Breguet Br.126

Rappels

Historique

Dès les années 1960, l'Armée de l'Air vit la nécessité de remplacer ses T-33 et Magister comme avions d'entraînement. Mais son premier programme, l'ECAT, évolua vers un avion de combat supersonique, le Jaguar, qui ne répondait aucunement à ce besoin.

Breguet, qui avait déjà conçu le Br 121 qui servit de base au Jaguar, proposa en 1967 un appareil plus adapté, le Br 126. Celui-ci était au départ un biréacteur à ailes basses biplace en tandem. Turbomeca travaillait alors sur des réacteurs de 1000 kgp. Les entrées d'air étaient à la racine des ailes et les tuyères étaient tout au bout du fuselage. L'empennage horizontal était fixé en bas du fuselage. Ni les ailes ni l'empennage horizontal n'avaient de dièdre.

Dassault prit le contrôle financier de Breguet en juin 1967, ce qui devait aboutir à une fusion complète en 1971. Cela eut une influence directe sur le Br 126, qui devint un monoplan à ailes hautes (bien qu'une maquette exposée en 1969 montre encore un appareil à ailes basses). Les tuyères faisaient toujours office de queue. Les dessins montrent un appareil relativement proche du SIAI-Marchetti S-211.

Début 1968, Dassault-Breguet se rapprocha de Dornier, qui travaillait sur un projet similaire pour le compte de la Luftwaffe, le P375. L'Allemagne et la France ayant des besoins comparables, les autorités se mirent d'accord à la fin de 1968 pour concevoir ensemble le futur appareil.

L'apport de Dornier consista à optimiser fortement l'aérodynamique du Br 126. Celui-ci conservait la configuration générale, en plus affinée. La vitesse maximale, par exemple, passait de Mach 0,8 à Mach 0,85. Cela donna naissance au projet TA 501 (pour Training Attack 126+375), appelé désormais Alpha Jet.

Équipage

  • Équipage : 2

Performances

  • Mach maximal HA : Mach 0,8

Sur le forum…

  • Non non. La dernière.










    Pour l'instant. :mrgreen:
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    La dernière !
    Non mais tu rigoles?!? :ooh:

    Tu vas quand-même nous en faire d'autres plus tard, non? :hum:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le Br 126 sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La dernière !


    Dès les années 1960, l'Armée de l'Air vit la nécessité de remplacer ses T-33 et Magister comme avions d'entraînement. Mais son premier programme, l'ECAT, évolua vers un avion de combat supersonique, le Jaguar, qui ne répondait aucunement à ce besoin.

    Breguet, qui avait déjà conçu le Br 121 qui servit de base au Jaguar, proposa en 1967 un appareil plus adapté, le Br 126. Celui-ci était au départ un biréacteur à ailes basses biplace en tandem. Turbomeca travaillait alors sur des réacteurs de 1000 kgp.

    Dassault prit le contrôle financier de Breguet en juin 1967, ce qui devait aboutir à une fusion complète en 1971. Cela eut une influence directe sur le Br 126, qui devint un monoplan à ailes hautes (bien qu'une maquette exposée en 1969 montre encore un appareil à ailes basses). Les tuyères faisaient toujours office de queue. Les dessins montrent un appareil relativement proche du SIAI-Marchetti S-211.

    Début 1968, Dassault-Breguet se rapprocha de Dornier, qui travaillait sur un projet similaire pour le compte de la Luftwaffe, le P375. L'Allemagne et la France ayant des besoins comparables, les autorités se mirent d'accord à la fin de 1968 pour concevoir ensemble le futur appareil.

    L'apport de Dornier consista à optimiser fortement l'aérodynamique du Br 126. Celui-ci conservait la configuration générale, en plus affinée. La vitesse maximale, par exemple, passait de Mach 0,8 à Mach 0,85. Cela donna naissance au projet TA 501 (pour Training Attack 126+375), appelé désormais Alpha Jet.
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • En 1967, Breguet travailla sur un biplace en tandem d'entraînement avancé, le Br.126, avant d'être absorbé par Dassault et de se joindre à l'équipe de conception de l'Alpha Jet. Ce dernier se base essentiellement sur le projet de Dornier, mais le Br.126 le préfigure si ce n'est que les ailes sont basses. Il peut aussi faire penser à un F-4 Phantom II en plus petit.

    Ce fut le dernier projet de Breguet avant d'être absorbé par Dassault en 1971.

    La fiche sur le site


    http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,9738.0.html


    https://www.google.fr/search?q=breguet+126&sa=X&biw=1920&bih=922&tbm=isch&imgil=lj1jhDDuYp-myM%253A%253BrqOJ8F1UwpC5lM%253Bhttp%25253A%25252F%25252Fwww.auction.fr%25252F_fr%25252Flot%25252Fbreguet-126-dornier-et-breguet-5234241&source=iu&pf=m&fir=lj1jhDDuYp-myM%253A%252CrqOJ8F1UwpC5lM%252C_&usg=__SpwUwvDeVzRzHj8R9EevpDzb3DI%3D#imgrc=lj1jhDDuYp-myM
    :
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer