ROKAF Buwhal

Rappels

  • Catégorie : Avion utilitaire
  • Constructeur : ROKAF drapeau du pays
  • Premier vol : 11 octobre 1953
  • Production : 1 appareils construits (cellules neuves)

Historique

Le ROKAF Buwhal est un avion biplace de liaison et d’entrainement à ailes hautes contreventées, muni d’un empennage traditionnel, d’un train d’atterrissage quadricycle et propulsé par un moteur à pistons actionnant une hélice bipale.

C’est le 28 juin 1953, durant la guerre, que l’école technique de la force aérienne coréenne (ROKAF Technical School) commence la mise au point d’un avion de liaison relativement simple.

L’appareil, aux lignes assez anguleuses, possède une structure tubulaire recouverte de bois et de toile. La cabine peut transporter, en plus du pilote, un passager ou du fret. Le fuselage se rétrécit à l’arrière de la cabine et se prolonge par une sorte de poutre de queue où se situent l’empennage horizontal et la dérive arrondie. Les ailes contreventées, en position haute, sont longues et arrondies à leurs extrémités. La propulsion est assurée par un moteur à pistons Continental O-190-1 de 85 cv entrainant une hélice bipale. Le train d’atterrissage est constitué d’un train principal à l’avant et de deux roulettes à l’arrière, situées de chaque côté de la cabine. Cette configuration permet d’utiliser les jambes de train pour installer des flotteurs, sans avoir besoin de modifier la structure.

Son premier vol a été effectué avec succès le 11 octobre 1953, soit quelques mois après la fin du conflit.
Le 3 avril 1954, une cérémonie officielle a lieu sur la base aérienne de Gimhae. Syngman Rhee, premier président de Corée, puis de Corée du Sud après la guerre, baptise l’appareil "Buwhal" (Résurrection) en peignant lui-même ce nom sur l’avion. Les concepteurs du Buwhal, ainsi que les mécaniciens qui ont participés au projet, sont ensuite décorés de l’ordre du mérite par le président pour avoir construit le premier avion coréen. Le but de ces gestes est avant tout de redonner une fierté aux sud-coréens après cette guerre fratricide qui vient de se terminer.

L’appareil est utilisé pour des missions de liaisons, d’observation et d’entrainement de base au sein de la force aérienne sud-coréenne entre 1955 et 1960. Il est par la suite utilisé comme avion d’entrainement dans le civil.



Le Buwhal a été conservé par l’académie de la force aérienne coréenne jusqu’à ce qu’un groupe décide de le restaurer. Les différentes pièces sont retrouvées dans les entrepôts et un moteur est acheté auprès d’un collectionneur américain. Certaines modifications lui ont été apportées, entre autre en ce qui concerne ses dimensions. Le nouvel appareil a pris l’air le 13 juin 2011.

Versions

  • ROKAF Buhwal : Appareil de base, ayant servi aux missions de liaison, d’entrainement et d’observation.
  • ROKAF Buhwal 2011 : Appareil restauré après avoir retrouvé la plupart des pièces de l’original.

Sur le forum…

  • Celle-ci était plus simple. Idéale pour un dimanche. :mrgreen:
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    La fiche sur le site
    Déjà! :mrgreen: Merci Clansman. ;)
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le ROKAF Buhwal est un avion biplace de liaison et d’entrainement à ailes hautes contreventées, muni d’un empennage traditionnel, d’un train d’atterrissage quadricycle et propulsé par un moteur à pistons actionnant une hélice bipale.

    C’est le 28 juin 1953, durant la guerre, que l’école technique de la force aérienne coréenne (ROKAF Technical School) commence la mise au point d’un avion de liaisons relativement simple.

    L’appareil, aux lignes assez anguleuses, possède une structure tubulaire recouverte de bois et de toile. La cabine peut transporter, en plus du pilote, un passager ou du fret. Le fuselage se rétrécit à l’arrière de la cabine et se prolonge par une sorte de poutre de queue où se situent l’empennage horizontal et la dérive arrondie. Les ailes contreventées, en position haute, sont longues et arrondies à leurs extrémités. La propulsion est assurée par un moteur à pistons Continental O-190-1 de 85cv entrainant une hélice bipale. Le train d’atterrissage est constitué d’un train principal à l’avant et de deux roulettes à l’arrière, situées de chaque côté de la cabine. Cette configuration permet d’utiliser les jambes de train pour installer des flotteurs, sans avoir besoin de modifier la structure.
    Son premier vol a été effectué avec succès le 11 octobre 1953, soit quelques mois après la fin du conflit.
    Le 3 avril 1954, une cérémonie officielle a lieu sur la base aérienne de Gimhae. Syngman Rhee, premier président de Corée, puis de Corée du Sud après la guerre, baptise l’appareil "Buhwal" (Résurrection) en peignant lui-même ce nom sur l’avion. Les concepteurs du Buhwal, ainsi que les mécaniciens qui ont participés au projet, sont ensuite décorés de l’ordre du mérite par le président pour avoir construit le premier avion coréen. Le but de ces gestes est avant tout de redonner une fierté aux sud-coréens après cette guerre fratricide qui vient de se terminer.

    L’appareil est utilisé pour des missions de liaisons, d’observation et d’entrainement de base au sein de la force aérienne sud-coréenne entre 1955 et 1960. Il est par la suite utilisé comme avion d’entrainement dans le civil.

    Le Buhwal a été conservé par l’académie de la force aérienne coréenne jusqu’à ce qu’un groupe décide de le restaurer. Les différentes pièces sont retrouvées dans les entrepôts et un moteur est acheté auprès d’un collectionneur américain. Certaines modifications lui ont été apportées, entre autre en ce qui concerne ses dimensions. Le nouvel appareil a pris l’air le 13 juin 2011.


    Versions :
    Buhwal : Appareil de base, ayant servi aux missions de liaison, d’entrainement et d’observation.

    Buhwal 2011 : Appareil restauré après avoir retrouvé la plupart des pièces de l’original.


    Utilisateurs militaires :
    Corée du Sud : Au moins 1 appareil utilisé par la force aérienne sud-coréenne pour des missions de de liaison, d’entrainement et d’observation.


    Caractéristiques :
    Equipage : 1
    Passagers : 1
    Longueur : 6,6m
    Envergure : 12,7m
    Hauteur : 3,05m
    Masse à vide : 380kg
    Masse maximale au décollage : 580kg
    Capacité du réservoir d’essence : 55L
    Points d’attache : 0

    Moteurs :
    Un moteur à pistons Continental O-190-1 de 85cv.

    Performances :
    Vitesse max : 180km/h
    Vitesse de croisière : 145km/h
    Vitesse de décrochage : 78km/h (67,2km/h avec les volets baissés)
    Plafond opérationnel : 4’900m
    Endurance : 2h10
    Distance franchissable : 314km

    Armement :
    Sans.


    Liens internet :
    http://img.kisti.re.kr/originalView/originalView.jsp

    http://ko.wikipedia.org/wiki/%EB%B6%80%ED%99%9C%ED%98%B8

    http://www.airliners.net/photo/South-Korea--/Buhwal/1548129/L/&sid=8fc90f33d886b660b9144439efccd62e

    http://www.korea.net/NewsFocus/Policies/view?articleId=73249

    http://www.afa.ac.kr/museum/buhwal.html?_sm_au_=iVVJNj3V0DFNWq35
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer