Dassault MD-700

Rappels

  • Catégorie : Projet
  • Constructeur : Dassault drapeau du pays

Historique

Le MD.700 fut le concurrent malheureux du SO.4050 Vautour II. A la fin des années 1940, le bombardier SO.4000, sous-motorisé, avait été un échec. L'Armée de l'Air lança donc un concours en 1950 pour un bombardier léger.

Dassault proposa alors le MD.700. Comme des missions différentes (chasse tous-temps et bombardement) furent envisagées, 3 variantes se différenciant par la taille, la motorisation et la flèche des ailes furent conçues.

La version bombardier/chasseur tout-temps, la plus grande, fut étudiée à partir d'octobre 1950. Elle devait être motorisée avec les futurs réacteurs Vulcain (4500 kgp à sec et 6000 kgp avec réchauffe), alors appelés "Super-Atar". Ses dimensions étaient de 22 m de long et de 20 m d'envergure, avec une surface alaire de 80 m². Les réacteurs étaient alimentées par des entrées d'air latérales du même type que celles du MD.450-30L.

Son aile avait au départ une flèche de 30°, mais s'approcha au fil du temps de celle du Mystère IV alors à l'étude. Fin 1951, la flèche était portée à 38° et l'épaisseur relative passa de 10 à 7,5%. Cela entraînait une diminution des dimensions, l'envergure passant à 15,60 m. L'emplanture des ailes était médiane, fait alors unique chez Dassault, afin d’accommoder une soute à bombes ou de missiles de 4,9 m de long. Le train d'atterrissage principal ne se repliait plus dans les ailes mais dans le fuselage, derrière la soute. Le train avant, situé sous l'habitacle, se repliait en arrière

L'appareil était biplace en tandem, avec des sièges éjectables sous une verrière en bulle. Un radar était placé dans le nez et deux canons de 30 mm étaient placés très en avant des entrées d'air. Le MD.700 emportait 7000 l de carburant en interne, soit 2000 l dans le caisson central de voilure et 5000 l dans le tronçon central de fuselage. Il fallait y rajouter deux réservoirs pendulaires de 1000 l chacun sous les ailes.
En février 1951, le marché n°2044/51 fut accordé à Dassault pour l'étude du MD 700. Mais l’État-major lui préféra finalement le SO-4050, dont les réacteurs en nacelle étaient plus accessibles à l'entretien et rendaient l'avion moins vulnérable. Cette disposition devait être retrouvée sur l'A-3 Skywarrior américain ou l'Il-28 soviétique.

En conséquence, aucun MD 700 ne fut construit.

Versions

Sur le forum…

  • La fiche sur le site

    Plan 3 vues de la 1ere variante
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le MD.700 fut le concurrent malheureux du SO.4050 Vautour II. A la fin des années 1940, le bombardier SO.4000, sous-motorisé, avait été un échec. L'Armée de l'Air lança donc un concours en 1950 pour un bombardier léger.

    Dassault proposa alors le MD.700. Comme des missions différentes (chasse tous-temps et bombardement) furent envisagées, 3 variantes se différenciant par la taille, la motorisation et la flèche des ailes furent conçues.

    La version bombardier/chasseur tout-temps, la plus grande, fut étudiée à partir d'octobre 1950. Elle devait être motorisée avec les futurs réacteurs Vulcain (4500 kgp à sec et 6000 kgp avec réchauffe), alors appelé "Super-Atar". Ses dimensions étaient de 22 m de long et de 20 m d'envergure, avec une surface alaire de 80 m². Les réacteurs étaient alimentées par des entrées d'air latérales du même type que celles du MD.450-30L.

    Son aile avait au départ une flèche de 30°, mais s'approcha au fil du temps de celle du Mystère IV alors à l'étude. Fin 1951, la flèche était portée à 38° et l'épaisseur relative passa de 10 à 7,5%. Cela entraînait une diminution des dimensions, l'envergure passant à 15,60 m. L'emplanture des ailes était médiane, fait alors unique chez Dassault, afin d’accommoder une soute à bombes ou de missiles de 4,9 m de long. Le train d'atterrissage principal ne se repliait plus dans les ailes mais dans le fuselage, derrière la soute. Le train avant, situé sous l'habitacle, se repliait en arrière

    L'appareil était biplace en tandem, avec des sièges éjectables sous une verrière en bulle. Un radar était placé dans le nez et deux canons de 30 mm étaient placés très en avant des entrées d'air. Le MD.700 emportait 7000 l de carburant en interne, soit 2000 l dans le caisson central de voilure et 5000 l dans le tronçon central de fuselage. Il fallait y rajouter deux réservoirs pendulaires de 1000 l chacun sous les ailes.

    Longueur : 20,3 m
    Hauteur : 5,8 m
    Envergure : 15,6 m
    Surface alaire : 64 m²
    Masse à vide : 9200 kg
    Masse au décollage : 16000 kg (1800 kg de bombes et 6000 l de carburant)
    Vitesse maximale : 1200 km/h au niveau de la mer.
    vitesse ascensionnelle initiale : 130 m/s
    Rayon d'action à pleine charge : 600 km.


    La deuxième variante était équipée d'Atar 101 moins puissants (3000 kgp à sec, 4000 avec réchauffe) et était plus petite, avec une longueur de 17,8 m. La flèche des ailes passait à 42°, ce qui la rapprochait de celle du futur SMB2. Elle emportait 4000 l de carburant dans le fuselage et 1500 l dans les ailes.

    Hauteur : 5 m
    Envergure : 13,8 m
    Surface alaire : 49 m²
    masse à vide : 7000 kg
    Masse au décollage : 12300 kg (avec 1500 kg de bombes et 4500 l)
    Vitesse max : 1200 km/h au niveau de la mer
    Vitesse ascensionnelle : 110 m/s.

    La troisième et dernière variante était un mélange des deux précédentes : la cellule de la première variante avec les ailes et réacteurs de la deuxième variante, ou plus exactement des dérivés. L'idée était d'améliorer l'autonomie, mais cela se faisait au détriment de la vitesse ascensionnelle.

    longueur : 19,5 m
    hauteur : 5,8 m
    envergure : 15,6 m
    surface alaire : 64 m²
    masse à vide : 8200 kg
    masse au décollage : 15000 kg (1800 kg de charge militaire et 6000 l)
    vit max : 1150 km/h au niveau de la mer.
    Vit ascensionnelle : 70 m/s au niveau de la mer.

    En février 1951, le marché n°2044/51 fut accordé à Dassault pour l'étude du MD 700. Mais l’État-major lui préféra finalement le SO-4050, dont les réacteurs en nacelle étaient plus accessibles à l'entretien et rendaient l'avion moins vulnérable. Cette disposition devait être retrouvée sur l'A-3 Skywarrior américain ou l'Il-28 soviétique.

    En conséquence, aucun MD 700 ne fut construit.


    Docavia n°13 Ouragan et Mystère, par Jean Cuny.

    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=http://alternathistory.com/nochnye-zagadki-marselya-dasso-chast-6-proekt-nochnogo-istrebitelya-perekhvatchika-dassault-md-700&prev=search


    http://www.secretprojects.co.uk/forum/index.php/topic,1491.0.html
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer