NRIST S-200

Rappels

  • Catégorie : Drone
  • Constructeur : NRIST drapeau du pays

Historique

L’institut de recherche NRIST (Nanjing Research Institute of Simulation Technology), à Nanjing en Chine, développe de nombreux drones. Une série, qui est constituée de drones-cibles destinés à l’entrainement au pointage des troupes antiaériennes, est désignée par la lettre "S" suivie d’un chiffre qui correspond à la vitesse en mètres/secondes à laquelle le drone vole durant les exercices de simulation.

Le drone S-200, développé par NRIST (Nanjing Research Institute of Simulation Technology), est propulsé par un turboréacteur. Il est muni d’ailes médianes en flèche et d’un empennage bidérive en "V". L’entrée d’air du turboréacteur est située au-dessus du fuselage. Il décolle depuis une rampe, grâce à un moteur fusée d’appoint.

Ses performances et ses caractéristiques de vol, de même que différents systèmes intégrés capables de modifier sa signature radar et IR, lui permettent de simuler un chasseur ou un missile de croisière volant à vitesse subsonique. Il peut être guidé à distance par un opérateur au sol grâce à une balise GPS, mais il peut également voler de façon autonome, à basse ou moyenne altitude, après la programmation d’un parcours choisi avant son envol.

Le S-200 est utilisé pour l’entraînement au pointage des unités anti-aériennes utilisant des canons de petits et moyens calibres, ainsi que des missiles à courte portée par l’Armée Populaire de Libération (APL) et par la Marine chinoise (MAPL). Cette dernière fait décoller ses S-200 à partir de rampes situées sur des bâtiments de surface.


Texte de Jéricho, avec son aimable autorisation.

Pays utilisateurs

Versions

  • NRIST S-200 : Drone-cible chinois des années 2000, utilisé pour simuler un missile de croisière.
  • NRIST S-200J : Version capable de manoeuvres à fort facteur de charge.
  • NRIST S-200W : Version plus petite du S-200. Uniquement utilisée comme cible et non capable de reconnaissance.
Longueur Envergure Masse maxi au décollage Plafond opérationnel Vitesse de croisière Vitesse maximum Rayon d'action Endurance maximale Charge utile
NRIST S-200W3,1 m (10,171 ft)1,4 m (4,59 ft)75 kg (165 lbs)9 100 m (29 856 ft)600 km/h (373 mph, 324 kts)720 km/h (447 mph, 389 kts)50 km (31 mi, 27 nm)1 h
NRIST S-20090 kg (198 lbs)6 000 m (19 685 ft)720 km/h (447 mph, 389 kts)50 km (31 mi, 27 nm)0 h8 kg (18 lbs)

Sur le forum…

  • Cinétic a écrit

    Oui, Jericho, justement, aux USA il y a QF-4 / QF-16 et les cibles remorquées (sur Alphajet en France) qui tend à me faire penser que la bonne échelle pour faire un test ou un entrainement, c'est quand 1 cm correspond à 10mm.
    Mais ces cibles (remorquées ou non) sont déjà utilisées dès les premiers entrainement de pointage (sans munition, juste pour prendre l'habitude de suivre une cible)? Il faut avoir un sacré budget pour se le permettre, mais si c'est le cas, tant mieux pour ces armées.
    Quand à la bonne échelle, je suis tout à fait d'accord pour autant qu'on en ait les moyens. ;)
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Jericho a écrit

    Tout ce que je sais, c'est que d'autres pays utilisent ce genre d'appareil pour entraîner au pointage.
    En Suisse, je sais qu'ils utilisent le KZD 85 et ce n'est qu'après avoir réussi cette première partie de leur formation que les soldats peuvent ensuite passer au tir réel sur des cibles tractées par des avions (en l’occurrence des PC-9). Mais là aussi, les cibles tractées ne sont pas de même taille et ne se déplacent pas à la même vitesse qu'un avion réel. Par contre, je ne sais pas si en France ou dans les autres pays occidentaux ils s'entraînent directement à pointer des cibles de la taille de chasseurs-bombardiers. :interr:
    Oui, Jericho, justement, aux USA il y a QF-4 / QF-16 et les cibles remorquées (sur Alphajet en France) qui tend à me faire penser que la bonne échelle pour faire un test ou un entrainement, c'est quand 1 cm correspond à 10mm.
    Mieux vaut poser une question et avoir l' air idiot 5 minutes que de se taire et de le rester.Le meilleur bretteur au monde ne craint point son dauphin, il craint le pire bretteur au monde, parce ce qu' il est incapable de deviner ce que cet imbécile va faire.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Tout ce que je sais, c'est que d'autres pays utilisent ce genre d'appareil pour entraîner au pointage.
    En Suisse, je sais qu'ils utilisent le KZD 85 et ce n'est qu'après avoir réussi cette première partie de leur formation que les soldats peuvent ensuite passer au tir réel sur des cibles tractées par des avions (en l’occurrence des PC-9). Mais là aussi, les cibles tractées ne sont pas de même taille et ne se déplacent pas à la même vitesse qu'un avion réel. Par contre, je ne sais pas si en France ou dans les autres pays occidentaux ils s'entraînent directement à pointer des cibles de la taille de chasseurs-bombardiers. :interr:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Jericho a écrit

    J'ai pensé la même chose, mais en y réfléchissant, ce sont des cibles volantes destinées à entraîner le pointage des armes anti-aériennes. Par conséquent, je pense que ce qui compte surtout c'est le déplacement en °/s. De plus, comme la plupart de ce type d'engins, ils sont trop petits pour être pointés à plusieurs km, par conséquent j'imagine (peut-être à tors) qu'un S-45 volant à 160km/h à 300m de la position de tir pourrait simuler un avion volant à 960km/h à 1'800m de distance, non? :interr:

    Mais si tu t'entraines sur une cible de mauvaise taille, à la mauvaise distance et à la mauvaise vitesse, tu risques fortement d'apprendre à tirer à coté d'un avion de chasse réel. La déflexion, balistique et anticipation de trajectoire auxquels tu seras habitué seront inadaptées pour ce type de cible.
    Peut-être que c'est simplement du à une question de moyens/finance et qu'il ne pouvaient pas faire mieux avec si peu, malgré tout c'est toujours mieux que rien, j'imagine.
    Mieux vaut poser une question et avoir l' air idiot 5 minutes que de se taire et de le rester.Le meilleur bretteur au monde ne craint point son dauphin, il craint le pire bretteur au monde, parce ce qu' il est incapable de deviner ce que cet imbécile va faire.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Cinétic a écrit

    Je suis quand même dubitatif sur les S-45/70/90 sensés simuler des avions de chasse alors que leur vitesse max a du mal à atteindre la vitesse de décrochage d'un chasseur. Par contre pour simuler un hélico, pourquoi pas.
    J'ai pensé la même chose, mais en y réfléchissant, ce sont des cibles volantes destinées à entraîner le pointage des armes anti-aériennes. Par conséquent, je pense que ce qui compte surtout c'est le déplacement en °/s. De plus, comme la plupart de ce type d'engins, ils sont trop petits pour être pointés à plusieurs km, par conséquent j'imagine (peut-être à tors) qu'un S-45 volant à 160km/h à 300m de la position de tir pourrait simuler un avion volant à 960km/h à 1'800m de distance, non? :interr:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je suis quand même dubitatif sur les S-45/70/90 sensés simuler des avions de chasse alors que leur vitesse max a du mal à atteindre la vitesse de décrochage d'un chasseur. Par contre pour simuler un hélico, pourquoi pas.
    Mieux vaut poser une question et avoir l' air idiot 5 minutes que de se taire et de le rester.Le meilleur bretteur au monde ne craint point son dauphin, il craint le pire bretteur au monde, parce ce qu' il est incapable de deviner ce que cet imbécile va faire.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    La fiche sur le site
    Merci Clansman!
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Et le dernier de la série, du moins pour le moment… :mrgreen:


    NRIST S-400 :

    Drone-cible chinois des années 2010, utilisé pour simuler un avion de combat supersonique.

    La série de drone "S" du NRIST (Nanjing Research Institute of Simulation Technology), à Nanjing en Chine, est conçue pour permettre l’entrainement des troupes antiaériennes au pointage sur des cibles volantes. Leur désignation est composée de la lettre "S" suivie d’un chiffre qui correspond à la vitesse en mètres/secondes à laquelle le drone vole durant les exercices de simulation.

    Développé par NRIST (Nanjing Research Institute of Simulation Technology) au début des années 2010, le S-400 est présenté pour la première fois en public en juillet 2014, lors de la 5ème exposition sur les drones organisée à Beijing.

    Sa configuration est proche de celle d’un missile air-air, avec un fuselage cylindrique très allongé. Il est propulsé par deux étages de moteurs-fusées, le premier lui permettant d’atteindre sa vitesse de croisière de 400m/s soit environ Mach 1,2, et le deuxième pour maintenir la vitesse durant le vol. La stabilisation et le contrôle sont garantis par trois séries d’empennages cruciformes : une série de plus petite taille près du nez, une seconde série à l’arrière du drone et une troisième sur l’étage propulsif. Il peut être guidé jusqu’à 50km de la station de contrôle.

    Destiné à simuler le vol d’avion de combat ou de missiles supersoniques auprès des troupes anti-aériennes de l’Armée Populaire de Libération, il peut également être utilisé par les forces aériennes (FAAPL/PLAAF) ou la Marine (MAPL/PLAN). Pour l’instant, en 2018, aucune information ne laisse à penser qu’il soit déjà en service.


    Caractéristiques et performances :
    Equipage : 0
    Masse au décollage : 150kg
    Vitesse de croisière : 1’440km/h (400m/s)
    Rayon d’action : 50km
    Distance franchissable : 20km


    Utilisateurs militaires :
    Chine : en service au sein de l’APL et de la Force aérienne (PLAAF)


    Liens internet :
    https://en.wikipedia.org/wiki/NRIST_S-series_UAV

    https://en.wikipedia.org/wiki/NRIST_S-70_series_UAV#S-70

    http://www.nrist.com/en/pro/detail.asp?ID=118#pro01

    http://www.nrist.com/en/pro/detail.asp?ID=119#pro01

    http://forummarine.forumactif.com/t6080p45-aviation-drones-drones-de-combat-chinois
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci Clansman!

    En effet, j'ai oublié de changer mes sources… :roll:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer