IAR 95 Sprey

Rappels

  • Catégorie : Projet
  • Constructeur : IAR drapeau du pays

Historique

A la fin des années 1960, l'industrie aéronautique roumaine était relancée et entreprenait la création de 3 avions militaires : un avion d'attaque au sol subsonique (le futur IAR-93), un avion d'entraînement (le futur IAR-99) et enfin un avion de combat supersonique.

L'étude de ce dernier, l'IAR-95, fut confiée à la fin des années 1970 à Dumitru Badea. Le projet initial montrait un appareil qui reprenait tout l'arrière du F-16, avec un avant proche de celui du MiG-23. L'appareil devait être construit à 160 ou 180 exemplaires afin de remplacer les MiG-21 et MiG-23 roumains. Sa mission principale était la supériorité aérienne, l'attaque au sol étant une mission secondaire.

La configuration finalement retenue fut monoréacteur avec un réacteur Rolls-Royce Spey (54 kN à sec et 91 kN avec PC) avec entrées d'air latérales, monodérive et ailes basses. Le résultat ressemblait au futur JF-17. Les performances prévues ne sont pas connues mais sont généralement estimées proches du même JF-17. L'appareil était monoplace, mais une variante biplace était prévue.

Il fut annulé une première fois en 1981, car il n'y avait pas de réacteur disponible. Mais il fut relancé peu après sous la direction de Constantin Rosca.

Bien que conservant la configuration générale, il prit la désignation IAR-101. L'étape suivante fut l'IAR-S, dont les maquettes en soufflerie testèrent un bon nombre de configuration : biréacteur, bidérive, biplace. Ce dernier fut présenté comme multirôle.

Le programme était très ambitieux et était un véritable challenge pour l'industrie aéronautique roumaine. La décision de construire un démonstrateur technologique, l'IAR-95ME, fut prise. Ce dernier, plus gros que l'IAR-95 originel, devait être propulsé par un Tumansky R-29-300, le réacteur du MiG-23.

L'IAR-95 fut définitivement abandonné en 1988 par manque de fonds. La Roumanie envisagea une coopération avec la Yougoslavie (elle l'avait fait avec l'IAR-93), mais celle-ci déclina car elle était déjà engagée dans son Novi-Avion. La maquette de l'IAR-95ME est toujours présentée dans le hall d'entrée de l'INCAS Romania.

Versions

  • IAR 95 : Version de base, non construite.
  • IAR 95ME : Projet de démonstrateur technologique, réacteur Tumansky R-29-300.
  • IAR 101 : Version de l'IAR 95 étudiée après un premier abandon.

Sur le forum…

  • la fiche sur le site

    Malheureusement pas de photos libres de droit. Mais vous en trouverez dans les sources que j'ai donné.
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer
  • A la fin des années 1960, l'industrie aéronautique roumaine était relancée et entreprenait la création de 3 avions militaires : un avion d'attaque au sol subsonique (le futur IAR-93), un avion d'entraînement (le futur IAR-99) et enfin un avion de combat supersonique.

    L'étude de ce dernier, l'IAR-95, fut confiée à la fin des années 1970 à Dumitru Badea. Le projet initial montrait un appareil qui reprenait tout l'arrière du F-16, avec un avant proche de celui du MiG-23. L'appareil devait être construit à 160 ou 180 exemplaires afin de remplacer les MiG-21 et MiG-23 roumains. Sa mission principale était la supériorité aérienne, l'attaque au sol étant une mission secondaire.

    La configuration finalement retenue fut monoréacteur (54 kN à sec et 91 kN avec PC) avec entrées d'air latérales, monodérive et ailes basses. Le résultat ressemblait au futur JF-17. L'appareil était monoplace, mais une variante biplace était prévue.

    Il fut annulé une première fois en 1981, car il n'y avait pas de réacteur disponible. Mais il fut relancé peu après sous la direction de Constantin Rosca.

    Bien que conservant la configuration générale, il prit la désignation IAR-101. L'étape suivante fut l'IAR-S, dont les maquettes en soufflerie testèrent un bon nombre de configuration : biréacteur, bidérive, biplace. Ce dernier fut présenté comme multirôle.

    Le programme était très ambitieux et était un véritable challenge pour l'industrie aéronautique roumaine. La décision de construire un démonstrateur technologique, l'IAR-95ME, fut prise. Ce dernier, plus gros que l'IAR-95 originel, devait être propulsé par un Tumansky R-29-300, le réacteur du MiG-23.

    L'IAR-95 fut définitivement abandonné en 1988 par manque de fonds. La Roumanie envisagea une coopération avec la Yougoslavie (elle l'avait fait avec l'IAR-93), mais celle-ci déclina car elle était déjà engagée dans son Novi-Avion. La maquette de l'IAR-95ME est toujours présentée dans le hall d'entrée de l'INCAS Romania.



    https://en.wikipedia.org/wiki/IAR_95


    http://www.incas.ro/index.php?option=com_content&view=article&id=139&Itemid=122


    http://aviation-militaire.kazeo.com/iar-95-sprey-a121957176


    http://www.militaryfactory.com/aircraft/detail.asp?aircraft_id=1607


    http://www.globalsecurity.org/military/world/europe/iar-95.htm


    http://www.aviatia.net/iar-95-spey/


    http://forum.keypublishing.com/showthread.php?3679-what-ever-happened-to-IAR-95-ME


    http://www.sas1946.com/main/index.php?topic=32088.0
    Rang, sang, race et dieux n'entrent en rien dans le partage du vice… et de la vertu. (de Cape et de Crocs, tome 1).>> N'oubliez pas de lire et de relire le Réglement du forum>> N'oubliez pas de consulter les index des sujets avant de poster les vôtres.
      Lien   Revenir ici   Citer