Caproni Ca.53

Rappels

  • Catégorie : Prototype
  • Constructeur : Caproni drapeau du pays
  • Premier vol : 1918
  • Lancement du projet : 1917
  • Production : 1 appareils construits (cellules neuves)
  • Missions : Attaque au sol, Bombardement, Observation, Reconnaissance

Historique

En 1917, la direction technique de l’aviation militaire du Regio Esercito (armée royale d’Italie) demande un avion rapide capable d’effectuer des missions de reconnaissance au-dessus du territoire ennemi, ainsi que des missions de bombardement. Cet appareil doit être capable d’emporter 400 kg de bombes à 200km/h.

Giovanni Battista Caproni dessine un avion avec un fuselage classique, de section rectangulaire, dont la structure en bois est recouverte de plaques de contreplaqué pour permettre des surfaces rigides. À l’avant, le moteur entraîne une hélice quadripale en bois à pas fixe. L’équipage est constitué d’un pilote à l’avant et d’un mitrailleur sur la place arrière. L’empennage est de type conventionnel. Le train d’atterrissage classique est fixe. Les ailes sont de type triplan, maintenues par des câbles et des mâts pleins pour une meilleure résistance, ce qui devrait lui permettre d’effectuer également des missions de chasse. La taille compacte de cet appareil, par rapport aux gros bombardiers triplan type Ca.40 et dérivés, lui a valu le surnom de "triplanino" (petit triplan).

L’armement d’autodéfense est constitué de deux mitrailleuses Lewis de 7,7mm. Une de ces arme est installée de façon conventionnelle, alors qu’une autre est installée dans une tourelle au-dessous du fuselage. Les bombes sont installées dans une soute interne dans le fuselage.

Plusieurs innovations, brevetées par Gianni Caproni lui-même, sont intégrées à l’appareil. Parmi celles-ci, on peut citer le réservoir de carburant largable en cas d’incendie à bord, ainsi qu’un dispositif mécanique intégré sur le train principal qui, au moment où l'avion entre en contact avec le sol lors à l'atterrissage, pousse l’essieux des roues vers l’avant pour éviter un éventuel renversement de l’appareil.

Le prototype, désigné par la société Caproni Ca.53, est achevé en 1918 et effectue son premier vol quelques jours plus tard depuis l'aérodrome de Taliedo. Rapidement, plusieurs pays étrangers sont intéressés, notamment les forces armées américaines et britanniques.

Un des points les plus problématique, c’est le choix du moteur dont certains modèles ne sont plus disponibles à cause de la guerre. C’est d’abord un moteur Liberty L-12 de 450ch, puis un Franco Tosi FT.V.12 de 420ch qui sont testés, mais leurs puissances ne permettent pas d’atteindre les 200 km/h demandés. Caproni essaie également d’obtenir un Fiat A.14 qui, avec ses 700ch, devrait permettre à son Ca.53 d’atteindre les 240 km/h, malheureusement ces moteurs sont tous envoyés équiper les bombardiers en cours de livraison.

Devant ces difficultés à se procurer les moteurs nécessaires et l’obligation d’engager un maximum de son personnel à la construction de ses bombardiers lourds trimoteurs, Gianni Caproni abandonne le Ca.53 quelques semaines avant la fin de la guerre.

Quelques mois plus tard, alors que le conflit est terminé, il reprend le dessin de la cellule du Ca.53 pour étudier deux nouvelles versions : les Ca.54 et Ca.55. La première est destinée à l’usage civil, avec l’installation dans le fuselage d’une cabine fermée destinée au transport de passagers. La seconde est un hydravion muni d’un flotteur central. Mais aucune de ces deux versions n’ont été construite.

Le prototype du Ca.53 est actuellement visible au Musée Caproni.

Versions

  • Caproni Ca.54 : Projet d’une version civile de transport pouvant transporter jusqu’à quatre passagers.
  • Caproni Ca.55 : Projet d’une version hydravion munie d’un flotteur central et de flotteurs en bouts d’ailes.

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 2 400 kg (5 291 lbs)
  • Masse à vide : 1 600 kg (3 527 lbs)
  • Surface alaire : 65 m² (700 sq. ft)
  • Hauteur : 3,86 m (12,664 ft)
  • Envergure : 14,3 m (46,916 ft)
  • Longueur : 9,23 m (30,282 ft)

Équipage

  • Équipage : 2

Performances

  • Vitesse de croisière : 175 km/h (109 mph, 94 kts)
  • Vitesse maximale BA : 190 km/h (118 mph, 103 kts)
  • Rapport puissance/masse maxi au décollage : 0.12 kW/kg
  • Charge alaire maxi au décollage : 36.92 kg/m²
  • Rapport puissance/masse à vide : 0.19 kW/kg
  • Charge alaire à vide : 24.62 kg/m²

Motorisation

  • 1 × moteur à cylindres en v Liberty L-12 de 298 kW (406 ch, 400 hp)

Armement

  • Charge militaire : 400 kg (882 lbs) bombes et grenades diverses
Armement fixe
  • 2 × mitrailleuses BSA Lewis 1911 de 7,7 mm (0,3 in) dont une en tourelle sous le fuselage

Sur le forum…

  • La fiche sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Prototype d’avion italien des années 1910, destiné au bombardement léger et à la reconnaissance.

    En 1917, la direction technique de l’aviation militaire du Regio Esercito (armée royale d’Italie) demande un avion rapide capable d’effectuer des missions de reconnaissance au-dessus du territoire ennemi, ainsi que des missions de bombardement. Cet appareil doit être capable d’emporter 400 kg de bombes à 200km/h.

    Giovanni Battista Caproni dessine un avion avec un fuselage classique, de section rectangulaire, dont la structure en bois est recouverte de plaques de contreplaqué pour permettre des surfaces rigides. À l’avant, le moteur entraîne une hélice quadripale en bois à pas fixe. L’équipage est constitué d’un pilote à l’avant et d’un mitrailleur sur la place arrière. L’empennage est de type conventionnel. Le train d’atterrissage classique est fixe. Les ailes sont de type triplan, maintenues par des câbles et des mâts pleins pour une meilleure résistance, ce qui devrait lui permettre d’effectuer également des missions de chasse. La taille compacte de cet appareil, par rapport aux gros bombardiers triplan type Ca.40 et dérivés, lui a valu le surnom de "triplanino" (petit triplan).

    L’armement d’autodéfense est constitué de deux mitrailleuses Lewis de 7,7mm. Une de ces arme est installée de façon conventionnelle, alors qu’une autre est installée dans une tourelle au-dessous du fuselage. Les bombes sont installées dans une soute interne dans le fuselage.

    Plusieurs innovations, brevetées par Gianni Caproni lui-même, sont intégrées à l’appareil. Parmi celles-ci, on peut citer le réservoir de carburant largable en cas d’incendie à bord, ainsi qu’un dispositif mécanique intégré sur le train principal qui, au moment où l'avion entre en contact avec le sol lors à l'atterrissage, pousse l’essieux des roues vers l’avant pour éviter un éventuel renversement de l’appareil.

    Le prototype, désigné par la société Caproni Ca.53, est achevé en 1918 et effectue son premier vol quelques jours plus tard depuis l'aérodrome de Taliedo. Rapidement, plusieurs pays étrangers sont intéressés, notamment les forces armées américaines et britanniques.

    Un des points les plus problématique, c’est le choix du moteur dont certains modèles ne sont plus disponibles à cause de la guerre. C’est d’abord un moteur Liberty L-12 de 450ch, puis un Franco Tosi FT.V.12 de 420ch qui sont testés, mais leurs puissances ne permettent pas d’atteindre les 200 km/h demandés. Caproni essaie également d’obtenir un Fiat A.14 qui, avec ses 700ch, devrait permettre à son Ca.53 d’atteindre les 240 km/h, malheureusement ces moteurs sont tous envoyés équiper les bombardiers en cours de livraison.

    Devant ces difficultés à se procurer les moteurs nécessaires et l’obligation d’engager un maximum de son personnel à la construction de ses bombardiers lourds trimoteurs, Gianni Caproni abandonne le Ca.53 quelques semaines avant la fin de la guerre.

    Quelques mois plus tard, alors que le conflit est terminé, il reprend le dessin de la cellule du Ca.53 pour étudier deux nouvelles versions : les Ca.54 et Ca.55. La première est destinée à l’usage civil, avec l’installation dans le fuselage d’une cabine fermée destinée au transport de passagers. La seconde est un hydravion muni d’un flotteur central. Mais aucune de ces deux versions n’ont été construite.

    Le prototype du Ca.53 est actuellement visible au Musée Caproni.



    Versions :
    Ca,53 : Version initiale de bombardement et de reconnaissance ; un prototype construit.

    Ca.54 : Projet d’une version civile de transport pouvant transporter jusqu’à quatre passagers.

    Ca.55 : Projet d’une version hydravion munie d’un flotteur central et de flotteurs en bouts d’ailes.


    Utilisateurs militaires :
    Aucun.


    Caractéristiques et performances Ca.53 :
    Equipage : 2
    Longueur : 9,23 m
    Envergure : 14,30 m
    Hauteur : 3,86 m
    Surface alaire : 65 m2
    Masse à vide : 1'600 kg
    Masse maximale au décollage : 2'400 kg
    Moteurs : Un Liberty L-12 de 450ch (335 kW)
    Vitesse max basse altitude : 190 km/h
    Vitesse de croisière : 175 km/h
    Armement : deux mitrailleuses Lewis de 7,7mm, dont une en tourelle sous le fuselage ; 400 kg de bombes en soute.



    Liens internet :
    https://it.wikipedia.org/wiki/Caproni_Ca.53

    https://en.wikipedia.org/wiki/Caproni_Ca.53

    http://www.airwar.ru/enc/bww1/ca53.html

    https://flyingmachines.ru/Site2/Crafts/Craft25709.htm
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer