Macchi M.9

Rappels

  • Catégorie : Hydravion
  • Constructeur : Macchi drapeau du pays
  • Premier vol : 1918
  • Production : 30 appareils construits (cellules neuves)
  • Missions : Attaque au sol, Bombardement, Entraînement, Lutte anti-navires, Lutte anti-sous-marine, Patrouille maritime, Reconnaissance

Historique

Durant la Première Guerre Mondiale, le constructeur Nieuport-Macchi est amené à produire des copies de l’hydravion autrichien Lohner L. Cette expérience lui permet ensuite de mettre au point d’autres hydravions qui en sont directement dérivés. Après plusieurs avions de reconnaissance, de lutte contre les sous-marins et même des chasseurs, Nieuport-Macchi planche sur un bombardier léger plus rapide que le M.8.

Désigné M.9, il reprend la configuration générale de son prédécesseur, mais avec quelques modifications au niveau des dimensions et de la motorisation. Les ailes sesquiplan sont munies de montants disposés selon le système Warren, soit à la verticale et en diagonale, pour plus de robustesse. Le plan inférieur est équipé de flotteurs pour stabiliser l’appareil lorsqu’il est posé sur l’eau. Le fuselage est muni d’une coque et l’empennage est de type cruciforme, avec un plan horizontal contreventé. L’équipage est constitué d’un pilote et d’un observateur-mitrailleur assis sur des sièges côte-à-côte, dans un cockpit ouvert, protégé par un pare-brise et situé à l’avant des ailes. Un moteur Fiat A.12 de 250ch, installé juste sous le plan supérieur, entraîne une hélice bipale propulsive. Cette puissance supplémentaire doit lui permettre de voler à des vitesses largement supérieures que le M.8. L’armement d’autoprotection est constitué d’une mitrailleuse Vickers de 7,7mm et il peut emporter jusqu’à 135 kg de bombes sous les plans inférieurs.

Le M.9 est utilisé au sein du Servizio Aeronautico della Marina dès son entrée en production, mais seuls 16 exemplaires sont livrés avant l’armistice en novembre 1918. Ils restent en service jusqu’en 1920, lorsque le Servizio Aeronautico della Marina devient Forza Aerea della Regia Marina. 14 autres exemplaires sont construits après la fin du conflit.

En 1919, durant une opération promotionnelle et diplomatique qui ventait les qualités des avions italiens en Amérique centrale et en Amérique du Sud, des Macchi M.9 sont présentés dans différents pays. Le Brésil achète 5 exemplaires pour équiper l’école de pilotage de son aéronavale. L’Argentine, de son côté, achète deux exemplaires pour effectuer des missions de patrouille maritime au sein de son Aviación Naval Argentina.

En 1921, la Pologne achète 9 exemplaires pour les unités aérienne de sa marine. En 1923, 5 autres exemplaires sont achetés. Ils restent en service jusqu’en 1926.

Le Macchi M.9bis est une version civile, proposée à partir de 1919, qui se caractérise par la présence d’un compartiment dans le fuselage permettant d’emporter deux passagers ou du fret.

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Macchi M.9bis : Version civile pouvant emporter deux passagers en plus de l’équipage.

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 1 800 kg (3 968 lbs)
  • Masse à vide : 1 250 kg (2 756 lbs)
  • Surface alaire : 48,5 m² (522,05 sq. ft)
  • Hauteur : 3,25 m (10,663 ft)
  • Envergure : 15,4 m (50,525 ft)
  • Longueur : 9,4 m (30,84 ft)

Équipage

  • Équipage : 2

Performances

  • Plafond opérationnel : 5 500 m (18 045 ft)
  • Vitesse maximale BA : 188 km/h (117 mph, 102 kts)
  • Rapport puissance/masse maxi au décollage : 0.09 kW/kg
  • Charge alaire maxi au décollage : 37.11 kg/m²
  • Rapport puissance/masse à vide : 0.12 kW/kg
  • Charge alaire à vide : 25.77 kg/m²

Motorisation

  • 1 × moteur à cylindres en ligne Fiat A.12 de 154 kW (210 ch, 207 hp)

Armement

  • Charge militaire : 135 kg (298 lbs)
Armement fixe

Sur le forum…

  • La fiche sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Hydravion bombardier italien des années 1910.

    Durant la Première Guerre Mondiale, le constructeur Nieuport-Macchi est amené à produire des copies de l’hydravion autrichien Lohner L. Cette expérience lui permet ensuite de mettre au point d’autres hydravions qui en sont directement dérivés. Après plusieurs avions de reconnaissance, de lutte contre les sous-marins et même des chasseurs, Nieuport-Macchi planche sur un bombardier léger plus rapide que le M.8.

    Désigné M.9, il reprend la configuration générale de son prédécesseur, mais avec quelques modifications au niveau des dimensions et de la motorisation. Les ailes sesquiplan sont munies de montants disposés selon le système Warren, soit à la verticale et en diagonale, pour plus de robustesse. Le plan inférieur est équipé de flotteurs pour stabiliser l’appareil lorsqu’il est posé sur l’eau. Le fuselage est muni d’une coque et l’empennage est de type cruciforme, avec un plan horizontal contreventé. L’équipage est constitué d’un pilote et d’un observateur-mitrailleur assis sur des sièges côte-à-côte, dans un cockpit ouvert, protégé par un pare-brise et situé à l’avant des ailes. Un moteur Fiat A.12 de 250ch, installé juste sous le plan supérieur, entraîne une hélice bipale propulsive. Cette puissance supplémentaire doit lui permettre de voler à des vitesses largement supérieures que le M.8. L’armement d’autoprotection est constitué d’une mitrailleuse Vickers de 7,7mm et il peut emporter jusqu’à 135 kg de bombes sous les plans inférieurs.

    Le M.9 est utilisé au sein du Servizio Aeronautico della Marina dès son entrée en production, mais seuls 16 exemplaires sont livrés avant l’armistice en novembre 1918. Ils restent en service jusqu’en 1920, lorsque le Servizio Aeronautico della Marina devient Forza Aerea della Regia Marina. 14 autres exemplaires sont construits après la fin du conflit.

    En 1919, durant une opération promotionnelle et diplomatique qui ventait les qualités des avions italiens en Amérique centrale et en Amérique du Sud, des Macchi M.9 sont présentés dans différents pays. Le Brésil achète 5 exemplaires pour équiper l’école de pilotage de son aéronavale. L’Argentine, de son côté, achète deux exemplaires pour effectuer des missions de patrouille maritime au sein de son Aviación Naval Argentina.

    En 1921, la Pologne achète 9 exemplaires pour les unités aérienne de sa marine. En 1923, 5 autres exemplaires sont achetés. Ils restent en service jusqu’en 1926.

    Le Macchi M.9bis est une version civile, proposée à partir de 1919, qui se caractérise par la présence d’un compartiment dans le fuselage permettant d’emporter deux passagers ou du fret.


    Versions :
    M.9 : Version initiale de bombardement léger.

    M.9bis : Version civile pouvant emporter deux passagers en plus de l’équipage.


    Utilisateurs militaires :
    Argentine : 2 exemplaires au sein de l’Aviación Naval à partir de 1919, plus en service.

    Brésil : 5 exemplaires dans sa Força Aeronaval de 1919 à 1923.

    Italie : 14 exemplaires au sein du Servizio Aeronautico della Marina de 1918 à 1920.

    Pologne : 9 exemplaires au sein de la force aérienne de la Marine (Basé à Puck) de 1921 à 1926 ; une partie est peut-être de deuxième main.


    Caractéristiques et performances M.9 :
    Equipage : 2
    Longueur : 9,40 m
    Envergure : 15,40 m
    Hauteur : 3,25 m
    Surface alaire : 48,5 m2
    Masse à vide : 1'250 kg
    Masse maximale au décollage : 1'800 kg
    Points d’emport : 4
    Moteurs : un moteur Fiat A.12 de 208kW (280ch)
    Vitesse max basse altitude : 188 km/h
    Plafond opérationnel : 5'500 m
    Armement : 1 mitrailleuse Vickers de 7,7mm ; jusqu’à 135 kg de bombes sur des rack installés sous les ailes : 4 bombes de 25 Kg ou 2 bombes de 67.5 Kg.



    Liens internet :
    https://it.wikipedia.org/wiki/Macchi_M.9

    https://pl.wikipedia.org/wiki/Macchi_M.9

    https://www.aviationfanatic.com/ent_show.php?ent=4&AT_ID=__MAM9

    http://jn.passieux.free.fr/html/Macchi8.php

    https://www.seawings.co.uk/ModArticle-MacchiM9.htm
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer