Convair X-11

Rappels

  • Catégorie : Avion expérimental
  • Constructeur : Convair drapeau du pays
  • Production : 16 appareils construits (cellules neuves)

Historique

Lors de l'élaboration du missile ICBM SM-65 Atlas, dont le projet initial est dénommé XSM-16A, Convair propose de construire deux types de prototypes pour vérifier l’intégration et le bon fonctionnement des nouvelles technologiques nécessaires pour mener à bien le programme. À ce stade, l’Atlas est encore envisagé comme un énorme missile de 49 mètres de haut, 3,7 mètres de diamètre, pesant 200 tonnes et propulsé par quatre moteurs-fusées d'appoint et un moteur de croisière.

Le premier modèle de ces prototypes, le X-11, est conçu pour tester en vol la cellule globale en utilisant uniquement le moteur-fusée de croisière, tandis que plus tard le X-12 intégrerait plus de composants, y compris les quatre moteurs d'appoint.

Dans l'intervalle, les laboratoires nationaux font des découvertes révolutionnaires qui permettent de réduire considérablement la masse de la charge nucléaire à embarquer sur l'Atlas. Sur la base des nouvelles estimations, Convair réduit la taille et le poids de l'Atlas ICBM, permettant l'utilisation de seulement deux boosters et un moteur de croisière. À ce moment, le X-11 doit par conséquent être presque entièrement redessiné. Désigné désormais Atlas Series A, puis Atlas A, il n’est propulsé que par les deux boosters.

Au final, seize Atlas A sont construits. Trois sont utilisés pour des essais au sol et huit autres sont lancés depuis la Cape Canaveral Air Force Station entre le 11 juin 1953 et le 3 juin 1958. La moitié des vols, soit quatre, sont considérés comme un succès et permettent d’effectuer un vol complet en atteignant les 120'000 mètres d’altitude. Ce programme démontre ainsi que les réservoirs de propergol à pression stabilisée, dont l’enveloppe particulièrement mince et légère est maintenue grâce à une pression interne pour l’empêcher de s'effondrer, et les composants du système de propulsion destinés aux ICBM Atlas sont parfaitement sûrs et adaptés.

La puissance du missile Atlas est rapidement remarquée par les responsables des missions spatiales américaines et des versions sont rapidement développées pour en faire un des premiers lanceurs spatiaux américains.

Ancien pays utilisateur

Versions

  • Convair X-11 : Première désignation donnée par l’USAF.
  • Convair XSM-65A Atlas : Ou "Atlas A", désignation du missile dans sa version la plus courte.

Sur le forum…

  • La fiche sur le site.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le Convair X-11 est le nom donné par l'USAF au SM-65A Atlas, un prototype de missile balistique intercontinental américain des années 1950 destiné à tester et valider les nouvelles technologies intégrées.

    Lors de l'élaboration du missile ICBM SM-65 Atlas, dont le projet initial est dénommé XSM-16A, Convair propose de construire deux types de prototypes pour vérifier l’intégration et le bon fonctionnement des nouvelles technologiques nécessaires pour mener à bien le programme. À ce stade, l’Atlas est encore envisagé comme un énorme missile de 49 mètres de haut, 3,7 mètres de diamètre, pesant 200 tonnes et propulsé par quatre moteurs-fusées d'appoint et un moteur de croisière.

    Le premier modèle de ces prototypes, le X-11, est conçu pour tester en vol la cellule globale en utilisant uniquement le moteur-fusée de croisière, tandis que plus tard le X-12 intégrerait plus de composants, y compris les quatre moteurs d'appoint.

    Dans l'intervalle, les laboratoires nationaux font des découvertes révolutionnaires qui permettent de réduire considérablement la masse de la charge nucléaire à embarquer sur l'Atlas. Sur la base des nouvelles estimations, Convair réduit la taille et le poids de l'Atlas ICBM, permettant l'utilisation de seulement deux boosters et un moteur de croisière. À ce moment, le X-11 doit par conséquent être presque entièrement redessiné. Désigné désormais Atlas Series A, puis Atlas A, il n’est propulsé que par les deux boosters.

    Au final, seize Atlas A sont construits. Trois sont utilisés pour des essais au sol et huit autres sont lancés depuis la Cape Canaveral Air Force Station entre le 11 juin 1953 et le 3 juin 1958. La moitié des vols, soit quatre, sont considérés comme un succès et permettent d’effectuer un vol complet en atteignant les 120'000 mètres d’altitude. Ce programme démontre ainsi que les réservoirs de propergol à pression stabilisée, dont l’enveloppe particulièrement mince et légère est maintenue grâce à une pression interne pour l’empêcher de s'effondrer, et les composants du système de propulsion destinés aux ICBM Atlas sont parfaitement sûrs et adaptés.

    La puissance du missile Atlas est rapidement remarquée par les responsables des missions spatiales américaines et des versions sont rapidement développées pour en faire un des premiers lanceurs spatiaux américains.


    Versions :
    X-11 : Première désignation de l’USAF.

    SM-65A Atlas : ou Atlas A, désignation du missile dans sa version la plus courte.


    Utilisateurs militaires :
    USA : USAF, 16 SM-65A, dont 8 ont volés, entre juin 1953 et juin 1958.


    Caractéristiques et performances du SM-65A :
    Equipage : 0
    Longueur : 29,3 m
    Diamètre : 3,66m
    Masse en charge au décollage : 36'300 kg
    Vitesse max haute altitude: Mach 10
    Plafond opérationnel : 120’000 m
    Distance de décollage : 0m



    Liens internet :
    https://history.nasa.gov/monograph31.pdf

    https://en.wikipedia.org/wiki/SM-65A_Atlas
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer