Lockheed X-17

Rappels

  • Catégorie : Appareil expérimental
  • Constructeur : Lockheed drapeau du pays
  • Premier vol : 17 avril 1956
  • Production : 34 appareils construits (cellules neuves)
  • Missions : Essais en vol, Lanceur spatial

Historique

Dans les années 1950, les Etats-Unis désirent déterminer quelle est la configuration optimale à donner aux ogives qui entrent dans l’atmosphère terrestre depuis l’espace. Afin de tester les systèmes de protection des ogives nucléaires lors de cette phase de vol, l'USAF signe un contrat avec Lockheed pour le développement et la fabrication d'une série de fusées expérimentales en janvier 1955.

Les ingénieurs de Lockheed développent une fusée à trois étages capable d'atteindre une altitude de 150 km et des vitesses de rentrée comprises entre Mach 11 et Mach 14,5. Trois prototypes, construits à l'échelle 1:4, sont lancés afin de valider l'aérodynamique générale de l'appareil. En juin et juillet 1955, c’est trois machines à l'échelle 1:2 qui sont tirées, puis six exemplaires de présérie de taille réelle entre août 1955 et mars 1956. Quelques modifications doivent être apportées pour régler des problèmes rencontrés sur les deuxième et troisième étages avant que la version finale du X-17 soit lancée le 17 avril 1956 pour la première fois. Par la suite, vingt-cinq autres lancements sont effectués jusqu'au 22 août 1957, permettant de remplir les objectifs du programme en testant plusieurs types de cônes de protection lors de rentrées atmosphérique à très grandes vitesse.

Le premier étage est muni d'un propulseur à propergol solide Thiokol XM-20 Sergeant fournissant 213 kN de poussée, de deux moteurs de stabilisation largués peu après le lancement et d'un empennage cruciforme.
Le second étage est propulsé par trois Thiokol XM-19 Recruit à propergol solide de 150 kN de poussée unitaire.
Le troisième est équipé d’un Thiokol XM-19E1 Recruit à propergol solide de 160 kN de poussée, d’un équipement de télémétrie et d’une balise de localisation AN/DPN-19.
Lors du lancement, le premier étage propulse le X-17 durant 28 secondes, lui permettant d'atteindre l'altitude de 150 km avec une trajectoire balistique. La fusée est ensuite mise en piqué selon l'angle de rentrée souhaitée. Arrivé à une altitude comprise entre 27’000 et 21’000 mètres, le premier étage est largué et le second étage est allumé durant quelques secondes, immédiatement suivi par le troisième étage. Lors de l'extinction du dernier étage, le X-14 vole à une vitesse allant de Mach 11 à Mach 14,5, en fonction de l'angle de rentrée choisi.



Dans le cadre de l'opération Argus, destiné à mesurer les effets d'une explosion nucléaire extra-atmosphérique, sept X-17 supplémentaires sont produits en 1958, en grande partie en utilisant des pièces de rechanges des premiers exemplaires. Lors de ces essais, les trois étages sont mis à feu les uns à la suite des autres, afin d'atteindre l’altitude de 480 km. Les quatre lancements sont effectués sans charge nucléaire, alors que lors des trois suivants les X-17 emportent des ogives W25 d'une puissance de 1,7 kilotonne.

Le X-17 se révèle être l'un des programmes de missiles les plus importants des années 1950. Ses recherches sur les caractéristiques de réentrée ont contribué au développement des ogives des premiers missiles balistiques intercontinentaux, comme celles des premières capsules du programme spatial piloté.

Autres résultats importants obtenus avec le X-17, ce sont les données obtenues sur le transfert de chaleur à des nombres de Mach et à Reynolds élevés. Ces informations concernant le flux d'air hypersonique autour de diverses formes de corps contondants ont été particulièrement utiles lors de la transition des conditions laminaires aux conditions turbulentes.

Au total, 34 X-17 ont été achevés et testés, dont 7 dans le cadre du projet Argus. Aucun X-17 en état de voler n'a survécu, mais un exemplaire utilisé pour les essais structurels est exposé au Musée de l'Air Force à Dayton, Ohio.

Caractéristiques

  • Envergure : 2,3 m (7,546 ft)
  • Longueur : 12,3 m (40,354 ft)

Équipage

  • Équipage : 0

Performances

  • Distance franchissable : 217 km (135 mi, 117 nm)
  • Plafond opérationnel : 152 000 m (498 688 ft)
  • Vitesse maximale HA : Mach 14,4

Motorisation

Sur le forum…

  • La fiche sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein          "Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le X-17 est une fusée à plusieurs étages américaine des années 1950, utilisée pour récolter des données sur les effets aérodynamiques et thermodynamiques de la rentrée atmosphérique.

