Partenavia P.68

Rappels

  • Catégorie : Avion utilitaire
  • Constructeur : Partenavia drapeau du pays
  • Premier vol : 25 mai 1970
  • Production : 431 appareils construits (cellules neuves)

Historique

Le Partenavia P.68 est un avion bimoteur de transport léger, à ailes hautes, train d’atterrissage tricycle fixe ou rétractable selon la version.

L’entreprise italienne Partenavia Costruzioni Aeronautiche S.p.A développe, vers la fin des années 1960, un petit bimoteur de transport et d’entrainement pouvant accueillir jusqu’à six personnes, conçu par l’ingénieur Luigi Pascale. Le premier prototype est construit à Arzano, près de Naples, et effectue son premier vol le 25 mai 1970. Bien que le P.68 soit nommé "Victor", il ne sera jamais désigné ainsi une fois sa production commencée.

La cellule est construite principalement en aluminium. Les ailes droites, avec les extrémités légèrement relevées, sont en position haute et sont en parties construites en fibres de carbone. Sa dérive est en flèche et ses empennages horizontaux sont droits.
Le P.68 est propulsé par deux moteurs à pistons Lycoming IO-360 de 149kW (200cv) chacun qui actionnent des hélices bipales.

Le poste de pilotage est muni de deux sièges, bien qu’un seul pilote soit nécessaire pour le faire voler. Les instruments sont réunis sur une console centrale. La cabine peut accueillir jusqu’à six personnes, soit un pilote et 4 ou 5 passagers.
Le prototype est également équipé d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

La production commence avec 14 appareils de série en 1972. La principale différence avec le prototype est son train d’atterrissage fixe, qui permet de faciliter la production et de gagner du poids sans pour autant diminuer de beaucoup ses performances.

À partir de 1974, la version P.68B muni d’un fuselage allongé de 15,2cm entre en production.
Un nez possédant une structure transparente qui permet d’obtenir une excellente visibilité est développée en collaboration avec la société allemande Sportavia-Putzer. Il peut être monté sur des appareils en cours de fabrication ou être installé sur des appareils déjà livrés. Les appareils munis de ce nez vitré sont désignés P.68 "Observer".



Une autre version capable de transporter jusqu’à neuf personnes et munie de turbopropulseurs est développée sous la désignation d’AP.68TP-300 "Spartacus". L’appareil effectue son premier vol le 11 septembre 1978, propulsé par deux turbopropulseurs Allison 250.
Une sous-version désignée AP.68TP-600 "Viator" est ensuite proposée, munie d’un train d’atterrissage escamotable.

Le P.68C, produit à partir de 1979, possède un nez plus long permettant d’y installer un radar météorologique. Il est également équipé de réservoirs supplémentaires dans les ailes lui permettant une autonomie plus importante.
Une sous-version désignée P.68C-TC est proposée munie de moteurs turbocompressés de 157kW (210cv).

En 1981, Aeritalia rachète Partenavia, avant de la céder à l’entreprise milanaise Aercosmos S.p.a. en 1993. En difficultés financières, l’entreprise fait faillite en 1998. Vulcanair S.p.a. rachète les droits de projet et de production. Les nouvelles versions du P.68 sont toujours produites dans les mêmes ateliers, près de Naples.

Parmi ces versions récentes, on trouve l’Observer 2 qui est muni d’une trappe de 65cm x 45cm sous le fuselage permettant d’installer des appareils photos, des caméras HD et des nacelles FLIR. Grâce à ses ailes hautes, son cockpit offrant une excellente visibilité,sa stabilité en vol et son endurance importante, il est une plateforme particulièrement appréciée pour l’observation aérienne. Son poste de pilotage moderne est composé de deux grands écrans couleurs affichant les différentes informations de vols et la cartographie. Cet appareil est également muni d’un système de dégivrage qui lui permet d’être utilisé dans des situations de grand froid, autant que par temps chaud et sec dans des régions désertiques. Ses deux moteurs à pistons Lycoming IO-360-A1B6 sont munis d’hélices tripales. On accède à la cabine par une porte située à gauche de la cellule, alors que les portes pour accéder au poste de pilotage et au compartiment à bagages s’ouvrent à droite.



Une autre de ces versions proposée actuellement est l’A-Viator, muni de deux turbopropulseurs Rolls Royce 250B17C de 328cv et d’un train d’atterrissage escamotable. Son fuselage mesure près de 2 mètres de plus que l’Observer (11,27m) et peut être équipé de 11 sièges en versions haute densité. Les sièges sont amovibles, ce qui permet une occupation mixte de la cabine, voir même une configuration cargo dégageant jusqu’à un volume total de 6,5m3. Il peut également transporter deux civières, ou quatre personnes en plus de divers matériels spécialisés, qui peuvent être montés sur des trappes permettant l’installation de systèmes d’observations amovibles.

Six appareils ont également été montés par TAAL en Inde.

En 2013, plus de 410 exemplaires ont été construits. Un grand nombre de corps de polices et d’organismes gouvernementaux utilisent le P.68, mais peu de forces aériennes.


Texte de Jericho, avec son aimable autorisation.

Pays utilisateurs

Ancien pays utilisateur

Versions

  • Partenavia AP.68TP : Premier prototype d’un P.68 turbopropulsé, désigné aussi P.68 "Turbo".
  • Partenavia AP.68TP-100 : Second prototype de P.68 turbopropulsé.
  • Partenavia AP.68TP-300 Spartacus : Second prototype de P.68 turbopropulsé. Semblable au P.68T, mais avec un train d’atterrissage fixe. 13 appareils construits.
  • Partenavia AP.68TP-300 Spartacus RG : Version identique à l’AP.68TP-300 munie d’un train d’atterrissage rétractable
  • Partenavia AP.68TP-300 Spartacus-10 : Version identique au Spartacus RG, mais muni d’un fuselage allongé permettant l’emport de 10 personnes.
  • Partenavia AP.68TP-600 A-viator : Version de l’AP.68TP-600 munie d’une avionique modernisée. Premier vol en 2009, encore en production en 2013.
  • Partenavia AP.68TP-600 Viator : Version possédant la même motorisation que le "Spartacus", mais avec un train d’atterrissage rétractable et un fuselage allongé. 6 appareils construits.
  • Partenavia P.68 Observer : P.68B muni d’un cône de nez vitré. 21 appareils construits ou modifiés.
  • Partenavia P.68 Observer 2 : Version à l'avionique modernisée et aux hélices tripales.
  • Partenavia P.68 Victor : Première série munie de moteurs à pistons Lycoming IO-360. 14 appareils construits à partir de 1972.
  • Partenavia P.68B : Version munie d’un fuselage allongé de 15,2cm. 190 appareils construits à partir de 1974.
  • Partenavia P.68C : Version munie d’un nez plus long contenant un radar météorologique et de réservoirs de carburant dans les ailes. 114 appareils construits à partir de 1979, encore en production en 2013.
  • Partenavia P.68C-TC : Sous-version du P.68C munie de moteurs turbocompressés Lycoming TIO-360-C1A6D de 200 cv, encore en production en 2013.
  • Partenavia P.68R : Version dotée d’un train d’atterrissage escamotable basée sur le P.68B
  • Partenavia P.68RV : Version du P.68R à l’avionique modernisée.
  • Partenavia P.68T : Version munie d’un fuselage allongé permettant l’emport de 9 personnes et d’un train d’atterrissage escamotable, de deux turbopropulseurs Allison 250-B17B munis d’hélices de plus grandes dimensions. 4 appareils construits.
  • Partenavia P.68TC Observer : Version du P.68 munie de moteurs turbocompressés Lycoming TIO-360-C1A6D de 200cv, encore en production en 2013.

Sur le forum…

  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    AP.68TP-300 "Spartacus RG" : Version identique à l’AP.68TP-300 munie d’un train d’atterrissage fixe.

    fixe ou rétractable ? :interr:
    Euh… rétractable! Merci beaucoup!

    Je viens d'éditer le texte… ça m'a pris du temps de recontrôler, tant certaines sources sont peu fiables: sur les photos que l'on trouve sur le net, c'est souvent une mauvaise version en légende, ce qui n'aide pas à se retrouver… Pour une fois, Wikipedia m'a bien aidé pour recouper mes sources. :S
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • AP.68TP-300 "Spartacus RG" : Version identique à l’AP.68TP-300 munie d’un train d’atterrissage fixe.

    fixe ou rétractable ? :interr:
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le Partenavia P.68 est un avion bimoteur de transport léger, à ailes hautes, train d’atterrissage tricycle fixe ou rétractable selon la version.

    L’entreprise italienne Partenavia Costruzioni Aeronautiche S.p.A développe, vers la fin des années 1960, un petit bimoteur de transport et d’entrainement pouvant accueillir jusqu’à six personnes, conçu par l’ingénieur Luigi Pascale. Le premier prototype est construit à Arzano, près de Naples, et effectue son premier vol le 25 mai 1970. Bien que le P.68 soit nommé "Victor", il ne sera jamais désigné ainsi une fois sa production commencée.

    La cellule est construite principalement en aluminium. Les ailes droites, avec les extrémités légèrement relevées, sont en position haute et sont en parties construites en fibres de carbone. Sa dérive est en flèche et ses empennages horizontaux sont droits.
    Le P.68 est propulsé par deux moteurs à pistons Lycoming IO-360 de 149kW (200cv) chacun qui actionnent des hélices bipales.
    Le poste de pilotage est muni de deux sièges, bien qu’un seul pilote soit nécessaire pour le faire voler. Les instruments sont réunis sur une console centrale. La cabine peut accueillir jusqu’à six personnes, soit un pilote et 4 ou 5 passagers.
    Le prototype est également équipé d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

    La production commence avec 14 appareils de série en 1972. La principale différence avec le prototype est son train d’atterrissage fixe, qui permet de faciliter la production et de gagner du poids sans pour autant diminuer de beaucoup ses performances.

    À partir de 1974, la version P.68B muni d’un fuselage allongé de 15,2cm entre en production.
    Un nez possédant une structure transparente qui permet d’obtenir une excellente visibilité est développée en collaboration avec la société allemande Sportavia-Putzer. Il peut être monté sur des appareils en cours de fabrication ou être installé sur des appareils déjà livrés. Les appareils munis de ce nez vitré sont désignés P.68 "Observer".

    Une autre version capable de transporter jusqu’à neuf personnes et munie de turbopropulseurs est développée sous la désignation d’AP.68TP-300 "Spartacus". L’appareil effectue son premier vol le 11 septembre 1978, propulsé par deux turbopropulseurs Allison 250.
    Une sous-version désignée AP.68TP-600 "Viator" est ensuite proposée, munie d’un train d’atterrissage escamotable.

    Le P.68C, produit à partir de 1979, possède un nez plus long permettant d’y installer un radar météorologique. Il est également équipé de réservoirs supplémentaires dans les ailes lui permettant une autonomie plus importante.
    Une sous-version désignée P.68C-TC est proposée munie de moteurs turbocompressés de 157kW (210cv).

    En 1981, Aeritalia rachète Partenavia, avant de la céder à l’entreprise milanaise Aercosmos S.p.a. en 1993. En difficultés financières, l’entreprise fait faillite en 1998. Vulcanair S.p.a. rachète les droits de projet et de production. Les nouvelles versions du P.68 sont toujours produites dans les mêmes ateliers, près de Naples.

    Parmi ces versions récentes, on trouve l’Observer2 qui est muni d’une trappe de 65cm x 45cm sous le fuselage permettant d’installer des appareils photos, des caméras HD et des nacelles FLIR. Grâce à ses ailes hautes, son cockpit offrant une excellente visibilité,sa stabilité en vol et son endurance importante, il est une plateforme particulièrement appréciée pour l’observation aérienne. Son poste de pilotage moderne est composé de deux grands écrans couleurs affichant les différentes informations de vols et la cartographie. Cet appareil est également muni d’un système de dégivrage qui lui permet d’être utilisé dans des situations de grand froid, autant que par temps chaud et sec dans des régions désertiques. Ses deux moteurs à pistons Lycoming IO-360-A1B6 sont munis d’hélices tripales. On accède à la cabine par une porte située à gauche de la cellule, alors que les portes pour accéder au poste de pilotage et au compartiment à bagages s’ouvrent à droite.
    Une autre de ces versions proposée actuellement est l’A-Viator, muni de deux turbopropulseurs Rolls Royce 250B17C de 328cv et d’un train d’atterrissage escamotable. Son fuselage mesure près de 2 mètres de plus que l’Observer (11,27m) et peut être équipé de 11 sièges en versions haute densité. Les sièges sont amovibles, ce qui permet une occupation mixte de la cabine, voir même une configuration cargo dégageant jusqu’à un volume total de 6,5m3. Il peut également transporter deux civières, ou quatre personnes en plus de divers matériels spécialisés, qui peuvent être montés sur des trappes permettant l’installation de systèmes d’observations amovibles.

    Six appareils ont également été montés par TAAL en Inde.

    En 2013, plus de 410 exemplaires ont été construits. Un grand nombre de corps de polices et d’organismes gouvernementaux utilisent le P.68, mais peu de forces aériennes.


    Versions :
    P.68: Première série munie de moteurs à pistons Lycoming IO-360. 14 appareils construits à partir de 1972.

    P.68B : Version munie d’un fuselage allongé de 15,2cm. 190 appareils construits à partir de 1974.

    P.68 "Observer" : P.68B muni d’un cône de nez vitré. 21 appareils construits ou modifiés.

    P.68TC "Observer" : Version du P.68 munie de moteurs turbocompressés Lycoming TIO-360-C1A6D de 200cv, encore en production en 2013.

    P.68C : Version munie d’un nez plus long contenant un radar météorologique et de réservoirs de carburant dans les ailes. 114 appareils construits à partir de 1979, encore en production en 2013.

    P.68C-TC : Sous-version du P.68C munie de moteurs turbocompressés Lycoming TIO-360-C1A6D de 200cv, encore en production en 2013.

    P.68R : Un P.68B muni d’un train d’atterrissage escamotable, jamais construit en série.

    P.68T : Version munie d’un fuselage allongé permettant l’emport de 9 personnes et d’un train d’atterrissage escamotable, de deux turbopropulseurs Allison 250-B17B munis d’hélices de plus grandes dimensions. 4 appareils construits.

    AP.68TP : Premier prototype d’un P.68 turbopropulsé, désigné aussi P.68 "Turbo".

    AP.68TP-100 : Second prototype de P.68 turbopropulsé.

    AP.68TP-300 "Spartacus" : Second prototype de P.68 turbopropulsé. Semblable au P.68T, mais avec un train d’atterrissage fixe. 13 appareils construits.

    AP.68TP-300 "Spartacus RG" : Version identique à l’AP.68TP-300 munie d’un train d’atterrissage rétractable.

    AP.68TP-300 "Spartacus-10" : Version identique au Spartacus RG, mais muni d’un fuselage allongé permettant l’emport de 10 personnes.

    AP.68TP-600 "Viator" : Version possédant la même motorisation que le "Spartacus", mais avec un train d’atterrissage rétractable et un fuselage allongé. 6 appareils construits.

    P.68 "Observer 2" : Version munie d’une avionique modernisée et d’hélices tripales, encore en production en 2013.

    A-Viator : Version de l’AP.68TP-600 munie d’une avionique modernisée. Premier vol en 2009, encore en production en 2013.

    VR : P.68R à l’avionique modernisée, encore en production en 2013.



    Utilisateurs militaires :
    Bahamas : 1 appareil.

    Bophuthatswana : 2 appareils, plus en service.


    Caractéristiques du P.68 Observer 2:
    Equipage : 1 pilote
    Passagers : 5
    Longueur : 9,43m
    Envergure : 12,00m
    Hauteur : 3,40m
    Surface alaire : 18,60m2
    Masse à vide : 1’210kg
    Masse maximale au décollage : 2’084kg
    Charge maximale dans la soute à bagage : 181kg
    Volume de carburant avec réservoirs auxiliaires : 670L

    Moteurs :
    2 moteurs à pistons Lycoming IO-360-A1B6, à refroidissement à air, de 149kW (200cv) chacun.

    Performances :
    Vitesse max haute altitude: 322km/h
    Vitesse max basse altitude: 301km/h
    Vitesse de croisière : 298km/h
    Vitesse ascensionnelle sur deux moteurs: 6m/s
    Vitesse ascensionnelle sur un moteur: 1m/s
    Vitesse minimale : 106km/h
    Plafond opérationnel : 5’490m
    Distance franchissable : 2’960km
    Distance de décollage : 240m
    Distance d’atterrissage : 200m
    Endurance max : 10h30

    Armement :
    Sans.


    Liens internet :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Partenavia_P.68

    http://it.wikipedia.org/wiki/Partenavia_P.68

    http://www.airliners.net/aircraft-data/stats.main?id=293

    http://www.airport-data.com/manuf/Partenavia.html

    http://aerialvideo.com/technology/partenavia

    http://www.baaa-acro.com/Types%20d'avions/Partenavia%20P-68.htm

    http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_p68_en.php

    http://www.vulcanair.com/page-view.php?pagename=P68OBInternal
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par jericho le May 22, 2013, 2:52 p.m.