AAC Wamira

Rappels

  • Catégorie : Prototype
  • Constructeur : AAC drapeau du pays
  • Production : 1 appareils construits (cellules neuves)

Historique

Prototype d’avion d’entrainement militaire australien des années 1980, motorisé par un turbopropulseur et biplace côte-à-côte.

C’est en 1981 que le consortium Australian Aircraft Consortium (AAC) est créé spécialement pour concevoir un avion d’entrainement destiné à la Royal Australian Air Force (RAAF). L’AAC réunit les principales entreprises aéronautiques australiennes d’alors, soit GAF (Government Aircraft Factories), CAC (Commonwealth Aircraft Corporation) et HdH (Hawker de Havilland).

Pour répondre aux exigences de la RAAF, le nouvel appareil doit être motorisé par un turbopropulseur, posséder deux sièges côte-à-côte, avoir un train d’atterrissage tricycle escamotable, pouvoir voler jusqu’à 370km/h et effectuer des figures de voltige. Les élèves pilotes doivent pouvoir s’entrainer à la navigation et à l’utilisation d’armes, principalement à l’aide de canons en nacelles et de paniers à roquettes. La RAAF désire en commander 69 exemplaires, qui devront pouvoir être utilisés durant au moins 20 ans et 8’000h de vol. Un contrat est signé en juin 1982 pour l’étude et le développement de l’appareil qui est désigné A10.

Désirant diminuer le coût de ces avions d’entrainement, l’AAC le propose à l’exportation, mais la plupart des clients potentiels recherchent des avions biplaces en tandem et ne sont pas intéressés. Par conséquent, il est décidé de développer une seconde version désignée A20, reprenant un maximum d’élément de l’A10, mais avec un fuselage plus étroit et des sièges disposés l’un derrière l’autre. Bien que différentes, ces deux versions sont appelées Wamira.

La Royal Air Force désirant également remplacer ses Jet Provost, AAC signe un protocole d’accord avec Westland, afin de proposer son A20 en Europe et au Royaume-Uni en particulier. En 1984, alors qu’il est encore en développement, une maquette est présentée sur le stand de Westland à Farnborough. L’A20 présente immédiatement un désavantage certain : les autres concurrents y sont également présentés, mais en vol. Peu de temps après, c’est le Tucano construit sous licence par Short qui est choisi par la RAF.

Suite à cet échec, tout le projet Wamira prend du plomb dans l’aile. Non seulement une exportation semble compromise, mais des retards dans la construction du prototype et d’importants dépassements de coûts l’handicapent. La RAAF, qui cherche à remplacer ses chasseurs de première ligne et ses ravitailleurs en vol tout en espérant acquérir une plate-forme aérienne d'alerte avancée, hésite à acheter un avion d’entrainement dont le coût semble avoir doublé depuis le début du programme. Par conséquent, en juillet 1985, la RAAF annonce qu’elle ouvrait le marché du nouvel avion d’entrainement à d’autres concurrents. Ce même mois HdH rachète CAC, puis rachète la part de GAF dans le projet Wamira pour en devenir l’unique propriétaire.

Le 16 décembre 1985, c’est le Pilatus PC-9 qui est désigné vainqueur de cette compétition. Le projet Wamira est alors abandonné alors que le prototype, tout juste terminé, n’avait pas encore commencé les essais au sol. Les partenaires de l’AAC se consolent par la suite en fabricant sous licence le PC-9 en Australie.

En 2000, Endeavor Aerospace acquière le Wamira et les droits associés à cet appareil auprès du gouvernement australien. Cette entreprise pense que l’appareil, rebaptisé Phoenix, a un sérieux potentiel sur le marché de l'aviation civile en tant qu'appareil de formation, d’entrainement, de loisirs et de sports. Depuis, il n’est pas sûr que des exemplaires aient été vendus.

En 2012, la maquette présentée à Farnborough en 1984 est rapatriée dans la banlieue ouest de Melbourne, en Australie, où elle devrait être restaurée et entièrement révisée.

Versions

  • AAC A10 Wamira : Version initiale biplace côte-à-côte, un prototype construit, mais n’a jamais volé.
  • AAC A20 Wamira : Version biplace en tandem, une maquette construite et présentée à Farnborough’84.
  • CAC CA-34 Wamira : Désignation utilisée par CAC pour le projet A10 Wamira auquel il participe.

Sur le forum…

  • Clansman a écrit

    La fiche sur le site
    Merci.
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer
  • La fiche sur le site
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • Prototype d’avion d’entrainement militaire australien des années 1980, motorisé par un turbopropulseur et biplace côte-à-côte.

    C’est en 1981 que le consortium Australian Aircraft Consortium (AAC) est créé spécialement pour concevoir un avion d’entrainement destiné à la Royal Australian Air Force (RAAF). L’AAC réunit les principales entreprises aéronautiques australiennes d’alors, soit GAF (Government Aircraft Factories), CAC (Commonwealth Aircraft Corporation) et HdH (Hawker de Havilland).

    Pour répondre aux exigences de la RAAF, le nouvel appareil doit être motorisé par un turbopropulseur, posséder deux sièges côte-à-côte, avoir un train d’atterrissage tricycle escamotable, pouvoir voler jusqu’à 370km/h et effectuer des figures de voltige. Les élèves pilotes doivent pouvoir s’entrainer à la navigation et à l’utilisation d’armes, principalement à l’aide de canons en nacelles et de paniers à roquettes. La RAAF désire en commander 69 exemplaires, qui devront pouvoir être utilisés durant au moins 20 ans et 8’000h de vol. Un contrat est signé en juin 1982 pour l’étude et le développement de l’appareil qui est désigné A10.

    Désirant diminuer le coût de ces avions d’entrainement, l’AAC le propose à l’exportation, mais la plupart des clients potentiels recherchent des avions biplaces en tandem et ne sont pas intéressés. Par conséquent, il est décidé de développer une seconde version désignée A20, reprenant un maximum d’élément de l’A10, mais avec un fuselage plus étroit et des sièges disposés l’un derrière l’autre. Bien que différentes, ces deux versions sont appelées Wamira.

    La Royal Air Force désirant également remplacer ses Jet Provost, AAC signe un protocole d’accord avec Westland, afin de proposer son A20 en Europe et au Royaume-Uni en particulier. En 1984, alors qu’il est encore en développement, une maquette est présentée sur le stand de Westland à Farnborough. L’A20 présente immédiatement un désavantage certain : les autres concurrents y sont également présentés, mais en vol. Peu de temps après, c’est le Tucano construit sous licence par Short qui est choisi par la RAF.

    Suite à cet échec, tout le projet Wamira prend du plomb dans l’aile. Non seulement une exportation semble compromise, mais des retards dans la construction du prototype et d’importants dépassements de coûts l’handicapent. La RAAF, qui cherche à remplacer ses chasseurs de première ligne et ses ravitailleurs en vol tout en espérant acquérir une plate-forme aérienne d'alerte avancée, hésite à acheter un avion d’entrainement dont le coût semble avoir doublé depuis le début du programme. Par conséquent, en juillet 1985, la RAAF annonce qu’elle ouvrait le marché du nouvel avion d’entrainement à d’autres concurrents. Ce même mois HdH rachète CAC, puis rachète la part de GAF dans le projet Wamira pour en devenir l’unique propriétaire.

    Le 16 décembre 1985, c’est le Pilatus PC-9 qui est désigné vainqueur de cette compétition. Le projet Wamira est alors abandonné alors que le prototype, tout juste terminé, n’avait pas encore commencé les essais au sol. Les partenaires de l’AAC se consolent par la suite en fabricant sous licence le PC-9 en Australie.

    En 2000, Endeavor Aerospace acquière le Wamira et les droits associés à cet appareil auprès du gouvernement australien. Cette entreprise pense que l’appareil, rebaptisé Phoenix, a un sérieux potentiel sur le marché de l'aviation civile en tant qu'appareil de formation, d’entrainement, de loisirs et de sports. Depuis, il n’est pas sûr que des exemplaires aient été vendus.

    En 2012, la maquette présentée à Farnborough en 1984 est rapatriée dans la banlieue ouest de Melbourne, en Australie, où elle devrait être restaurée et entièrement révisée.


    Versions :
    A10 : Version initiale biplace côte-à-côte, un prototype construit, mais n’a jamais volé.
    CA-34 : Désignation utilisée par CAC pour le projet A10 Wamira auquel il participe.
    A20 : Version biplace en tandem, une maquette construite présentée à Farnborough’84.



    Caractéristiques et performances prévues de l’A10:
    Equipage : 2
    Longueur : 10,20m
    Envergure : 11,0m
    Hauteur : 3,51m
    Surface alaire : 20,00m2
    Masse à vide : 1’394kg
    Masse en charge : 2’200kg
    Masse maximale au décollage : 2’800kg
    Charge utile : 600kg
    Capacité des réservoirs de carburant internes : 404kg
    Points d’attache : 4
    Moteurs : un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-25C de 560kW.
    Vitesse max haute altitude: 463km/h
    Vitesse de décrochage : 106km/h
    Vitesse de croisière : 333km/h
    Vitesse ascensionnelle : 14,0m/s
    Plafond opérationnel : 9’700m
    Endurance : 3h
    Facteur de charge limite : +7.0/-3.5g
    Armement : des mitrailleuses ou canons en nacelles, des paniers à roquettes ou des bombes, sous les ailes.



    Liens internet :
    https://en.wikipedia.org/wiki/AAC_Wamira

    http://www.aviamarket.org/australia/endeavour/phoenix.html
    " J’ignore la nature des armes que l’on utilisera pour la troisième guerre mondiale. Mais pour la quatrième, on se battra à coup de pierres." A. Einstein"Quand on change son fusil d'épaule, il y a intérêt à ne pas partir de la droite, sinon on passe l'arme à gauche." Ph. Geluck
      Lien   Revenir ici   Citer