Tupolev 160M

Rappels

Historique

Le 28 novembre 1967, le gouvernement soviétique lança officiellement un programme pour un nouveau bombardier stratégique. Celui-ci devait remplir un vide, puisque les bombardiers stratégiques avaient été abandonnés au profit des missiles balistiques sous Khrouchtchev. Il s'agissait aussi de remplacer les Myasishchev M-4 et Tupolev Tu-95 considérés comme obsolètes. Enfin, il s'agissait de répondre au futur B-1 américain.

Le futur bombardier devait être principalement armé de missiles de croisières (4 Kh-45 ou 24 X-2000), mais devait pouvoir emporter jusqu'à 45 tonnes de bombes. Les spécifications demandées étaient ambitieuses : une vitesse de croisière entre 3200 et 3500 km/h à 18000 mètres d'altitude, avec une distance franchissable comprise entre 11000 et 13000 km. En subsonique, il devait avoir une autonomie de 16000-18000 km à haute altitude et 11000-13000 km à basse altitude.

Les deux premiers bureaux d'études à répondre furent Sukhoï, avec son T-4MS, et Myasishchev, qui venait de rouvrir, avec son M-20. Tupolev ne proposa pas de projet tout de suite : avec ses Tu-142, Tu-144, Tu-154 et Tu-22M, il avait déjà une charge de travail conséquente. Par contre, il participa aux discussions et réunions comme observateur. C'est à partir de 1970 qu'il décida de participer au concours : si les demandes de l'armée rouge avaient baissées (la vitesse demandée n'était plus que de Mach 2), Tupolev s'en tint aux spécifications de 1967.

A. A. Tupolev supervisa lui-même les premières études, puis confia le travail à V. I. Bliznyuk, alors ingénieur en chef mais qui avait travaillé avec Yeger sur le Tupolev 135. Il fut secondé par A.L. Pukhov, qui travaillait plus particulièrement sur le Tu-144LL et le Tu-244. Toutes ces personnes travaillaient au sein du département "K".

Elles décidèrent de s'inspirer du Tu-244, le Tu-144 de 2e génération. La formule delta sans queue fut sélectionnée. Contrairement au M-20 puis M-18 de Myasishchev, il avait une aile fixe, l'aile à envergure variable étant considérée comme trop complexe et trop lourde. Le nouvel appareil, le Tupolev "avion 160M" (appelé aussi Izdeliye 70), ressemblait donc à un Tu-144 à l'aérodynamisme nettement plus raffiné, avec fuselage intégré et une aile double delta.

Le projet préliminaire fut achevé en 1972, et présenté à la force aérienne soviétique en même temps que le T-4MS et le M-18. Le T-4MS fut écarté car trop risqué technologiquement d'une part, d'autre part parce que Sukhoï travaillait sur les futurs Su-24, Su-25 et Su-27. En fait, c'était le M-18 qui avait la préférence des autorités soviétiques, d'autant plus qu'il était soutenu par le TsaGi. Mais Myasishchev, qui avait été fermé jusqu'en 1966, n'avait plus les ressources nécessaires pour un tel projet industriel. C'est donc Tupolev, qui avait l'expérience et les ressources nécessaires, qui fut chargé en 1973 de développer et de construire le M-18. Quand à Andreï Tupolev, il était mort en décembre 1972.

Le M-18 était nettement plus petit que le futur Tu-160 Blackjack qui est la concrétisation de ce programme. Un moteur plus puissant (le NK-25, puis le NK-32) fut sélectionné, Tupolev et le TsaGi travaillèrent de concert pour affiner l'aérodynamique (en particulier l'implantation des moteurs). Le développement fut long et ce n'est qu'en 1981 que le prototype vola. Malgré tout, le Tu-160 Blackjack que nous connaissons aujourd'hui doit bien plus au Myasishchev M-18 qu'au Tupolev 160 d'origine.

Sur le forum…

  • Clansman a écrit

    https://testpilot.ru/russia/tupolev/160/images/160_3.jpg
    Y'a rien a dire, il aurait eu de la gueule ! :ooh:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site

    Donc, le projet originel de Tupolev ressemblait à ça :

    https://testpilot.ru/russia/tupolev/160/images/160_3.jpg
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le 28 novembre 1967, le gouvernement soviétique lança officiellement un programme pour un nouveau bombardier stratégique. Celui-ci devait remplir un vide, puisque les bombardiers stratégiques avaient été abandonnés au profit des missiles balistiques sous Khrouchtchev. Il s'agissait aussi de remplacer les Myasishchev M-4 et Tupolev Tu-95 considérés comme obsolètes. Enfin, il s'agissait de répondre au futur B-1 américain.

    Le futur bombardier devait être principalement armé de missiles de croisières (4 Kh-45 ou 24 X-2000), mais devait pouvoir emporter jusqu'à 45 tonnes de bombes. Les spécifications demandées étaient ambitieuses : une vitesse de croisière entre 3200 et 3500 km/h à 18000 mètres d'altitude, avec une distance franchissable comprise entre 11000 et 13000 km. En subsonique, il devait avoir une autonomie de 16000-18000 km à haute altitude et 11000-13000 km à basse altitude.

    Les deux premiers bureaux d'études à répondre furent Sukhoï, avec son T-4MS, et Myasishchev, qui venait de rouvrir, avec son M-20. Tupolev ne proposa pas de projet tout de suite : avec ses Tu-142, Tu-144, Tu-154 et Tu-22M, il avait déjà une charge de travail conséquente. Par contre, il participa aux discussions et réunions comme observateur. C'est à partir de 1970 qu'il décida de s'inviter à la fête : si les demandes de l'armée rouge avaient baissées (la vitesse demandée n'était plus que de Mach 2), Tupolev s'en tint aux spécifications de 1967.

    A. A. Tupolev supervisa lui-même les premières études, puis confia le travail à V. I. Bliznyuk, alors ingénieur en chef mais qui avait travaillé avec Yeger sur le Tupolev 135. Il fut secondé par A.L. Pukhov, qui travaillait plus particulièrement sur le Tu-144LL et le Tu-244. Toutes ces personnes travaillaient au sein du département "K".

    Elles décidèrent de s'inspirer du Tu-244, le Tu-144 de 2e génération. La formule delta sans queue fut sélectionnée. Contrairement au M-20 puis M-18 de Myasishchev, il avait une aile fixe, l'aile à envergure variable étant considérée comme trop complexe et trop lourde. Le nouvel appareil, le Tupolev "avion 160M" (appelé aussi Izdeliye 70), ressemblait donc à un Tu-144 à l'aérodynamisme nettement plus raffiné, avec fuselage intégré et une aile double delta.

    Le projet préliminaire fut achevé en 1972, et présenté à la force aérienne soviétique en même temps que le T-4MS et le M-18. Le T-4MS fut écarté car trop risqué technologiquement d'une part, d'autre part parce que Sukhoï travaillait sur les futurs Su-24, Su-25 et Su-27. En fait, c'était le M-18 qui avait la préférence des autorités soviétiques, d'autant plus qu'il était soutenu par le TsaGi. Mais Myasishchev, qui avait été fermé jusqu'en 1966, n'avait plus les ressources nécessaires pour un tel projet industriel. C'est donc Tupolev, qui avait l'expérience et les ressources nécessaires, qui fut chargé en 1973 de développer et de construire le M-18. Quand à Andreï Tupolev, mort en décembre 1972, il n'était plus là pour râler.

    Le M-18 était nettement plus petit que le futur Tu-160 Blackjack qui est la concrétisation de ce programme. Un moteur plus puissant (le NK-25, puis le NK-32) fut sélectionné, Tupolev et le TsaGi travaillèrent de concert pour affiner l'aérodynamique (en particulier l'implantation des moteurs). Le développement fut long et ce n'est qu'en 1981 que le prototype vola. Malgré tout, le Tu-160 Blackjack que nous connaissons aujourd'hui doit bien plus au Myasishchev M-18 qu'au Tupolev 160 d'origine.



    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tupolev_Tu-160


    https://en.wikipedia.org/wiki/Tupolev_Tu-160


    https://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=289


    http://www.airvectors.net/avtu160.html#m2


    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=https://testpilot.ru/russia/tupolev/160/&prev=search
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer