Lockheed CL-400 (ÉU : Suntan)

Rappels

  • É.U. : Suntan
  • Catégorie : Projet
  • Constructeur : Lockheed drapeau du pays
  • Missions : Ravitaillement en vol, Reconnaissance, Renseignement électronique

Historique

À partir de 1956, l’USAF finance secrètement un programme de recherche et de développement sur les aéronefs à grande vitesse destinés à la reconnaissance stratégique. Les Skunk Works de Kelly Johnson, chez Lockheed, sont le partenaire idéal pour ce travail, puisqu’ils ont développé et livré l'U-2 avec succès tout en maintenant le programme secret. L’objectif de l’USAF est de remplacer l’U-2 par un avion capable de voler beaucoup plus vite et plus haut, afin qu’il soit moins vulnérable aux défenses ennemies. L’utilisation d’hydrogène comme carburant devrait permettre, selon les premières études, d’obtenir un avion capable de voler à Mach 2.5 à 30'000 mètres d’altitude.

Alors que le motoriste Pratt & Whitney planche sur un nouveau moteur utilisant ce carburant peu habituel pour un avion, Lockheed reprend les études aérodynamiques et la configuration générale du F-104 pour son nouvel appareil, qui sera néanmoins beaucoup plus grand que le Starfighter. Désigné CL-400, le nouvel appareil est constitué d’un fuselage profilé de forme circulaire dont une grande partie du volume est destiné au stockage de l’hydrogène sous forme liquide. Les ailes, en position médianes et extrêmement fines, sont de forme trapézoïdale et n’ont pas de dièdre. L’empennage est en "T" et une quille ventrale rétractable sous la dérive permet d’augmenter la stabilité aux vitesses supersoniques. Le train d’atterrissage de type monovoie et les balancines sous les nacelles des moteurs, situées aux extrémités des ailes, est entièrement escamotable.

Finalement, après de nombreuses modifications, Pratt & Whitney réussi à faire fonctionner un turboréacteur conventionnel déjà existant avec de l’hydrogène liquide. Si par la suite plus de 25 heures de test sont effectués avec ce nouveau réacteur, il a fallu auparavant définir des techniques de manipulation de l’hydrogène liquide au sol, notamment son stockage, son transport et la mise au point de systèmes de ravitaillement rapide.

Malgré des vitesses qui devraient être très intéressantes en altitude, Lockheed et Pratt & Whitney ne parviennent pas à atteindre l’autonomie exigée par le programme, le CL-400 ne pouvant très probablement pas dépasser les 2’000km de rayon d’action sans une  augmentation démesurée de sa taille. De plus, outre le fait qu’un certain nombre de responsables militaires considèrent qu’utiliser de l’hydrogène liquide est trop dangereux, son utilisation nécessite des installations spécifiques coûteuses sur les différentes bases où il serait appelé à opérer. En fin de compte, les pressions budgétaires et les difficultés techniques poussent l’USAF à abandonner le projet en 1958. Les recherches sont réorientées vers des avions de conception plus conventionnelle et aboutissent finalement au SR-71 Blackbird. L'existence du CL-400 ne sera révélée au public qu’en 1973, durant un symposium sur l’utilisation de l'hydrogène comme carburant, au Centre de recherche de la NASA de Langley.

Malgré l’abandon de ce programme, les recherches sur l’utilisation de l’hydrogène comme carburant ont permis de mettre au point des techniques et de développer des infrastructures industrielles permettant la production d’hydrogène à volume élevé. Elles seront très utiles lors des travaux effectués sur l’utilisation de l’hydrogène liquide en tant que carburant des fusées des programmes Apollo, ainsi que pour la navette spatiale.

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 31 740 kg (69 975 lbs)
  • Masse à vide : 22 000 kg (48 502 lbs)
  • Surface alaire : 223 m² (2 400 sq. ft)
  • Hauteur : 9,14 m (29,987 ft)
  • Envergure : 25,57 m (83,891 ft)
  • Longueur : 50 m (164 ft)

Équipage

  • Équipage : 2

Performances

  • Rayon d'action Hi-Hi-Hi : 2 000 km (1 243 mi, 1 080 nm)
  • Distance franchissable : 4 070 km (2 529 mi, 2 198 nm)
  • Plafond opérationnel : 30 300 m (99 409 ft)
  • Vitesse maximale HA : Mach 2,5
  • Rapport poussée/masse à sec maxi au décollage : 0.27
  • Charge alaire maxi au décollage : 142.33 kg/m²
  • Rapport poussée/masse à sec à vide : 0.39
  • Charge alaire à vide : 98.65 kg/m²

Motorisation

  • 2 × réacteurs Pratt & Whitney 302-4 de 4 281 kgp (42 kN, 9 439 lbf)
  • Carburant (masse) : 9 740 kg (21 473 lbs)

Armement

  • Nombre de points d'emport : 0

Sur le forum…

  • Avec de faux airs de starfighter
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Projet d’avion de reconnaissance stratégique américain des années 1950, propulsé à l’hydrogène et destiné à remplacer l’U-2.

    À partir de 1956, l’USAF finance secrètement un programme de recherche et de développement sur les aéronefs à grande vitesse destinés à la reconnaissance stratégique. Les Skunk Works de Kelly Johnson, chez Lockheed, sont le partenaire idéal pour ce travail, puisqu’ils ont développé et livré l'U-2 avec succès tout en maintenant le programme secret. L’objectif de l’USAF est de remplacer l’U-2 par un avion capable de voler beaucoup plus vite et plus haut, afin qu’il soit moins vulnérable aux défenses ennemies. L’utilisation d’hydrogène comme carburant devrait permettre, selon les premières études, d’obtenir un avion capable de voler à Mach 2.5 à 30'000 mètres d’altitude.

    Alors que le motoriste Pratt et Whitney planche sur un nouveau moteur utilisant ce carburant peu habituel pour un avion, Lockheed reprend les études aérodynamiques et la configuration générale du F-104 pour son nouvel appareil, qui sera néanmoins beaucoup plus grand que le Starfighter. Désigné CL-400, le nouvel appareil est constitué d’un fuselage profilé de forme circulaire dont une grande partie du volume est destiné au stockage de l’hydrogène sous forme liquide. Les ailes, en position médianes et extrêmement fines, sont de forme trapézoïdale et n’ont pas de dièdre. L’empennage est en "T" et une quille ventrale rétractable sous la dérive permet d’augmenter la stabilité aux vitesses supersoniques. Le train d’atterrissage de type monovoie et les balancines sous les nacelles des moteurs, situées aux extrémités des ailes, est entièrement escamotable.

    Finalement, après de nombreuses modifications, Pratt et Whitney réussi à faire fonctionner un turboréacteur conventionnel déjà existant avec de l’hydrogène liquide. Si par la suite plus de 25 heures de test sont effectués avec ce nouveau réacteur, il a fallu auparavant définir des techniques de manipulation de l’hydrogène liquide au sol, notamment son stockage, son transport et la mise au point de systèmes de ravitaillement rapide.

    Malgré des vitesses qui devraient être très intéressantes en altitude, Lockheed et Pratt & Whitney ne parviennent pas à atteindre l’autonomie exigée par le programme, le CL-400 ne pouvant très probablement pas dépasser les 2’000km de rayon d’action sans une augmentation démesurée de sa taille. De plus, outre le fait qu’un certain nombre de responsables militaires considèrent qu’utiliser de l’hydrogène liquide est trop dangereux, son utilisation nécessite des installations spécifiques coûteuses sur les différentes bases où il serait appelé à opérer. En fin de compte, les pressions budgétaires et les difficultés techniques poussent l’USAF à abandonner le projet en 1958. Les recherches sont réorientées vers des avions de conception plus conventionnelle et aboutissent finalement au SR-71 Blackbird. L'existence du CL-400 ne sera révélée au public qu’en 1973, durant un symposium sur l’utilisation de l'hydrogène comme carburant, au Centre de recherche de la NASA de Langley.

    Malgré l’abandon de ce programme, les recherches sur l’utilisation de l’hydrogène comme carburant ont permis de mettre au point des techniques et de développer des infrastructures industrielles permettant la production d’hydrogène à volume élevé. Elles seront très utiles lors des travaux effectués sur l’utilisation de l’hydrogène liquide en tant que carburant des fusées des programmes Apollo, ainsi que pour la navette spatiale.


    Versions :
    CL-400 Suntan : Désignation initiale du projet.


    Utilisateurs militaires :
    Aucun.


    Caractéristiques et performances :
    Équipage : 2
    Longueur : 50.0 m
    Envergure : 25.57 m
    Hauteur : 9.14 m
    Surface alaire : 223 m2
    Masse à vide : 22’000 kg
    Masse de carburant en interne : 9’740 kg
    Masse maximale au décollage : 31’740 kg
    Points d’attache : 0
    Moteurs : Pratt & Whitney 302-4 d’une puissance de 42 kN au niveau de la mer et 27 kN à 29’000 m
    Vitesse max haute altitude: Mach 2.5
    Plafond opérationnel : 30’300 m
    Rayon d’action : 2’000 km
    Distance franchissable : 4’070 km
    Armement : Sans.



    Liens internet :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Lockheed_CL-400_Suntan

    https://history.nasa.gov/SP-4404/ch8-3.htm

    https://www.globalsecurity.org/intell/systems/suntan-2.htm

    https://www.secretprojects.co.uk/threads/lockheed-cl400-suntan.7228/
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer