Airspeed AS.57 Ambassador

Rappels

  • Catégorie : Avion de ligne
  • Constructeur : Airspeed drapeau du pays
  • Premier vol : 10 juillet 1947
  • Production : 23 appareils construits (cellules neuves)

Historique

En février 1943, un comité se réunit au Royaume-Uni pour identifier les futurs besoins de l'aviation civile britannique après la guerre. Il est connu sous le nom de comité Brabazon et l'une de ses recommandations est d'étudier un avion de ligne bimoteur régional, destiné à remplacer le DC-3 et désigné par eux Type IIA.

La tâche fut confiée à Airspeed, les spécifications précisant que les moteurs devaient être des Bristol Hercules, l'appareil d'une masse d'environ 14 à 15 tonnes et la cabine non pressurisée. A cette époque, Airspeed dispose d'un bureau d'étude dans le manoir Fairmile, dans le Surrey.

Le ministère de la production commande alors 2 prototypes. Mais dès la fin de la guerre, les spécifications sont plus exigeantes : l'appareil doit être de la classe des 24 tonnes, avec des moteurs Bristol Centaurus et une cabine pressurisée pouvant accueillir 47 passagers. Avec son train tricycle rétractable, il faisait plus moderne que les surplus de la guerre qui sont mis en service sur les lignes régionales d'Europe. Ses ailes étaient hautes et il se distinguait par une triple dérive ainsi qu'un nez assez allongé.

Le vol inaugural eut lieu le 10 juillet 1947 entre les mains de George B.S. Errington à Christchurch. 2 prototypes, ainsi que 2 cellules d'essais statiques, furent construits, avec des moteurs Centaurus 631 de 2600 hp. Le second prototype vola le 26 août 1948. Une machine de présérie fut construite avec les moteurs définitifs, des Centaurus 661. Elle vola pour la première fois en mai 1950.

BEA (British European Airways) en commanda 20 exemplaires, désignés Ambassador 2, en septembre 1948 pour 3 millions de livres. Le premier d'entre eux vola en janvier 1951. Ils furent mis en service le 13 mars 1952 entre Heathrow et Le Bourget. BEA les utilisa jusqu'en août 1958 sous le nom "d'Elizabethan", en honneur à la reine nouvellement couronnée. Ils furent alors remplacés par le Vickers Viscount.

Les Ambassador furent alors revendus à d'autres compagnies aériennes, non seulement en Grande-Bretagne, mais aussi en Australie, en Suisse et en Norvège. BKS Air Transport utilisa par exemple 3 appareils modifiés pour transporter du fret, dont 2 pour le transport de chevaux.



Le deuxième Ambassador 2 fut utilisés par des motoristes britanniques comme banc d'essais volant des Bristol Proteus 705 en 1953, et Rolls-Royce Tyne en 1958. Le premier, lui, fut impliqué dans les essais du Napier Eland en 1955.

Outre des opérateurs civils, l'Ambassador fut utilisé par des forces aériennes : celle de la Jordanie utilisa 3 anciens appareils de BEA à partir de 1959, dont un fut rétrocédé à celle du Maroc en septembre 1960. Dans les deux cas, ils servirent pour le transport de personnalités royales, avec un intérieur aménagé.

Cet appareil, construit à seulement 23 exemplaires, fut populaire au début grâce à sa cabine pressurisée et silencieuse. Il fut cependant rapidement éclipsé par l'apparition des avions à turbopropulseurs (le Viscount apparut un an après lui) et à réaction. De plus, 2 accidents mortels entachèrent sa réputation, dont le "désastre de Munich" le 6 février 1958 qui vit la mort de 23 personnes dont 8 joueurs de l'équipe de foot de la Manchester United.

Un seul Ambassador, utilisé par la force aérienne jordanienne puis par Dan-Air jusqu'en 1971, a survécu jusqu'à nos jours. Il est en cours de restauration à Duxford.

Versions

  • Airspeed AS.57 Ambassador 1 : Prototypes, 2 exemplaires.
  • Airspeed AS.57 Ambassador 2 : Unique version de série, 21 exemplaires dont un exemplaire de présérie.
  • Airspeed AS.59 Ambassador II : Projet d'une variante propulsée par 2 à 4 turbines.
  • Airspeed AS.60 Ayrshire C.1 : Projet d'une version de transport militaire.
  • Airspeed AS.64 : Projet d'une version de transport militaire pour la RAF.
  • Airspeed AS.66 : Projet d'une version civile de transport de fret.
  • Airspeed AS.67 : Projet d'une version civile de transport de fret.

Sur le forum…

  • Elle est pas mal, celle-ci.

    Bon, je modifie pour éviter les médisances. :D
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Clansman a écrit

    …dont le "désastre de Munich" le 6 février 1958 qui vit la mort de 15 personnes et de 8 joueurs de foot. Un seul exemplaire, utilisé par la force aérienne jordanienne puis par Dan-Air jusqu'en 1971, a survécu jusqu'à nos jours.

    Moi aussi, je suis perplexe. Mais que pouvait bien faire la force aérienne jordanienne d'un unique joueur de foot? :mrgreen:
    "En temps de paix, le kamikaze n'a plus de raison de sauter sur quoi que ce soit d'inflammable. Il s'étiole. Le suicide était le seul but de son existence : maintenant qu'il n'a plus de raison de mourir, il n'a plus de raison de vivre.Heureusement, il est possible d'aider le kamikaze à en finir en déclenchant en lui cette irrépressible envie d'exploser sur l'ennemi qui lui valut naguère son immense prestige auprès des gonzesses. Comment? C'est simple : il suffit d'imiter le cri du porte-avions. Regardez bien. Pout, pout, pout, ….Kamikaze : Banzaï !Etonnant, non?"Desproges
      Lien   Revenir ici   Citer
  • C'est exactement ça. :mrgreen:
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Encore un que je ne connaissais pas, merci!

    le "désastre de Munich" le 6 février 1958 qui vit la mort de 15 personnes et de 8 joueurs de foot.
    T'as raison, faut pas mélanger… :mrgreen:
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • L'Airspeed AS.57 Ambassador est un avion de ligne bimoteur britannique de la fin des années 1940.

    En février 1943, un comité se réunit au Royaume-Uni pour identifier les futurs besoins de l'aviation civile britannique après la guerre. Il est connu sous le nom de comité Brabazon et l'une de ses recommandations est d'étudier un avion de ligne bimoteur régional, destiné à remplacer le DC-3 et désigné par eux Type IIA.

    La tâche fut confiée à Airspeed, les spécifications précisant que les moteurs devaient être des Bristol Hercules, l'appareil d'une masse d'environ 14 à 15 tonnes et la cabine non pressurisée. A cette époque, Airspeed dispose d'un bureau d'étude dans le manoir Fairmile, dans le Surrey.

    Le ministère de la production commande alors 2 prototypes. Mais dès la fin de la guerre, les spécifications sont plus exigeantes : l'appareil doit être de la classe des 24 tonnes, avec des moteurs Bristol Centaurus et une cabine pressurisée pouvant accueillir 47 passagers. Avec son train tricycle rétractable, il faisait plus moderne que les surplus de la guerre qui sont mis en service sur les lignes régionales d'Europe. Ses ailes étaient hautes et il se distinguait par une triple dérive ainsi qu'un nez assez allongé.

    Le vol inaugural eut lieu le 10 juillet 1947 entre les mains de George B.S. Errington à Christchurch. 2 prototypes, ainsi que 2 cellules d'essais statiques, furent construits, avec des moteurs Centaurus 631 de 2600 hp. Le second prototype vola le 26 août 1948. Une machine de présérie fut construite avec les moteurs définitifs, des Centaurus 661. Elle vola pour la première fois en mai 1950.

    BEA (British European Airways) en commanda 20 exemplaires, désignés Ambassador 2, en septembre 1948 pour 3 millions de livres. Le premier d'entre eux vola en janvier 1951. Ils furent mis en service le 13 mars 1952 entre Heathrow et Le Bourget. BEA les utilisa jusqu'en août 1958 sous le nom "d'Elizabethan", en honneur à la reine nouvellement couronnée. Ils furent alors remplacés par le Vickers Viscount.

    Les Ambassador furent alors revendus à d'autres compagnies aériennes, non seulement en Grande-Bretagne, mais aussi en Australie, en Suisse et en Norvège. BKS Air Transport utilisa par exemple 3 appareils modifiés pour transporter du fret, dont 2 pour le transport de chevaux.

    Le deuxième Ambassador 2 fut utilisés par des motoristes britanniques comme banc d'essais volant des Bristol Proteus 705 en 1953, et Rolls-Royce Tyne en 1958. Le premier, lui, fut impliqué dans les essais du Napier Eland en 1955.

    Outre des opérateurs civils, l'Ambassador fut utilisé par des forces aériennes : celle de la Jordanie utilisa 3 anciens appareils de BEA à partir de 1959, dont un fut rétrocédé à celle du Maroc en septembre 1960. Dans les deux cas, ils servirent pour le transport de personnalités royales, avec un intérieur aménagé.

    Cet appareil, construit à seulement 23 exemplaires, fut populaire au début grâce à sa cabine pressurisée et silencieuse. Il fut cependant rapidement éclipsé par l'apparition des avions à turbopropulseurs (le Viscount apparut un an après lui) et à réaction. De plus, 2 accidents mortels entachèrent sa réputation, dont le "désastre de Munich" le 6 février 1958 qui vit la mort de 15 personnes et de 8 joueurs de foot. Un seul exemplaire, utilisé par la force aérienne jordanienne puis par Dan-Air jusqu'en 1971, a survécu jusqu'à nos jours. Il est en cours de restauration à Duxford.


    Versions :

    AS.57 Ambassador 1 : Prototypes, 2 exemplaires.

    AS.57 Ambassador 2 : Version de série, 21 exemplaires.

    AS.59 Ambassador II : Projet de variante soit bimoteur (Bristol Proteus ou Bristol Theseus), soit quadrimoteur (Napier Naiad ou Rolls-Royce Dart). Bien que les ailes de l'Ambassador soient structurellement prévues pour supporter 4 moteurs dès l'origine, aucune version quadrimoteur ne fut finalement construite.

    AS.60 Ayrshire C.1 : Projet d'une version de transport militaire. Elle fut conçue afin de répondre à l'Air Ministry Specification C.13/45 et 10 exemplaires furent commandés en octobre 1946. Cependant, les projections montrèrent que l'appareil serait en deça des spécifications demandées et la commande fut annulée.

    AS.64 : Projet d'une version de transport militaire pour la RAF. Elle fut conçue afin de répondre à l'Air Ministry Specification C.26/43. Elle ne fut pas construite.

    AS.66 : Projet d'une version civile de transport de fret.

    AS.67 : Projet d'une version civile de transport de fret.



    http://fr.wikipedia.org/wiki/Airspeed_AS.57_Ambassador


    http://en.wikipedia.org/wiki/Airspeed_Ambassador


    http://www.oldprops.ukhome.net/Ambassador.htm


    http://www.aviastar.org/air/england/airspeed_ambassador.php


    http://www.das.org.uk/Airspeed%20Ambassador%202%20G-ALZO.htm


    http://www.flugzeuginfo.net/acdata_php/acdata_airspeed_as57_en.php
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer