Supermarine Seafire

Rappels

  • Catégorie : Avion embarqué
  • Constructeur : Supermarine drapeau du pays
  • Premier vol : 1942
  • Production : 2334 appareils construits (cellules neuves)
  • Voir aussi… : Supermarine Spitfire

Historique

C'est en mai 1938, alors que le premier Spitfire de série venait de voler, que l'Amirauté s'intéressa à une version embarquée de ce chasseur. Des pourparlers avec Fairey échouèrent sans qu'on sache trop pourquoi. L'idée refit son chemin en octobre 1939, lorsque Joseph Smith est chargé d'adapter une crosse d'appontage sur un Spitfire. Celui-ci vole le 16 octobre et des dessins plus complets, avec ailes repliables, sont bientôt montrés à la Fleet Air Arm. Celle-ci commande 50 exemplaires le 29 février 1940.

Celle-ci fut annulée par Churchill lui-même, lui préférant… le Fulmar. Churchill avait parfois des idées géniales, mais beaucoup étaient catastrophiques. Son idée d'annuler la commande de Seafire se classe dans la dernière catégorie, les Fulmar et autres remplaçants n'étant pas à la hauteur.

Fin 1941, fut prise la décision de convertir 48 Spitfire Vb en leur adjoignant une crosse d'appontage et un point d'accroche pour catapultage. Ils furent désignés Seafire Ib (Seafire étant une contraction de la désignation officielle Sea Spitfire) et furent les premiers à entrer en service. Elle fut surtout utilisée pour l'entraînement, et la familiarisation avec le Spitfire sur porte-avions. La structure du fuselage fut renforcée. 118 autres exemplaires suivirent, avec des différences au niveau des radios et de l'instrumentation de bord. Les tests embarqués commencèrent sur l'Illustrious le 10 février 1942. Il fut engagé par le squadron 801 à bord du Fµrious, d'octobre 1942 à septembre 1944.

Les Seafire furent engagés pour la première fois lors de l'opération Torch. Ils participèrent également au débarquement en Sicile en 1943, à celui en Provence en 1944, où ils affrontèrent victorieusement les Fw-190. Ils furent surtout déployés dans le Pacifique, fin 1944. Ils servaient à patrouiller au-dessus de la flotte, et à intercepter les kamikazes. 2000 exemplaires furent livrés à la Fleet Air Arm avant la fin de la guerre.



Les versions propulsées par des moteurs Griffon remplacèrent celles pourvues de moteur Merlin après la guerre. Il s'ensuivit une très nette amélioration des performances. Lors de la guerre de Corée, ils accomplirent des missions de patrouille et d'attaque au sol avant d'être relevés par des Sea Fury. Ils y accomplirent 360 missions opérationnelles, pour 2 pertes : l'un à cause d'un tir ami venant d'un B-29, l'autre par accident à l'atterrissage. Cependant, il s'avéra fragile pour les opérations embarquées. Il fut déployé lors de l'insurrection en Malaisie. Il fut également utilisé par la marine française en Indochine, par l'Irlande et la marine canadienne.

Versions

Sur le forum…

  • Seafire F17 (erreur dans ta fiche, pas un F18)
    le plus abouti des Seafire, construit à 232 exemplaires
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • C'est en mai 1938, alors que le premier Spitfire de série venait de voler, que l'Amirauté s'intéressa à une version embarquée de ce chasseur. Des pourparlers avec Fairey échouèrent sans qu'on sache trop pourquoi. L'idée refit son chemin en octobre 1939, lorsque Joseph Smith est chargé d'adapter une crosse d'appontage sur un Spitfire. Celui-ci vole le 16 octobre et des dessins plus complets, avec ailes repliables, sont bientôt montrés à la Fleet Air Arm. Celle-ci commande 50 exemplaires le 29 février 1940.

    Celle-ci fut annulée par Churchill lui-même, lui préférant… le Fulmar. Churchill avait parfois des idées géniales, mais beaucoup étaient catastrophiques. Son idée d'annuler la commande de Seafire se classe dans la dernière catégorie, les Fulmar et autres remplaçants n'étant pas à la hauteur.

    Fin 1941, fut prise la décision de convertir 48 Spitfire Vb en leur adjoignant une crosse d'appontage et un point d'accroche pour catapultage. Ils furent désignés Seafire Ib (Seafire étant une contraction de la désignation officielle Sea Spitfire) et furent les premiers à entrer en service. Elle fut surtout utilisée pour l'entraînement, et la familiarisation avec le Spitfire sur porte-avions. La structure du fuselage fut renforcée. 118 autres exemplaires suivirent, avec des différences au niveau des radios et de l'instrumentation de bord. Les tests embarqués commencèrent sur l'Illustrious le 10 février 1942. Il fut engagé par le squadron 801 à bord du Fµrious, d'octobre 1942 à septembre 1944.

    Les Seafire furent engagés pour la première fois lors de l'opération Torch. Ils participèrent également au débarquement en Sicile en 1943, à celui en Provence en 1944, où ils affrontèrent victorieusement les Fw-190. Ils furent surtout déployés dans le Pacifique, fin 1944. Ils servaient à patrouiller au-dessus de la flotte, et à intercepter les kamikazes. 2000 exemplaires furent livrés à la Fleet Air Arm avant la fin de la guerre.

    Les versions propulsées par des moteurs Griffon remplacèrent celles pourvues de moteur Merlin après la guerre. Il s'ensuivit une très nette amélioration des performances. Lors de la guerre de Corée, ils accomplirent des missions de patrouille et d'attaque au sol avant d'être relevés par des Sea Fury. Ils y accomplirent 360 missions opérationnelles, pour 2 pertes : l'un à cause d'un tir ami venant d'un B-29, l'autre par accident à l'atterrissage. Cependant, il s'avéra fragile pour les opérations embarquées. Il fut déployé lors de l'insurrection en Malaisie. Il fut également utilisé par la marine française en Indochine, par l'Irlande et la marine canadienne.



    Versions :

    Le Seafire F.IIc, basé sur le Spitfire Vc, fut construit neuf et doté d'un Merlin 46. Il fut également décliné en FR.II de reconnaissance (2 caméras F24) et en LF.II (ce dernier étant doté d'un moteur Merlin 32 de 1585 hp spécialement conçu pour l'usage en mer et la basse altitude). 372 exemplaires furent construits. Il se montra supérieur au A6M5 Zero en basse altitude, mais moins robuste et moins puissant que le F6F ou le F4U.

    Ils furent suivis par 30 Seafire III (Hybrid), qui étaient dépourvus d'ailes repliables. Bien que conçus pour être embarqués, les ascenseurs étaient trop petits pour eux.

    Le Seafire F.III fut le premier Spitfire conçu dès le départ pour être navalisé. Dérivé du Seafire IIc, il était motorisé par le Merlin 55 (F.III et FR.III) ou 55M (LF.III). 1220 exemplaires furent construits. En 1947, 12 exemplaires dénavalisés furent vendus à l'Irlande. 65 furent reçus par la marine française à partir de mars 1946. Ils équipèrent les flottilles 1F et 12F. 24 furent déployés sur l'Arromanches et furent engagés lors de la guerre d'Indochine. Ils accomplirent des missions d'attaque au sol jusqu'en janvier 1949.

    La version qui suivit fut le Seafire F.XV, doté d'un moteur Griffon VI de 1850 hp, d'un turbopropulseur et d'une verrière en goutte d'eau. Il fut conçu en réponse à la spécification N.4/43, qui réclamait un F.XII navalisé. Le F.XV fut en réalité la combinaison de la cellule du Seafire III avec l'aile du Spitfire VIII. 6 prototypes furent construits par Supermarine, et 390 exemplaires à partir de la fin 1944. La marine canadienne utilisa les siens jusqu'en 1948. La marine française en utilisa brièvement 15, remplaçant les Seafire III et remplacés par les F6F Hellcat dès 1950.

    Le Seafire F.XVIII était un Seafire XV modifié. Son train d'atterrissage en particulier avait été renforcé. 232 exemplaires furent construits.

    Les Seafire F.45 et FR.45 utilisaient un moteur de la série Griffon 60, avec un turbocompresseur à deux étages. Le prototype était un Spitfire F.21 modifié. Il s'agissait à l'origine d'une version d'intérim, dépourvue d'ailes repliables. Il entra en service au sein du squadron 778 en novembre 1946. 50 exemplaires furent construits, dont une poignée de FR.45 pourvus de 2 caméras F24.

    Le Seafire F.46 (et FR.46) était un Spitfire 22 navalisé. L'aile, une fois encore, n'était pas repliable. Le système électrique passait du 12 au 24 volts. En avril 1947, décision fut prise de remplacer les Griffon 64 ou 64 par des Griffon 85 ou 87. Sur 200 exemplaires commandés, seuls 24 furent construits.

    La version ultime fut le Seafire F.47 (et FR.47). Il n'y eut pas de véritable prototype et les deux premiers exemplaires de série servirent aux tests. 90 exemplaires furent construits, et furent les derniers de la famille du Spitfire. Ils furent engagés lors de l'insurrection malaise en 1949 et de la guerre de Corée en 1950. En 1951, tous les Seafire furent retirés du service.



    http://fr.wikipedia.org/wiki/Supermarine_Seafire


    http://www.avionslegendaires.net/supermarine-seafire.php


    http://jn.passieux.free.fr/html/Seafire.php


    <!– l –><a class="postlink-local" href="http://forum.aviationsmilitaires.net/viewtopic.php?p=18532#p18532
    ">viewtopic.php?p=18532#p18532</a><!– l –>

    http://en.wikipedia.org/wiki/Supermarine_Seafire


    http://www.aviastar.org/air/england/supermarine_seafire.php
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer