Alekseyiev KM Monstre de la Caspienne

Rappels

  • Code OTAN avant identification : Casp-A
  • Catégorie : Ekranoplane
  • Constructeur : Alekseyiev
  • Premier vol : 14 août 1967
  • Production : 1 appareils construits (cellules neuves)
  • Missions : Essais en vol
  • Voir aussi… : Alekseyiev SM

Historique

Bien qu'étant l'un des plus grands et l'un des plus lourds engins volants, le KM de Rostislav Alekseyiev est très longtemps demeuré inconnu, et reste d'ailleurs peu connu du grand public.
Son histoire débute en 1963, suite à une demande de la Marine soviétique pour un prototype (KM : Korahbl'-Maket : prototype d'appareil) d'ekranoplane de grandes dimensions.

L'appareil conçu par Aleksyiev est très proche de ses (nombreux) prototypes de la famille SM, notamment du SM-8 : une coque effilée et très longue, munie de deux ailes rectangulaires à mi-hauteur (et mi-longueur) et d'un empennage en T de très grandes dimensions (sa surface est presque égale à celle des ailes).

La motorisation est constituée de 8 turboréacteurs VD-7 à l'extrême-avant pour son décollage, le vol en croisière étant assuré par deux autres VD-7 (ce qui est très peu pour un appareil de cette taille) situés à mi-dérive.
Ce dessin et sa taille uniques permettent de le reconnaître très facilement, on peut seulement le confondre avec son petit frère SM-8.

Proche d'un navire par ses dimensions, il l'est également par sa construction, qui a eu lieu au chantier naval de la Volga et qui s'acheva 22 juin 1966. Après son transfert à la base navale de Kaspiysk sur la Mer Caspienne, il décolla pour la première fois le 14 août 1967.

Ce décollage a été précédé de nombreux essais en mer, avec des pointes à 200 km/h dès la première fois, le 18 octobre 1966. Les essais en vol se poursuivirent pendant 15 (!) années, permettant la mise au point d'autres ekranoplanes plus performants comme le Loun ou l'Orlyonok. Malheureusement, une erreur de pilotage mena l'engin à la catastrophe en décembre 1980, l'appareil décolla trop brutalement et le pilote perdit le contrôle de l'engin qui coula ; l'équipage put fuir sans dommage. Le KM ne fut jamais renfloué après cet accident.

Non seulement l'appareil changea plusieurs fois d'immatriculations (01, 04, 07 et 08), mais il fut également modifié tout au long des essais en vol. L'une des modifications les plus marquantes fut le déplacement des moteurs de croisière sur un pylône au-dessus du poste de pilotage.

Caractéristiques

  • Masse maxi au décollage : 544 000 kg (1 199 316 lbs)
  • Hauteur : 22 m (72 ft)
  • Envergure : 37,6 m (123,36 ft)
  • Longueur : 97,4 m (319,554 ft)

Performances

  • Vitesse de croisière : 430 km/h (267 mph, 232 kts)
  • Vitesse maximale BA : 500 km/h (311 mph, 270 kts)
  • Rapport poussée/masse à sec maxi au décollage : 0.18

Motorisation

  • 8 × réacteurs Dobrynin VD-7 de 9 500 kgp (93 kN, 20 944 lbf) Uniquement pour le décollage
  • 2 × réacteurs Dobrynin VD-7M de 10 500 kgp (103 kN, 23 149 lbf) Utilisés en croisière

Armement

  • Charge utile en interne : 150 000 kg (330 694 lbs)

Sur le forum…

  • Merci pour le lien D9, on voit l'appareil considéré sous toutes les coutures, comme si on était sur place.

    Génial. :)
    ¤ Nicolas Sur AMN : Nico2, inscrit le 09 Jan 2006, 16:45>> N'oubliez pas de lire et de relire le Règlement du forum.>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Et difficile à atteindre avec des torpilles.

    d9pouces a écrit

    En revanche, ils doivent être sensibles aux chasseurs ennemis…
    C'est bien ce que je pensais. Mais c'est également vrai qu'à l'époque, ils ne devaient pas encore être facilement repérables aux radars, vu l'altitude à laquelle ils évoluaient.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • CDLP > Celui-là (le Loun) n'est pas le plus lourd avec ses 380 tonnes (!).

    Le KM (alias Monstre de la Caspienne) fait ses 540 t, et est donc le deuxième appareil le plus lourd ayant volé après le plus classique Antonov An-225 (et juste avant l'Antonov An-124). En plus, il est le plus long, vu qu'il a finit par faire plus de 100 m de long (il s'est allongé au cours de sa carrière).

    Jericho a écrit

    Je me suis toujours demandé s'ils avaient une réelle efficacité opérationnelle.
    J'imagine qu'ils n'ont jamais été utilisés lors d'un conflit, mais sait-on ce qu'ils valaient réellement?
    Ils n'ont en effet jamais été utilisés. Cela dit, je pense qu'ils auraient pu faire vraiment mal : il faut voir ça comme des frégates lance-missiles légères (ils ont autant de missiles anti-navires — et de même modèle — qu'un destroyer Udaloy ou Sovremennyy de 6 700t). Ils n'ont pas d'armement secondaire, mais en contre-partie ils peuvent mener des embuscades bien plus facilement.

    En revanche, ils doivent être sensibles aux chasseurs ennemis…
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • alors les Russes, une fois qu'ils ont su que "plus lourd que l'air ça peut voler", ils se sont laché…. ça pèse combien un monstre de ce type?

    quel engin! quel fantasme de patine! moi aussi :oui: j'adore les tas de ferraille
    moi je suis la fougère et lui l'oiseau de fer
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je dirai que c'est pas mal dans un rôle de E-boot : torpilleur rapide, sauf que c'est pas des torpilles mais l'effet est le même : boom et glouglou…
    «Il y a des moments où il est bon d'écouter sa peur et d'autres où il est plus sage de faire comme si elle n'existait pas.»George S. PattonLa page de ma "boite" : RiumMon blog : Certaines idées
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Je me suis toujours demandé s'ils avaient une réelle efficacité opérationnelle.
    J'imagine qu'ils n'ont jamais été utilisés lors d'un conflit, mais sait-on ce qu'ils valaient réellement?
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres."  A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche."  Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • joli bébé !

    Je suis fan de ces gros tas de ferrailles pseudo-volant bardés de missiles =)
    «Il y a des moments où il est bon d'écouter sa peur et d'autres où il est plus sage de faire comme si elle n'existait pas.»George S. PattonLa page de ma "boite" : RiumMon blog : Certaines idées
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Merci pour ce sujet.
    J'avais déjà vu cette photo quelque part mais jamais pris le temps de me documenter sur cet appareil.
    "Vous êtes marié, comme moi ; vous savez que la monstruosité peut prendre des formes très diverses" Leodagan Kaamelott.MiG-21 1 : "Vite ! Furtivité Plasma !"MiG-21 2 : "Ah ! Il ne nous retrouvera pas!"MiG-21 1 : "Oh non! Fatalité! Le mien tombe en panne!" MiG-21 2 : "Zut !"
      Lien   Revenir ici   Citer
  • http://acidcow.com/pics/7956-russian-tank-ship-plane-86-pics.html


    Quelques photos d'un autre ekranoplane, le Lun. D'ailleurs, on n'a pas de fiche dessus !
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Un appareil qui m'a toujours semblé bizarre

    Bien qu'étant l'un des plus grands et l'un des plus lourds engins volants, le KM d'Alekseyiev est très longtemps demeuré inconnu, et reste d'ailleurs peu connu du grand public. Son histoire débute en 1963, suite à une demande de la Marine soviétique pour un prototype (KM : Korahbl'-Maket : prototype d'appareil) d'ekranoplane de grandes dimensions.
    L'appareil conçu par Aleksyiev est très proche de ses (nombreux) prototypes de la famille SM, notamment du SM-8 : une coque effilée et très longue, munie de deux ailes rectangulaires à mi-hauteur (et mi-longueur) et d'un empennage en T de très grandes dimensions (sa surface est presque égale à celle des ailes). La motorisation est constituée de 8 turboréacteurs VD-7 à l'extrême-avant pour son décollage, le vol en croisière étant assuré par deux autres VD-7 (ce qui est très peu pour un appareil de cette taille) situés à mi-dérive. Ce dessin et sa taille uniques permettent de le reconnaître très facilement, on peut seulement le confondre avec son petit frère SM-8.
    Proche d'un navire par ses dimensions, il l'est également par sa construction, qui a eu lieu au chantier naval de la Volga et qui s'acheva 22 juin 1966. Après son transfert à la base navale de Kaspiysk sur la Mer Caspienne, il décolla pour la première fois le 14 août 1967. Ce décollage a été précédé de nombreux essais en mer, avec des pointes à 200 km/h dès la première fois, le 18 octobre 1966. Les essais en vol se poursuivirent pendant 15 (!) années, permettant la mise au point d'autres ekranoplanes plus performants comme le Loun ou l'Orlyonok. Malheureusement, une erreur de pilotage mena l'engin à la catastrophe en décembre 1980, l'appareil décolla trop brutalement et le pilote perdit le contrôle de l'engin qui coula ; l'équipage put fuir sans dommage. Le KM ne fut jamais renfloué après cet accident.
    Non seulement l'appareil changea plusieurs fois d'immatriculations (01, 04, 07 et 08), mais il fut également modifié tout au long des essais en vol. L'une des modifications les plus marquantes fut le déplacement des moteurs de croisière sur un pylône au-dessus du poste de pilotage.
    Et tous ces points d'exclamation, vous avez remarqué ? Cinq ! C'est la marque d'un aliéné qui porte son slip sur la tête. L'opéra fait cet effet à certains.Terry Pratchett
      Lien   Revenir ici   Citer