Fairey FD.3 Delta III

Rappels

Fairey FD.3 Delta III

Historique

Le Fairey FD.3 est un projet d’intercepteur biréacteur biplace, muni d’ailes médianes en delta, d’une dérive en flèche, d’entrées d’air latérales rectangulaires, d’un nez pouvant basculer vers le bas à basse vitesse et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

C’est le 15 janvier 1955, que le gouvernement britannique lance le programme d’acquisition désigné F.155T qui concerne un chasseur biplace devant entrer en service au plus tard en janvier 1962, armé d’au moins deux missiles air-air et capable de voler à Mach 1,3 et jusqu’à 18’000m.
Huit constructeurs présentent leurs projets : le Whitworth-Armstrong AW-169, le de Havilland DH-117, l’English Electric P.8, le Hawker P.1103, le Saro P.187, l’Avro 729, le Vickers 559 et Fairey qui propose un appareil dérivé de son FD.2, un avion de démonstration capable de voler à Mach 1.8.

Dans un premier temps, Fairey conçoit l’ER.163B, semblable au FD.2 mais au fuselage modifié pour intégrer un réacteur de Havilland Gyron, ou éventuellement un RB.122, ainsi que deux moteurs-fusées de Havilland Spectre Junior sur les côtés. Par la suite, Fairey propose l’ER.163C muni d’ailes de plus grandes dimensions équipées de deux missiles air-air de Havilland Firestreak à leurs extrémités.

Parallèlement, Fairey étudie d’autres combinaisons (ailes en flèche ou delta, monoréacteur ou biréacteur, etc.) qui pourraient peut-être mieux répondre aux spécificités du programme d’acquisition. Finalement, c’est la configuration biréacteur avec deux petits moteurs-fusées et des ailes en delta qui est retenue. L’apport de puissance supplémentaire, surtout avec les deux moteurs-fusées pour les phases d’accélération, permet un appareil plus grand qui posséderait une plus grande autonomie. Il est également possible de remplacer les moteurs-fusées par des réservoirs de carburant pour une plus grande autonomie.

Les ailes en delta permettent une meilleure maniabilité à haute vitesse et haute altitude, ainsi qu’une plus grande résistance structurelle et un plus grand volume interne. Pour mieux répondre aux exigences, un troisième projet est donc lancé par Fairey, en remplacement des deux premiers, sous la désignation de FD.3 (ou Fairey Delta III).

Les réacteurs sélectionnés pour motoriser le nouvel appareil sont les Rolls-Royce RB122 encore en cours de développement, mais plus puissants que les de Havilland Gyron. Pour pouvoir exploiter entièrement les possibilités apportées par ces nouveaux réacteurs, il est décidé de remplacer un certain nombre de pièces prévues en alliages légers par des pièces en acier plus résistantes. D’autres parties sont usinées en titane, notamment les bords d’attaque des ailes et d’autres pièces soumises à des températures élevées dû au frottement de l’air à haute vitesse.

Le Fairey Delta.III garde le système de nez du FD.2, qui permet de basculer d’environ 10° vers le bas le nez et le cockpit pour offrir une meilleure visibilité à basse vitesse en approche. Un radar de recherche et de conduite de tir, dérivé du Ferranti AL.18, est installé dans le nez. Le pilote et le copilote sont installés dans le cockpit sur des sièges éjectables. Les entrées d’air, situées de chaque côté du fuselage, sont rectangulaires. Le train d’atterrissage tricycle est escamotable sous les ailes et le nez. La dérive, de grande dimension, est triangulaire, avec le logement pour un parachute de freinage à sa base. Les ailes delta, en position médiane, sont équipées de points d’emport pouvant accueillir jusqu’à quatre missiles air-air.

Les premières estimations de performances sont faites avec des réacteurs Rolls-Royce RB 122. Elles avancent une vitesse maximale de Mach 2,27 et un plafond opérationnel de 23.000m, ou 28’000m avec les moteurs-fusées.

Par la suite, elles sont recalculées avec deux réacteurs de Havilland Gyron, déjà disponibles mais moins puissants, et dans cette configuration le Delta III devrait atteindre des vitesses de l’ordre de Mach 1.9. L’influence de la charge offensive n’est pas négligeable, puisque si le Delta III emporte des missiles Red Dean à guidage radar, plus grands que les Blue Jay (dérivés du Firestreak) à guidage IR, la vitesse maximale tombe à Mach 1.57.

Bien que Fairey présente des performances extrêmement intéressantes et qu’il s’engage à produire l’appareil dans les 30 mois suivant, le FD.3 est écarté au profit de l'English Electric P.8 qui deviendra le "Lightning".

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 22 900 kg (50 486 lbs)
  • Surface alaire : 102 m² (1 098 sq. ft)
  • Envergure : 14,2 m (46,588 ft)
  • Longueur : 22,6 m (74,147 ft)

Équipage

  • Équipage : 2

Performances

  • Plafond opérationnel : 28 000 m (91 864 ft) (23000 m sans moteurs-fusées).
  • Mach maximal HA : Mach 2,27 (Mach 1,9 sans moteurs-fusées).
  • Rapport poussée/masse à sec maxi au décollage : 0.20
  • Rapport poussée/masse avec PC maxi au décollage : 0.67
  • Charge alaire maxi au décollage : 224.51 kg/m²

Motorisation

Armement

  • Nombre de points d'emport : 4
Missiles

Sur le forum…

  • Clansman a écrit

    La fiche sur le site

    De très beaux profils couleurs ici
    Merci Clans! :top:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site

    De très beaux profils couleurs ici
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Une petite parenthèse dans la liste des prototypes avec un projet qui nous permet de terminer avec les Fairey Delta… ;)


    Le Fairey FD.3 est un projet d’intercepteur biréacteur biplace, muni d’ailes médianes en delta, d’une dérive en flèche, d’entrées d’air latérales rectangulaires, d’un nez pouvant basculer vers le bas à basse vitesse et d’un train d’atterrissage tricycle escamotable.

    C’est le 15 janvier 1955, que le gouvernement britannique lance le programme d’acquisition désigné F.155T qui concerne un chasseur biplace devant entrer en service au plus tard en janvier 1962, armé d’au moins deux missiles air-air et capable de voler à Mach 1,3 et jusqu’à 18’000m.
    Huit constructeurs présentent leurs projets : le Whitworth-Armstrong Aw-169, le de Havilland DH-117, l’English Electric P.8, le Hawker P.1103, le Saro P.187, l’Avro 729, le Vickers 559 et Fairey qui propose un appareil dérivé de son FD.2, un avion de démonstration capable de voler à Mach 1.8.

    Dans un premier temps, Fairey conçoit l’ER.163B, semblable au FD.2 mais au fuselage modifié pour intégrer un réacteur de Havilland Gyron, ou éventuellement un RB.122, ainsi que deux moteurs-fusées de Havilland Spectre Junior sur les côtés. Par la suite, Fairey propose l’ER.163C muni d’ailes de plus grandes dimensions équipées de deux missiles air-air de Havilland Firestreak à leurs extrémités.

    Parallèlement, Fairey étudie d’autres combinaisons (ailes en flèche ou delta, monoréacteur ou biréacteur, etc.) qui pourraient peut-être mieux répondre aux spécificités du programme d’acquisition. Finalement, c’est la configuration biréacteur avec deux petits moteurs-fusées et des ailes en delta qui est retenue. L’apport de puissance supplémentaire, surtout avec les deux moteurs-fusées pour les phases d’accélération, permet un appareil plus grand qui posséderait une plus grande autonomie. Il est également possible de remplacer les moteurs-fusées par des réservoirs de carburant pour une plus grande autonomie.
    Les ailes en delta permettent une meilleure maniabilité à haute vitesse et haute altitude, ainsi qu’une plus grande résistance structurelle et un plus grand volume interne. Pour mieux répondre aux exigences, un troisième projet est donc lancé par Fairey, en remplacement des deux premiers, sous la désignation de FD.3 (ou Fairey Delta III).

    Les réacteurs sélectionnés pour motoriser le nouvel appareil sont les Rolls-Royce RB122 encore en cours de développement, mais plus puissants que les de Havilland Gyron. Pour pouvoir exploiter entièrement les possibilités apportées par ces nouveaux réacteurs, il est décidé de remplacer un certain nombre de pièces prévues en alliages légers par des pièces en acier plus résistantes. D’autres parties sont usinées en titane, notamment les bords d’attaque des ailes et d’autres pièces soumises à des températures élevées dû au frottement de l’air à haute vitesse.
    Le Fairey Delta.III garde le système de nez du FD.2, qui permet de basculer d’environ 10° vers le bas le nez et le cockpit pour offrir une meilleure visibilité à basse vitesse en approche. Un radar de recherche et de conduite de tir, dérivé du Ferranti AL.18, est installé dans le nez. Le pilote et le copilote sont installés dans le cockpit sur des sièges éjectables. Les entrées d’air, situées de chaque côté du fuselage, sont rectangulaires. Le train d’atterrissage tricycle est escamotable sous les ailes et le nez. La dérive, de grande dimension, est triangulaire, avec le logement pour un parachute de freinage à sa base. Les ailes delta, en position médiane, sont équipées de points d’emport pouvant accueillir jusqu’à quatre missiles air-air.

    Les premières estimations de performances sont faites avec des réacteurs Rolls-Royce RB 122. Elles avancent une vitesse maximale de Mach 2,27 et un plafond opérationnel de 23.000m, ou 28’000m avec les moteurs-fusées.
    Par la suite, elles sont recalculées avec deux réacteurs de Havilland Gyron, déjà disponibles mais moins puissants, et dans cette configuration le Delta III devrait atteindre des vitesses de l’ordre de Mach 1.9. L’influence de la charge offensive n’est pas négligeable, puisque si le Delta III emporte des missiles Red Dean à guidage radar, plus grands que les Blue Jay (dérivés du Firestreak) à guidage IR, la vitesse maximale tombe à Mach 1.57.

    Bien que Fairey présente des performances extrêmement intéressantes et qu’il s’engage à produire l’appareil dans les 30 mois suivant, le FD.3 est écarté au profit de l'English Electric P.8 qui deviendra le "Lightning".


    Versions :
    Fairey Delta III : Projet d’un appareil capable de voler à plus de Mach2, propulsé par deux réacteurs Rolls-Royce RB 122 et deux moteurs-fusées de Havilland Spectre, et capable d’emporter jusqu’à quatre missiles air-air ; aucun appareil construit.


    Utilisateurs militaires :
    Aucun.


    Caractéristiques :
    Equipage : 2
    Longueur : 22,6m
    Envergure : 14,2m
    Surface alaire : 102m2
    Masse maximale au décollage : 22’900kg
    Points d’attache : 4

    Moteurs :
    Deux réacteurs Rolls-Royce RB 122 de 75,7kN (7’720kgp) chacun avec postcombustion et deux moteurs-fusées de Havilland Spectre de 22,3kN (2’270kgp) chacun.

    Performances estimées :
    Vitesse max : Mach 2.27
    Vitesse max sans moteurs-fusées : Mach 1.9
    Plafond opérationnel max : 28’000m
    Plafond opérationnel sans moteurs-fusées : 23’000m

    Armement :
    Deux missiles air-air à guidage radar Red Dean ou jusqu’à quatre Blue Jay à guidage IR.


    Liens internet :
    http://testpilot.ru/uk/fairey/delta/3/index.htm

    http://prototypes.free.fr/fd2/fd2-3.htm

    http://glostransporthistory.visit-gloucestershire.co.uk/JetAgeRMC_FD2.htm

    https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Fd3_03.jpg
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer