Boeing FARA

Rappels

  • Catégorie : Projet
  • Constructeur : Boeing drapeau du pays
  • Lancement du projet : 2018
  • Missions : Attaque au sol, Essais en vol, Lutte anti-chars, Lutte anti-navires, Observation

Historique

En 2014, l’US Army doit retirer du service ses Bell OH-58 Kiowa sans avoir de nouveaux appareils pour les remplacer. Pourtant, trois programmes avaient été lancés dans ce but : Light Helicopter Experimental (LHX 1982-2004 > Boeing/Sikorsky RAH-66 Comanche), Armed Reconnaissance Helicopter (ARH 2004-2006, > Bell ARH-70 Arapaho) et Armed Aerial Scout (AAS 2012-2013, évaluation des conceptions commerciales standard), mais tous ont été abandonnés avant qu’une commande ne soit faite.

En 2018, un quatrième programme, désigné FARA (Future Attack Reconnaissance Aircraft), est lancé pour remplacer les désormais retraités. Cinq constructeurs se voient attribués des contrats de conception en avril 2019 : AVX Aircraft (en partenariat avec L3Harris Technologies), Bell Helicopter, Boeing, Karem Aircraft et Sikorsky Aircraft. Deux finalistes doivent être désignés en mars 2020, afin qu’ils développent leurs concepts et fassent voler un premier prototype d’ici 2023. L’entrée en production devrait commencer au plus tard en 2028.

En février 2020, Boeing dévoile les premières images de son projet qui est encore désigné FARA, mais c’est le 3 mars de la même année qu’il le présente officiellement au public. Le constructeur annonce que cet hélicoptère ne sera construit qu’avec des technologies de pointes déjà fonctionnelles, afin de réduire les coûts de développement et de fabrication tout en limitant les risques. Sa conception se veut aussi plus simple que celles de ses concurrents, dont plusieurs sont équipés de rotors coaxiaux, permettant ainsi de faciliter l’entretien et la maintenance, afin de garder un coût d’utilisation le plus bas possible.

La configuration extérieure de cet hélicoptère est toutefois relativement recherchée avec un fuselage de section hexagonale aux surfaces lisses offrant probablement une faible SER (Surface Equivalente Radar). Le cockpit accueille les deux membres d’équipage sur des sièges en tandem pour diminuer la surface frontale. L’équipement doit être intuitif, l’avionique flexible et facilement remplaçable, un grand écran tactile reconfigurable doit permettre de simplifier et faciliter la navigation tout en offrant un excellent aperçu de la situation tactique. La turbine, qui sera issue du programme ITEP (Improved Turbine Engine Program), entrainera le rotor de sustentation à six pales, de même que le rotor anticouple et une hélice propulsive. Cette dernière devrait lui permettre d’atteindre les 180 nœuds (333km/h) exigés. Une paire de stabilisateurs horizontaux est installée de part et d’autre de l’arrière du fuselage. Le train d’atterrissage de type classique est entièrement escamotable.

L’armement est constitué d’un canon rotatif en tourelle sous le nez et de missiles ou roquettes embarqués dans des soutes pour augmenter la discrétion de l’appareil. Cet armement peut être réapprovisionné sans utiliser d’élévateur, permettant d’engager l’hélicoptère sans un support technique important. À l’avant du nez, une boule optronique permet d’obtenir des images TV et infrarouge, de plus elle sera probablement équipée d’un désignateur laser.

Des cinq concurrents du programme FARAS, c’est le dernier projet à être présenté.

Équipage

  • Équipage : 2

Performances

  • Vitesse de croisière : 333 km/h (207 mph, 180 kts)
  • Distance de décollage : 0 m (0 ft)
  • Distance d'atterrissage : 0 m (0 ft)

Sur le forum…