North American A-5 Vigilante

Rappels

  • Avant la réforme américaine de 1962 : A3J
  • Catégorie : Avion embarqué
  • Constructeur : North American drapeau du pays
  • Premier vol : 31 août 1958
  • Production : 156 appareils construits (cellules neuves)

Historique

North American développa de sa propre initiative, en 1953, un bombardier supersonique embarqué capable de larguer une bombe nucléaire. Le projet, nommé en interne NA-233, était sous la responsabilité de Frank G. Compton. Cela donna le NAGPAW (North American General Purpose Attack Weapon), qui fut accepté par l'US Navy en 1955 après modifications, et qui fit l'objet d'un contrat le 29 août 1956.

Sa charge nucléaire (généralement une Mk28) était emportée dans une soute et éjectée via un conduit vers l'arrière. Cette disposition était rendue nécessaire par la vitesse supersonique de l'appareil, afin de limiter les turbulences provoquées par les trappes. Il possédait également des entrées d'air et des tuyères à programmation d'ouverture automatique, un empennage vertical monobloc, des volets soufflés. Il était également équipé d'un système d'attaque REINS (Radar-Equipped Inertial Navigation System). Ses commandes de vol mécanique et hydraulique étaient complétées par un des premiers CDVE apparus sur un appareil opérationnel. Il fut également équipé d'un des premiers HUD, appelé PPDI (Pilot's Projected Display Indicator), et d'un système de bombardement AN/ASB-12.

Le premier prototype YA3J-1 sorti d'usine le 16 mai 1958 et effectua son premier vol le 31 août 1958 aux mains de Dick Wenzel. Cinq jours plus tard il devint supersonique. Un seconde prototype fut construit et vola en novembre 1958. Le 13 décembre 1960, un appareil piloté par Leroy Heath et Larry Monroe battait le record mondial d'altitude avec 27 874 mètres et une charge de 1000 kg, record qui fut gardé pendant 13 ans.

Le A3J-1 entra en service dans l'US Navy en juin 1961 au sein de la VAH-3, pour remplacer les A-3. Dès 1962, son utilisation en tant que bombardier fut abandonnée : son système de largage était peu fiable et même dangereux, nécessitant de monter en chandelle pour larguer la bombe. Celle-ci atterrissait parfois sur le pont d'envol lors du catapultage. Enfin, l'électronique était peu fiable. De surcroît, il était dépassé par les SNLE Polaris, les bombardiers du SAC et les A-6 pouvaient effectuer la même mission à moindre coût. La même année, il fut rebaptisé A-5A. 59 exemplaires de cette version furent construits et les livraisons se terminèrent en 1963.



La version A3J-2 rebaptisés A-5B devait être dotée de réacteurs plus puissants, d'une capacité en carburant plus importante logée dans une épine dorsale et de bords d'attaque basculants. 18 exemplaires étaient prévus, mais les 6 premiers furent convertis en prototypes XA3J-3P, ou YA-5C. Cette version fut étudiée dès 1961 et le premier exemplaire vola en avril 1962.

En revanche, il s'avérait qu'il avait un fantastique potentiel comme plate-forme de reconnaissance. Le RA-5C, appelé à l'origine A3J-3P, se distinguait par des réacteurs plus puissants, une capacité en carburant augmentée, une aile agrandie et dotée de 4 points d'emport, ainsi qu'un conteneur de capteurs photographiques et électroniques en position ventrale. Le RA-5C conservait l'AN/ASB-12, mais emportait également un radar SLAR APD-7, un système infrarouge AAS-21, et éventuellement un AN/ALQ-61. Il effectua son premier vol le 30 juin 1962.

Les 12 A-5B qui restaient à construire furent directement convertis au standard RA-5C, à la suite de quoi 43 RA-5C neufs furent construits, puis 43 A-5A furent convertis. Ils entrèrent en service en 1964 au sein de la RVAH-3 et équipèrent au total 10 escadrons. 8 escadrons participèrent à la guerre du Vietnam, où 18 appareils furent abattus (dont un seul par un appareil, un MiG-21, lors de l'opération Linebacker II) et 9 perdus par accident. 36 appareils furent alors construits pour remplacer les pertes, de 1968 à 1970. L'appareil s'avérant complexe à entretenir, il commença à être retirés du service. Ils furent définitivement retirés le 20 novembre 1979, laissant la place au RF-8G Crusader.

Une version d'interception, le NR-349 Retaliator, fut proposé à l'US Air Force avec 3 réacteurs et 6 missiles Phoenix. Elle n'eut pas de suite. Il servira aussi de base au XF-108 Rapier.

Le Vigilante fut à son époque le plus gros avion embarqué, mais très agile pour sa taille. Il possédait d'excellentes performances en terme de vitesse et de rayon d'action, notamment en pénétration à haute vitesse et basse altitude. La Navy fut peu satisfaite dans son rôle de bombardier, et les 156 exemplaires construits (prototypes inclus) furent pratiquement tous convertis en RA-5C.




Texte de Clansman, avec son aimable autorisation

Ancien pays utilisateur

  • États-Unis : cocardeUS Navy (150 exemplaires)

Versions

  • North American A-5A : Version de bombardement. 57 exemplaires.
  • North American A-5B : Version de frappe nucléaire au rayon d'action amélioré.
  • North American NR-349 : Projet d'intercepteur dotée de 3 moteurs J79 et armé de 6 missiles AIM-54 Phoenix.
  • North American RA-5C : Version de reconnaissance. 140 exemplaires.
  • North American XA3J-1 : Prototypes. 2 exemplaires.
  • North American YA-5C : Prototypes du RA-5C.

Sur le forum…

  • Magnifique, comme toutes les autres, d'ailleur! :top:

    Difficile d'imaginer des appareils aussi imposants en service depuis des porte-avions.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • RA-5C
    US Navy
    Image
    le Quiz aviation
      Lien   Revenir ici   Citer modifié par stanak le Oct. 27, 2017, 11:15 a.m.
  • http://www.airfighters.com/photo/116113/M/USA-Navy/North-American-RA-5C-Vigilante/156638/


    Un camo que j'ai trouvé sympa, mais qui fait assez maquette.

    (oui, j'aime bien airfighters :p)
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Le mastodonte sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • North American développa de sa propre initiative, en 1953, un bombardier supersonique embarqué capable de larguer une bombe nucléaire. Le projet, nommé en interne NA-233, était sous la responsabilité de Frank G. Compton. Cela donna le NAGPAW (North American General Purpose Attack Weapon), qui fut accepté par l'US Navy en 1955 après modifications, et qui fit l'objet d'un contrat le 29 août 1956.

    Sa charge nucléaire (généralement une Mk28) était emportée dans une soute et éjectée via un conduit vers l'arrière. Cette disposition était rendue nécessaire par la vitesse supersonique de l'appareil, afin de limiter les turbulences provoquées par les trappes. Il possédait également des entrées d'air et des tuyères à programmation d'ouverture automatique, un empennage vertical monobloc, des volets soufflés. Il était également équipé d'un système d'attaque REINS (Radar-Equipped Inertial Navigation System). Ses commandes de vol mécanique et hydraulique étaient complétées par un des premiers CDVE apparus sur un appareil opérationnel. Il fut également équipé d'un des premiers HUD, appelé PPDI (Pilot's Projected Display Indicator), et d'un système de bombardement AN/ASB-12.

    Le premier prototype YA3J-1 sorti d'usine le 16 mai 1958 et effectua son premier vol le 31 août 1958 aux mains de Dick Wenzel. Cinq jours plus tard il devint supersonique. Un seconde prototype fut construit et vola en novembre 1958. Le 13 décembre 1960, un appareil piloté par Leroy Heath et Larry Monroe battait le record mondial d'altitude avec 27 874 mètres et une charge de 1000 kg, record qui fut gardé pendant 13 ans.

    Le A3J-1 entra en service dans l'US Navy en juin 1961 au sein de la VAH-3, pour remplacer les A-3. Dès 1962, son utilisation en tant que bombardier fut abandonnée : son système de largage était peu fiable et même dangereux, nécessitant de monter en chandelle pour larguer la bombe. Celle-ci atterrissait parfois sur le pont d'envol lors du catapultage. Enfin, l'électronique était peu fiable. De surcroît, il était dépassé par les SNLE Polaris, les bombardiers du SAC et les A-6 pouvaient effectuer la même mission à moindre coût. La même année, il fut rebaptisé A-5A. 59 exemplaires de cette version furent construits et les livraisons se terminèrent en 1963.

    La version A3J-2 rebaptisés A-5B devait être dotée de réacteurs plus puissants, d'une capacité en carburant plus importante logée dans une épine dorsale et de bords d'attaque basculants. 18 exemplaires étaient prévus, mais les 6 premiers furent convertis en prototypes XA3J-3P, ou YA-5C. Cette version fut étudiée dès 1961 et le premier exemplaire vola en avril 1962.

    En revanche, il s'avérait qu'il avait un fantastique potentiel comme plate-forme de reconnaissance. Le RA-5C, appelé à l'origine A3J-3P, se distinguait par des réacteurs plus puissants, une capacité en carburant augmentée, une aile agrandie et dotée de 4 points d'emport, ainsi qu'un conteneur de capteurs photographiques et électroniques en position ventrale. Le RA-5C conservait l'AN/ASB-12, mais emportait également un radar SLAR APD-7, un système infrarouge AAS-21, et éventuellement un AN/ALQ-61. Il effectua son premier vol le 30 juin 1962.

    Les 12 A-5B qui restaient à construire furent directement convertis au standard RA-5C, à la suite de quoi 43 RA-5C neufs furent construits, puis 43 A-5A furent convertis. Ils entrèrent en service en 1964 au sein de la RVAH-3 et équipèrent au total 10 escadrons. 8 escadrons participèrent à la guerre du Vietnam, où 18 appareils furent abattus (dont un seul par un appareil, un MiG-21, lors de l'opération Linebacker II) et 9 perdus par accident. 36 appareils furent alors construits pour remplacer les pertes, de 1968 à 1970. L'appareil s'avérant complexe à entretenir, il commença à être retirés du service. Ils furent définitivement retirés le 20 novembre 1979, laissant la place au RF-8G Crusader.

    Une version d'interception, le NR-349 Retaliator, fut proposé à l'US Air Force avec 3 réacteurs et 6 missiles Phoenix. Elle n'eut pas de suite. Il servira aussi de base au XF-108 Rapier.

    Le Vigilante fut à son époque le plus gros avion embarqué, mais très agile pour sa taille. Il possèdait d'excellentes performances en terme de vitesse et de rayon d'action, notamment en pénétration à haute vitesse et basse altitude. La Navy fut peu satisfaite dans son rôle de bombardier, et les 156 exemplaires construits (prototypes inclus) furent pratiquement tous convertis en RA-5C.

    A-5A

    Dimensions
    Longueur : 23,32 m
    Envergure : 16,16 m
    Hauteur : 5,91 m
    Surface alaire : 65,1 m²

    Masses
    A vide : 14870 kg
    maximale : 28615 kg

    Motorisation
    Moteur : 2 General Electric J79-GE-8
    Poussée : 152 kN avec PC

    Performances
    Vitesse maximale : 2123 km/h
    Plafond : 15880 m
    Distance franchissable : 2075 km

    Equipage : 1 pilote et 1 navigateur-bombardier

    Armement : une bombe nucléaire Mk27, B28 ou B43 en soute, 2 B43, Mk83 ou 84 sous 2 points d'emport.

    Pays utilisateurs : USA

    Sources :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/North_American_A-5_Vigilante


    http://www.avions-militaires.net/fiches/a-5-vigilante.php


    http://www.avionslegendaires.net/north-american-a-5-vigilant.php


    http://pagesperso-orange.fr/jets.for.ever/Pages/ra-5.htm


    http://en.wikipedia.org/wiki/North_American_A-5_Vigilante


    http://www.globalaircraft.org/planes/a-5_vigilante.pl


    http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=268


    http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/a-3j.htm


    http://www.vectorsite.net/ava5.html
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Guns a écrit

    stephane_G a écrit

    On retrouve une des couleurs chair, sur les camouflages du F-14 Tomcat du VF-24 pendant la première guerre du Golf.

    ça, c'est de la recherche détaillée, dis donc… Bravo.


    Je fais ces recherches depuis au moins 20 ans. A force de dessiner des avions de l'US Navy au kilomètre, je me souviens de ce qui changeait vraiment de "mon plat quotidien" :recon:
    Dès qu'il faut faire un camouflage, cela me prend beaucoup plus de temps, en plus ils sont toujours différents !
      Lien   Revenir ici   Citer
  • stephane_G a écrit

    On retrouve une des couleurs chair, sur les camouflages du F-14 Tomcat du VF-24 pendant la première guerre du Golf.

    ça, c'est de la recherche détaillée, dis donc… Bravo.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Les camouflages ont quand même des couleurs bizarres sur le Vigilante :
    Image
    :drill: avec du marron, du olive et du "chair".

    On retrouve une des couleurs chair, sur les camouflages du F-14 Tomcat du VF-24 pendant la première guerre du Golf.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • stephane_G a écrit

    Pour les livres du RA-5C, la vraie difficulté pour moi a été de retrouver toutes les variantes de décoration.
    Et on ne peut pas dire que le Vigilante bénéficie de la même notoriété que le tomcat.

    Les variantes de déco on été assez peu nombreuses sur le Vigilante.

    Quelques appareils ont reçu un camouflage deux tons de vert pour les opérations au Vietnam depuis des bases à terre, sans pour autant le conserver de manière définitive, le camo de la Navy étant le standard (Gris clair pour les parties supérieur et blanc pour les parties inferieur).
    Les dérives furent les seuls emplacements qui reçurent une déco sur les RA-5C.
    Certains squadrons appliquèrent la meme sur tous leurs appareils:
    Le RVAH-3 Sea Dragon avait deux bandes horizontales rouges
    Le RVAH-6 Fleurs recu sur certains de ces appareils deux bandes horizontales avec des fleurs de lys blanches sur fond bleu, sur le meme schéma que le RVAH-3.
    Le RVAH-12 Speartips reproduisait l'insigne du squadron sur la dérive.
    Le RVAH-11 Checkertails decora certains appareils avec un damier noir et blanc sur la dérive.
    Le RVAH-9 HotHowls avaient une derive avec les lettres de Flotte sur fond vert.
    Le RVAH-5 Savage Sons appliqua une fleche noire sur la dérive de certains appareils.
    Le RVAH-7 Peacemakers of the fleet fit de meme avec une étoile blanche dans laquelle était inscrit les lettre de Flotte.
    Les RVAH-14, RVAH-1 eurent également des décorations de dérives, mais celà resta semble-t-il assez marginal.
    RVAH-13 Bats ne recu pas de décoration de dérive en dehors pour certains appareils qui eurent des lettres de Flotte "arrondies".

    En fait pour la plupart, les Vigilantes restèrent assez classique dans leur camo au regard de leurs contemporains comme les Phantom, les Skyhawk ou les F-8 et RF-8.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • J'ai fais un petit détour pour me présenter : http://www.avions-militaires.net/forum/viewtopic.php?f=11&t=4564
    Je peux développer la présentation, on verra suivant les réactions.

    Pour les livres du RA-5C, la vraie difficulté pour moi a été de retrouver toutes les variantes de décoration.
    Et on ne peut pas dire que le Vigilante bénéficie de la même notoriété que le tomcat.
      Lien   Revenir ici   Citer