Fiat CR.20

Rappels

  • Catégorie : Avion de combat
  • Constructeur : Fiat drapeau du pays
  • Premier vol : 19 juin 1926
  • Missions : Chasse, Entraînement, Reconnaissance, Transport VIP et liaison

Historique

Après avoir mis au point le chasseur sesquiplan CR.1 et ses dérivés CR.5 et CR.10, l’ingénieur Celestino Rosatelli de la Fiat Aviazione travaille sur un nouvel appareil désigné CR.20. Les lettres de cette désignation faisant références au type d’appareil (caccia / chasseur) et au nom du concepteur et le chiffre au numéro du projet.

Comparés aux précédents modèles de cet ingénieur, la structure de l’appareil est désormais presque entièrement métallique. Le fuselage est protégé à l’avant par des plaques métalliques, alors que l’arrière et les ailes sont recouvertes de toile peinte. Le moteur, un Fiat A20 de 12 cylindres en V offrant 410 ch, est refroidit grâce à un radiateur installé au-dessus du moyeu de l’hélice. Cette dernière, bipale, est fabriquée en bois. Les ailes sont de type sesquiplan traditionnel, contrairement aux ailes des modèles CR.1 et dérivés qui avaient les plans supérieurs plus courts que les inférieurs. Les plans sont reliés entre eux par des entretoises de type Warren. L’empennage est de type conventionnel. Le poste de pilotage, protégé par un pare-brise, est situé au niveau du bord de fuite de l’aile supérieure, dans laquelle une découpe est faite pour améliorer la visibilité du pilote vers le haut. Le train d’atterrissage est de type classique, avec un patin à l’arrière. Le réservoir de carburant principal, d’un volume de 282 litres, est installé à la verticale du centre de gravité et peut être largué en cas d’incendie. Un réservoir de secours de 22 litres, protégé par un blindage, est situé entre les deux ailes. L’armement est constitué de deux mitrailleuses Vickers de 7,7mm synchronisées tirant au travers du disque de l’hélice. Elles sont munitionnées de 500 cartouches chacune. L’appareil est également équipé d’une photo-mitrailleuse permettant de visualiser les résultats du tir.  

Le CR.20 peut également être équipé d’une caméra argentique de type OMI, au format 13x18, muni d’un dispositif capable de régler les intervalles de prises de vue.

Le premier vol est effectué le 19 juin 1926. Par la suite, il est présenté au Salon du Bourget à Paris où il suscite l’intérêt du public. En effet, à l’époque le CR.20 est un appareil moderne dont la seule caractéristique un peu dépassée est l’usage d’un essieu reliant les deux roues du train d’atterrissage avant. Il entre en service en 1927 dans la Regia Aeronautica, puis dans plusieurs autres forces aériennes.  

Une version hydravion est développée ensuite. Malheureusement, les flotteurs diminuent la maniabilité de l’appareil, ainsi que ses performances. 46 exemplaires ont été construits, 23 par Macchi et les 23 autres par CMASA (Costruzioni Meccaniche Aeronautiche).

En 1930, une version modernisée est mise en service. Désignée CR.20bis, elle est munie d’un train avant complètement redessiné avec des roues indépendantes équipées de freins hydropneumatiques et d’amortisseurs. Certains sont motorisés par des Fiat A.20 AQ (Alta Quota) permettant de meilleures performances en altitude.

Une version biplace pour la formation et l'entraînement est également construite sous l’appellation CR.20B. Ces appareils sont aussi utilisés comme avions de liaison.

Pour finir, 204 exemplaires de la version CR.20 Asso sont construits en 1931 et 1932 par Macchi et CMASA (Costruzioni Meccaniche Aeronautiche). Ils sont motorisés par un Isotta Fraschini Asso Caccia de 480 ch (353 kW) et équipés d’un nouveau pare-brise plus aérodynamique et d’empennages horizontaux modifiés. Ces améliorations permettent des performances et une maniabilité supérieure par rapport au CR20bis.

En plus de l’Italie, des CR.20 ont été en service dans des forces armées de sept autres pays. L’Autriche en a utilisés 36 qui sont ensuite intégrés à la Luftwaffe allemande après l’Anschluss en 1938. L’Espagne a utilisé 6 exemplaires, la Hongrie et la Lituanie 16 chacune, la Pologne 4 et le Paraguay 6 exemplaire qu’il utilisera durant la guerre du Gran Chaco. 


Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Fiat CR.20 : Version initiale motorisée par un Fiat A.20 V 12 ; construite à environ 250 exemplaires.
  • Fiat CR.20 Asso : Aussi désigné CR Asso. Version améliorée équipée d'un moteur Isotta Fraschini Asso Caccia de 480 cv (353 kW) ; 204 exemplaires produits par Macchi et CMASA (Costruzioni Meccaniche Aeronautiche) en 1931 et 1932.
  • Fiat CR.20 Idro : Version hydravion, l’installation des flotteurs diminue ses performances et sa maniabilité ; construits à 46 exemplaires, soit 23 par Macchi et 23 autres par CMASA (Costruzioni Meccaniche Aeronautiche).
  • Fiat CR.20B : Version biplace des CR20 et CR20bis utilisée pour l'entraînement et comme avion de liaison.
  • Fiat CR.20bis : Version modernisée avec un train avant constitué de deux roue indépendantes équipées de freins hydropneumatiques et d’amortisseurs. Produit à 235 exemplaires à partir de 1930, mis en service la même année.
  • Fiat CR.20bis AQ : Exemplaires de CR.20bis équipé d’un moteur Fiat A.20 AQ (Alta Quota) permettant de meilleures performances en altitude et une vitesse ascensionnelle plus importante.

Sur le forum…

  • La fiche sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Fiat CR.20 :

    Chasseur sesquiplan italien des années 1920, monoplace et monomoteur.

    Après avoir mis au point le chasseur sesquiplan CR.1 et ses dérivés CR.5 et CR.10, l’ingénieur Celestino Rosatelli de la Fiat Aviazione travaille sur un nouvel appareil désigné CR.20. Les lettres de cette désignation faisant références au type d’appareil (caccia / chasseur) et au nom du concepteur et le chiffre au numéro du projet.

    Comparés aux précédents modèles de cet ingénieur, la structure de l’appareil est désormais presque entièrement métallique. Le fuselage est protégé à l’avant par des plaques métalliques, alors que l’arrière et les ailes sont recouvertes de toile peinte. Le moteur, un Fiat A20 de 12 cylindres en V offrant 410 ch, est refroidit grâce à un radiateur installé au-dessus du moyeu de l’hélice. Cette dernière, bipale, est fabriquée en bois. Les ailes sont de type sesquiplan traditionnel, contrairement aux ailes des modèles CR.1 et dérivés qui avaient les plans supérieurs plus courts que les inférieurs. Les plans sont reliés entre eux par des entretoises de type Warren. L’empennage est de type conventionnel. Le poste de pilotage, protégé par un pare-brise, est situé au niveau du bord de fuite de l’aile supérieure, dans laquelle une découpe est faite pour améliorer la visibilité du pilote vers le haut. Le train d’atterrissage est de type classique, avec un patin à l’arrière. Le réservoir de carburant principal, d’un volume de 282 litres, est installé à la verticale du centre de gravité et peut être largué en cas d’incendie. Un réservoir de secours de 22 litres, protégé par un blindage, est situé entre les deux ailes. L’armement est constitué de deux mitrailleuses Vickers de 7,7mm synchronisées tirant au travers du disque de l’hélice. Elles sont munitionnées de 500 cartouches chacune. L’appareil est également équipé d’une photo-mitrailleuse permettant de visualiser les résultats du tir.

    Le CR.20 peut également être équipé d’une caméra argentique de type OMI, au format 13x18, muni d’un dispositif capable de régler les intervalles de prises de vue.

    Le premier vol est effectué le 19 juin 1926. Par la suite, il est présenté au Salon du Bourget à Paris où il suscite l’intérêt du public. En effet, à l’époque le CR.20 est un appareil moderne dont la seule caractéristique un peu dépassée est l’usage d’un essieu reliant les deux roues du train d’atterrissage avant. Il entre en service en 1927 dans la Regia Aeronautica, puis dans plusieurs autres forces aériennes.

    Une version hydravion est développée ensuite. Malheureusement, les flotteurs diminuent la maniabilité de l’appareil, ainsi que ses performances. 46 exemplaires ont été construits, 23 par Macchi et les 23 autres par CMASA (Costruzioni Meccaniche Aeronautiche).

    En 1930, une version modernisée est mise en service. Désignée CR.20bis, elle est munie d’un train avant complètement redessiné avec des roues indépendantes équipées de freins hydropneumatiques et d’amortisseurs. Certains sont motorisés par des Fiat A.20 AQ (Alta Quota) permettant de meilleures performances en altitude.

    Une version biplace pour la formation et l'entraînement est également construite sous l’appellation CR.20B. Ces appareils sont aussi utilisés comme avions de liaison.

    Pour finir, 204 exemplaires de la version CR.20 Asso sont construits en 1931 et 1932 par Macchi et CMASA (Costruzioni Meccaniche Aeronautiche). Ils sont motorisés par un Isotta Fraschini Asso Caccia de 480 ch (353 kW) et équipés d’un nouveau pare-brise plus aérodynamique et d’empennages horizontaux modifiés. Ces améliorations permettent des performances et une maniabilité supérieure par rapport au CR20bis.

    En plus de l’Italie, des CR.20 ont été en service dans des forces armées de sept autres pays. L’Autriche en a utilisés 36 qui sont ensuite intégrés à la Luftwaffe allemande après l’Anschluss en 1938. L’Espagne a utilisé 6 exemplaires, la Hongrie et la Lituanie 16 chacune, la Pologne 4 et le Paraguay 6 exemplaire qu’il utilisera durant la guerre du Gran Chaco.


    Versions :
    CR.20 : Version initiale motorisée par un Fiat A.20 V 12 ; construite à environ 250 exemplaires.

    CR.20 Idro : Version hydravion, l’installation des flotteurs diminue ses performances et sa maniabilité ; construits à 46 exemplaires, soit 23 par Macchi et 23 autres par CMASA (Costruzioni Meccaniche Aeronautiche).

    CR.20bis : Version modernisée avec un train avant constitué de deux roue indépendantes équipées de freins hydropneumatiques et d’amortisseurs. Produit à 235 exemplaires à partir de 1930, mis en service la même année.

    CR.20bis AQ : Exemplaires de CR.20bis équipé d’un moteur Fiat A.20 AQ (Alta Quota) permettant de meilleures performances en altitude et une vitesse ascensionnelle plus importante.

    CR.20B : Version biplace des CR20 et CR20bis utilisée pour l'entraînement et comme avion de liaison.

    CR.20 Asso : Aussi désigné CR Asso. Version améliorée équipée d'un moteur Isotta Fraschini Asso Caccia de 480 cv (353 kW) ; 204 exemplaires produits par Macchi et CMASA (Costruzioni Meccaniche Aeronautiche) en 1931 et 1932.
    La puissance supérieure de son moteur, la plus grande surface des empennages horizontaux et un nouveau pare-brise plus aérodynamique permet d’améliorer les performances et la maniabilité par rapport CR20bis.


    Utilisateurs militaires :
    Allemagne : 16 CR.20bis, 16 CR.20bisAQ 4 CR20B au sein de la Luftwaffe comme avions d’entrainement, intégrés de la Luftwaffen Kommando Österreich après l’Anschluss en 1938.

    Autriche : La Luftwaffen Kommando Österreich exploite 16 CR.20bis, 16 CR.20bisAQ 4 CR20B ; après l'Anschluss ils sont intégrés au sein de la Luftwaffe comme avions d’entrainement.

    Espagne : 6 exemplaires.

    Hongrie : 16 exemplaires, dont quelques biplaces, au sein de la Magyar Királyi Honvéd Légierő à partir de 1932, remplacés à partir de 1935.

    Italie : Plusieurs versions utilisées par la Regia Aeronautica comme chasseur, attaque au sol, entrainement et voltige. À partir de 1927 jusqu’à la fin des années 1930.

    Lituanie : 16 exemplaires achetés en 1928, 7 CR.20 lituaniens encore en service en 1940.

    Paraguay : 6 CR.20bis entre 1932 et 1935.

    Pologne : 4 exemplaires.


    Caractéristiques et performances du CR.20bis :
    Equipage : 1
    Longueur : 6,71 m
    Envergure : 9,80 m
    Hauteur : 2,79 m
    Surface alaire : 25,50 m2
    Masse à vide : 970 kg
    Masse maximale au décollage : 1390 kg
    Moteurs : un Fiat A.20 V 12 de 410 ch
    Vitesse max basse altitude : 239km/h
    Plafond opérationnel : 8500 m
    Endurance : 2h30
    Distance de décollage : 180 m
    Distance d’atterrissage : 200 m
    Armement : 2 mitrailleuses Vickers de 7,7mm



    Liens internet :
    https://it.wikipedia.org/wiki/Fiat_C.R.20

    http://www.historyofwar.org/articles/weapons_fiat_cr20.html

    http://www.histaviation.com/Fiat_CR_20.html

    https://austria-forum.org/af/AustriaWiki/Fiat_CR.20
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer