Le X-41 Common Aero Vehicle (CAV) est un projet de véhicule de rentrée atmosphérique expérimental, transportant différentes charges utiles pouvant ensuite être larguées.

À la fin des années 1990, les Etats-Unis mettent en place la stratégie Prompt Global Strike (PGS) qui doit leurs permettre d'effectuer une attaque conventionnelle rapide dans le monde entier. Son objectif est la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive, sans avoir besoin d’un déploiement avancé. Il est par conséquent décidé de développer un CAV (Common Aero Vehicle) pour répondre à ce besoin.

Ce CAV est alors défini par l’USAF et le DARPA comme un aéronef manœuvrable non motorisé constitué d’une coque aérothermodynamique protégeant des ogives. Lancé dans une trajectoire suborbitale par des fusées consommables ou réutilisables (RLV), il larguerait ses charges après être rentré dans l’atmosphère. Ces ogives guidées avec précision utiliseraient la vitesse élevée à laquelle elles seraient larguées par le CAV après sa rentrée atmosphérique pour limiter les risques d’être interceptées.
En décembre 2002, il est demandé à l'USAF et au DARPA (Defence Advanced Research Projects Agency) de travailler ensemble, en fusionnant les projets CAV de l’USAF et l’Hypersoar du DARPA. Le programme conjoint, désigné par l’acronyme FALCON (Force Application and Launch from CONtinental United States), est axé sur le développement d’un futur système d'arme capable de déployer des charges militaires conventionnelles dans le monde entier à travers l'espace. Les deux principaux objectifs distincts sont le développement de petits lanceurs bons marchés et très faciles à mettre en œuvre et un CAV propulsé ou capable de "rebondir" sur l’atmosphère dans la continuité du projet X-41.

En 2004, les objectifs du programme FALCON sont modifiés et il est redésigné Falcon, sans la référence avec l’acronyme. Le côté offensif continue de son côté et le CAV est désormais désigné HTV (Hypersonic Technology Vehicle). Une série d’appareils expérimentaux doivent valider les matériaux thermodynamiques. Les HTV-1 et HTV-2 sont prévus pour les essais de rentrée atmosphérique avec, respectivement, des matériaux de pointe déjà disponibles et de nouveaux matériaux en cours de développement. Le HTV-3 doit ensuite valider ces matériaux pour le vol hypersonique. Contrairement aux deux premiers qui ne sont assurément pas motorisés, il est possible que le HTV-3 soit propulsé par un statoréacteur.

Ces essais et validations doivent permettre ensuite de développer le VHC, un appareil réutilisable capable d’une vitesse de croisière approchant Mach 9 et pouvant atteindre les différents points du globe. Une fois ces essais terminés, le programme doit revenir entièrement à l’USAF.

Depuis plusieurs années, la désignation X-41 ne semble plus utilisée officiellement et aucunes informations sur d’éventuels vols, prévus initialement en 2009, n’ont été publiées. Bien qu’étant probablement annulé, ce programme semble encore classé, d’où le peu d’informations précises disponibles.


Versions :
X-41 : Projet d’étude d’un Common Aero Vehicle capable de transporter des ogives multiples sur orbite basse et de les libérer après sa rentrée atmosphérique.


Utilisateurs militaires :
USA : projet probablement abandonné à la fin des années 2000, avant d’être transféré à l’USAF.



Liens internet :
https://history.nasa.gov/monograph31.pdf

https://www.globalsecurity.org/space/systems/x-41.htm

http://www.designation-systems.net/dusrm/app4/x-41.html

https://en.wikipedia.org/wiki/X-41_Common_Aero_Vehicle