série, les Soviétiques ne voyaient aucune raison de ne pas la réutiliser. Ils allaient d'ailleurs faire de même avec les Su-9, Su-11, Su-15 et Su-17.

Le T-1 était également destiné à être proposé comme chasseur tactique, mais fut abandonné dès 1955 sans avoir dépassé le stade de concept. En effet, l'aile delta était plus adaptée aux performances à haute altitude et donc aux missions d'interception. L'effort fut donc focalisé sur le T-3, dont le dessin fut gelé en février 1955. Les missiles air-air K-7L ou K-6V (mais peut-être aussi K-8 et K-9) étaient imposés depuis le conseil des Ministres du 30 décembre 1954.

Une cellule d'essais statiques fut prête à la fin 1956 et le prototype, nommé aussi Izdeliye 81, effectua son vol inaugural le 26 mai 1956, avec Vladimir N. Makhaline aux commandes. Le 24 juin 1956, il participa au défilé annuel de Touchino en même temps que le S-1 et fut alors désigné "Fishpot" par les observateurs occidentaux.

Le T-3 avait été conçu par une équipe formée autour de Nikolay Polenav et Aleksandr Vishnevskiy. Sa configuration similaire à celle du MiG-21 (ailes delta médianes en flèche de 57° et empennage horizontal en flèche) lui valut le surnom officieux de "Balalaïka", du nom de cet instrument dont la caisse est de forme triangulaire.

Le T-3 se caractérisait par un cône de nez assez volumineux dans la partie supérieure de l'entrée d'air frontale, destiné à recevoir le radar "Almaz-3" (diamant). Il était également prévu de monter 2 canons NR-30 de 30 mm, et le T-3 pouvait emporter 2 réservoirs externes de 1000 litres.

Le T-3 effectua une première phase d'essais en vol jusqu'au 28 septembre 1956. En octobre, il fut renvoyé en usine pour recevoir des modifications. Un viseur PVU-67, un système IFF "Khrom-Nikel", les points d'emport pour les missiles K-7L, un parachute de freinage plus grand, une verrière coulissant vers l'arrière et une radio Mindal remplaçant la Dub furent installés à ce moment-là. Le radar Almaz aurait également été installé, mais fut rapidement enlevé. Certaines sources indiquant que le T-3 passa du réacteur AL-7 au AL-7F, c'est peut-être à ce moment-là qu'il fut remotorisé.

Les modifications furent terminés en mars 1957 et les vols reprirent le 8, mais seulement jusqu'au 16 octobre. En effet, le T-3 affichait d'excellentes performances, dont une vitesse de pointe de 2100 km/h, mais la masse était légèrement supérieure et l'endurance légèrement inférieure aux spécifications demandées.

Il faut dire que l'U-2 effectua son premier survol de l'URSS le 4 juillet 1956 et que cela influa considérablement sur les exigences des VVS. Quand à l'AL-7F, il était encore au stade de la mise au point et pour l'instant, peu fiable. Il dut en effet être changé 4 fois en 38 heures de vol. Quand aux K-6 et K-7, leur développement fut finalement annulé et le K-5M (ou RS-2U), le seul missile en production, insuffisant car prévu pour certaines versions du MiG-17.

Le T-3 était malgré tout apparemment sur le point d'être construit en série, et 3 autres exemplaires avaient été complétés, lorsque sa production fut annulée. Il avait effectué 80 heures de vol.

Le T-3 fut donc suivi par les PT-7 et PT-8, afin de tester différentes formes d'entrées d'air et de carénage pour le radar. Tous ces efforts allaient aboutir au T-43 qui servit de prototype au Su-9. Le T-3 aurait d'ailleurs été modifié en T-43-1. Le Su-9 allait récupérer le code OTAN de "Fishpot-B", le T-3 devenant rétroactivement "Fishpot-A".

Versions

  • Sukhoï PT-7 : Un T-3 modifié pour tester l'entrée d'air.
  • Sukhoï PT-8 : Un T-3 modifié pour tester l'entrée d'air, 3 autres exemplaires construits neufs.
  • Sukhoï T-1 : Projet d'un chasseur tactique à ailes delta, précurseur du T-3. Non construit.
  • Sukhoï T-3 : Prototypes, 4 exemplaires.

Sur le forum…

  • Nico2 a écrit

    Tiens un ' t ' minuscule ? :hehe:

    Ca a été corrigé sur la fiche du site (ainsi que certaines tournures de phrase :hehe: ), mais merci. :D

    malheureusement pas illustrée

    Hélas oui, une fois de plus problème de copyright on dirait. Mais comme pour la plupart des autres fiches d'avions soviétiques, on trouve malgré tout un plan 3 vues (sommaire dans ce cas-là) dans l'onglet "images et vidéos".
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci pour cette fiche Clans, malheureusement pas illustrée.

    Clansman a écrit

    Le t-3 effectua une première phase d'essais en vol jusqu'au 28 septembre 1956. En octobre, il fut renvoyé en usine pour recevoir des modifications.

    Tiens un ' t ' minuscule ? :hehe:
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le 14 novembre 1949, Staline prit prétexte "d'une réorganisation" des bureaux d'études pour faire fermer celui de Pavel Sukhoï, dont aucun appareil n'avait atteint le stade de la production en série. Lorsque Staline mourut en 1953, Sukhoï commença par se bourrer la gueule pour fêter ça. Puis en apprenant que son bureau d'études allait rouvrir en mai 1953, il se reprit une cuite. Il se remit au travail après avoir dessoulé.

    Cependant, MiG semblait n'avoir aucun concurrent valable comme concepteur d'avions de combat en URSS : les MiG-15 et MiG-17 étaient construits à des milliers d'exemplaires, le MiG-19 commençait ses essais en vol et le futur MiG-21 déjà à l'étude.

    La première mission de Sukhoï fut de concevoir un nouveau chasseur tactique pour les VVS et un nouvel intercepteur pour la PVO, tous deux propulsés par un réacteur Lyulka AL-7F. Le TsaGi à l'époque proposait deux formes d'ailes différentes pour franchir le mur du son : soit une aile dotée d'une aile très prononcée, soit une aile delta.

    Sukhoï fit comme MiG pour son futur MiG-21 : il décida de tester les deux.

    Le prototype doté d'une aile en flèche fut désigné S-1 (S pour strelovidniy, pointe de flèche) et celui d'une aile delta T-1 (T pour treugolniy, triangulaire). Sukhoï allait garder ces désignations en S et T pour tous ses prototypes, jusqu'au T-50 actuel.

    Le S-1, destiné à être proposé comme chasseur tactique, allait devenir le Su-7 "Fitter". La désignation Su-7 avait déjà été utilisée pour un prototype d'intercepteur à propulsion mixte de la seconde guerre mondiale, mais comme il n'avait pas été produit en série, les Soviétiques ne voyaient aucune raison de ne pas la réutiliser. Ils allaient faire pareil pour les Su-9, Su-11, Su-15 et Su-17, rien que pour m'emmerder 60 ans plus tard.

    Le T-1 était également destiné à être proposé comme chasseur tactique, mais fut abandonné dès 1955 sans avoir dépassé le stade de concept. En effet, l'aile delta était plus adaptée aux performances à haute altitude et donc aux missions d'interception. L'effort fut donc focalisé sur le T-3, dont le dessin fut gelé en février 1955. Les missiles air-air K-7L ou K-6V (mais peut-être aussi K-8 et K-9) étaient imposés depuis le conseil des Ministres du 30 décembre 1954.

    Une cellule d'essais statiques fut prête à la fin 1956 et le prototype, nommé aussi Izdeliye 81, effectua son vol inaugural le 26 mai 1956, avec Vladimir N. Makhaline aux commandes. Le 24 juin 1956, il participa au défilé annuel de Touchino en même temps que le S-1 et fut alors désigné "Fishpot" par les observateurs occidentaux.

    Le T-3 avait été conçu par une équipe formée autour de Nikolay Polenav et Aleksandr Vishnevskiy. Sa configuration similaire à celle du MiG-21 (ailes delta médianes en flèche de 57° et empennage horizontal en flèche) lui valut le surnom officieux de "Balalaïka", du nom de cet instrument dont la caisse est de forme triangulaire.

    Le T-3 se caractérisait par un cône de nez assez volumineux dans la partie supérieure de l'entrée d'air frontale, destiné à recevoir le radar "Almaz-3" (diamant). Il était également prévu de monter 2 canons NR-30 de 30 mm, et le T-3 pouvait emporter 2 réservoirs externes de 1000 l.

    Le t-3 effectua une première phase d'essais en vol jusqu'au 28 septembre 1956. En octobre, il fut renvoyé en usine pour recevoir des modifications. Un viseur PVU-67, un système IFF "Khrom-Nikel", les points d'emport pour les missiles K-7L, un parachute de freinage plus grand, une verrière coulissant vers l'arrière et une radio Mindal remplaçant la Dub furent installés à ce moment-là. Le radar Almaz aurait également été installé, mais fut rapidement enlevé. Certaines sources indiquant que le T-3 passa du réacteur AL-7 au AL-7F, c'est peut-être à ce moment-là qu'il fut remotorisé.

    Les modifications furent terminés en mars 1957 et les vols reprirent le 8, mais seulement jusqu'au 16 octobre. En effet, le T-3 affichait d'excellentes performances, dont une vitesse de pointe de 2100 km/h, mais la masse était légèrement supérieure et l'endurance légèrement inférieure aux spécifications demandées.

    Il faut dire que l'U-2 effectua son premier survol de l'URSS le 4 juillet 1956 et que cela influa considérablement sur les exigences des VVS. Quand à l'AL-7F, il était encore au stade de la mise au point et pour l'instant, peu fiable. Il dut en effet être changé 4 fois en 38 heures de vol. Quand aux K-6 et K-7, leur développement fut finalement annulé et le K-5M (ou RS-2U), le seul missile en production, insuffisant car prévu pour certaines versions du MiG-17.

    Le T-3 était malgré tout apparemment sur le point d'être construit en série, et 3 autres exemplaires avaient été complétés, lorsque sa production fut annulée. Il avait effectué 80 heures de vol.

    Le T-3 fut donc suivi par les PT-7 et PT-8, afin de tester différentes formes d'entrées d'air et de carénage pour le radar. Tous ces efforts allaient aboutir au T-43 qui servit de prototype au Su-9. Le T-3 aurait d'ailleurs été modifié en T-43-1. Le Su-9 allait récupérer le code OTAN de "Fishpot-B", le T-3 devenant rétroactivement "Fishpot-A".



    PT-7 : Un T-3 modifié pour tester l'entrée d'air.

    Les PT-7 et PT-8, construits chacun à un exemplaire, furent construits d'après des cellules de T-3 afin d'étudier la meilleure combinaison possible entre la forme de l'entrée d'air et celle du radôme contenant le radar. En effet, les essais en soufflerie au TsaGi ne permirent pas de le déterminer.

    Le PT-7 (Perekvatchik Treugolniy, intercepteur à aile delta) avait une entrée d'air inférieure avec le radôme logé dans la partie supérieure, tandis que le PT-8 voyait son cône situé au milieu de l'entrée d'air. Dans les deux cas, le cône était mobile.

    Le PT-7 commença à voler en septembre 1956. Son radôme était de forme elliptique et il se caractérisait par une avancée du bord inférieur, mobile, de l'entrée d'air. Il était motorisé par un AL-7F-1 et emportait un radar "Almaz-7" plus volumineux, d'où la particularité de l'entrée d'air. Cela lui rendait un air agressif, même pour des Soviétiques pourtant peu regardants généralement sur l'esthétique.

    Bien que favori pour la production en série, contrairement au PT-8, tout travail sur cet appareil cessa lorsque les spécifications furent revues à la hausse. Un U-2 avait survolé l'Union Soviétique pour la première fois le 4 juillet 1956, et en août 1956 l'ordre fut donné de retravailler le prototype, avec un meilleur armement. Le résultat donna le T-43, le prototype du Su-9 "Fishpot".


    PT-8 : Un T-3 modifié pour tester l'entrée d'air.

    Les PT-7 et PT-8, construits chacun à un exemplaire, furent construits d'après des cellules de T-3 afin d'étudier la meilleure combinaison possible entre la forme de l'entrée d'air et celle du radôme contenant le radar. En effet, les essais en soufflerie au TsaGi ne permirent pas de le déterminer.

    Le PT-7 (Perekvatchik Treugolniy, intercepteur à aile delta) avait une entrée d'air inférieure avec le radôme logé dans la partie supérieure, tandis que le PT-8 voyait son cône situé au milieu de l'entrée d'air. Dans les deux cas, le cône était mobile.

    Le PT-8 rejoignit les essais en vol deux mois après le PT-7. Outre le cône central, il voyait son nez rallongé de 1,25 m. L'entrée d'air était circulaire et le radôme de forme conique. Il était également motorisé par un AL-7F-1 et était doté du radar "Almaz-3".

    3 PT-8 furent construits à l'usine 153 de Novosibirsk en Sibérie. Il n'était cependant pas considéré comme le favori quand à la production en série, contrairement au PT-7. Un seul d'entre eux vola dans la configuration d'origine.

    Un de ces exemplaire, le 4e T-3, fut désigné PT-8-4. Ce fut l'unique T-3 à disposer de canons, des NR-30 logés à la racine des ailes. Il effectua son vol inaugural le 21 février 1958 et ouvrit directement la voie au T-47, le prototype du Su-11. En effet, il y eut peu de changements aérodynamiques et le PT-8-4 fut d'ailleurs transformé en T-47-3.




    Le grand livre des chasseurs / Green & Swanborough

    http://prototypes.free.fr/t6/t6-2.htm


    https://en.wikipedia.org/wiki/Sukhoi_T-3


    http://www.airvectors.net/avsu15.html#m1


    http://www.aviastar.org/air/russia/su_t-3.php


    http://www.kamov.net/russian-aircraft/sukhoi-t-3/


    http://www.kamov.net/russian-aircraft/sukhoi-pt-7/


    http://www.kamov.net/russian-aircraft/sukhoi-pt-8-4/


    http://www.ctrl-c.liu.se/misc/ram/t-3.html


    http://www.ctrl-c.liu.se/misc/ram/pt-7.html


    http://www.ctrl-c.liu.se/misc/ram/pt-8.html


    http://www.ctrl-c.liu.se/misc/ram/t-43.html


    http://q-zon-fighterplanes.com/fighter-jets-in-action/fighters-ussrrussia/ussr-russia-v/


    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/xplane/t3.html&prev=search
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer