Radioplane Q-1

Rappels

  • Catégorie : Drone
  • Constructeur : Radioplane drapeau du pays
  • Premier vol : 1950
  • Production : 34 appareils construits (cellules neuves)

Historique

En 1948, peu après sa formation, l'USAF lança un appel d'offres pour un drone-cible à haute vitesse, à l'image de ce que faisait l'US Navy depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le contrat de développement fut confié à Radioplane, qui avait une bonne expérience en matière de drones.

Radioplane proposa le RP-26, propulsé par un pulsoréacteur Giannini XPJ39-GN-1 de 11 pouces. Il était à ailes hautes et droites, monodérive, et catapulté du sol. Il était contrôlé du sol grâce à un radar AN/APW-11 et récupéré par parachute.

Le RP-26 fut désigné XQ-1 par l'USAF et 28 exemplaires furent construits. Le premier d'entre eux vola en 1950. Plusieurs XQ-1 furent modifiés avec une double dérive afin de permettre le largage en vol, l'avion-porteur étant souvent le DB-26.

L'appareil en lui-même était globalement satisfaisant, mais son pulsoréacteur, trop gourmand, limitait l'endurance de vol à 60 minutes. Au moins un XQ-1 fut donc remotorisé avec un réacteur Continental YJ69-T-3 de 880 lbf pour pallier à ce problème. Le système de parachute fut également revu et corrigé pour l'occasion. Cet appareil modifié prit la désignation de XQ-1A. Mais les modifications apportées étaient insuffisantes.

Radioplane se lança dans une modification majeure du concept. Tout en conservant le moteur, le fuselage fut redessiné pour donner naissance au RP-50, qui devint YQ-1B pour l'USAF. La prise d'air était frontale et remplaçait les prises latérales de la version précédente. 6 exemplaires furent construits, dont 2 qui pouvaient être catapultés du sol.

L'YQ-1B vola pour la première fois en 1953 et l'USAF commença à l'évaluer la même année. Mais bien que les tests prouvèrent que l'appareil était sain et dépourvu de défauts, l'USAF lui préféra le Ryan Q-2 Firebee (le futur BQM-34) et le programme fut abandonné en conséquence.

Radioplane travailla un temps sur une variante en plastique et fibres de verre, le XQ-3. Il est à peu près certain qu'aucun exemplaire ne fut construit. En revanche, l'YQ-1B servit de base au RP-54D, qui fut commandé sous forme de missile anti-radar par l'USAF sous la désignation B-67 Crossbow. Ce même appareil fut désigné GAM-67 en 1955, l'USAF décidant d'utiliser une désignation distincte pour ses missiles en lieu et place des désignations d'avions.

Versions

  • Radioplane XQ-1 : Prototypes, motorisés par un pulsoréacteur.
  • Radioplane XQ-1A : Au moins un XQ-1 modifié avec un réacteur Continental J69.
  • Radioplane XQ-3 : Variante en plastique et fibres de verre. Très certainement aucun exemplaire construit.
  • Radioplane YQ-1B : Fuselage redessinée, 6 exemplaires.

Sur le forum…

  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Prototype de drone-cible américain des années 1950.

    En 1948, peu après sa formation, l'USAF lança un appel d'offres pour un drone-cible à haute vitesse, à l'image de ce que faisait l'US Navy depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le contrat de développement fut confié à Radioplane, qui avait une bonne expérience en matière de drones.

    Radioplane proposa le RP-26, propulsé par un pulsoréacteur Giannini XPJ39-GN-1 de 11 pouces. Il était à ailes hautes et droites, monodérive, et catapulté du sol. Il était contrôlé du sol grâce à un radar AN/APW-11 et récupéré par parachute.

    Le RP-26 fut désigné XQ-1 par l'USAF et 28 exemplaires furent construits. Le premier d'entre eux vola en 1950. Plusieurs XQ-1 furent modifiés avec une double dérive afin de permettre le largage en vol, l'avion-porteur étant souvent le DB-26.

    L'appareil en lui-même était globalement satisfaisant, mais son pulsoréacteur, trop gourmand, limitait l'endurance de vol à 60 minutes. Au moins un XQ-1 fut donc remotorisé avec un réacteur Continental YJ69-T-3 de 880 lbf pour pallier à ce problème. Le système de parachute fut également revu et corrigé pour l'occasion. Cet appareil modifié prit la désignation de XQ-1A. Mais les modifications apportées étaient insuffisantes.

    Radioplane se lança dans une modification majeure du concept. Tout en conservant le moteur, le fuselage fut redessiné pour donner naissance au RP-50, qui devint YQ-1B pour l'USAF. La prise d'air était frontale et remplaçait les prises latérales de la version précédente. 6 exemplaires furent construits, dont 2 qui pouvaient être catapultés du sol.

    L'YQ-1B vola pour la première fois en 1953 et l'USAF commença à l'évaluer la même année. Mais bien que les tests prouvèrent que l'appareil était sain et dépourvu de défauts, l'USAF lui préféra le Ryan Q-2 Firebee (le futur BQM-34) et le programme fut abandonné en conséquence.

    Radioplane travailla un temps sur une variante en plastique et fibres de verre, le XQ-3. Il est à peu près certain qu'aucun exemplaire ne fut construit. En revanche, l'YQ-1B servit de base au RP-54D, qui fut commandé sous forme de missile anti-radar par l'USAF sous la désignation B-67 Crossbow. Ce même appareil fut désigné GAM-67 en 1955, l'USAF décidant d'utiliser une désignation distincte pour ses missiles en lieu et place des désignations d'avions.

    (eh oui, le B-67 était pour Bomber, ce qui explique bien des trous dans la nomenclature de l'époque).




    http://en.wikipedia.org/wiki/Radioplane_Q-1


    http://www.designation-systems.net/dusrm/app1/q-1.html
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer