Breguet Br.693

Rappels

  • Catégorie : Avion d'assaut
  • Constructeur : Breguet drapeau du pays
  • Premier vol : 23 mars 1938
  • Production : 350 appareils construits (cellules neuves)

Historique

En 1934, l'armée de l'air initia le programme C3 pour un chasseur triplace dont le vainqueur fut, en 1937, le Potez 630. Breguet y répondit avec son Br.690. Les deux appareils avaient une configuration analogue : bimoteurs propulsés par des Hispano-Suiza 14AB, à double dérive. Mais contrairement à Potez, Breguet considérait que la spécification exigeant une masse inférieure à trois tonnes était restrictive et l'ignora.

Le Breguet 690 fut donc conçu par Georges Ricard comme appareil polyvalent, pouvant servir à l'attaque au sol et à la reconnaissance. Le travail commença en 1935. Confiant en son potentiel, et malgré le succès de son concurrent, Breguet construisit le prototype sur fonds propres. Il se présentait comme un avion à ailes médianes, de construction entièrement métallique.

L'armée de l'air ne s'intéressa pas à l'aviation d'assaut avant 1937. Le Breguet 690, lui, fut dépourvu de moteurs pendant un an et dut attendre le 23 mars 1938 avant de pouvoir décoller.

100 Br.691 AB2 (Assaut Bombardement-Biplace), la version d'assaut de série, furent commandés le 14 juin 1938, avant même les tests officiels de juillet 1938. 104 autres exemplaires furent commandés plus tard. La différence tenait essentiellement à l'installation d'une soute à bombes, contenant 8 bombes de 50 kg. La chaîne de production fut rapidement construite et le premier appareil de série put voler moins d'un an après la commande, soit le 22 mars 1939, et entrer en service en octobre 1939 au sein du GBA I/54.

Les Breguets 691 servirent essentiellement à l'entraînement des équipages, à cause des moteurs Hispano-Suiza 14AB de 700 chevaux peu fiables et causant des migraines, ainsi qu'un train d'atterrissage pas très résistant et qu'il fallut renforcer. Le Br.693, disposant de moteurs Gnome-Rhône 14M, fut commandé à sa place, réduisant le nombre de Br.691 commandés à 78. Le nouveau moteur était de puissance équivalente, mais plus fiable. Des 75 exemplaires finalement reçus, 22 furent perdus et 4 envoyés en Afrique du Nord.

Le Br.693 fut livré en unité à partir de mars 1940 : 5 escadrilles de 13 avions chacune (en théorie tout du moins) en furent équipées : les GBA (Groupe de bombardement d'assaut) I/51, II/51, I/54, II/54 et II/35.

La première sortie opérationnelle eut lieu le 12 mai 1940, contre les colonnes motorisées allemandes vers Maastricht. La doctrine de l'époque voulait que les appareils attaquent à très basse altitude, espérant éviter la DCA de gros calibre. La méconnaissance de la DCA à petit calibre (de type 20/25 mm), fit que l'attaque fut dévastatrice : sur les 18 Br.693 engagés, seuls 8 revinrent.

L'armée de l'Air changea tout de suite de tactique en recourant à l'attaque en piqué à partir de la moyenne altitude. Si les pertes furent réduites, il en fut de même pour la précision des attaques (le Br.693 étant dépourvu de viseur). De plus, il devenait vulnérable aux chasseurs ennemis.

119 avions furent perdus, dont 68 au combat et 14 très gravement endommagés. De plus, leur rayon d'action trop court ne leur permettait guère de rejoindre l'Afrique du Nord. Après l'armistice, quelques exemplaires furent utilisés par l'armée vichyste pour des vols d'entraînement jusqu'en novembre 1942. La Luftwaffe en captura une douzaine lors de l'invasion de la zone libre, qui furent remis à l'Italie. Celle-ci les utilisa aussi pour des missions d'entraînement.

L'Armée de l'air reçut au total 211 exemplaires, soit 75 Br.691, 128 Br.693 (224 construits) et 8 Br.695 (50 construits) au sein du groupe 18. La Belgique commanda 32 appareils qui devaient être produits sous licence, mais qui ne purent être livrés avant la défaite.

Une fois de plus, le Br.693 fut un de ces avions modernes, mais trop peu nombreux pour influer sur le cours de la Bataille de France. Il avait des insuffisances : sous-motorisé, manque de blindage, armement insuffisant (mitrailleuses de 7,5 mm), le tout associé à une doctrine d'emploi inadaptée et meurtrière.

Anciens pays utilisateurs

Versions

  • Breguet Br.690 : Prototype, un exemplaire.
  • Breguet Br.691 : Première version de série, motorisée par 2 Hispano-Suiza 14AB. 75 exemplaires (78 commandés) plus un prototype.
  • Breguet Br.692 : Projet d'une version motorisé par des Gnome-Rhône 14N.
  • Breguet Br.693 : Deuxième et principale version de série, motorisée par 2 Gnome-Rhône 14M. 224 exemplaires plus un prototype.
  • Breguet Br.694 : Prototype d'une version de reconnaissance tactique triplace.
  • Breguet Br.695 : Troisième et dernière version de série, propulsée par deux Pratt & Whitney R-1535 Twin Wasp Junior de 825 hp.
  • Breguet Br.696 : Projet de bombardier léger, d'abord commandé puis annulé en faveur du Br.693.
  • Breguet Br.697 : Br.691 (le 17e construit) rééquipé de moteurs Gnome-Rhône 14N-48.
  • Breguet Br.700 : Projet de chasseur lourd

Sur le forum…

  • Après une recherche dans les archives et dans les dossiers que j'ai pu consulter, j'ai écrit un roman, "Affaires d'honneur" sur les huit premiers jours de mai 1940 du bombardement d'assaut en vol rasant sur Breguet 693 dans le groupe II/54 commandé par mon oncle le Commandant Pierre Grenet. Cela bouscule les versions d'historiens qui se sont contentés de constater la faiblesse de l'armée française pour résister au régime nazi.
    voir mon blog pour accéder à la liste des librairies en ligne dans lesquelles le roman est disponible : http://www.pierre-grenet.net
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche a deux photos maintenant, grâce à un collègue dont le grand-père fut pilote (de Marauder en particulier) pendant la seconde guerre mondiale. :D
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le Breguet 693 est née d'une demande de 1934 pour un chasseur lourd triplace, pour laquelle Breguet avait répondu, ce sera finalement Potez avec son 630 qui emportera cette compétition.

    Breguet souhaitant malgré tout placer son prototype, le Bre-690-01 qui a volé le 23 Mars1938, le requalifie en appareil d'assaut et de bombardement.
    Une première commande de 100 Bre-691 le 14 Juin 1938, le développement s'étant déroulé rapidement, Breguet livre son premier 691 deux mois après les essais du prototype.
    Les problèmes de fiabilité du Moteur Hispano Suiza 14AB font que les Bre-691 sont versés au unités d'instruction, la commande de 204 exemplaire est également revue à la baisse avec seulement 78 appareils à livrer, dont seul 75 seront livré avant la reddition de la France.

    Le Bre-691 n°19 est utilisé pour développer le Bre-693, il est équipé du moteur Gnome-Rhone 14M 6/7 de 700 ch et effectue son vole le 25 Octobre 1939. Commandé à 426 exemplaires, 128 seront livré avant la fin Juin 1940.
    Ce faible nombre d'appareils livré est surtout imputable au STAé (Service Technique Aéronautique) qui ne cesse de demander des modifications en cours de production.
    Le Bre-693 fut un appareil assez réussi, il avait cependant quelques défauts, ses moteurs ne délivraient pas assez de puissance en vol basse altitude où l'appareil ne dépassait pas les 380 km/h. Il avait également tendance à avoir une vibration des gouvernes de direction en cas de survitesse. Mais le point le plus critique du Breguet était son train d'atterrissage qui avait une fâcheuse tendance à se briser à l'atterrissage.

    Lorsqu'il fut engagé au combat Le Bre-693 qui est issue d'un chasseur lourd, révéla d'autres défauts.
    Ses armes de bord dispose d'un angle positif de 2°30', ce détail se révèlera des plus génant pour l'emploi en tant qu'avion d'attaque au sol, puisque volant à basse altitude, li pilote devait effectuer un léger piqué pour atteindre sa cible…à haute vitesse et près du sol, ce n'est pas une manœuvre dénué de risque.
    L'appareil ne dispose également d'aucun blindage (en dehors de celui pour le pilote) ni de réservoirs auto-obturant (de plus les reservoirs monté sur les Breguet ne sont pas interchangeables selon que l'appareil est été fabriqué à Bourges ou à Vélizy), ces deux défauts se révèleront castastrophique lorsque les Breguet auront à affronter la Flak Allemande.
    L'armement défensif était lui aussi trop faible pour luter contre les chasseurs Allemands.

    A la déclaration de guerre les Breguet équipe deux Groupes, durant la campagne de Belgique puis de France, les Breguet vont payer un lourd tribut (essentiellement du à la Flak), sur 211 appareils engagés, 119 sont perdus dont 68 par l'ennemi, avec 41 membres d'équipage tués.
    A l'issue de l'armistice les Allemands récupèrent un certains nombres de Breguet qu'il utiliseront en tant qu'appareil d'instruction.
    L'Armée de l'Air de Vichy maintient 26 machines activent, lors de l'occupation de la zone libre les Allemands récupèreront des Bre-691, 693 et 695, un temps il fut question de les livrés au Italiens pour leurs écoles de formations, les appareils seront finalement ferraillé

    Les Breguet série 690 en chiffres:

    Envergure: 15,36 m
    Longueur: 10,24 m
    Hauteur: 4,00 m

    Masse à vide: 3 006 kg
    Masse en charge: 4 892 kg

    Motorisation: 2x moteurs Gnome-Rhone 14M6/7 de 700 ch
    Vitesse maximum: 380 km/h au niveau de la mer / 492 km/h à 4 400m
    Vitesse ascensionnelle: 4 000m en 8min 30sec
    Plafond pratique: 9 500m
    Distance franchissable: 1 450 km/h

    Armement:
    1x canon HS 404 de 20mm dans le nez
    2x mitrailleuse MAC 34A de 7,5mm dans le nez
    1x mitrailleuse MAC 34T de 7,5mm au poste de tir arrière
    1x mitrailleuse MAC 34T de 7,5mm au poste de tir ventral
    400 kg d'emport de bombes ou de grenade anti-personnel en soute


    Le Breguet 693


    Sources: Aéro Journal N° 12
      Lien   Revenir ici   Citer