    Dans les années 1950, les Etats-Unis désirent déterminer quelle est la configuration optimale à donner aux ogives qui entrent dans l’atmosphère terrestre depuis l’espace. Afin de tester les systèmes de protection des ogives nucléaires lors de cette phase de vol, l'USAF signe un contrat avec Lockheed pour le développement et la fabrication d'une série de fusées expérimentales en janvier 1955.

    Les ingénieurs de Lockheed développent une fusée à trois étages capable d'atteindre une altitude de 150 km et des vitesses de rentrée comprises entre Mach 11 et Mach 14,5. Trois prototypes, construits à l'échelle 1:4, sont lancés afin de valider l'aérodynamique générale de l'appareil. En juin et juillet 1955, c’est trois machines à l'échelle 1:2 qui sont tirées, puis six exemplaires de présérie de taille réelle entre août 1955 et mars 1956. Quelques modifications doivent être apportées pour régler des problèmes rencontrés sur les deuxième et troisième étages avant que la version finale du X-17 soit lancée le 17 avril 1956 pour la première fois. Par la suite, vingt-cinq autres lancements sont effectués jusqu'au 22 août 1957, permettant de remplir les objectifs du programme en testant plusieurs types de cônes de protection lors de rentrées atmosphérique à très grandes vitesse.

    Le premier étage est muni d'un propulseur à propergol solide Thiokol XM-20 Sergeant fournissant 213 kN de poussée, de deux moteurs de stabilisation largués peu après le lancement et d'un empennage cruciforme.
    Le second étage est propulsé par trois Thiokol XM-19 Recruit à propergol solide de 150 kN de poussée unitaire.
    Le troisième est équipé d’un Thiokol XM-19E1 Recruit à propergol solide de 160 kN de poussée, d’un équipement de télémétrie et d’une balise de localisation AN/DPN-19.
    Lors du lancement, le premier étage propulse le X-17 durant 28 secondes, lui permettant d'atteindre l'altitude de 150 km avec une trajectoire balistique. La fusée est ensuite mise en piqué selon l'angle de rentrée souhaitée. Arrivé à une altitude comprise entre 27’000 et 21’000 mètres, le premier étage est largué et le second étage est allumé durant quelques secondes, immédiatement suivi par le troisième étage. Lors de l'extinction du dernier étage, le X-14 vole à une vitesse allant de Mach 11 à Mach 14,5, en fonction de l'angle de rentrée choisi.

    Dans le cadre de l'opération Argus, destiné à mesurer les effets d'une explosion nucléaire extra-atmosphérique, sept X-17 supplémentaires sont produits en 1958, en grande partie en utilisant des pièces de rechanges des premiers exemplaires. Lors de ces essais, les trois étages sont mis à feu les uns à la suite des autres, afin d'atteindre l’altitude de 480 km. Les quatre lancements sont effectués sans charge nucléaire, alors que lors des trois suivants les X-17 emportent des ogives W25 d'une puissance de 1,7 kilotonne.

    Le X-17 se révèle être l'un des programmes de missiles les plus importants des années 1950. Ses recherches sur les caractéristiques de réentrée ont contribué au développement des ogives des premiers missiles balistiques intercontinentaux, comme celles des premières capsules du programme spatial piloté.

    Autres résultats importants obtenus avec le X-17, ce sont les données obtenues sur le transfert de chaleur à des nombres de Mach et à Reynolds élevés. Ces informations concernant le flux d'air hypersonique autour de diverses formes de corps contondants ont été particulièrement utiles lors de la transition des conditions laminaires aux conditions turbulentes.

    Au total, 34 X-17 ont été achevés et testés, dont 7 dans le cadre du projet Argus. Aucun X-17 en état de voler n'a survécu, mais un exemplaire utilisé pour les essais structurels est exposé au Musée de l'Air Force à Dayton, Ohio.


    Versions :
    X-17 : Version initiale du programme.


    Utilisateurs militaires :
    USA : 33 exemplaires utilisés entre avril 1956 et 1958 par l’USAF et l’US Navy.


    Caractéristiques et performances :
    Longueur : 12,3m
    Envergure : 2,3m
    Moteurs : Un moteur-fusée Thiokol XM20 Sergeant de 213 kN ; trois moteur-fusée Thiokol XM19 Recruit de150 kN chacun ; un moteur-fusée Thiokol XM19E1 Recruit de 160 kN.
    Vitesse max haute altitude: Mach 14.4
    Plafond opérationnel : 152'000 m
    Distance franchissable : 217 km



    Liens internet :
    https://history.nasa.gov/monograph31.pdf

    https://en.wikipedia.org/wiki/Lockheed_X-17
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein          "Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer