Caproni Vizzola F.6

Rappels

Historique

En 1936, le ministère italien de l’aéronautique désire remplacer ses biplans Fiat CR20 par des chasseurs récents. Parmi les constructeurs répondant à l’appel d’offre, Caproni-Vizzola, installé en Lombardie, présente son monoplan F.4 équipé d’un moteur en ligne, puis son F.5 pour répondre à l’exigence du gouvernement qui préfère l’utilisation d’un moteur à cylindres en étoile. Ce F.5 n’est autre qu’un F.4 à l’avant modifié pour y intégrer un moteur Fiat A.74. Après les essais effectués sur le prototype, 12 exemplaires de présérie sont commandés. Bien que trop légèrement armé, la visibilité qu’il offrait, sa stabilité et son autonomie étaient appréciées, au point que la plupart des pilotes le préféraient au Mc.200 de Macchi commandé alors en grand nombre.
Entre temps, Caproni-Vizzola désire intégrer le moteur Daimler-Benz DB 605-A de 12 cylindres en "V" inversés à la cellule du F.5, malgré la réticence des responsables militaires. L’intégration du moteur allemand va être effectuée sur deux appareils différents.
Le premier à recevoir ce moteur est le dernier F.5 de présérie, modifié avec l’avant du fuselage de la version F.4 et qui est désigné F.5 Bis. Bien que ses performances soient supérieures au F.5, son armement manque de puissance avec ses deux mitrailleuses de 12.7mm.
Le second appareil reprend la configuration générale des F.4 et F.5 Bis, mais il est désormais équipé d’ailes métalliques et non plus en bois. Sa désignation est F.6M, avec "F" pour Fabrizi son concepteur et "M" pour Metallico (métallique). Si le prototype n’est pas équipé de son armement interne, il est prévu qu’il recevra quatre mitrailleuses Breda SAFAT de 12.7mm : deux dans les ailes et deux autres dans le capot, tirant au travers du disque de l’hélice.
Le prototype effectue son premier vol en septembre 1941. Durant les essais en vol, il est décidé de remplacer la prise d’air de refroidissement située sous le nez, qui dégrade l’aérodynamisme de l’appareil, par un radiateur ventral. Malheureusement, le prototype F.6M est endommagé lors d'une collision à l'aérodrome de Bresso et n’est pas réparé.
Un second F.6 est également construit, mais motorisé par un Isotta-Fraschini Zeta RC25/60. Ce moteur, qui devrait en théorie délivrer jusqu’à 1’500ch, est protégé par un capot muni de collecteurs d'air situés de chaque côté, ce qui permet de s’affranchir du système de refroidissement ventral. Le nouveau capot permet l’installation que d’une seule mitrailleuse, ce qui fait que son armement est constitué de trois Breda SAFAT de 12.7mm. Grâce à la puissance supplémentaire et à l’amélioration de l’aérodynamisme, il est prévu que le F.6Z puisse atteindre 630 km/h. Malheureusement, le dispositif de prise d’air ne permet pas d’alimenter correctement les cylindres du fond, ce qui entraîne une perte de rendement et de puissance, ainsi qu’un échauffement du moteur. Les travaux sur le moteur Zeta retardent le développement du F.6Z qui ne peut effectuer son premier vol qu’en août 1943. Les essais effectués ensuite montrent que le moteur ne produit que 900 kilowatts (1’200 ch), un problème qui ne sera pas résolu avant l'armistice italien du 8 Septembre 1943.
Après la perte de son F.6M et les retards pris par le F.6Z du fait des problèmes rencontrés durant le développement du moteur Isotta-Fraschini Zeta, Caproni décide de construire une autre version. Désignée F.7, elle doit intégrer différentes améliorations aérodynamiques et être équipée d’un moteur Alfa-Romeo R.A.1000 R.C.41-I Monsone de 1’175 ch, qui n’est autre qu’une fabrication sous licence du Daimler-Benz DB 601 A-I. Avec l’armistice de septembre 1943, le projet est abandonné.

Ancien pays utilisateur

Versions

  • Caproni Vizzola F.6M : Version initiale du F.6 motorisée par un Daimler-Benz DB 605-A de 1'474 ch, proche du F.5bis, mais avec des ailes métalliques ; 1 prototype construit, développement abandonné après avoir été endommagé.
  • Caproni Vizzola F.6Z : Version du F.6 motorisée par un Isotta-Fraschini Zeta RC25/60 de 1’500 ch (1’200 ch réellement) ; 1 prototype construit ; développement stoppé à la suite de la signature de l’armistice de septembre 1943.
  • Caproni Vizzola F.7 : Version à l’aérodynamique améliorée motorisée par un moteur Alfa-Romeo R.A.1000 R.C.41-I Monsone de 1175 ch ; projet abandonné à la suite de la signature de l’armistice de septembre 1943.

Sur le forum…

  • La fiche sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le Caproni-Vizzola F.6 est un prototype de chasseur italien de la seconde guerre mondiale.

    En 1936, le ministère italien de l’aéronautique désire remplacer ses biplans Fiat CR20 par des chasseurs récents. Parmi les constructeurs répondant à l’appel d’offre, Caproni-Vizzola, installé en Lombardie, présente son monoplan F.4 équipé d’un moteur en ligne, puis son F.5 pour répondre à l’exigence du gouvernement qui préfère l’utilisation d’un moteur à cylindres en étoile. Ce F.5 n’est autre qu’un F.4 à l’avant modifié pour y intégrer un moteur Fiat A.74. Après les essais effectués sur le prototype, 12 exemplaires de présérie sont commandés. Bien que trop légèrement armé, la visibilité qu’il offrait, sa stabilité et son autonomie étaient appréciées, au point que la plupart des pilotes le préféraient au Mc.200 de Macchi commandé alors en grand nombre.
    Entre temps, Caproni-Vizzola désire intégrer le moteur Daimler-Benz DB 605-A de 12 cylindres en "V" inversés à la cellule du F.5, malgré la réticence des responsables militaires. L’intégration du moteur allemand va être effectuée sur deux appareils différents.
    Le premier à recevoir ce moteur est le dernier F.5 de présérie, modifié avec l’avant du fuselage de la version F.4 et qui est désigné F.5 Bis. Bien que ses performances soient supérieures au F.5, son armement manque de puissance avec ses deux mitrailleuses de 12.7mm.
    Le second appareil reprend la configuration générale des F.4 et F.5 Bis, mais il est désormais équipé d’ailes métalliques et non plus en bois. Sa désignation est F.6M, avec "F" pour Fabrizi son concepteur et "M" pour Metallico (métallique). Si le prototype n’est pas équipé de son armement interne, il est prévu qu’il recevra quatre mitrailleuses Breda SAFAT de 12.7mm : deux dans les ailes et deux autres dans le capot, tirant au travers du disque de l’hélice.
    Le prototype effectue son premier vol en septembre 1941. Durant les essais en vol, il est décidé de remplacer la prise d’air de refroidissement située sous le nez, qui dégrade l’aérodynamisme de l’appareil, par un radiateur ventral. Malheureusement, le prototype F.6M est endommagé lors d'une collision à l'aérodrome de Bresso et n’est pas réparé.
    Un second F.6 est également construit, mais motorisé par un Isotta-Fraschini Zeta RC25/60. Ce moteur, qui devrait en théorie délivrer jusqu’à 1’500ch, est protégé par un capot muni de collecteurs d'air situés de chaque côté, ce qui permet de s’affranchir du système de refroidissement ventral. Le nouveau capot permet l’installation que d’une seule mitrailleuse, ce qui fait que son armement est constitué de trois Breda SAFAT de 12.7mm. Grâce à la puissance supplémentaire et à l’amélioration de l’aérodynamisme, il est prévu que le F.6Z puisse atteindre 630 km/h. Malheureusement, le dispositif de prise d’air ne permet pas d’alimenter correctement les cylindres du fond, ce qui entraîne une perte de rendement et de puissance, ainsi qu’un échauffement du moteur. Les travaux sur le moteur Zeta retardent le développement du F.6Z qui ne peut effectuer son premier vol qu’en août 1943. Les essais effectués ensuite montrent que le moteur ne produit que 900 kilowatts (1’200 ch), un problème qui ne sera pas résolu avant l'armistice italien du 8 Septembre 1943.
    Après la perte de son F.6M et les retards pris par le F.6Z du fait des problèmes rencontrés durant le développement du moteur Isotta-Fraschini Zeta, Caproni décide de construire une autre version. Désignée F.7, elle doit intégrer différentes améliorations aérodynamiques et être équipée d’un moteur Alfa-Romeo R.A.1000 R.C.41-I Monsone de 1’175 ch, qui n’est autre qu’une fabrication sous licence du Daimler-Benz DB 601 A-I. Avec l’armistice de septembre 1943, le projet est abandonné.


    Versions :
    F.6M : Version initiale du F.6 motorisée par un Daimler-Benz DB 605-A de 1'474 ch, proche du F.5bis, mais avec des ailes métalliques ; 1 prototype construit, développement abandonné après avoir été endommagé.

    F.6Z : Version du F.6 motorisée par un Isotta-Fraschini Zeta RC25/60 de 1’500 ch (1’200 ch réellement) ; 1 prototype construit ; développement stoppé à la suite de la signature de l’armistice de septembre 1943.

    F.7 : Version à l’aérodynamique améliorée motorisée par un moteur Alfa-Romeo R.A.1000 R.C.41-I Monsone de 1175 ch ; projet abandonné à la suite de la signature de l’armistice de septembre 1943.


    Utilisateurs militaires :
    Italie : Un F.6M en évaluation par la Regia Aeronautica à partir de septembre 1941, plus en service.


    Caractéristiques et performances F.6M :
    Equipage : 1
    Longueur : 9,15 m
    Envergure : 11,35 m
    Hauteur : 3,02 m
    Surface alaire : 18,81 m2
    Masse à vide : 2'265 kg
    Masse au décollage : 2'885 kg
    Moteurs : un moteur en "V" inversé Daimler-Benz DB 605A de 1’099 kW (1’474 ch)
    Vitesse max : 569 km/h
    Autonomie : 950 km
    Armement : quatre mitrailleuses Breda SAFAT de 12.7mm



    Liens internet :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Caproni_Vizzola_F.6

    http://les-avions-de-legende.e-monsite.com/pages/les-prototypes/les-prototypes-italiens/caproni-vizzola-f-6.html

    https://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=1993
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer