Marmande Microjet 200

Rappels

  • Catégorie : Prototype
  • Constructeur : Marmande drapeau du pays
  • Premier vol : 24 juin 1980
  • Production : 4 appareils construits (cellules neuves)

Historique

A la fin des années 1970, les militaires commencent à s'intéresser à des avions d'entraînement à réaction très simples, économiques et dédiés au maintien en condition des équipages. La firme Microturbo, qui développe de petits réacteurs, cherche elle à s'assurer un débouché pour ses produits en développant un appareil propulsé par ses propres moteurs.

C'est ainsi que naquit le Microjet 200, conçu sur fonds propres autour du TRS-18 à l'initiative de Jean-Gabriel Bayard, directeur de Microturbo. Le réacteur TRS-18 propulse par exemple les Bede BD-5J ou encore le planeur Caproni Vizzola Calif dans sa version A-21SJ.

Le Microjet 200 se présente comme un appareil biplace côte-à-côte, avec des ailes basses cantilever, un train d'atterrissage tricycle rétractable et un empennage en V. Il est propulsé par deux Microturbo TRS 18-1 de 293 lbf (1,3 kN ou 148 kgp), alimentés par des entrées d'air latérales (d'autres sources parlent de TRS-18-46 de 110 kgp).

Le premier prototype, construit entièrement en bois et immatriculé F-WZJF, effectue son vol inaugural le 24 juin 1980 à Toulouse-Blagnac entre les mains de Jacques Grangette. Il est présenté au public à Farnborough en 1982.

Il est suivi par 3 Microjet 200B qui se caractérisent par une construction entièrement métallique. Les premiers appareils sont assemblés par Microturbo à partir de kits construits par Marmande Aéronautique, tandis que les 2 derniers sont intégralement construits par Marmande. Les essais sont poursuivis par Claude Lelaie.

Le premier Microjet 200B, immatriculé F-WDMT et codé 01, effectue son vol inaugural le 19 mai 1983. A cette époque, le projet est placé entre les mains de Microjet SA, une filiale spécialement fondée pour vendre l'appareil. Une cellule d'essais statiques est testée au CEAT de Toulouse.

Mais le F-WDMT est perdu dans un accident le 13 mars 1985 dans la baie de Saint-Brieuc, tuant son pilote Dominique Monguillot. Son corps ne fut jamais retrouvé.

Le Microjet 200B n°02 (immatriculé F-WDMX) vole le 5 janvier 1985 et le n°03 (qui reprend l'immatriculation F-WDMT) le 4 novembre 1986. Le fuselage est allongé, la verrière redessinée et les moteurs TRS-18-2 plus puissants avec 405 lbf ou 184 kgp (d'autres sources parlent de TRS-22 de 135 kgp). Le Microjet 200B n°02 dispose de points d'emport sous les ailes et d'une avionique militaire telle que radio UHF, TACAN et IFF. En 1989, des ailettes au bout des dérives sont rajoutées pour faciliter la sortie de vrille.



L'appareil échouant à intéresser des clients potentiels (dont la Chine) notamment à cause des réacteurs trop peu puissants, le programme fut abandonné à la fin des années 1980 et les exemplaires stockés pour conservation.

Versions

Sur le forum…

  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je vous l'avais dit. :D

    Prototype d'avion d'entraînement biréacteur français des années 1980.


    A la fin des années 1970, les militaires commencent à s'intéresser à des avions d'entraînement à réaction très simples, économiques et dédiés au maintien en condition des équipages. La firme Microturbo, qui développe de petits réacteurs, cherche elle à s'assurer un débouché pour ses produits en développant un appareil propulsé par ses propres moteurs.

    C'est ainsi que naquit le Microjet 200, conçu sur fonds propres autour du TRS-18 à l'initiative de Jean-Gabriel Bayard, directeur de Microturbo. Le réacteur TRS-18 propulse par exemple les Bede BD-5J ou encore le planeur Caproni Vizzola Calif dans sa version A-21SJ.

    Le Microjet 200 se présente comme un appareil biplace côte-à-côte, avec des ailes basses cantilever, un train d'atterrissage tricycle rétractable et un empennage en V. Il est propulsé par deux Microturbo TRS 18-1 de 293 lbf (1,3 kN ou 148 kgp), alimentés par des entrées d'air latérales (d'autres sources parlent de TRS-18-46 de 110 kgp).

    Le premier prototype, construit entièrement en bois et immatriculé F-WZJF, effectue son vol inaugural le 24 juin 1980 à Toulouse-Blagnac entre les mains de Jacques Grangette. Il est présenté au public à Farnborough en 1982.

    Il est suivi par 3 Microjet 200B qui se caractérisent par une construction entièrement métallique. Les premiers appareils sont assemblés par Microturbo à partir de kits construits par Marmande Aéronautique, tandis que les 2 derniers sont intégralement construits par Marmande. Les essais sont poursuivis par Claude Lelaie.

    Le premier Microjet 200B, immatriculé F-WDMT et codé 01, effectue son vol inaugural le 19 mai 1983. A cette époque, le projet est placé entre les mains de Microjet SA, une filiale spécialement fondée pour vendre l'appareil. Une cellule d'essais statiques est testée au CEAT de Toulouse.

    Mais le F-WDMT est perdu dans un accident le 13 mars 1985 dans la baie de Saint-Brieuc, tuant son pilote Dominique Monguillot. Son corps ne fut jamais retrouvé.

    Le Microjet 200B n°02 (immatriculé F-WDMX) vole le 5 janvier 1985 et le n°03 (qui reprend l'immatriculation F-WDMT) le 4 novembre 1986. Le fuselage est allongé, la verrière redessinée et les moteurs TRS-18-2 plus puissants avec 405 lbf ou 184 kgp (d'autres sources parlent de TRS-22 de 135 kgp). Le Microjet 200B n°02 dispose de points d'emport sous les ailes et d'une avionique militaire telle que radio UHF, TACAN et IFF. En 1989, des ailettes au bout des dérives sont rajoutées pour faciliter la sortie de vrille.

    L'appareil échouant à intéresser des clients potentiels (dont la Chine) notamment à cause des réacteurs trop peu puissants, le programme fut abandonné à la fin des années 1980 et les exemplaires stockés pour conservation.


    Versions :

    Microjet 200 : Prototype construit en bois, un exemplaire.

    n°1 : 1er vol le 24 juin 1980. Il est conservé dans les réserves de l'aéro-club de Marmande.

    n°2 : cellule d'essais statiques.


    Microjet 200B : Pré-série construite en métal, 3 exemplaires.

    200B n°01 : 1er vol le 19 mai 1983, perdu par accident le 13 mars 1985.

    200B n°02 : 1er vol le 5 janvier 1985. Dispose de points d'emport sous voilure. Confié au musée d'Angers-Marcé depuis juin 2015 et en cours de remontage.

    200B n°03 : 1er vol le 4 novembre 1986. Arborant un camouflage, il est désormais exposé à l'extérieur de l’usine Lisi Creuzet Aéronautique sur l’aérodrome de Marmande.



    http://www.minijets.org/index.php?id=39


    http://machdiamonds.com/microjetf.html


    http://www.jfrteam-neufgrange.fr/pages/maquettes-fsc/fsc-a-roy/microjet-200.html


    http://www.pyperpote.tonsite.biz/pfa/microturbo-microjet-200b-n03-marmande-47/


    http://www.aerovfr.com/2015/07/le-microjet-200-a-angers-marce/


    http://www.aviafrance.com/microturbo-microjet-200-aviation-france-1953.htm


    https://en.wikipedia.org/wiki/Microjet_200


    http://www.aviastar.org/air/france/microjet_200.php


    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://www.airwar.ru/enc/other/microjet200.html&prev=search
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Un jour, nous ferons une fiche sur cet appareil. :hehe:
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Microjet MJ200B
      Lien   Revenir ici   Citer